background preloader

La fable bidon de la famille RSA qui gagne plus que la famille salariée

La fable bidon de la famille RSA qui gagne plus que la famille salariée
Related:  de la misère civilisée, croissance des inégalitésClassism

Campagne contre les idées reçues sur la pauvreté Bonjour, J’ai pris connaissance de l’existence de vos actions via la campagne actuelle "Combattre la pauvreté, c’est combattre les préjugés". Aujourd’hui, mon mari et moi qui sommes actuellement chez mes parents avons entendu une discussion comme on en entend tous les jours, dans la pièce à coté de laquelle nous sommes : "de toutes façons, les allocations familiales, ceux qui en profitent ce sont ceux qui ont plein d’argent donc font plein d’enfants. Eux, et les étrangers." Mon mari étant étranger, autant dire qu’il a le moral plombé pour la journée… même s’il n’est même pas concerné d’un poil (nous n’avons pas droit aux allocations puisque nous vivons dans son pays..). Ça m’a donné une idée. Bref, c’est juste une idée… en vous l’envoyant j’aurai au moins évacué ma déprime relative à ce petit évènement. Merci pour votre action et bon courage pour la suite, Répondre à ce message

Bisphénol A, phtalates, parabens : tolérance zéro ! - France-Monde Par la rédaction pour La Voix du Nord, Publié le 14/03/2013 - Mis à jour le 14/03/2013 à 11:24 Bisphénol A, phtalates, parabens... Ces substances sont mises en cause dans l'augmentation du nombre de cancers, troubles du comportement, cas d'infertilité. L'Agence européenne de sécurité des aliments rend ce mois-ci un rapport sur ces perturbateurs endocriniens. Après avoir interdit le bisphénol A, la France lance une stratégie nationale pour les encadrer. LIRE AUSSI :> « Comment interdire tous les perturbateurs endocriniens ? Notre maison apparaît soudainement moins chaleureuse : de la bouilloire électrique en plastique, à la gamme aubergine des ustensiles de cuisine, du dentifrice à notre rouge à lèvres, du camion de pompiers offert à Noël à notre jean préféré, de la peinture du salon au jardin... Bisphénol A, parabens, phtalates... se nichent partout. Au fil des études menées d'abord sur les animaux, les liens de cause à effet se confirment chez l'homme. 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7.

What I Learned From 4 Years Working at McDonald's | Kate Norquay From 18-22, I spent four years working at McDonald's. I worked a mix of part- and full-time over these years, always failing to find a "better" job. I never advanced up the rungs, never was a manager, never achieved anything of significance in my time there. Basically, I was the absolute stereotype of a deadbeat McDonald's worker. Over the years, I saw this stereotype play out in a number of ways. And it played out in my own mind. I didn't improve. But after a few years, my attitude started to change. I started to be proud of my job. "McDonald's is gross and greasy. I asked myself, what is the difference between McDonald's and the entry-level jobs other students have? Is it because I work for a big corporation? Or because the company is unethical? Maybe because I work in fast food? Because it's not intellectual? And then I realized. McDonald's is supposed to be a job for people who can't do anything else. This was the bias that both me and the people around me were applying to my job.

Un vieux ticket de caisse qui fait causer sur Twitter | Le Yéti, voyageur à domicile Figurez-vous qu’un certain Daniel Glazman (alias @glazou sur Twitter), vient de retrouver un vieux ticket de caisse de supermarché datant de 1997. Du coup, il a comparé avec les prix d’aujourd’hui... Le comparatif de Daniel Glazman Aussi sec, déchaînement des twittos (utilisateurs de Twitter, pour les nuls). Je ne vous parlerai pas ici de la masse des approbateurs, mais de ceux qui tentaient de toute la petite force de leurs cellules grises de faire objection à la réalité crue exprimée par le ticket de Glazou. « @yetiblog @1loup @twitpic Faudrait voir l’augmentation du smic sur la même période... Batailles statistiques Le smic horaire de 1997 était de 6,01 euros (39,43 francs) ; celui de 2012 de 9,40 euros (+56,40%). Certains twittos tentaient d’atténuer la violence de l’annonce en la pondérant à l’année. Ben oui, cher Korchkidu, sauf que d’un autre côté, c’est bien des 3% de déficit annuel sur des années qui ont fini par nous faire une dette publique parfaitement insupportable.

#CQVC ● 4 pages consacrées aux Substances Chimiques, et aux vérités cachées... | Environnement alimentation et santé What I Learned About Bias From 4 Years Working at McDonald's Originally published on Medium and republished here with the author’s permission. From 18-22, I spent four years working at McDonald’s. I worked a mix of part- and full-time over these years, always failing to find a “better” job. I never advanced up the rungs, never was a manager, never achieved anything of significance in my time there. Basically, I was the absolute stereotype of a deadbeat McDonald’s worker. Over the years, I saw this stereotype play out in a number of ways. And it played out in my own mind. I didn’t improve. But after a few years, my attitude started to change. I started to be proud of my job. I asked myself, what is the difference between McDonald’s and the entry-level jobs other students have? Is it because I work for a big corporation? Or because the company is unethical? Maybe because I work in fast food? Because it’s not intellectual? And then I realized. McDonald’s is supposed to be a job for people who can’t do anything else. McDonald’s is gross and greasy.

RSA: la moitié des ayants droit ne le demande pas RSA - "Près de la moitié" des bénéficiaires potentiels du Revenu de solidarité active (RSA) ne le demande pas, souvent par méconnaissance, selon la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf). Le RSA, qui a remplacé il y a trois ans le Revenu minimum d'insertion (RMI), comporte deux volets: il constitue soit un revenu minimum pour les personnes sans ressources comme le faisait le RMI ("RSA socle") soit il complète un petit salaire ("RSA activité"). Fin 2010, le taux de "non-recours" au "RSA socle" était de 35% en moyenne, tandis que le taux de "non-recours" au "RSA activité" atteignait 68%, soit en tout "près de la moitié" des bénéficiaires potentiels du RSA. "La méconnaissance du RSA, ou sa mauvaise connaissance, explique pour l'essentiel le non-recours à la prestation. En revanche, les non-recourants n'évoquent que marginalement un faible intérêt financier de la prestation", explique la Cnaf qui a mené une étude. Une personne sur dix en ignore l'existence

Paradis fiscaux : les banques françaises enfin contraintes à la transparence - Réforme bancaire La réforme bancaire est toujours en discussion au Parlement. Et – surprise ! – elle pourrait contenir au moins une véritable avancée : l’obligation pour les banques de publier toutes leurs données concernant leurs activités dans les paradis fiscaux. Heureusement que certains députés et sénateurs sont plus offensifs que le gouvernement. C’est désormais chose faite : à l’initiative des groupes EELV et socialiste au Sénat, un amendement, voté le 21 mars, oblige les banques à publier leurs bénéfices, impôts et subventions dans toutes leurs filiales à l’étranger. Un effet très dissuasif La victoire est double : cette obligation concerne toutes les filiales, et pas seulement les 18 territoires considérés par Bercy comme des paradis fiscaux. « Cela aura un effet dissuasif. Après les banques, les multinationales ? L’amendement des sénateurs a finalement reçu un avis favorable du gouvernement, malgré l’intense lobbying de la Fédération bancaire française. Ivan du Roy

Joyeux Noël (sous condition de ressources) - Une heure de peine... C'est Noël, et la chasse aux pauvres continue. . "Car la prime n’était pas forcément utilisée pour l’enfant" nous dit une responsable. Ce pourrait être anecdotique - après tout, il ne s'agit jamais que d'une prime de 50€, pas de la prime de Noël étatique - si ce genre de proposition ne revenait régulièrement sur le tapis politique : verser les aides "en nature" ou, tout au moins, d'une façon qui évite aux pauvres de les détourner de leur destination officielle. Car derrière, il y a cette idée finalement très répandue : les pauvres sont pauvres parce qu'ils gèrent mal leur argent. Fréquentant depuis un temps certain les salles des profs, il n'est pas rare que j'y attende l'une ou l'autre allusion à ce gamin doté d'un téléphone portable dernier cri ou de baskets à la mode alors que ses parents sont notoirement au chômage, ou pauvre, ou précaire, ou dans la dèche, quelque soit l'expression que l'on utilise pour les désigner. Mais n'allons pas trop vite en besogne.

Droit d’asile, le rapport qui accable la France Le pays des Droits de l’homme n’est plus ce qu’il était ! La France, une terre d’asile qui reçoit mal ses invités. Allons bon ! Plusieurs constats sont mis en avant. Pour rappel, en 1981, il y avait 61 400 demandes de primo-demandeurs adultes, en 2003, ils étaient 52 200. Ch. Les alternatives aux pesticides se développent partout… sauf en France - Modèle agricole - Basta ! | Environnement alimentation et santé Edouard Louis ou le déterminisme extrême Dans son dernier livre, «Histoire de la violence», l'auteur d'«En finir avec Eddy Bellegueule» nous gratifie d'une autofiction qui sent bon la prolophobie et confine à l'excuse sociologique. J'ai l'habitude de lire un peu de littérature mais je crois n'avoir jamais vu de phrases aussi méprisantes que celles écrites par Édouard Louis sur ses pauvres congénères, comme s'ils étaient enfermés dans une réalité dont ils ne pouvaient pas s'échapper, prisonniers d'un destin qui les enfermait à tout jamais dans leur misère. Edouard Louis, c'est Zola à tous les paragraphes, mais avec un zeste de Bourdieu pour condamner ses personnages à rester dans leurs cases. Le jeune auteur est célèbre depuis son dernier –et premier– roman En finir avec Eddy Bellegueule, qui dessinait avec violence le milieu social dont il est issu. Edouard Louis prétend décortiquer la violence de notre société pour mieux dénoncer le racisme et la ségrégation sociale dont sont victimes les enfants d'immigrés. Polyphonie

En bleu les riches, en rouge les pauvres... Faites le test dans votre quartier Capture d’écran L’association Regards Citoyens attire notre attention sur une visualisation plutôt bien ficelée : les revenus des Français par carrés de 200m de côté... La carte se base sur les données de l’Insee, qui publie les revenus « carroyés » des ménages au 31 décembre 2010. Il s’agit des revenus fiscaux, c’est-à-dire de ceux déclarés par les contribuables avant tout abattement ou redistribution. Etienne Côme, auteur de cette « data-viz », travaille à l’Institut français des sciences et technologies des transports de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR) : « Pour les revenus, on constate l’“effet ville” et la richesse du littoral. Vue dans son intégralité, la France est découpée en carré de 4km2 : en bleu les riches, en rouge les pauvres. Les inégalités deviennent dès lors bien visibles. Zomm sur la région parisienne Autre exemple : Amiens, où l’on retrouve là aussi une coupure entre les moitiés nord et sud de la ville. Zoom sur la ville d’Amiens Zoom sur la ville de Marseille

CES « PARASITES » QUI VIVENT AUX CROCHETS DE L’ETAT C’est un argument de rhétorique utilisé extrêmement régulièrement par les libéraux : si la France va mal (et en particulier ses finances publiques), c’est que l’assistanat y est trop développé. Autrement dit, il y a trop de « parasites » qui pompent les finances publiques et le niveau de rémunération de cet assistanat n’encourage pas au travail. Cet argumentaire sert de justification non à la réforme mais au démantèlement en cours depuis une dizaine d’années (et très largement prolongé par la « gauche de droite » actuellement au pouvoiri) de tout notre système de protection sociale : il faut retirer la perfusion sociale à tous ces fainéants et autres chômeurs, ça leur filera un coup de pied au cul pour aller travaillerii. D’une pierre, on fera deux coups : assainissement des finances publiques et forte baisse du taux de chômage. Admettons un instant. Entre 30 et 40 Mds€iii : l’estimation du montant annuel de la fraude fiscale. L’oligarchie a peur.

Related: