background preloader

« Enfin, dans ton état... » : j’ai détesté être enceinte

« Enfin, dans ton état... » : j’ai détesté être enceinte
J’ai eu la veine d’être plutôt épargnée : j’ai été en forme tout au long de ma grossesse, je n’ai pas gardé de séquelles physiques inesthétiques (du type vergetures ou ventre qui pendouille) et les dix-sept kilos pris (oui, quand même) sont tous repartis en quatre mois. Making of Christelle P.R. (qui ne souhaite pas préciser son nom), 28 ans, a écrit ce texte quelques semaines après son accouchement. Son fils va bientôt avoir 2 ans. Elle est retombée sur son récit en faisant du ménage dans son ordinateur et, après relecture, l’a envoyé à Rue89. « A l’époque, j’aurais bien aimé lire ce genre de témoignages, je n’en ai pas trouvé. » Depuis, « pour libérer la parole », la jeune femme a reparlé de son expérience avec quelques amis – l’une a ressenti ce mal-être après l’accouchement. « Aujourd’hui, j’ai une relation épanouie avec mon fils. » Emilie Brouze Ce que je n’avais pas vu venir, c’est que mon corps n’allait plus m’appartenir. Je n’étais plus moi-même. L’enfer c’est les autres.

http://rue89.nouvelobs.com/2013/04/04/enfin-etat-jai-deteste-etre-enceinte-241176

Related:  Parentalité Périnatalité

Le sein-roi : en Suède, une loi pour renforcer la dictature de l’allaitement (De Finlande) Christine Demsteader, mère célibataire britannique installée en Suède, en a assez. Elle peste contre la volonté des Suédois d’encourager à tout prix les jeunes mamans à nourrir au sein leurs bébés. Dans une chronique publiée sur le site The Local, elle se souvient : Tu seras violée et tu mourras en couches, ma fille Le viol et l'accouchement ont un point en commun, ils permettent, par la façon dont ils sont traités par la société, une domination complète des femmes. Dans les deux cas, tout est mis en place pour limiter leur liberté, les exposer aux violences et les rendre coupables de celles-ci. En effet, les messages envoyés aux filles puis aux femmes par leur entourage, par les médias, par les professionnels et surtout par toutes les personnes qui leur veulent du bien, s'appuient sur des mythes et des mensonges qui ont pour effet de leur imposer soumission et obéissance. Tout commence par ces mises en gardes bien intentionnées adressées aux adolescentes. Les « fais attention quand tu sors », en passant « ne t'habille pas comme ça » jusqu'aux « demande à quelqu'un de te raccompagner » sont autant de références au petit chaperon rouge et à toutes les jeunes femmes ayant croisé ce mystérieux inconnu qui les a violées et trucidées dès qu'elles ont franchi leur pas-de-porte.

Réduire le séjour en maternité: une logique financière à courte vue  Quand j'ai entendu à la radio le projet de réduire de quatre à trois jours la durée du séjour en maternité, tout cela pour une supposée économie de 280 millions d'euros, je n'ai pu m'empêcher d'y voir une absurdité, doublée d'une réforme "mal fichue". Une absurdité tout d'abord car il est évident que toutes les femmes ne vivent pas de la même manière un accouchement. Et qu'une même femme aura d'ailleurs probablement une expérience différente de la venue au monde de son premier ou de son deuxième enfant.

Ne le prend pas dans tes bras Quelle mère n’a jamais entendu ça? « Ne le prend pas dans tes bras, il va s’habituer ». « Laisse-le pleurer, ça lui fera les poumons ». La violence éducative commence tôt, très tôt. L’enfant à peine né, il faut couper le cordon, se garder d’être trop « fusionnel », le laisser seul pour qu’il « s’habitue ». Abstract du CA du 13 juin 2014 Ouverture du CA par le Président le Dr MARTY qui regrette l’absence d’une grande partie des administrateurs suite à la grève de la SNCF. Enquête du Pr Jouannet sur l’AMP - E. Paganelli Seuls 45 adhérents du Syngof ont participé à l’enquête diligentée par le Pr Jouannet.

Attachement et autonomie chez l’enfant: considérations éthologiques et ethnologiques J’ai expliqué dans l’article précédent en quoi nos conceptions actuelles de l’éducation, et en particulier de l’acquisition de l’autonomie, reposent sur des prémisses héritées du patriarcat. Selon ces théories, la relation mère-enfant fusionnelle serait étouffante et nocive non seulement pour l’enfant mais également dangereuses pour la famille. De plus, sans une rupture précoce et provoquée par les parents (traditionnellement par le père, mais avec la complicité de la mère, bien qu’il y ait des variantes dans les théories actuelles), l’enfant n’apprendrait jamais l’autonomie et resterait toujours dépendant, fragile et vulnérable.

Concilier vie professionnelle et maternité : l'éternelle aliénation de la femme Une mère allaitant son enfant - image d'illustration (G.MICHEL/SIPA) Dans une journée, il y a 24 heures. Non extensibles. 25 000 césariennes évitables chaque année en France En dehors de toute situation d'urgence, certaines grossesses nécessitent de programmer une césarienne. Mais en France, un tiers d'entre elles, soit plus de 25.000, pourraient être évitées, selon une étude publiée dans la revue médicale scandinave Acta obstetricia et gynecologia. Pour mettre en évidence cette fréquence élevée de césariennes évitables, Bénédicte Coulm, sage-femme et chercheuse à l'Inserm, a analysé plus de 14.500 accouchements dans quelque 500 maternités. Le taux de césariennes programmées s'élevait à 10,9 %, ce qui représente environ la moitié des césariennes pratiquées en France (les autres étant réalisées en urgence au cours de l'accouchement). Selon cette étude, deux causes majeures entraînent des accouchements par césarienne programmée: les bébés qui se présentent par le siège et un «utérus cicatriciel», c'est-à-dire porteur d'une cicatrice en raison d'une césarienne antérieure. Mais peut-on imputer cette tendance uniquement aux équipes médicales?

Population - La fécondité dans les régions depuis les années 1960 Anne-Thérèse Aerts, division Statistiques régionales, locales et urbaines, Insee Résumé En France métropolitaine, les disparités régionales de fécondité se sont sensiblement réduites depuis la fin du baby-boom. Le traditionnel croissant de haute fécondité, qui s'étendait jusque dans les années 1960 de l’Ouest à l’Est en passant par le Nord, a disparu. En 2009, la fécondité est la plus élevée dans le quart nord-ouest de la France, ainsi qu’en Franche-Comté, Rhône-Alpes et Provence - Alpes - Côte d’Azur. La Corse est la région la moins féconde, suivie par l’Alsace et la Lorraine où la fécondité équivaut à celle du sud-ouest et du centre de la France.

L’haptonomie pour se préparer à l’accouchement : juste magique ! Benoit Le Goedec, sage-femme*, nous explique en quoi cette méthode peut bien nous préparer en couple à la naissance de bébé. Eh non, ce n’est pas du mélo ! L’haptonomie renforce la complicité dans le couple Souvent, nous, les nanas, on reproche à nos chéris de ne pas s’impliquer suffisamment dans la grossesse. Un bisou sur le ventre, c’est sympa, mais bon, peut mieux faire, non ? Avec l’haptonomie, le papa cherche le contact avec son bébé à travers le ventre de la maman, apprend à se rendre disponible pour le bébé. Tribune contre la levée de l'anonymat sur le don de gamètes La tribune ci-dessous nous a été proposée de façon anonyme. Elle nous a paru extrêmement intéressante à plus d'un titre : elle concerne un problème biologique en progression dans la population qui devient un problème de société, une réponse politique sujette à débat qui est à l'ordre du jour parlementaire, elle apporte un peu de pédagogie sur la notion de gène et contre une vision déterministe du gène encore trop répandue... Nous la publions en espérant vos réponses nombreuses.

« Tu t'y mets quand ? » Stress de No Kid dans une France féconde « On n’est pas vraiment une femme tant que l’on n’est pas mère. »« Une vie sans enfant n’a pas de sens. »« Les gens qui ne font pas d’enfant sont égoïstes. »« Les hommes qui ne veulent pas d’enfant sont immatures. » « Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? » de Véronique Cazot et Madeleine Martin (éd. Fluide Glacial). Rien n’y fait, même pas la crise.

Related: