background preloader

Des souris avec des cellules cérébrales humaines sont plus intelligentes

Des souris avec des cellules cérébrales humaines sont plus intelligentes
Un astrocyte (en vert) a, comme son nom le laisse entendre, une forme caractéristique en étoile. Ses digitations le connectent à de nombreux neurones simultanément, lui permettant d'intervenir sur un grand nombre de connexions à la fois. © Han et al., Cell Stem Cell Des souris avec des cellules cérébrales humaines sont plus intelligentes - 2 Photos En pleine Semaine du cerveau, on peut se rendre compte à quel point notre organe de la pensée reste bien mystérieux. Mais il pourrait se dévoiler un peu plus après les recherches menées par une équipe de scientifiques de l’université de Rochester (État de New York). Leur travail, publié dans Cell Stem Cell, met en évidence le rôle important de certaines cellules cérébrales particulières, les astrocytes, dans nos capacités intellectuelles. Pendant longtemps, les neurobiologistes ont vu le cerveau d’une manière probablement trop simpliste. Des astrocytes humains très efficaces Des souris ont joué les cobayes pour cette expérience.

http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/biologie-souris-cellules-cerebrales-humaines-sont-plus-intelligentes-45159/

Related:  NeuroscienceBiologie GénétiqueCerveau

Le cerveau peut se soigner tout seul Lors de l’émission Science Publique du 12 octobre 2012, que j’ai animée sur France Culture, il est arrivé ce qui se produit parfois lors d’une émission de radio. L’un des invités, Denis Le Bihan, directeur de Neurospin, a relaté des expériences qui ont été menées par différents laboratoires et dont les résultats ont été publiés dans des revues scientifiques. Et sa description s’est révélée tout bonnement sidérante. Elle est arrivée à un moment de l’émission où étaient évoquées les limites des thérapies actuelles. Qu’elles soient chimiques, avec les médicaments, ou électriques, avec les électrodes implantées à l’intérieur du cerveau, pour soigner, par exemple, la maladie de Parkinson. La douleur disparaît

Comment renverser les modifications génétiques provoquées par la douleur chronique ? L’expérience de douleur chronique domine la vie des personnes qui en souffrent et les modifie en profondeur. Aujourd’hui, un groupe de chercheurs spécialisé dans la douleur et des généticiens ont découvert que ce sentiment n’est pas loin d’une vérité scientifique. Être affligé d’une douleur chronique modifie la façon dont votre cerveau fonctionne sur le plan physique. Les bonnes nouvelles sont que vous pouvez également le changer de nouveau. Le chercheur Maral Tajerian et son collègue Sebastian Alvarado ont voulu savoir si la douleur chronique changeait la façon dont le cerveau fonctionne sur le plan génétique. Alvarado se spécialise dans un domaine en plein essor appelé l’épigénétique, qui se penche sur la façon dont l’environnement et l’expérience affectent l’expression des gènes, ou leur activité.

Des ondes cérébrales inconnues détectées dans le cerveau Même en état de coma très profond, une activité cérébrale minimale peut subsister. Cette activité provient de l'hippocampe (en rouge ci-dessus), qui produit des ondes cérébrales appelées "complexes Nu". Crédits : Life Science Databases(LSDB) Des ondes cérébrales inconnues jusqu’à aujourd’hui ont été détectées dans le cerveau d’un patient plongé dans un coma très profond. Une découverte qui montre que, même en coma très profond, une activité cérébrale minimale peut subsister dans le cerveau. Même en état de coma très profond, le cerveau continue néanmoins d’être actif.

Le ver plat peut régénérer son corps à partir d'une seule cellule Sciences de la vieLe ver plat peut régénérer son corps à partir d'une seule cellule Depuis que l'on sait que les lézards et les étoiles de mer ont la capacité de régénérer certaines parties de leur corps une fois sectionnées, les scientifiques se demandent quel type de cellules sont à l'origine de ce phénomène. Dans le cas du ver plat, également appelé planaire, Daniel Wagner et Irving Wang, chercheurs au Massachussetts Institute of Technology (MIT) [1,2], ont déterminé que la régénération était due à un seul type de cellules, appelées néoblastes clonogéniques (c-néoblaste), cellules souches pluripotentes, ayant des propriétés apparentées aux cellules souches embryonnaires humaines. Les vers plats ou planaires

Devenir le maître de ses rêves, c’est possible Ces résultats encourageants pourraient ouvrir la porte à des applications thérapeutiques. Vous vous êtes toujours demandé s’il était réellement possible de contrôler les évènements qui se produisent dans vos rêves ? Il semblerait que oui. C’est du moins ce qu’affirment les auteurs d’une étude dirigée par Ursula Voss de l’université Goethe de Francfort (Allemagne), publiée le 11 mai dans la revue Nature Neurosciences.

Évolution biologique : Comment “je” est devenu “nous” pour redevenir “je” ? La majorité de la vie sur Terre existe sous forme de cellules individuelles (unicellulaires). Mais celle composée de nombreuses cellules, depuis la plus petite fourmi à l’arbre le plus haut, ont eu un impact indéniable sur notre planète. Ces créatures “multicellulaires” ont évolué à partir d’ancêtres unicellulaires, au moins 25 fois à travers l’histoire de la Terre. Ces transitions sont sans doute parmi les plus importantes dans l’évolution, mais nous avons seulement une vague idée de la façon dont elles se sont produites.

Notre cerveau est neurosocial! Voici le trosième article sur les richesses incommensurables de notre cerveau! L’article s’inspire du livre Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner, une œuvre présentée par Patrice Van Eersel, rédacteur en chef du magazine Clés. M. Van Eersel interviewe dans son livre cinq chercheurs. L’article présent fait suite à l’entretien avec Boris Cyrulnik, éthologue, et Pierre Bustany, neuropharmacologue qui travaille avec les nouvelles techniques d’imagerie cérébrale. Un cerveau seul, même sain, ne fonctionne pas.

Neurones miroirs (I) Une découverte monumentale mais ignorée En 1996, Giacomo Rizzolatti, neurologue de l’Université de Parme, fit la surprenante découverte des neurones miroirs. Une découverte qui, bien que très peu connue du grand public, pourrait être à l’origine d’une révolution scientifique majeure dont on ne pressent que quelques contours. 1. Découvertes des neurones miroirs. Des chercheurs créent une enzyme qui change le groupe sanguin La présence ou l'absence de certains antigènes (les antigènes sont de grosses molécules déclenchant des réponses immunitaires) à la surface de nos globules rouges (ci-dessus) détermine notre appartenance à tel ou tel groupe sanguin. Crédits : Egelberg Une enzyme capable de transformer du sang de groupe A, B ou AB en sang de groupe O a été conçue par des chercheurs canadiens. L’intérêt ?

Cerveau : la naissance des souvenirs observée en direct Sur cette image, on peut observer un neurone en culture. Les synapses excitatrices et inhibitrices sont respectivement en vert et en rouge. Cette nouvelle étude montre comment la cellule nerveuse contrôle la formation des souvenirs. © Don Arnold, DP Cerveau : la naissance des souvenirs observée en direct - 1 Photo Au fil des années et des expériences vécues, le cerveau emmagasine des informations qu’il stocke dans un coin et peut réutiliser en cas de besoin. Ces souvenirs constituent ainsi une sorte de trame sur laquelle se greffent progressivement de nouvelles connaissances.

Des cellules à tout faire produites en laboratoire LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le Juste après la fécondation, les premières cellules disposent d’un pouvoir extraordinaire : générer tous les tissus et les organes de l’embryon, et même les annexes indispensables à son développement, comme le placenta et le cordon ombilical. Cette plasticité cellulaire totale, appelée « totipotence », vient d’être reproduite pour la première fois en laboratoire par l’équipe de Maria-Elena Torres-Padilla, chercheuse à l’Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire de Strasbourg (Inserm), qui a mené ces travaux, publiés le 3 août dans la revue Nature Structural & Molecular Biology.

Notre cerveau est-il comparable à Internet ? DÉCOUVERTE. Pendant des années, les neuroscientifiques se sont mis à la recherche d'indices sur le fonctionnement du cerveau grâce à sa structure, notamment le rôle des lobes et les circonvolutions. Plus récemment, ils se sont intéressés à la manière dont les neurones sont connectés entre eux, grâce à l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf).

Related: