background preloader

« Crise et Web ont généré une très large économie de la débrouille »

« Crise et Web ont généré une très large économie de la débrouille »
Diouldé Chartier dirige D’Cap Research, un cabinet d’étude sur les comportements des Français. D’Cap a mis en place un « observatoire système D » pour étudier leurs changements d’attitude face à la crise. Comment les Français s’adaptent-ils à celle-ci ? Comment se débrouillent-ils pour moins en souffrir ? L’équipe de D’Cap a analysé des milliers de conversations sur des forums (Doctissimo.fr, AuFeminin.com, mais aussi Rue89...) et interrogé en profondeur, pendant plusieurs heures, une trentaine de Français modestes. Les clients de cette étude sont des entreprises qui s’intéressent à l’innovation sociale et cherchent à comprendre comment les comportements évoluent. Pour Diouldé Chartier, cette étude ambitieuse a permis de mettre à nu une révolution en cours dans la société française : le mariage de la débrouille et d’Internet. Rue89 : Quelles sont les grandes tendances qui se dégagent de votre étude ? Le phénomène est beaucoup plus massif que nous ne le pensions. Diouldé Chartier (DR)

http://rue89.nouvelobs.com/rue89-eco/2012/11/12/la-crise-et-le-web-ont-genere-une-tres-large-economie-de-la-debrouille-236822

Related:  Réflexion // SociétéEconomie collaborativeEconomics

Internet, ça change la vie ! Tant pis pour les élites Tribune Un des problèmes majeurs qu’on rencontre, quand on essaie de comprendre l’impact d’Internet dans nos sociétés, c’est de prendre le recul nécessaire : il est si difficile d’imaginer notre vie sans lui qu’on n’arrive pas à voir ce qu’il change. Il nous manque la possibilité de comparer notre monde à un monde sans réseau informatique global pour appréhender vraiment tout ce qu’il a changé et tout ce qu’il changera. Il est plus facile – du coup – de tenter l’exercice de l’allégorie.

Et vous, la consommation collaborative, vous connaissez ? Thinkstock Consommation collaborative : enjeux et limites L'Institut national de la consommation (INC) organise le 7 novembre 2014 un colloque "Consommation collaborative : quels enjeux et quelles limites pour les consommateurs ?".

Pourquoi les pauvres ne votent pas en fonction de leur intérêt économique Qu'on se le dise: les citoyens économiquement les plus modestes ne sont pas toujours fans des politiques de redistribution. Du moins si l'on en croit leur vote. C'est ce que démontrent depuis plusieurs décennies les études électorales américaines. Et, de plus en plus fréquemment, les études électorales européennes. MSN disparaît au profit de Skype : ma lettre d'adieu Microsoft a décidé d'abandonner sa célèbre messagerie au profit du logiciel d'appel en ligne Skype (DR). Cher MSN Messenger, C’est fini, avec toi s’envole une partie de ma vie numérique.

L’économie collaborative au service du territoire Les pratiques collaboratives se multiplient. © Marion Boulay La consommation collaborative : un levier de mutation pour des territoires durables Un simple système économique permettrait de redessiner nos territoires ? 2007-2015: une si longue récession Partager cet article En ce début d’année 2016, il n’est pas inutile de faire le point sur la situation économique de la zone euro, sur la base des dernières données publiées par Eurostat. Cela permettra également de répondre à plusieurs questions posées par les internautes à la suite de ma chronique « Changer l’Europe, maintenant« . Commençons par comparer la situation des pays de la zone euro, considérés globalement, à celle des Etats-Unis.

Libre accès : les chercheurs défendent leurs travaux et l’esprit d’Internet Au cours des dix dernières années, les contestations se sont multipliées dans les milieux de la recherche académique. Depuis peu, elles paraissent converger vers un mouvement de fond unique et irrépressible. On pourrait presque parler d’une révolution scientifique au sens littéral : il ne s’agit pas de proposer une nouvelle représentation de l’homme et du monde, mais de remettre radicalement en cause les structures économiques et sociales de l’activité scientifique. Médias : Cet article s’autodétruira Ce 7 décembre paraît le dernier numéro du Financial Times Deutschland. De son côté, la Frankfurter Rundschau est insolvable. Pour le blogueur Sascha Lobo, c’est la conséquence d’une tendance de fond : l’information devient un flux et a démodé les articles figés dans le temps. "Don’t shoot the messenger", dit un dicton anglais. "Ne punissez pas le porteur de mauvaises nouvelles".

La consommation collaborative, c'est bien plus que le covoiturage ou un prêt de perceuse Politique A Nantes, des milliers de manifestants se sentent bretons Des partisans du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne ont manifesté dans la bonne humeur pour la "réunification" samedi à Nantes, la mobilisation... Afrique - Moyen Orient Raids aériens contre l'Etat Islamique, en Syrie et en Irak Sept cibles ont été atteintes en Syrie, assure le Pentagone, après des frappes menées par des avions américains, mais aussi par la Jordanie, l'Arabie... Google, la bonne nouvelle Noël avant l’heure ! La presse belge francophone a-t-elle vraiment réussi à faire payer Google ? Les partisans en France d’une « loi Google » l’avaient claironné un peu trop tôt. A en croire Le Monde, il semble qu’un accord ait néanmoins été signé : « Google indemnise la presse belge », titre le journal (article payant). Alleluia ? Non.

La consommation collaborative Les détracteurs de la consommation de masse à l’occidentale ont toujours peiné à faire entendre leur voix. Depuis sa diffusion au début des années soixante, et malgré les critiques, un demi-siècle s’est écoulé sans changement majeur. Seuls les objets de désirs se sont en partie déplacés – moins d’alimentation et d’habillement, plus de communication, de transports et de loisirs. eBooks : livres augmentés ou livres diminués L'appel des 451, exprimant les intérêts corporatistes à courte vue des acteurs de la "chaîne du livre", oublie les enjeux fondamentaux liés au livre numérique, au centre desquels les droits des lecteurs. Notre chroniqueur Calimaq se charge de nous les rappeler. La sphère intéressée par les mutations provoquées par le livre numérique est agitée depuis une semaine – à moitié par des rires convulsifs, à moitié par des grincements de dents – suite à la publication dans les colonnes du Monde d’une tribune intitulée “le livre face au piège de la marchandisation“. Émanant d’un “groupe des 451“, auto-désigné ainsi en référence au roman Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, ce texte constitue une diatribe radicale contre le livre numérique, bien que ses rédacteurs essaient de s’en défendre maladroitement à présent. Un ami paysan nous racontait : « Avant, il y avait la tomate.

Related: