background preloader

Vidéos de situations

Vidéos de situations
Cette émission met en scène les effets sur la sexualité de la consommation des drogues les plus utilisées par les 15-20 ans. Elle montre également comment et pourquoi le risque de transmission d'infections par contacts sexuels augmente lors de ces consommations. Comme pour toutes les émissions de la série websexo.ca, elle recourt à des mises en situation calquées sur la réalité des jeunes, sur l'expression populaire des perceptions et expériences liées au sujet, sur des témoignages de personnes auxquels les 15-20 ans peuvent s'identifier, sur l'apport d'une vulgarisation scientifique par un spécialiste de la question et sur une chronique Web permettant de se documenter encore plus. Les liens de la chronique Web: Santé Canada, Réseau canadien de la santé, Tel Jeunes, Rave Montréal, Service vie Related:  Je ne veux pas être manipulé(e)Faire des choixPrévention

Japon : Elles louent leur corps… aux publicitaires ! Les publicitaires ne reculent devant rien pour innover et surprendre. La preuve au Japon, avec une nouvelle tendance qui va en faire rougir plus d’un ! On avait déjà vu des publicités placardées sur des voitures, sur des tee-shirts ou encore des porte-clés, mais la mode n’est plus aux supports froids et désincarnés ! Au Japon, les entreprises ont décidé de communiquer via les jolies jambes des jeunes femmes du pays… En effet, les entreprises n’hésitent pas à offrir de l’argent aux jeunes japonaises pour pouvoir utiliser temporairement leurs cuisses ! Pour devenir un espace publicitaire vivant, il faut avoir au moins 18 ans et être en lien avec plus de 20 personnes sur les réseaux sociaux. Afin de se faire payer à la fin de la journée, les jeunes femmes doivent porter le tatouage à la vue d’un maximum de monde pendant au moins huit heures. Selon vous, faut-il voir une pratique discutable pour l’image de la femme ou une façon pour ces demoiselles de jouer avec leur image ?

James Bond : son alcoolisme aurait dû le tuer James Bond, avec une consommation moyenne de 92 unités d'alcool par semaine (soit 736 g d'alcool), est très alcoolique, selon des chercheurs britanniques qui ont analysé les 14 romans de l'auteur Ian Lancaster Fleming dans un article publié dans le British Medical Journal. La phrase fétiche du célèbre agent 007 est "Vodka-martini, secoué, pas mélangé", notent Graham Johnson du Royal Derby Hospital et ses collègues, ce qui fait référence au fait qu'idéalement, les cocktails Martini-vodka doivent être "mélangés" et non pas secoués au shaker. La fameuse phrase pourrait aussi faire référence aux tremblements induits par l'alcool, soulignent-ils. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) situe la limite au-delà de laquelle la consommation est considérée comme excessive à 210 g par semaine, soit 3 verres de vin par jour (2 verres pour les femmes). Sa consommation le met notamment à risque de dommages au cervelet pouvant provoquer un "tremblement cérébelleux". Voyez également:

Anorexies et boulimies : des comportements alimentaires à très haut risque Le fait d'envoyer des textos, des photos ou des vidéos intimes de soi s'appelle 'sexting”. Alors que 8 Suisse sur 10 ne savent pas ce qu'est le sexting, le phénomène prend de l'ampleur. En général, cela se fait dans le couple, pour faire plaisir au partenaire. Pro Juventute'Le sexting peut te rendre célèbre, même si tu ne le veux pas du tout”, la campagne de Pro Juventute sur le sexting est très visuelle et bien documentée sur ce site. 147Le numéro d'urgence d'aide et de conseils pour les jeunes où des spécialistes répondent en tout temps, de façon anonyme aux questions. Centre LAVIL'aide aux victimes en Suisse peut apporter une aide juridique et thérapeutique. Action InnocenceAction Innocence propose aux écoles des présentations pour sensibiliser les jeunes sur les risques liés à Internet. ciao-chLe site dédié aux jeunes donne l'occasion de poser des questions de manière anonyme. webeticCe site donne des conseils pour apprendre à surfer en sécurité.

Pub + image corporelle négative affectent le sentiment de valeur personnelle L'image corporelle est la perception qu'une personne a de son apparence physique. Une personne qui a une image corporelle négative perçoit son corps comme n'étant pas attrayant pour les autres tandis qu'une personne qui a image corporelle positive se voit comme attrayante ou du moins accepte son corps tel qu'il est. L'image corporelle n'est pas nécessairement liée à des mesures objectives ou à l'opinion que les autres peuvent avoir. Une personne qui a une image corporelle négative peut être considérée comme jolie par les autres alors qu'une personne ayant une bonne image corporelle peut être jugée comme n'étant pas attrayante par les autres. La recherche, menée par Gayle Bessenoff, chercheure en psychologie, impliquait 112 étudiantes de niveau collégial ayant en moyenne 18 ans. Les participantes devaient consulter des publicités provenant de magazines tels que Glamour et Vogue pour une tâche scolaire sans rapport avec l'image corporelle. Source: Psychology of Women Quarterly

L'émouvante histoire de Zion, un bébé condamné à ne vivre que 10 jours Né avec une grave anomalie génétique, Zion Isaiah Blick est un bébé qui n’a survécu que 10 jours après sa naissance. Une grande perte pour ses parents Josh et Robbyn qui, afin de rendre hommage à leur enfant, ont eu l’idée de réaliser une bouleversante vidéo où ceux-ci adressent de belle manière un grand merci à leurs fils disparu. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Né le 11 janvier dernier, le petit Zion Isaiah Blick s’est éteint le 21 janvier, soit à peine 10 jours après sa venue au monde. Une naissance entre joie et tristesse Venu au monde avec de nombreuses anomalies physiques au niveau du cœur et du squelette, le petit Zion souffrait aussi de malformations viscérales létales, ainsi que peut-être d’un profond retard mental. "Je suis si fière de toi mon fils"

La solitude s'est aggravée chez les plus âgés et n'épargne plus les jeunes SANTÉ - Un Français sur huit est seul: en 2014, la solitude touche désormais 5 millions de personnes, un phénomène qui s'est surtout aggravé chez les plus âgés, même s'il n'épargne plus les jeunes, révèle lundi 7 juillet une enquête de la Fondation de France. Les Français sont un million de plus qu'en 2010 à ne pas avoir de relations sociales au sein des cinq réseaux de sociabilité (familial, professionnel, amical, affinitaire ou de voisinage), souligne cette étude. Si un Français sur huit est aujourd'hui seul, un sur trois risque de le devenir, poursuit l'enquête. Un mal qui touche aussi les jeunes De toutes les générations, les plus de 75 ans ont subi de plein fouet cette montée de la solitude depuis quatre ans: en effet, une personne âgée sur quatre est désormais seule (27% en 2014 contre 16% en 2010). Selon l'enquête, tous leurs réseaux de sociabilité se sont affaiblis et le phénomène s'est notamment amplifié dans les grandes villes.

Gameblog et la culture du viol — Lettre ouverte Gameblog, webzine spécialisé en jeux vidéo, a publié un article se moquant d’une étude faisant un lien entre sexualisation des personnages féminins et culture du viol. Cette madmoiZelle, qui travaille dans le milieu, a décidé de leur répondre par notre intermédiaire. À Ashe et l’équipe de Gameblog. Chers confrères, La peur des représailles me force à prendre le couvert de l’anonymat. Pourtant, je suis une joueuse passionnée, je me dévoue corps et âme à ce métier que nous pratiquons vous et moi, mais je suis aussi une femme et une victime. Contexte : il y a deux jours, mercredi 16 octobre alors que le monde jouait naïvement à Pokémon, vous avez publié un article à propos du Huffington Post et d’une nouvelle accusation ajoutée aux nombreuses autres qui touchent le jeu vidéo. Le moins qu’on puisse dire, c’est que votre article a fait réagir, au vu des nombreux tweets discutant du sujet. Ce à quoi je vous réponds un grand NON. Maintenant, parlons des réactions que vous avez provoquées.

Ne pas juger sur les apparences. Inspirée d'une histoire vraie, cette publicité pour une marque de lingerie thaïlandaise relate l'histoire d'une jeune étudiante déjà maman d'une petite fille. Solitaire et moquée par ses camarades, elle détient néanmoins un lourd secret... Découvrez la vidéo qui a ému la Toile. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter La marque de lingerie féminine Walcoal nous a habitués aux campagnes publicitaires chocs. Une histoire touchante On y découvre l'histoire, inspirée de faits réels, de Jane, une jeune étudiante en Thaïlande qui vit avec sa petite fille, June. Ce secret, c'est qu'elle n'a pas mis au monde sa fille. Une publicité surprenante Une vidéo pour le moins très touchante mais qui paraît bien loin du produit qu'elle est censée mettre en avant : de la lingerie. Dans celle-ci, on pouvait voir une ravissante jeune femme retirer peu à peu son maquillage, puis son chemisier, avant d'ôter son soutien-gorge pour alors laisser apparaître... un torse masculin.

Boissons énergisantes : Vodka-Red Bull, quel risque Le cocktail en vogue fait encore parler de lui. Cette fois-ci, une étude australienne récemment publiée (Alcoholism: Clinical and Experimental Research, 2014) s'est intéressée à l'impact du Vodka-Red Bull sur l'envie de boire. MÉTHODE. En pratique, les chercheurs ont recruté 75 volontaires âgés de 18 à 30 ans qui ont bu soit 60 ml de Vodka-Red Bull mélangés à 200 ml d'une boisson fruitée, soit 60 ml de Vodka-eau gazeuse mélangés à 200 ml d'une boisson fruitée. Les participants ont passé un test écrit avant et après l'expérience. Il est évident que d'autres facteurs entrent en jeu Ceux qui ont bu le mélange Vodka-Red Bull ont davantage manifesté l'envie de continuer à boire que les autres. La méthodologie est également à prendre avec des pincettes. Des risques cardiaques avérés Néanmoins, il s'agit là d'une occasion de rappeler qu'en association avec l'alcool, les boissons énergisantes (riches en caféine) peuvent générer des accidents cardiaques.

Marchandisation du corps des femmes: y a-t-il du mal à vendre du rêve? La mode, la publicité et le star system ont fabriqué et fabriquent toujours des images stéréotypées du corps féminin : plus sexy, plus mince, plus jeune. Et si le rêve tournait au cauchemar pour votre amie, votre sœur, votre femme, votre fille, votre mère ? Et alors, y a-t-il du mal à vendre du rêve ? Mannequin, chanteuse ou actrice, la tendance est à la silhouette filiforme. Ces icônes médiatiques projettent un idéal de beauté féminine trop souvent incarné par des adolescentes vulnérables : de très jeunes femmes qui affichent encore les formes graciles de l’enfance. Les médias ont forgé un modèle irréaliste qui valorise un corps de plus en plus mince, parfois même décharné. Plus des trois quarts des pages couvertures des magazines féminins ont au moins un titre sur la meilleure manière de changer son apparence, que ce soit par le biais d’un régime, d’un programme d’exercices ou de la chirurgie esthétique. — Réseau Éducation-Médias Une intervention esthétique, c’est pas banal !

L'herbe nous semble toujours plus verte ailleurs ! Mais les apparences sont parfois trompeuses... « My shoes », écrit et réalisé par l’iranien Nima Raoofi, raconte l’histoire de deux enfants très différents qui s’envient l’un l’autre. Ce court métrage montre deux enfants d’environ dix ans assis l’un à côté de l’autre sur un banc dans un parc. Le premier est pauvre, portant une chemise débraillée, un pantalon déchiré et des baskets sales. Ces deux enfants se regardent et l’un songe qu’il échangerait bien sa place avec l’autre… On passe bien trop de temps à envier ce que les autres possèdent sans avoir conscience de nos propres richesses. Regardez la vidéo pour connaitre la fin de la histoire ! Si vous aussi, vous avez apprécié cette vidéo et que vous voulez faire réfléchir vos amis, partagez-la sur vos réseaux sociaux favoris !

Victimes de violences gynécologiques, elles témoignent Un rapport du Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes dénonce les violences gynécologiques et obstétricales. En lisant près de 7 000 témoignages postés sur Twitter avec le hashtag #PayeTonUtérus, le Haut Conseil distingue six types d'actes sexistes : non prise en compte de la gêne ou de l'intimité, jugement sur la sexualité ou le poids, injures sexistes, actes non justifiés médicalement, agressions, harcèlement sexuel, viol. "Le moment le plus difficile, ça a été quand le gynécologue a voulu refermer l'épisiotomie, confie Nathalie, victime de violence obstétricale. Il m'avait d'abord endormie, avec une anesthésie locale, et ensuite, quand il a commencé à recoudre, j'ai fait 'Aïe !". Il m'a tout de suite répondu : 'Non, ce n'est pas possible, vous ne pouvez pas avoir mal, j'ai anesthésié, vous ne pouvez rien sentir. De toute façon, on m'a dit que vous aviez été une chochotte pendant toute la nuit, maintenant, arrêtez de vous plaindre'.

Le marketing de la peur, nouveau filon des marques Avez-vous remarqué que certaines marques n'hésitent pas à vous faire peur ou à vous rendre triste dans leurs publicités? Un effet très intéressant vient d'être découvert par des chercheurs américains. Lorsque nous ressentons des émotions négatives comme la peur ou la tristesse, nous aurions inconsciemment tendance à nous attacher aux produits commerciaux ou aux marques à portée de vue ou de main. Des pubs intelligentes qui manipulent l'affect Avant de détailler cette découverte, voyons concrètement comment elle opère. Un balancier émotionnel Le principe de ce clip est simple : à chaque stimulation négative (peur, tristesse, préoccupation) succède une émotion positive dans laquelle l'affect se réfugie. Que dit cette recherche scientifique? La marque, un "ami" de substitution L'explication proposée par les psychologues est que le réflexe humain, lorsque l'on a peur, est de se rapprocher des autres, si possible des amis, de créer des liens dits "d'affiliation". Simple conjecture?

Attention, cette pilule peut nuire à votre santé - rts.ch - émissions - temps présent - santé C’est l’histoire d’une réussite qui tourne au scandale, l’histoire à peine croyable des dernières-nées des pilules contraceptives. Elles s'appellent Yasmin, Yasminelle et Yaz et rapportent des milliards au fabricant Bayer. Or, ces pilules sont plus dangereuses que les anciennes. Elles présentent un risque de thrombose, rare certes, mais grave. Temps Présent a accumulé les preuves, des études scientifiques et des documents internes, et recueilli des témoignages bouleversants. Des millions de jeunes femmes dans le monde et en Suisse prennent ces pilules de nouvelle génération, séduites par le marketing sans précédent de leur fabricant Bayer. Derrière ce vernis enthousiasmant se tapit un risque rare mais grave. Temps Présent a enquêté en Suisse et aux Etats-Unis. Rediffusion le vendredi 9 décembre 2011 à 1h20 et le lundi 12 décembre 2011 à 15h sur TSR2. Générique Un reportage de Isabelle Ducret et Philippe Mach Image : Walter Hug Son : Benedikt Früttiger Montage : Dan Marcocci

Related: