background preloader

Je découvre des modes de gouvernance novateurs

Je découvre des modes de gouvernance novateurs
Retrouver sa souveraineté et reconstruire le pouvoir du collectif, cela peut commencer par repenser la structure et les modes de fonctionnement de nos organisations pour venir bousculer nos codes hiérarchiques. Des alternatives à nos modèles de gouvernance, telles que l’holacratie ou la sociocratie, permettent de décentraliser le pouvoir et de transformer les relations humaines. Le forum ouvert, les jeux coopératifs, le world-café, le cercle, l'élection sans candidat… sont autant d’autres outils qui encouragent l’émergence de l’intelligence collective et renforcent l’esprit de coopération. Chacun peut s’en emparer pour l’adapter au mieux à son environnement professionnel ou privé. L'holacratie L'holacratie (origine grecque "holos" : une entité qui est à la fois un tout et une partie d’un tout ; "kratos" : pouvoir) entend donner le pouvoir de gouvernance à l’organisation elle-même plutôt qu’aux egos de ses membres, en s'appuyant sur le potentiel collectif de l’organisation. Le cercle Related:  La démocratie autrement

La grande arnaque de la dette publique : ce graphique qui dit tout Ce graphique (élaboré par André-Jacques Holbecq) s’en passerait presque de commentaires. Si l’Etat empruntait auprès de sa Banque Centrale, notre endettement public serait simplement de l’ordre de 30% par rapport au PIB. Où est passée la différence ? Lorsque l’on évoque la monétisation de la dette publique, les idéologues néolibéraux rétorquent, bien évidemment, qu’on ne pourrait laisser un tel chèque en blanc aux dirigeants politiques qui dès l’instant qu’ils le pourraient useraient et abuseraient de la « planche à billets » pour satisfaire leurs pulsions clientélistes et nous lanceraient ainsi dans un cercle d’hyperinflation. 1/ L’accès de l’Etat au financement direct de sa dette par sa banque centrale est une généralité dans presque tous les pays développés. 2/ Rien n’empêche de mettre des garde-fous. 3/ Enfin, et surtout, l’argumentaire néolibéral de l’irresponsabilité financière des dirigeants politique marque un terrible mépris de la démocratie.

Assemblée constituante Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Une assemblée constituante est une institution collégiale avec pour tâche la rédaction, ou l'adoption, d'une constitution, c'est-à-dire le texte fondamental d'organisation des pouvoirs publics d'un pays. La façon dont les membres de l'assemblée sont désignés dépend des circonstances et des pays. Ils peuvent être désignés expressément pour cette tâche, ou bien avoir d'autres fonctions institutionnelles, voire s'autoproclamer. Le résultat des travaux de l'assemblée peut n'être qu'un projet qui devra être entériné par le détenteur du pouvoir (par exemple un référendum). Assemblées constituantes dans le monde[modifier | modifier le code] En Allemagne[modifier | modifier le code] En Belgique[modifier | modifier le code] Au Canada[modifier | modifier le code] Conférence de Charlottetown[modifier | modifier le code] En Égypte[modifier | modifier le code]

GFA, TSL, association de gestion du foncier …. Assemblées générales le 11 janvier 2014 Le combat du Larzac contre l'extension du camp militaire a inventé beaucoup de moyens de lutte. Un des plus originaux fut la création des Groupements Fonciers Agricoles. Il s'agissait de proposer aux militants «d'investir » dans des parts de groupement pour acheter des terres convoitées par l'armée, et y maintenir ou installer des paysans. Ce n'était pas un «investissement » à rentabilité financière, mais il a été doublement productif : il a contribué à la victoire de la lutte, et aujourd'hui 1 206 ha permettent à 29 agriculteurs de disposer de terres en fermage sans avoir à supporter l'achat du foncier. L'outil de lutte est devenu un outil de développement ; même après la fin de la lutte, en faisant appel à prise de parts, des terres ont encore été acquises pour aider des fermiers à s'installer ou s'agrandir. D'un outil de lutte faire un instrument de développement. Le problème majeur était la relation avec les porteurs de part. et y participer en vous proposant comme gérant du GFA.

Triomphe de la propagande : les médias, armes de guerre – par John Pilger Pourquoi tant de journalistes ont-ils succombé à la propagande ? Pourquoi la censure et les distorsions sont-elles des pratiques courantes ? Pourquoi la BBC se fait-elle la voix d’un pouvoir rapace ? Pourquoi le New York Times et le Washington Post trompent-ils leurs lecteurs ? Pourquoi n’enseigne-t-on pas aux jeunes journalistes à analyser l’agenda médiatique et à contester les hautes prétentions et les basses intentions de cette fausse objectivité ? Et pourquoi ne leur enseigne-t-on pas que l’essence de ce qu’on appelle les médias mainstream (dominants) n’est pas l’information, mais le pouvoir ? Ces questions sont urgentes. Les temps dans lesquels nous vivons sont si dangereux, et l’opinion publique le perçoit de manière si distordue que la propagande n’est plus, comme Edward Bernays l’appelait, « un gouvernement invisible ». Détournement de CNN –>> CIA, manipulant la réalité, partout dans le monde Cette capacité à forger une nouvelle “réalité” se construit depuis longtemps.

Accueil Gestion alternative des conflits fonciers Les appellations employées dans ce produit d’information et la présentation des données qui y figurent n’impliquent de la part de l’Organisation des Nations Unies (FAO) pour l’alimentation et l’agriculture aucune prise de position quant au statut juridique ou au stade de développement des pays, territoires, villes ou zones ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. La mention de sociétés déterminées ou de produits de fabricants, qu’ils soient ou non brevetés, n’entraîne, de la part de la FAO, aucune approbation ou recommandation desdits produits de préférence à d’autres de nature analogue qui ne sont pas cités. Tous droits réservés. Les informations contenues dans ce produit d’information peuvent être reproduites ou diffusées à des fins éducatives et non commerciales sans autorisation préalable du détenteur des droits d’auteur à condition que la source des informations soit clairement indiquée.

Pallier le manque de vision des démocraties occidentales, un impératif politique ? Pallier le manque de vision des démocraties occidentales, un impératif politique ? Par @Marine Caron Début novembre, les élections de mi-mandat aux Etats-Unis ont vu les Républicains ravir la majorité des sièges au Sénat, contrôlant désormais les deux chambres du Congrès américain. Un revers pour le président Obama, en dépit d’un rebond de la croissance nationale en cette fin d’année 2014 (progression du PIB de 4 points entre avril et juin[1]). L’amélioration du marché du travail comme l’assainissement de la santé financière des ménages n’ont donc pas contribué à l’amélioration de la popularité de l’exécutif. De l’autre côté de l’Atlantique, le risque d’une situation similaire existe. A défaut de tenir des discours de durcissement de sa politique en fonction des événements et de la pression citoyenne, David Cameron devrait faire des interventions d’un autre genre. En Grande-Bretagne, l’objectif fixé pourrait être celui de faire du pays la plus grande économie d’Europe. Marine Caron

Lettre ouverte : baisse salaire du maire Philippe Henry Lettre ouverte à Monsieur Philippe Henry le 27 avril 2014 Monsieur Le Président de la Communauté de Communes, Monsieur Le Maire, Vous venez d'être réélu en tant que maire et président de la communauté de communes avec une majorité incontestable. Vous avez proposé, à ces deux assemblées, de voter votre rémunération en proposant le maximum d'indemnités prévues par la loi. La majorité a approuvé, ce qui est indéniable. Toutefois, bon nombre d'élus à ces mêmes postes n'ont pas manqué de minorer le montant de leurs indemnités, voire ont refusé ces indemnités. Des élus en Mayenne, notamment au sein de l'UDI, et un peu partout en France, ont su marquer leur solidarité, en ces temps de crise. Le Président Tunisien a également baissé son salaire de 30%, il a déclaré : "Nous faisons face à une crise financière et économique. A maintes reprises vous avez martelé qu'il fallait : "Montrez l'exemple" et qu'il fallait : "rester connecté à la réalité". Nous comptons sur vous. Très Cordialement.

Monique Pinçon-Charlot : « La violence des riches atteint les gens au plus profond de leur esprit et de leur corps Basta ! : Qu’est-ce qu’un riche, en France, aujourd’hui ? Monique Pinçon-Charlot [1] : Près de 10 millions de Français vivent aujourd’hui en-dessous du seuil de pauvreté. Celui-ci est défini très précisément. Mais il n’existe pas de « seuil de richesse ». Nous nous sommes intéressés aux plus riches parmi les riches. Pourquoi est-il si difficile de définir cette classe ? La richesse est multidimensionnelle. A cela s’ajoute la richesse sociale, le « portefeuille » de relations sociales que l’on peut mobiliser. Il existe aussi une grande disparité entre les très riches... Bernard Arnault, propriétaire du groupe de luxe LVMH, est en tête du palmarès des grandes fortunes professionnelles de France, publié chaque année par la revue Challenges. Malgré l’hétérogénéité de cette classe sociale, les « riches » forment, selon vous, un cercle très restreint. On trouve partout les mêmes personnes dans une consanguinité tout à fait extraordinaire. C’est une violence inouïe. C’est une nécessité absolue.

Démocratie et tirage au sort La catastrophe financière et monétaire actuelle PROUVE tous les jours que les pires crapules, pourvu qu'elles soient RICHES, n'ont rien à craindre des élus. Je répète : la preuve est apportée tous les jours, partout dans le monde, que les canailles RICHES n'ont RIEN à craindre des ÉLUS. Ce sont des FAITS. Chacun peut vérifier ces faits lui-même. Je signale d'abord que les riches et autres aristocrates, eux, le savent depuis longtemps : dès le début du XIXe siècle, Alexis de Tocqueville avouait déjà : "Je ne crains pas le suffrage universel : les gens voteront comme on leur dira." Pourtant, les plus généreux militants progressistes, les plus sincères humanistes, semblent éprouver un attachement quasiment religieux à l’élection de représentants politiques au suffrage universel, en dépit de toutes les déceptions, en déni de toutes les trahisons. Alors, qu'est-ce qu'une véritable démocratie ? Garder ce schéma sous les yeux en lisant ce qui suit. Des citoyens armés

A propos du tirage au sort. Initiative populaire Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une initiative populaire est un mécanisme de démocratie semi-directe qui permet à un certain nombre de citoyens, par pétition, de saisir une assemblée législative ou le peuple par référendum afin qu'il statue sur une proposition de loi. Le référendum d’initiative populaire est très peu répandu dans le monde. Il n’est pratiqué réellement que par la Suisse, l’Italie[1], le Liechtenstein, quelques États américains, quelques pays fédéraux (länder) allemands (p.ex la Bavière[2], le Berlin[3]), la Lettonie[4], la Slovénie[5], dans une moindre mesure par la Croatie[6] et le Venezuela. Les initiatives populaires tendant seulement à saisir le Parlement sont en revanche plus répandues. §Référendum d’initiative populaire[modifier | modifier le code] §Principe[modifier | modifier le code] Tous les référendums ne sont pas « d’initiative populaire ». Les autres référendums sont généralement à l’initiative des institutions.

« Le système financier est comme une centrale nucléaire mal contrôlée Basta ! : Une nouvelle crise financière est-elle possible, à brève échéance ? Jean-Michel Naulot [1] : Il est très difficile de savoir quand une crise va éclater. Mais les foyers de crise financière ne sont pas éteints, il peut y avoir de nouvelles répliques très vite. Vous comparez la situation actuelle de la finance à une dangereuse centrale nucléaire... Je trouve ce terme assez parlant : nous sommes face à une centrale nucléaire mal contrôlée. Une crise de cette centrale nucléaire financière aura des conséquences immédiates sur l’économie réelle. Tout le monde insiste désormais sur la « crise de la dette publique »... Au printemps 2010, l’euro a failli éclater. Les crises financières se multiplient depuis 20 ans. Pour analyser la crise, il faut prendre un peu de recul… En ce qui me concerne, cela fait plus de 20 ans que je vois monter le danger. La situation est assez terrifiante, et nos dirigeants politiques évitent de se poser des questions. Bien sûr. Un exemple ? Que proposez-vous ?

RECit

Related: