background preloader

Pourquoi le travail et l'emploi vont disparaître

Pourquoi le travail et l'emploi vont disparaître
INTERVIEW - Paul Jorion, chercheur en sciences sociales, explique comment «l'ordinatisation» des métiers va tuer - et tue déjà - l'emploi à petit feu. Selon une étude réalisée par deux chercheurs de Harvard, 47% des emplois pourront être confiés à des ordinateurs d'ici 20 ans. Pis, il faudra trouver des moyens de «s'occuper», de passer le temps. Il y a quelques mois, Le Figaro vous parlait de David Graeber, cet anthropologue américain qui avait écrit une tribune sur des métiers «inutiles»... En 1930 déjà, l'économiste anglais John Maynard Keynes prédisait - dans une fiction - qu'un siècle plus tard, on pourrait se contenter de travailler 15 heures par semaine, et que le principal problème résiderait dans la répartition du travail. Paul Jorion, chercheur en sciences sociales, partage ce point de vue. LE FIGARO - Que peut-on dire de ce chiffre? Paul Jorion - Disons que la manière dont il a été obtenu - essentiellement à partir de préjugés - est assez discutable. Travailler moins.

http://www.lefigaro.fr/emploi/2014/01/15/09005-20140115ARTFIG00399-pourquoi-le-travail-et-l-emploi-vont-disparaitre.php

Related:  genevois39limite et critique IASLOW MADE et FUTURRéflexions sur le futur technologiqueLe revenu minimum universel et inconditionnel

Clones et bébés parfaits : c’est pour demain, et on fonce les yeux fermés Des embryons clonés par l’université nationale de Séoul, en février 2004 (AP Photo/Seoul National University) Imaginons un monde où l’on croiserait des animaux étranges, hybrides artificiels de plusieurs espèces créés pour complaire aux exigences de la mode. Le lapin-chat serait la dernière tendance de la collection animale estivale.

Depuis cent ans, la technologie crée plus d'emplois qu'elle n'en supprime Une étude sur la relation entre technologie et emplois en Angleterre et dans le pays de Galles depuis 1871 montre que la technologie supprime bien des emplois mais qu'elle en crée d’autres ailleurs. Les robots vont-ils nous voler nos emplois? Pour certains chercheurs, «l'emploi et le travail sont voués à disparaître». S'il est difficile d'affirmer ce qu'il en sera pour les cents prochaines années, il est cependant possible de regarder ce qui s'est produit par le passé. Retours d'enquête sur la filière "Silver Économie" (DT) Document de travail (2013-08) – Retours d’enquête sur la filière « Silver Économie » (décembre) La Silver Économie, une opportunité de croissance pour la France L’Enquête Acteurs, Activités et Perspective de la Silver Économie, conduite par le Commissariat général à la stratégie et à la prospective a été diffusée entre le 21 juin et le 31 août 2013. Elle avait pour objectif de recenser les structures (entreprises et associations) dont l’activité (ou une partie) est à destination des personnes âgées de plus de 60 ans et de collecter des données économiques liées à ce marché.

"Intelligence artificielle" militaire: pourquoi les scientifiques s'inquiètent Empêcher "le jour du Jugement dernier". Voilà ce que plus de 1000 experts en robotique et en intelligence artificielle, mais aussi des intellectuels et philosophes, sont bien décidés à faire. Leur lettre ouverte mettant en garde contre les "armes autonomes" et "la course au développement d'une intelligence artificielle militaire" (la lettre complète ici) a rapidement fait le tour du monde, ou du moins d'Internet, et a engendré de nombreux débats. A l'appel d'Elon Musk, entrepreneur cofondateur de SpaceX et de Tesla Motors, John Carmack, l'un des développeurs de jeux vidéo les plus connus au monde, répond: "Cela semble bien trop inéluctable. Argumenter contre serait futile".

Faut-il mettre en place un revenu de base ? Un être humain a des besoins de base pour survivre : respirer, boire, manger, s’habiller et avoir un toit sur la tête pour contrer les aléas climatiques, de la sécurité physique, et aussi pour se projeter dans le futur. Cela suffit à justifier un revenu de base inconditionnel. La devise de la République Française trouvera une véritable signification/consistance grâce à cette seule mesure. Liberté : ne plus avoir des chaînes vis-à-vis de son employeur Égalité : un même montant pour tous Transhumanisme: un corps pièces et main d'oeuvre «Quand on me demande mon âge, j’ai envie de répondre : mon bras gauche a 10 ans, mon sein droit a 2 ans, mes dents 5 ans…» Cette bonne blague, lancée par la bien nommée Natasha Vita-More («vivre plus») lors du colloque Transvision sur «les implications sociétales du transhumanisme» (1), en dit long sur le projet de ce courant de pensée en pleine ascension qui prône «l’augmentation» du genre humain par la technologie… Silhouette avantageusement moulée dans sa robe de créateur, l’artiste, auteure et culturiste ne fait pas ses 64 ans. Loin s’en faut. Mais de plus près, on voit en effet que toutes les pièces ne sont pas d’origine… La notion de corps alternatif, c’est justement le business de cette Californienne, à l’origine d’un prototype de corps post-humain, bardé de techno-produits. Egérie de l’organisation internationale Humanity+, qui compterait quelque 6 000 membres, elle défend une «utilisation éthique» des technologies émergentes pour renforcer les capacités humaines. «Tuer la mort»

Voici à quoi va ressembler «le deuxième âge de la machine» Dans un livre stimulant, deux chercheurs du MIT décrivent la société dans laquelle nous sommes entrés et donnent à voir notre futur Dans Le Deuxième Âge de la machine - travail et prospérité à l’heure de la révolution technologique, un livre stimulant paru en français chez Odile Jacob, Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, deux chercheurs du MIT (le fameux Massachusetts Institute of Technology de Boston) décrivent de façon passionnante la société dans laquelle nous sommes entrés. Les technologies numériques ont désormais bouleversé tous les pans de notre industrie et les paramètres de notre société comme l’avaient fait au XVIIIe siècle la vapeur et l’électricité lors de la Révolution industrielle, c’est-à-dire lors du Premier Âge de la machine. Alors, à quoi ressemble –et va ressembler– le Deuxième Âge de la machine? Visite guidée en dix points. 1.Depuis quand sommes-nous dans le Deuxième Âge de la machine?

Une application Android anti-géolocalisation Vous êtes ici : Accueil / Workspace / Une application Android anti-géolocalisation Le logiciel mis au point par Janne Lindgvist et son équipe permettra aux utilisateurs Android de mieux savoir quand les applications tentent de déterminer leur localisation. Janne Lindgvist, employé à l’université d’État du New Jersey (Rutgers University), a créé avec un groupe de développeurs une application Android qui alerte les utilisateurs lorsqu’un logiciel accède aux informations de positionnement fournies par le terminal. L’outil fonctionne y compris si le téléphone n’est pas ‘rooté’. Un élément important qui devrait grandement faciliter l’adoption de cette offre. Lors d’un essai réalisé par l’équipe de Janne Lindgvist, il est apparu que certains utilisateurs ont été surpris par le fait que des applications tentaient de les géolocaliser.

Turing, l'homme qui cassait les codes Cette année, on va beaucoup parler de Bletchley Park, à Milton Keynes (Buckinghamshire). Ce manoir de style victorien, planté au milieu d'un parc de 22 hectares, abrite le Musée national de l'informatique. Soit. Mais, en 1938, le site appartient au MI6, le service du renseignement extérieur du Royaume-Uni, qui y installe pendant la guerre le Government Code and Cypher School, organisme chargé du décryptage des codes des puissances de l'Axe : le IIIe Reich et l'Italie fasciste. C'est dans cette propriété so British que se déroule Le Bâton de Plutarque, le 23e album de Blake et Mortimer.

Related: