background preloader

« Il fallait garder 40% de la viande avariée »

« Il fallait garder 40% de la viande avariée »
J’ai travaillé dans une usine de « transformation de viande », et je suis dégoûté définitivement de toutes les viandes hachées surgelées et des plats préparés. C’était tellement « fou » pour des gens normaux que ma famille m’a conseillé de l’écrire quelque part, ce que je n’ai jamais eu le courage de faire. Rue89 me donne l’occasion de témoigner, donc voici quelques souvenirs. Making of Sous le papier Minerai de viande : « Avant on n’osait pas en faire de la bouffe pour chat », un intérimaire a témoigné sous le pseudo de Kelval. Dans ces usines, on transforme effectivement des bas morceaux tout à fait corrects en merde. On obtenait des quantités phénoménales de purée de viande qu’on mettait dans des bacs de 10 kg et qu’on tassait à coups de poings, puis qu’on renvoyait au surgélateur par palettes de 70 caisses. Azote liquide pour agglomérer la viande Il y avait aussi la ligne des « cubes de viande ». Des petites quantités de viande dans la boucle depuis plusieurs mois Related:  Alimentation / nutrition / vieLa "qualité" de la viande ?

Viande et santé : attention danger Manger de la viande, c’est mettre sa santé, et donc sa vie, en danger. De nombreuses études scientifiques démontrent le lien entre maladies cardiovasculaires, cancers, attaques cérébrales, diabète… et la consommation de viande. Un danger aggravé par les conditions de production de la viande qui sont à l’origine, chaque année, de 90% des cas d’intoxications alimentaires. One Voice milite pour un retour au régime végétarien. L’homme est devenu, au cours de ses sept millions d’années d’évolution, un être omnivore. Un facteur de risque dans de nombreuses maladies Un homme d’âge moyen a trois fois plus de risques de mourir d’une maladie cardiovasculaire qu’un végétarien. Mais ce ne sont pas là les seules conséquences d’un régime riche en matières animales. Un risque sanitaire accru La viande elle-même est porteuse de maladies. « Quand nous tuons les animaux pour les manger, ce sont eux qui finissent par nous tuer car leur viande (…) n’a jamais été destinée à l’être humain. » Dr William C. 1.

C’est l’histoire d’un steak | Rue89 Eco Rue89 a tenté de remonter la piste d’un steak haché acheté au supermarché du coin. De la bête à la cuisine, en passant par l’abattoir. Un steak haché « 100% muscles, 100% pur boeuf » (Aurélien Delfosse/Rue89) Il est rouge cerise. Ecarlate par endroits, et même, pour tout dire, rouge corail sur les côtés. Comme tout le monde, j’ai bien compris qu’il y avait un souci de type lasagno-romano-chevalin avec la viande hachée ces derniers temps. La naissance, quelque part en France En principe, les lieux de naissance de l’animal, d’élevage et d’abattage doivent tous être précisés, sauf s’ils sont identiques. « Origine France, élaboré en France. » Au téléphone avec le service consommateur du supermarché, on ne peut pas m’indiquer l’endroit exact où est né mon steak, même avec la nuée de codes que comportent les étiquettes. Ensuite, première possibilité, il provient d’une petite ferme paisible, comme celle-ci. Le passage du négociant en bestiaux « Nous, on travaille pour les abattoirs.

La viande mauvaise pour nos intestins Pourquoi la viande ? La viande fait partie des aliments qui étaient pendant longtemps couteux à l’achat ce qui rendait leur consommation plutôt hebdomadaire que bi-quotidienne comme c’est le cas actuellement. Manger de la viande une à deux fois par semaine était un bon rythme. Aujourd’hui, manger de la viande deux fois par jour, au sein d’un plat “idéalement” composé de légumes et de féculents est une règle retrouvée sur pratiquement tous les menus des restaurants français. Les plats végétariens ou proposant des sources de protéines végétales étant encore très minoritaires. L’industrialisation de l’alimentation a permis l’accès aux viandes pour “tous” à un prix plus abordable et d’une consommation occasionnelle de viande, nous sommes passés à une consommation pluri-quotidienne le plus souvent. Quelle viande pour quelles maladies ? La viande qui pose le plus problème à notre corps est la viande rouge. Le cancer du colon Développement du taux de cancer colo-rectal Diverticulose colique

Le « minerai » de nos lasagnes : « Avant, on n’osait pas en faire de la bouffe pour chat » La « viande » de nos plats préparés porte le nom de minerai, « des bouts de machin, de gras notamment, catégoriquement de la merde. Il y a 40 ans, cette matière allait à l’équarrissage pour être brûlée », nous dit un expert. Ma mère n’a jamais cuisiné. J’ai passé mon enfance à manger des petites quiches vertes toutes molles et des lasagnes à la bolognaise surgelées. Le scandale de la viande de cheval 100% pur bœuf a éclaté la semaine dernière, et aucune surprise pour moi : je me doutais bien que ce qu’il y avait dans ma moussaka micro-ondée n’était pas de la vraie viande, saillante et fraîche. Ces petits bouts de trucs marrons étaient denses sous la dent et je crois que cela me suffisait. Je ne pensais pas qu’on me mettrait un jour face à la triste et dégoûtante réalité : j’ai mangé des centaines de kilos de « minerai de viande » donc de déchets. C’est un article publié sur Rue89 par Colette Roos qui m’a appris l’existence de ce mot. C’est le mot « collagène » qui m’ennuie le plus.

estimations végétariens en europe Nombre de végétariens en France : Nous ne disposons que de très peu de chiffres et de statistiques en ce qui concerne le nombre de végétariens en France. La dernière étude officielle connue de nous date de 1996 et a été réalisée par le CFES "Comité Français d'Éducation à la Santé" (enquête réalisée auprès de personnes entre 15 et 75 ans). Compte tenu de la population actuelle (un peu plus de 44 millions de personnes estimées entre 15 et 75 ans au 1° janvier 2002), les 1,7 % conduisent à estimer qu'environ 750 000 personnes d'âge compris entre 15 et 75 ans seraient plus ou moins végétaRiennes (dont 80 à 90 000 seraient plus ou moins végétaLiennes). On peut donc estimer, actuellement, qu'il existe en France entre 750 000 et 1 000 000 de personnes de tous âges ayant des habitudes de consommation végétarienne plus ou moins strictes (compte tenu des diverses " affaires " de l'agroalimentaire, ce chiffre doit être plutôt proche de sa limite supérieure). Nombre de végétariens en Europe :

Le Surimi, une horreur ! Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le surimi, sans jamais oser le demander. Par Marc Giacone - lundi 31 janvier 2005 La France est le second consommateur mondial de surimi après le Japon, en pourcentage par habitant. En chiffre absolu, les Français consomment 20.000 tonnes de surimi par an, avec une progression constante de la consommation. Cela représente en théorie 300 grammes de surimi par personne et par an. Dit comme ça, cela paraît peu, mais compte tenu du fait que le surimi a mauvaise réputation chez ceux qui "font attention" à ce qu’ils mangent, les consommateurs de surimi sont peu nombreux et en mangent donc beaucoup. Faisant partie de ceux qui ont toujours refusé de consommer et d’acheter du surimi, je me suis demandé comment un tel produit a pu avoir un tel succès, malgré que lors de son introduction sur le marché français il ait été décrié. Le surimi en chiffres Mensonges au sujet du surimi Qui mange le surimi ? Point de vue psycho-sociologique

Vegetarianism by country Vegetarian restaurant buffet, Taipei, Taiwan. Around the world, vegetarianism is viewed in different lights. In some areas, there is cultural and even legal support, such as in India and the United Kingdom, where food labelling is in place which can make it easier for vegetarians to identify foods compatible with their diets.[1] Asia[edit] China[edit] Eating meat is still seen as a sign of prosperity in China. Native Chinese religion, generally falling under the label of Daoism (though this tends to confuse the native religion with the Daoist school of philosophy, represented by Laotzu, Chuangtzu, and others), is a form of animism. Classical Chinese texts pointed to a period of abstinence from meat as well as sex and contact with other things that are considered impure (e.g. women in menstruation) before undertaking matters of great import or of religious significance. Republic of China (Taiwan)[edit] Thailand[edit] Israel[edit] India[edit] Japan[edit] Europe[edit] Belgium[edit] France[edit]

La viande de bœuf dans votre assiette ? De la vieille vache... Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Derrière la fraude sur les plats préparés, celle des carcasses de viande ? La question est posée alors qu'un agriculteur de la Manche a accusé, mardi 26 février, l'abattoir Kermené (groupe Leclerc), dans les Côtes-d'Armor, d'avoir étiqueté en juillet 2012 "race à viande" deux carcasses qu'il avait vendues comme "race laitière". Une "fraude" qui permet, selon l'agriculteur Yves Sauvaget, porte-parole de la Confédération paysanne lait pour la Manche et producteur de viande bio, de gagner jusqu'à 1 200 euros par bête, une race à viande étant vendue plus chère au consommateur qu'une race laitière. L'éleveur, qui possède un troupeau de 55 vaches laitières et 10 vaches à viande à Saint-Ovin (Manche), a alors dénoncé le "travail de sape fait par l'agroalimentaire" : "Nous, éleveurs, la traçabilité nous tient à cœur. Les mentions obligatoires d'étiquetage de la viande bovine : morceau, poids et prix L'origine de la viande.

Mangez Végétarien Des « vaches à hublot » pour regarder passer les chercheurs Un lecteur (merci, Pascal) me signale ce billet, sur le blog « Si Mao savait… ». J’y découvre des photos, surtout une vidéo, qui m’estomaquent, je dois le dire. Je n’avais jamais entendu parler de ces vaches cobayes portant sur leur flanc une ouverture permettant d’accéder à leur rumen (ou panse), ce pré-estomac qui équipe les ruminants. Le sujet est traité sur le mode « beuark ». « Ils sont tombés sur la tête », titre le blogueur. Dans les commentaires de ce billet et ailleurs, on découvre surtout le discours de l’ami des bêtes caricatural. Pourtant, aucun indice ne laisse penser que l’animal souffre. Se font entendre, tout de même, quelques voix plus sensées : « Ça doit être utile à quelque chose, la vache n’a pas l’air de tellement souffrir… » C’est un peu comme ça que je vois la chose, moi. Pour en savoir plus, j’appelle le service de presse de l’Inra (Institut national de la recherche agronomique). Une technique utile, banale, ancienne, indolore… L’Inra n’est pas en reste, bien sûr.

Joël Robuchon INFO LE FIGARO - Le célèbre chef multiétoilé livre un constat décapant sur la gastronomie d'aujourd'hui. Et présente pour la première fois son projet de restaurant à orientation végétarienne, qui ouvrira à Bombay, fin 2013. LE FIGARO - On peut dire que les légumes ont fait un long voyage depuis votre apprentissage… Joël ROBUCHON - On les considérait comme une garniture. Paradoxalement, le plat icône de votre carrière reste la fameuse purée! La pomme de terre à cette époque (1981) se faisait à la vapeur ou à l'anglaise (cuite à l'eau). Aujourd'hui, vous nous annoncez une ouverture intrigante à Bombay. Mon constat est simple. Les épices ont-elles modifié votre cuisine? Oui, j'en prends conscience en constatant combien le sel effectue un repli dans la cuisine d'aujourd'hui. La cuisine végétarienne est-elle la panacée? Bien sûr que non. Est-elle vraiment de la gastronomie? Oui, regardez ce que font Alain Passard et Frédéric Anton avec une simple betterave. La cuisine doit-elle être locavore?

« Bidoche », les ravages de l'industrialisation de la viande | Rue89 Planète Découpe du porc dans un abattoir de la banlieue de Pékin (David Gray/Reuters). Jaquette de « Bidoche » de Fabrice Nicolino (DR). Quand vous aurez lu « Bidoche », vous ne mangerez plus de viande comme avant. Malgré le sous-titre « L’industrie de la viande menace le monde » et la dédicace « à tous les animaux morts sans avoir vécu », il ne faut pas voir en Fabrice Nicolino, journaliste spécialisé depuis plus de vingt ans dans les questions d’écologie, un végétarien, un « terroriste » du bien-être animal... Cet homme-là prétend savoir « ce que manger veut dire » et garde la nostalgie du roast-beef du dimanche midi de son enfance. Simplement, sa longue enquête, faite de compilation d’études notamment américaines, d’enquêtes sur le terrain, notamment en Amérique latine, et de rencontres avec des acteurs de terrain, lobbyistes patentés et éleveurs, lui a ouvert les yeux : « Derrière une côte de bœuf, j’ai fini par voir un bœuf » Le problème a beau ne pas dater d’hier, il s’aggrave.

Le lait de vache,… Dimanche 29 septembre 2013 7 29 /09 /Sep /2013 18:34 Et vous, que pensez-vous du fait qu'on consomme un produit adapté aux veaux, mais qu'on refuse d'utiliser un produit "conçu pour les femmes" quand on est un homme et vice-versa ? Par insolente veggie - Publié dans : Lait 138

Related: