background preloader

"Storytelling": ces histoires que construit le pouvoir

"Storytelling": ces histoires que construit le pouvoir
Avec « Storytelling », Christian Salmon signe un essai décapant sur la nouvelle « arme de distraction massive », devenue grâce à la mondialisation et à la férocité cynique des communicants, l’arme de destruction rêvée du marché : quand « l’art de raconter des histoires » devient l’art de « formater les esprits » pour les aliéner. Ce n’est pas de la fiction : le « storytelling » manage le monde depuis les années 90. Entretien. Dans un monde où le rapport au réel oscille majoritairement entre téléréalité et chaînes tout-info, la fiction semble devenue une norme sous-jacente, un besoin, une échappatoire. De nos jours, un roman ou une série télé fonctionnent surtout s’il est « vrai » (dilemme pour les éditeurs). Depuis les années 90, les politiques ont mis la main sur l’arme. « Storytelling », c’est un monde : un polar, un manuel de résistance, un ouvrage d’analyse, un livre d’histoire contemporaine. « Les marques s’attribuent les pouvoirs qu’avant on cherchait dans la drogue » Related:  Storytelling

Le retour du chemin de fer pour les sites web narratifs En des temps reculés, la plupart des sites web étaient informatifs (ils fournissaient de l’information à consulter), mais certains étaient contemplatifs. Les technologies d’animation comme Flash permettaient aux designers de créer des sites visuellement très riches dont l’unique but était de contenter l’oeil (très pratique quand on n’avait pas grand-chose à raconter). Avec la montée en puissance des terminaux mobiles, les technologies de RIA comme Flash ont été délaissées au profit de technologies standards offrant des possibilités similaires (HTML5 donne de la profondeur à la narration). L’agencement des différents éléments de la page fait que l’on déroule la page ers le bas en découvrant les différentes unités d’information, puis on clique sur “Next” et on recommence sur la page suivante. Au final, cette approche de la conception est tout à fait intéressante pour dérouler des arguments et/ou raconter une belle histoire.

Psychologie et manipulation des masses (première partie) Edward Bernays L’étude systématique de la psychologie des foules a mis au jour le potentiel qu’offre au gouvernement invisible de la société la manipulation des mobiles qui guident l’action humaine dans un groupe. Trotter et Le Bon d’abord, qui ont abordé le sujet sous un angle scientifique, Graham Wallas, Walter Lippmann et d’autres à leur suite, qui ont poursuivi les recherches sur la mentalité collective, ont démontré, d’une part, que le groupe n’avait pas les mêmes caractéristiques psychiques que l’individu, d’autre part, qu’il était motivé par des impulsions et des émotions que les connaissances en psychologie individuelle ne permettaient pas d’expliquer. D’où, naturellement, la question suivante : si l’on parvenait à comprendre le mécanisme et les ressorts de la mentalité collective, ne pourrait-on pas contrôler les masses et les mobiliser à volonté sans qu’elles s’en rendent compte ? Edward Bernays La deuxième partie de cet article sera publiée mardi prochain .

Storytelling (technique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le storytelling ou conte de faits[1] ou mise en récit[2] signifie littéralement « racontage d'histoire »[3]. L'expression désigne une méthode utilisée en communication fondée sur une structure narrative du discours qui s'apparente à celle des contes, des récits. Son emploi notamment en communication politique est controversé du fait des usages parfois discutables auxquels se livrent les Conseillers en communication désignés sous le terme de spin doctors. Les hommes ont toujours eu recours à de grands mythes pour expliquer l’univers et organiser le chaos. Le conte de faits est l'application de procédés narratifs dans la technique de communication pour renforcer l'adhésion du public au fond du discours. Le storytelling consiste à essayer de faire émerger au sein des organisations ou du public une ou plusieurs histoires à fort pouvoir de séduction et de conviction[5].

L'art du récit : scénarisation pédagogique et storytelling Le récit est la forme ancestrale de transmission des savoirs entre les hommes. C'est aussi et avant tout ce qui donne du sens aux faits, aux données. Malgré la vogue de la communication des données brutes, connue sous le nom de mouvement open data, le récit reste indispensable pour établir les liens et bâtir les significations. Nos récits contemporains ne sont pas ceux d'hier. Est-ce si sûr ? Bien des formes narratives que l'on pourrait croire nées des outils numériques d'édition prennent racine dans des pratiques anciennes. Il est un récit particulier qui fixe les scènes, précise les éléments de décor, liste le matériel à utiliser, c'est le scénario. Les technologies numériques et les réseaux ont redonné de l'importance à la scénarisation pédagogique : la formation à distance en effet est fortement scénarisée. Récit et scénarisation pédagogique, deux formes de narration bien différentes mais finalement complémentaires, voilà ce que Thot Cursus vous invite à découvrir cette semaine.

L'information et l'idéologie. par Serge CHARBONNEAU Idéologie : Un système d’idées, de croyances, de doctrines propres à un groupe social. Une vision bien précise du monde, de la réalité. Nous sommes tous, qu’on le veuille ou non, à des degrés divers, d’une certaine façon, « idéologues ». C’est-à -dire que nous voyons les choses à travers nos perceptions, nos idées, nos convictions, bref nous avons tous des lunettes qui nous colorent la réalité. L’objectivité dans l’analyse des événements est un but à atteindre. C’est un métier bien difficile. On peut penser à ce regretté Louis Martin de Radio Canada. Radio Canada fut, à une époque, un chef de file exemplaire pour la qualité de son information grâce à la qualité professionnelle de ses journalistes et de ses communicateurs hors pair. L’information était "non-éditoriale". Qu’en est-il aujourd’hui ? Radio Canada, comme bien d’autres, semble avoir perdu de sa rigueur. Il est devenu régulier d’avoir, non plus de l’information, mais plutôt le verdict d’un jugement. Prenons le cas iranien.

| Comment écrire son histoire à l’époque du storytelling Comment écrire l’histoire de sa vie à une époque où des histoires nous sont racontées partout: dans les médias, au cinéma, en politique, dans la publicité? Comment prendre en main son destin personnel au milieu de ces histoires faites pour gouverner nos vies? Le monde foisonne d’histoires. Des histoires pour gouverner Pourquoi des histoires? Les marques utilisent elles aussi le storytelling pour se faire apprécier des consommateurs. Comment, dès lors, les individus peuvent-ils écrire leur propre histoire? Dans ce contexte encombré par les histoires, notre propre histoire est reléguée tout au fond de nous. La meilleur façon de parler au peuple Le storytelling est l’art de raconter des histoires. Le storytelling est apparu au début des années 90, selon Christian Salmon (Monde diplomatique). L’épopée et son héros Les histoires ont souvent l’allure d’une épopée conduisant le peuple vers l’abondance et la richesse. Mais une histoire a besoin de personnages. Des histoires inventées de toute pièce

Formation Les médias déconsidérés pondent dans Internet. par Vladimir MARCIAC Merci pour l’article, je me suis bien marré ! Vraiment trés bien écrit bravo Je me permet de poster un article que j’avais écrit il y a un an en revenant de la conférence pour le lancement de Mediapart, ainsi qu’une réponse qui m’avait été envoyé par une journaliste de Mediapart. a+ — Mediapart ou le journalisme parisien numérisé par Clemsos, le 02 fev 2008 Boulevard St-Germain-des-Prés, dans le forum de la FNAC "Digitale". Une cinquantaine de cinquantenaires assis sur des chaises pliantes, dont une quarantaine de journalistes parisiens et quelques étudiants d’écoles de journalisme. Devant eux, confortablement installé dans de gros fauteuils, deux anciens du Monde, présente leur nouveau projet de site d’information micro à la main. Les gens se regardent, se reconnaissent, se sourient. Les gens trépignent d’impatience, le speech commence, petits rires et boutades et même sérieux quand il le faut. L’audience oscille entre stupeur et ravissement (Internet, c’est le monde de demain !) Bonjour,

Spin doctor Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un spin doctor est un conseiller en communication et marketing politique agissant pour le compte d'une personnalité politique, le plus souvent lors de campagnes électorales. En français canadien, on parle parfois de « doreur d'images »[1]. Étymologie[modifier | modifier le code] Il est vrai que la fonction est ancienne et s'est formalisée depuis les années 1930, même si le mot lui-même, spin, n’a vraiment été popularisé qu’à partir de 1984 et du débat entre Ronald Reagan et Walter Mondale. To spin, en anglais, signifie « faire tourner ». La commission générale de terminologie et de néologie française recommande depuis 2007 l'emploi du terme « façonneur d'image » pour traduire cette fonction. Pratique des Spin doctors[modifier | modifier le code] Sous l'Allemagne nazie, le ministre Goebbels a été le précurseur et l'initiateur d'une propagande systématique à grande échelle en faveur d'un régime totalitaire. Voir aussi[modifier | modifier le code]

Médias Les jeux vidéo, nouveau terrain d'entraînement des armées Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Laurent Checola et David Kalfa Les yeux rivés sur leurs ordinateurs, des experts du Pentagone scrutent la situation à Bagdad. Faut-il, comme le préconisent les forces de la coalition sur place, détruire une vieille centrale électrique de la ville ? Quelles en seraient les conséquences pour les 3 000 insurgés retranchés dans les bâtiments avoisinants et pour la population locale ? Au XIXe siècle, l'état-major prussien utilisait déjà des jeux de plateau pour définir ses stratégies. Les simulations militaires ne se limitent plus désormais au simple jeu de tir : elles se déclinent et se spécialisent, pour mieux correspondre aux besoins des armées. Les développeurs de jeux ont compris qu'il s'agissait d'un marché fructueux. D'autres studios de jeu ouvrent des filiales destinées aux serious games militaires, comme le studio britannique Blitzgame, qui a créé Trusim. Pourquoi les armées se prennent-elles autant au jeu ?

Le fabuleux business du transmedia storytelling A l’occasion de la grande conférence Tools of Change for Publishing organisée par O’Reilly et qui vient de s’achever à New York, il y a eu une intervention très intéressante de Jeff Gomez, qui est, avec Henry Jenkins, un des grands pontes du transmedia storytelling aux USA. Sauf qu’à la différence de ce dernier, enseignant-chercheur au MIT, Jeff Gomez en a fait un réel business avec sa compagnie Starlight Runner Entertainment qui créé des « univers narratifs » pour, entre autres, Avatar, Halo, Dexter, et Pirates des Caraïbes. Mais, au juste, le transmedia storytelling, à part être un vilain terme jargonneux, c’est quoi, et surtout, comment ça fonctionne ? Le transmedia storytelling en bref Si on prend une définition très large de « transmedia storytelling », on peut comprendre le concept comme le fait de raconter une histoire sur différents médias. Qu’est ce que ça apporte par rapport à une histoire classique ? Comment faire du transmedia storytelling ? Share and Enjoy

En politique

Related: