background preloader

Drogues, circuit de la récompense et dopamine

Drogues, circuit de la récompense et dopamine
LucasSalomon Professeur SVT Malgré leur diversité, les drogues partagent toutes une caractéristique commune : elles jouent sur le circuit de la récompense et stimulent la libération de dopamine. Les vertus récompensantes des drogues ont été établies dès la fin des années 1960 en démontrant que les animaux s’administraient eux-mêmes du produit si on leur en donnait la possibilité. Ces expériences d’auto-administration, permettant d’observer la motivation de l’animal pour la drogue, reproduisent en fait les expériences d’Olds et Milner (voir page précédente) en reliant une action de l’animal à l’injection d’une dose de drogue. L’animal, en cas de propriété récompensante de la drogue, associe les deux stimuli et réitère de plus en plus souvent l’action entraînant l’injection. L’organisation fonctionnelle du cerveau. Toutes les drogues agissent sur le circuit de la récompense et provoquent la libération de dopamine. Cliquez pour agrandir l'image Related:  Divers articlesPhiltre d'amour 2

Mouches : Dernières nouvelles de l'homme ....J’ai déjà parlé ici de la drosophile (du latin droso : la rosée et philus : qui aime) à propos du glutamate et de l’umami. En fait la drosophile est une mouche qui n’a pas eu de chance. Ses malheurs ont commencé quand une biologiste nommé Thomas Hunt Morgan se mit en tête dans les années 1890 de vérifier les thèses du moine Mendel sur un animal. Mendel avait démontré grâce aux statistiques que les petits pois ne se reproduisent pas n’importe comment, que les pois verts ridés ont un sacré désavantage sur les pois jaunes et lisses. A noter qu’on savait déjà que les riches et en bonne santé sont avantagés sur les pauvres et malades. Bref, pour faire sa démonstration animale, Morgan aurait pu choisir l’éléphant, le phacochère ou le phalanger volant . Morgan croisait sans succès des drosophiles quand il aperçu soudain un male aux yeux blancs. Demain, ou plus tard, je vous parlerais des fines mouches du vinaigre que Tadeusz et Joep torturent à l’université de Lausanne.

Workaholism Terme inventé par analogie à l'alcoolisme et se caractérisant par une durée importante consacrée au travail (au minimum cinq heures par jour), un investissement professionnel très important, un profil psychologique particulier de type obsessionnel compulsif, des préoccupations liées à l'ordre, au perfectionnant, une réticence à déléguer des tâches ou à travailler avec quelqu'un d'autre. Cause Moyen d'échapper à une situation de stress Protection vis-à-vis des tensions anxieuses ou de troubles dépressifs Recherchent d'une valorisation à travers le travail Problèmes d'identification Tradition culturelle et familiale (au Japon la compétition apparaît chez les individus à partir de la maternelle avec les conséquences très élevées sur le plan suicidaire que cela entraîne). Mauvaise image de soi On retrouve chez certains patients des antécédents de type traumatique dans l'enfance Modèle parental ou conjugale Les répercussions se resentent également sur l'entourage familial et professionnel.

Opiacés : effets et dépendance LucasSalomon Professeur SVT Les opiacés modifient profondément l’activité du corps et la dépendance physique est beaucoup plus marquée que pour les produits psychostimulants comme la cocaïne ou les amphétamines. Les effets induits par les opiacés dépendent de la voie d’administration, de la quantité utilisée… et de l’opiacé lui-même! L’héroïne injectée procure quasiment instantanément à l’individu une sensation de plaisir intense très proche de l’orgasme sexuel, un "rush", aux dires des usagers, ce qui n’est pas le cas suite à une ingestion orale de codéine par exemple. L’héroïne n’a pas d’action par elle-même dans l’organisme. L’expérimentation de l’héroïne comprend quatre phases principales. Enfin, l’ultime phase correspond à la période pendant laquelle la drogue n’est plus dans l’organisme, mais où la sensation de manque n’est pas encore présente. Certains individus rapprochent alors leurs prises. Cliquez pour agrandir l'image Différents types d’utilisateurs d’opiacés.

découverte du circuit de la récompense : Olds & Milner, 1954 Présentation de l'expérience qui conduisit Olds & Milner à découvrir dans le cerveau un "centre du plaisir". Résumé de l'expérience : L'expérience qui a permis, dans les années 1950, de mettre en évidence le circuit de la récompense fut le fruit du travail de deux chercheurs, Olds et Milner. Cette expérience a été répétée plusieurs fois depuis, avec toutes sortes de variantes, mais fonctionne pour l'essentiel de la façon suivante. On implante des électrodes dans l'aire septale du cerveau d'un rat. Une fois que le rat a découvert comment s'administrer une sensation de plaisir, il s'auto-stimule sans arrêt, ne prenant même plus le temps de manger. La découverte du circuit de la récompense, une découverte d'abord fortuite : " Une des découvertes les plus surprenantes réalisées sur le cerveau, dans les années 1950, est celle de l'existence d'un système hédonique dont les « centres du plaisir», sont répartis en différents endroits du système limbique (Olds et Milner, 1954) Jo GODEFROID.

Cet effet récompensant sur le cerveau, que les Chocolat Peut-être parce que c’est bon, tout simplement. En effet, rien dans sa composition ne semble susceptible de provoquer une dépendance, assure le neurobiologiste moléculaire lausannois Jean-René Cardinaux. Des accros au chocolat, il y en a. Mais pourquoi cet aliment provoque-t-il de tels élans? Le chocolat n’est pas une drogue Et pourtant, tout le monde a déjà rencontré ces individus qui se disent incapables de résister à l’appel des pralinés. La piste de l’antidépresseur Parmi celles que l’on connaît, en tout cas, ni la théobromine, une substance proche de la caféine, ni le tryptophane, le précurseur de la sérotonine, ni la sérotonine elle-même, un neurotransmetteur, ne peuvent être tenus pour responsables de cette prétendue dépendance. Un joint de cannabis égale 25 kilos de chocolat Parmi les autres substances soupçonnées d’agir sur l’humeur, il y a des cannabinoïdes, proches du THC (tétrahydrocannabinol), principe actif du cannabis.

De l’identité à la présence numérique Quelles notions enseigner quand on enseigne l’identité numérique ? Comment faire pour, une fois le discours légitime des dangers d’Internet énoncé, aller au-delà et apprendre aux élèves à évoluer dans cet espace médiatique en exerçant une présence numérique assumée ? Comment conduire les élèves à l’acquisition d’une véritable culture informationnelle dont les objectifs sont de réussir à Réaliser, Réfléchir et Résister dans le contexte du numérique ? La lecture des travaux de Louise Merzeau[1] a été pour moi éclairante. Toutes nos activités sur le web laissent des traces, on parle aussi de traçabilité de l’individu qui est devenu une collection de traces. Par ailleurs, ces traces sont combinables par les grandes firmes : les données stockées, dupliquées, croisées par elles, forment alors des métadonnées qui permettent de profiler l’individu, on parle de redocumentarisation de l’individu. Pour exemple, avec la géolocalisation : Autre exemple, celui d’une recherche sur Google :

Mode d'action Nous allons tout d'abord nous intéresser au fonctionnement du système nerveux car il est à l'origine de l'élaboration de la sensation de douleur. Nous allons ensuite étudier l'action de substances telles que les opiacés sur ce sur ce système nerveux afin d'expliquer comment fonctionne leur rôle "d'antidouleur". 1- Le fonctionnement du système nerveux Le système nerveux est l'ensemble formé des organes des sens, des nerfs, de l'encéphale, de la moelle épinière, des méninges. Il est responsable de l'envoi, de la réception et du traitement des influx nerveux. Il contrôle les actions et les sensations de toutes les parties du corps, ainsi que la pensée, les émotions et la mémoire. Constitution du système nerveux Le fonctionnement du système nerveux est possible grâce à une circulation de signaux dans un réseau de neurones. Le message nerveux est l'information transmise le long des fibres nerveuses d'un neurone à l'autre. Ce signal est une inversion de la polarisation membranaire.

Livre svt Le circuit de la récompense -> L'action des molécules du choco - Site Jimdo de theochococerveau! Le chocolat contient de nombreux composants chimiques parmi lesquels la caféine est un stimulant physique digestif et cérébral, elle dilate les artères et stimule le fonctionnement cardio-vasculaire, diminue la somnolence cependant bien qu’elle agit rapidement elle agit sur une courte durée. La théobromine qui possède les mêmes qualités d’action agit cependant plus lentement, son action est donc plus douce et plus étaléedans le temps. La théophylline qui est le troisième alcaloïde présent principalement dans le chocolat, est cependant présente en quantité inférieur au 2 composants précédents participe à la stimulation des cellules et renforce les muscles respiratoires. Le chocolat a ainsi un effet stimulant mais il est aussi un antidépresseur et un antidouleur car il combat la dépression par l’action notamment de la théobromine que nous verrons dans un instant. Il faut aussi savoir que l’analyse de la composition chimique du chocolat nous montre également la présence de famille: alcaloïdes

Pourquoi devient-on accro à son téléphone portable Afin de comprendre le phénomène appelé "nomophobie" (contraction de no mobile phobia), il faut avant tout revenir à l’analyse d’Otto Fenichel, datant de 1946, qui évoque, pour la première fois, la notion de "toxicomanie sans drogue". Le téléphone, de fait, n’est pas une drogue mais simplement l’outil qui va révéler la tendance addictive d’un individu. Journée sans portable à la saint Gaston, 08/02/2012, BFMTV Une addiction à "l'autre" L’un de mes professeurs avait parfaitement résumé toute la complexité de ces pathologies addictives liées à la cyberdépendance à travers cette citation : "La main est la métaphore du moi dont le but est de serrer le monde dans son poing fermé." Cette phrase résume mieux que tout autre commentaire la teneur de l’addiction liée aux smartphones : avec l’accès à internet, aux réseaux sociaux et à diverses applications, ces téléphones sont devenus un véritable concentré ultra-réduit du monde contemporain. Des individus aux tendances narcissiques

Chagrin d'amour : le top des aliments réconfortants pour surmonter la déprime 1 - Asperges et choux de Bruxelles Gorgés de vitamines B6 (tout comme les pois chiches et les lentilles), les choux de Bruxelles sont un excellent booster d'humeur. Et en plus, ils ne font pas grossir le moins du monde. 2 - Les sardines et les huîtres Les sardines comme les huîtres contiennent de la vitamine B12, utile pour garder le moral et des oméga-3 équilibrant le système nerveux. 3 - Les bananes, noisettes et ananas Un petit dessert pour vous réconforter ? 4 - La viande et les oeufs Au plat, à la coque ou brouillé, l'oeuf est un aliment riche en protéines, tout comme la viande (mais aussi les noix et les graines). 5 - Les champignons La vitamine B1 et le fer présents dans les champignons permettent de nous aider à lutter contre la déprime et l'irritabilité. 6 - Les noix de cajou, quinoa... et le chocolat Le magnésium constitue un minéral essentiel pour nous permettre de conserver notre énergie et diminuer notre angoisse.

Related: