background preloader

Benjamin, voyageur écolo et utopique avec 0 euro par mois

Benjamin, voyageur écolo et utopique avec 0 euro par mois
Benjamin voyage sans aucun revenu depuis trois ans. Il échange nourriture ou hébergement contre menus services, et fait confiance à la générosité des gens. « Cela fait maintenant trois ans que je vis sans utiliser d’argent directement. Depuis le 19 janvier 2010, le jeune homme de 28 ans voyage sans un rond sur les routes d’Europe, d’Amérique, en passant par l’Afrique. Le sac de Benjamin, en 2010 Le voyage a débuté à trois, au bord d’une route de La Haye. Le projet de documentaire qu’ils ont sur leur voyage écolo est abandonné assez vite, entre une nuit à la belle étoile et un trajet en voilier (« on avait beaucoup d’égo à l’époque »). Même destination mais nouveau cap : les trois garçons se concentrent tout au long du périple sur l’idée de consommer le moins possible, en limitant leur empreinte écologique. Vivre « abondamment sans argent » Depuis 2000, Daniel Suelo se nourrit de ce qu’il trouve dans les poubelles ou de petits ratons laveurs tués par des voitures sur les routes.

Vivre sans argent en France, pas si difficile que ça Après avoir passé trois ans sur le continent américain à « vivre sans argent », c’est-à-dire sans salaire, me voici de retour en France. Ce choix de vie fonctionnait plutôt bien outre-Atlantique et j’étais curieux de voir comment la France et les Français réagiraient à ce genre d’initiatives. Making of Depuis que Benjamin Lesage a ouvert son porte-monnaie de voyageur sans argent à Rue89, nous avons gardé contact. Le jeune couple a un projet fou : monter une communauté sans argent, dans le sud de la France. Cet été, ils sont partis sur les routes – toujours sans le sou – pour visiter des éco-lieux et essayer de trouver l'endroit idéal pour démarrer leur projet, Eotopia. Dans Eotopia, éco-lieu végétalien, « tout sera gratuit, dénué d’échanges commerciaux ». J’étais à Belfort lorsque la douleur surgit et je me mis immédiatement en quête d’un dentiste. Elle me fixa un autre rendez-vous pour que nous parlions de ce que je pouvais faire pour elle mais, « a priori, il n’y a pas de problèmes ».

Du « hippie land » au squat barcelonais : notre voyage écolo et sans argent Benjamin et Yazmin bourlinguent dans le Sud, en quête d’idées et du lieu idéal pour monter une communauté sans argent. Premier volet d’un carnet de route exaltant. Cela fait un peu plus de trois ans que je voyage sans le sou. J’ai décidé de vivre sans couverture sociale, sans revenus et d’échanger mes services contre de la nourriture ou un toit. J’ai vécu deux ans en Amérique du Sud. Nous sommes animés par le même rêve : vivre en harmonie avec la nature, dans un éco-lieu – une dénomination officieuse donnée à un habitat écologique qui, à la différence de l’écovillage, n’a aucune vocation commerciale. Dans Eotopia, tout sera gratuit Making of Benjamin, 28 ans, avait contacté Rue89 il y a plusieurs mois, pour parler de son tour du monde écolo et utopique : il nous avait alors ouvert son porte-monnaie de voyageur – facile, ses comptes n’alignaient presque que des 0. Nous sommes restés en contact. Voici la première partie de leur carnet de route. Notre projet s’appelle Eotopia. Il fait chaud.

Forward the (R)evolution - in Harmony with the Earth Ils travaillent moins, gagnent moins, mais s'enrichissent Ils ont choisi de travailler moins... quitte à gagner moins. Pour s’occuper de leurs enfants, planter des fleurs, s’investir dans une association ou, comme Frédéric et Laure, profiter de la vie. Ce jeune couple, qui avait détaillé son porte-monnaie sur Rue89, expliquait avoir fait le « choix de vie » de travailler moins pour avoir plus de temps. Ils répètent d’ailleurs à l’envi le mot « temps ». Laure est salariée à 80% dans la fonction publique et Frédéric, au chômage, ne cherche pas systématiquement des contrats mais s’occupe des enfants, retape la maison et jardine. En France, les salariés bossent en moyenne 39 heures par semaine (Insee, 2012). Ceux qui ont répondu à l’appel à témoins de Rue89 ont un jour décidé de diminuer le nombre d’heures de travail pour faire autre chose. La décision se prend souvent à deux car, comme dans le cas de Sylvain, elle a des conséquences sur le budget d’un couple. Charlie, 28 ans : « Les fins de mois sont délicates » J’ai trouvé un meilleur équilibre.

L’horreur de la surconsommation illustrée par cet extrait édifiant du film Samsara La surconsommation liée à nos habitudes alimentaires est l’enjeu de notre siècle. Sans donner d’éléments de réponse, cet extrait du film Samsara nous montre néanmoins de façon frappante et édifiante le fléau qu’elle représente pour notre planète. La consommation est un des enjeux majeurs de notre siècle. Comment parviendrons-nous à subvenir aux besoins de 7 milliards d’individus si nous continuons ainsi à gâcher et épuiser nos ressources ? Le réalisateur américain Ron Fricke a parcouru le monde pendant près de 4 ans et à travers 25 pays afin de nous montrer l’étrange cycle de la vie. Dans cet extrait de son documentaire intitulé Samsara, entièrement dénué de dialogues et de voix off, les images tournées à la pellicule nous montrent toute l’horreur qui découle de notre surconsommation. Les images de ce documentaire parlent d’elles-mêmes.

Not Buying Anything Peut-on vivre sans argent? Cet homme l'a fait INSOLITE - "Je suis sur le point de pénétrer un monde qui m'est quasiment étranger et, pour la première fois, je me sens vulnérable". Et il y a de quoi. Car le monde que l'idéaliste Mark Boyle s'apprête à découvrir ne connait pas l'argent. Au lendemain de la crise des subprimes, cet Irlandais de 29 ans a fait un rêve, vivre les poches vides pendant un an. Une expérience radicale, l'utopie ultime qu'il a raconté dans un essai, L'homme sans argent dont la traduction vient de paraître (ed. Les Arènes). Hasard du calendrier, quelques jours plus tôt sortait un autre récit d'expérience tout aussi radicale. Lire aussi:» Psychologie : comment l'argent influence notre comportement » L'argent qui corrompt : comment la pression des marchés dégrade la morale Cette expérience, il la raconte depuis 14 ans sur son blog qu'il alimente depuis une bibliothèque municipale. Et c'est tout ce qui le différencie de Mark Boyle. Le moyen de cette déconnexion? Débrouille L’ameublement continue. Contactez-nous

Insolente veggie La Simplicité Volontaire La date/heure actuelle est Sam 22 Juil 2017 - 21:00 Bienvenue sur le forum SVQuelques repères :- La charte (clic) du forum que vous êtes censés avoir lue et approuvée lors de votre inscription.- Vous avez du mal à poster, voir l'aide pour poster ici (clic)- Sur ce forum il est d'usage de se présenter, vous ouvrez un sujet dans cette partie (clic) en cliquant sur "nouveau".- Attention, certaines parties sont publiques et d'autres réservées aux membres. : voir tableau ici (clic). Vous êtes responsables de vos écrits qui seront référencés par les moteurs de recherche, il est vivement conseillé de poster dans les parties réservées aux membres, dans le respect de la charte bien sûr, pour préserver votre vie privée et ne pas vous étaler publiquement. Les admins peuvent déplacer en zone privée des sujets à connotation trop personnelle, mais merci de faire l'effort de réfléchir à ce que vous écrivez avant ! Voir les messages sans réponses 1 Sujets1 MessagesDim 15 Oct 2006 - 18:06Admin

15 conseils pour vivre et cesser d’être un esclave « Off-the-grid » (hors réseau) fait référence à des maisons qui sont autonomes, ce qui signifie qu’on ne compte pas sur l’approvisionnement en eau, les égouts, le gaz naturel, le réseau électrique, ou les services publics similaires municipaux. Une vraie maison hors réseau peut fonctionner totalement indépendamment de tous les services publics traditionnels. « Nous devons faire disparaître la notion spécieuse que tout le monde doit gagner sa vie. Il est vrai qu’aujourd’hui une personne sur dix mille peut faire une percée technologique capable de supporter tout le reste. Les jeunes d’aujourd’hui ont tout à fait raison de reconnaître cette absurdité de gagner sa vie. Donc nous avons les inspecteurs des inspecteurs et des gens qui font les instruments pour les inspecteurs pour inspecter les inspecteurs. Voici 15 conseils pour ceux qui envisagent de prendre la décision de vivre « hors réseau » 1. 2. Eloignez-vous de la vie de servitude, et faites ce que vous aimez faire. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

Il faut éliminer les chats. Même les chats mignons Temps de lecture: 2 min Vous savez quel est l'animal domestique parfait? Il n'y en a pas. Les chiens vous mordront à mort et dévoreront votre cadavre. Les chats domestiques sont apparus en tant que parasites de la civilisation humaine. Mais aujourd'hui, avec l'avènement de l'agriculture industrielle, d'un stockage alimentaire efficace et d'habitations protégées, globalement, contre les rongeurs, les chats redeviennent des parasites. La proposition de Gareth Morgan, économiste néo-zélandais, est donc assez juste et logique: dans son pays insulaire, il faudrait éliminer les chats afin de protéger les oiseaux menacés d'extinction. Dans le monde, les chats sont une espèce envahissante. Dans les écosystèmes insulaires, abritant des espèces uniques au monde, les chats sont particulièrement dommageables. Aisha Harris Traduit par Peggy Sastre

Related: