background preloader

Mémorial Virtuel du Chemin des Dames

Mémorial Virtuel du Chemin des Dames
Related:  Batailles 14-18La Grande Guerre

La bataille de la Somme 1916 La bataille de la SOMME Juillet – octobre 1916 L'époque de la bataille de la Somme est celle de toute la guerre, à laquelle s'applique le mieux la formule célèbre : « L'artillerie conquiert, l'infanterie occupe. » Par la suite on est revenu, aussi bien chez nos ennemis que chez nous, à d'autres idées. Mais, à ce moment, on avait pour principe que le seul moyen de forcer le passage était de détruire complètement le système de défense (au moyen du pilonnage) puis, les obstacles anéantis, d'y lancer l'infanterie « la canne à la main. » (Par Paul HEUZE, 1921) Dimanche 25 juin 1916, je me trouvais, avec quelques camarades, sur une espèce de butte située -- autant que je m'en souviens - à l'ouest d'Albert, dominant la ville ; et nous contemplions, au milieu d'un tintamarre effroyable, un spectacle extraordinaire : le bombardement des lignes allemandes par l'artillerie des alliés, qui venait de se déclencher pour la « préparation » de la grande offensive du 1e juillet. Puis, le soir vint...

Exposition virtuelle - Sur les chemins de la Grande Guerre La déclaration de guerre des États-Unis : extraits de journaux Aller au contenu principal Accueil > Tresors Darchives > Fonds Publics > Bibliotheques > Archives > Dans les collections presse et périodiques de la BnF : La déclaration de guerre des États-Unis BibliothèquesArchives Dans les collections presse et périodiques de la BnF : La déclaration de guerre des États-Unis Le Congrès américain vote la déclaration de guerre à l'Allemagne le 6 avril 1917 par 82 voix contre 6. L'annonce fait l'unanimité dans la presse quotidienne qui réserve une place centrale à l'évènement. Voici une sélection commentée d'articles des journaux de l'époque consacrés à la déclaration de guerre des États-Unis qui proviennent des collections presse et périodiques de la BnF. Une de l'Echo de Paris du 6 avril 1917. Le journal : Lancé par Valentin Simond en 1884, il tarde à rencontrer le succès malgré un contenu varié traité de façon légère. Voir le document complet sur Gallica © Gallica/BnF Une du Figaro du 6 avril 1917. Voir le document complet sur Gallica informations sources

Le Tableau d'Honneur de L'Illustration LE TABLEAU D'HONNEUR de la Guerre 1914 - 1918 OFFICIERS, SOUS-OFFICIERS ET SOLDATS CITES A L'ORDRE DE L'ARMEE NOMMES OU PROMUS DANS LA LEGION D'HONNEUR OU DECORES DE LA MEDAILLE MILITAIRE Il s'agit d'une série de planches, dont la parution commence le 30 janvier 1915. Elles contiennent chacune 25 à 28 portraits et noms de personnages ayant été "cités à l'ordre de l'armée, nommés ou promus dans l'ordre de la Légion d'honneur ou décorés de la médaille militaire". En principe elles ne comportent pas d'indication d'origine.

La chronologie de la Bataille de la Somme Vous êtes dans : Accueil > Champs de bataille de la Somme > Histoire de la Bataille de la Somme de 1916 Parmi les plus terribles moments de la Première Guerre mondiale figure la bataille de la Somme, aussi tragique que la bataille de Verdun : de juillet à novembre 1916, elle fit, toutes nationalités confondues, plus d’un million de morts, de blessés et de disparus. Dès la fin du conflit, la Picardie et la Somme font l’objet d’un véritable « tourisme de guerre » et, au fil des décennies, des dizaines de milliers de familles anglo-saxonnes viennent chaque année se recueillir devant la tombe d’un aïeul et visiter les monuments commémoratifs. Chronologie de la Première Guerre Mondiale dans la Somme 28-30 août : Combats dans la Somme pendant la retraite française. 22-27 septembre : Combats de la course à la mer se déroulant au Nord de l'Avre jusqu'au Nord d'Albert. Blaise Cendrars combat dans la Somme BEADLE (James Princep) . 24 juin: Début de la préparation d'artillerie.

1918 la victoire avortée « Il faut penser, non pas aux soldats qui peuvent tomber dans notre dernière offensive, mais aux 1 500 000 soldats déjà tombés et qui ont bien droit à une paix à la hauteur de leur sacrifice. » (Gal Pétain, le 9 novembre 1918) La conduite de la guerre enlevée par Foch à Pétain, en pleine victoire. À la date du 7 mai, l’armée française tient 650 km de front, l’armée anglaise 150 (la petite armée belge 45). Or, les Britanniques ont obtenu de Pétain vingt-trois divisions de renfort, dégarnissant notre front, et vingt-quatre autres de réserve ainsi transportées entre Somme et Yser. Nos 650 km n’ont plus que quarante-trois divisions combattantes et… douze divisions de réserve. En juin, le péril est extrême. Le Général Pétain Pétain reste calme, cherchant comment parvenir à faire l’Allemand échec et mat, avant que Foch ne l’en empêche, le mettant lui-même en échec avec d’autant plus de violence que la Victoire en chantant marche en tête de l’armée française pour la première fois !

Verdun_ Perte et reprise du fort de Douaumont : bnf Aller au contenu principal Accueil > Tresors Darchives > Fonds Publics > Bibliotheques > Archives > Dans les collections presse et périodiques de la BnF : Perte et reprise du fort de Douaumont BibliothèquesArchives Dans les collections presse et périodiques de la BnF : Perte et reprise du fort de Douaumont Douaumont est considéré comme l'un des forts les plus imposants, modernes et mieux armés de la ceinture défensive de Verdun. Voici une sélection commentée d'articles des journaux de l'époque consacrés à la perte et à la reprise du fort de Douaumont qui proviennent des collections presse et périodiques de la BnF. Une du Petit Journal du 27 février 1916. Le journal : Lancé par Moïse Millaud en 1863, le titre remporte un rapide succès grâce à son coût modique et son petit format. Voir le document complet sur Gallica © Gallica/BnF Une du Rappel du 28 février 1916. Voir le document complet sur Gallica Une du Temps du 2 mars 1916. Voir le document complet sur Gallica Une du Matin du 3 mars 1916.

Première Guerre mondiale : va-t-on commémorer les exploits de l’industrie chimique C’est l’une des grandes « innovations » de la Première guerre mondiale : les armes chimiques. Les gaz de combat, dont le fameux gaz moutarde, ont été utilisés par les deux camps, et mis au point par de grands groupes, comme Bayer côté allemand, ou les ancêtres de Péchiney et Rhodia côté français. Une implication historique que le géant allemand de la chimie, aujourd’hui fabricant de médicaments et d’OGM, aimerait bien faire oublier. Dès l’automne 1914, le ministère de la Guerre allemand lance des recherches pour utiliser les produits toxiques contenus dans les teintures afin de développer des gaz de combat. Carl Duisberg, le patron de l’entreprise chimique Bayer, fondée en 1863, en prend la tête. Le sulfure d’éthyle dichloré, diffusé par les vents après l’explosion d’obus, attaque les yeux et les poumons et provoque des brûlures chez les combattants britanniques et français, tuant un millier de soldats et déclenchant un mouvement de panique. 90 000 tués par les gaz de combat

Bataille de la Marne (Mondement 1914) Communiqué de JOFFRE au Ministère de la Guerre13 septembre 1914 "Notre victoire s'affirme de plus en plus complète. Partout l'ennemi est en retraite. Partout les Allemands abandonnent des prisonniers, des blessés, du matériel. LA PREMIÈRE BATAILLE DE LA MARNE : Pour mener la guerre déclarée le 3 août 1914, Joffre est le commandant en chef de la première armée de masse, issue de la conscription. Le peuple belge résiste, l'armée belge repliée à Anvers, harcèle l'arrière garde de la première armée allemande de von Klück. Les Britanniques sont battus à Mons, les Français sont battus sur la Sambre et à Charleroi. Le 23 août, parce qu'il a besoin de temps et d'espace, Joffre décide la retraite. Le texte est gravé intégralement sur le monument national de Mondement. - La reprise du village et du château de Mondement par les fantassins du 77 RI et les zouaves du général Humbert, le 9 septembre au soir, marque l'arrêt des combats à l'ouest de la grande bataille. - l'invasion allemande fut stoppée.

01/08/1914 légende Noire du 15e Corps d'Armée La légende noire du 15e Corps d’Armée Dieuze Août 1914 document pédagogique à l'usage des enseignants et des élèves de 3e et de 1ère Mots-clés : mobilisation, témoignages, censure, union sacrée, bataille de frontière, offensive à outrance, retraite, bourrage de crâne, rôle de la presse, noms de rues, bouc émissaire. par Maurice Mistre-Rimbaud Des Républicains diffamés pour l’exemple 2004 La guerre se prépare 1er août, le 6e Bataillon de Chasseurs Alpins de Nice rentre de manœuvres ; « Dés notre arrivée, les capitaines et sergent-majors, sont avertis de Nice, que la mobilisation sera vraisemblablement décrétée dans le courant de l’après-midi et d’avoir dés maintenant à commencer les opérations. A Digne (04) « Le soir à 9h, la musique joue la Marseillaise sur le kiosque, l’hymne russe et anglais, toute la population est là. Le 2 août 1914, à 22 h, arrive à la Préfecture de Draguignan, le télégramme suivant : « Circulaire d'extrême urgence. La mobilisation 2 août. Le départ. La censure veille

Générations 14, mémoires intimes de la grande guerre Video 1914-1918, la Champagne notice archives video ina.fr Les Dessous de la1èreGuerre Mondiale Puisque 2014 (pour l’UE) ne sera pas* l’année de commémoration des 100 ans de la première grande guerre, revenons ici sur les causes non-enseignées de cet évennement. Penchons-nous sur les raisons méconnues du conflit mondial avec Pierre Hillard avec un extrait de son interview sur METATV fin 2013 (le passage qui nous intéresse ici commence à 21:47): Pierre Hillard : Comprendre le nouvel ordre mondial sur Meta TV le 28 Novembre 2013 – Partie 3 (Partie 1 ici) "Les premières ambitions euro-mondialistes en terre d’Islam" Le chemin de fer Berlin-Bagdad (le Bagdad-Bahn) La fin de la deuxième moitié du XIXè siècle voit deux grandes puissances européennes s’affronter en terre d’Islam, plus précisément au Proche-Orient : l’Empire britannique et le IIè Reich de Guillaume II. Pierre Hillard, pour Mecanopolis Playliste vidéos "Baghdad Bahn" "Documentaire sur la 1ère guerre mondiale (1914 – 1918), appelé aussi la grande guerre. Documentaire complet sur la 1ère Guerre mondiale. *En France, il semble que si

Related: