background preloader

« Crise et Web ont généré une très large économie de la débrouille »

« Crise et Web ont généré une très large économie de la débrouille »
Diouldé Chartier dirige D’Cap Research, un cabinet d’étude sur les comportements des Français. D’Cap a mis en place un « observatoire système D » pour étudier leurs changements d’attitude face à la crise. Comment les Français s’adaptent-ils à celle-ci ? Comment se débrouillent-ils pour moins en souffrir ? L’équipe de D’Cap a analysé des milliers de conversations sur des forums (Doctissimo.fr, AuFeminin.com, mais aussi Rue89...) et interrogé en profondeur, pendant plusieurs heures, une trentaine de Français modestes. Les clients de cette étude sont des entreprises qui s’intéressent à l’innovation sociale et cherchent à comprendre comment les comportements évoluent. Pour Diouldé Chartier, cette étude ambitieuse a permis de mettre à nu une révolution en cours dans la société française : le mariage de la débrouille et d’Internet. Rue89 : Quelles sont les grandes tendances qui se dégagent de votre étude ? Le phénomène est beaucoup plus massif que nous ne le pensions. Diouldé Chartier (DR)

http://rue89.nouvelobs.com/rue89-eco/2012/11/12/la-crise-et-le-web-ont-genere-une-tres-large-economie-de-la-debrouille-236822

Related:  Economie collaborativeRéflexion // SociétéEconomics

Et vous, la consommation collaborative, vous connaissez ? Thinkstock Consommation collaborative : enjeux et limites L'Institut national de la consommation (INC) organise le 7 novembre 2014 un colloque "Consommation collaborative : quels enjeux et quelles limites pour les consommateurs ?".

Internet, ça change la vie ! Tant pis pour les élites Tribune Un des problèmes majeurs qu’on rencontre, quand on essaie de comprendre l’impact d’Internet dans nos sociétés, c’est de prendre le recul nécessaire : il est si difficile d’imaginer notre vie sans lui qu’on n’arrive pas à voir ce qu’il change. Il nous manque la possibilité de comparer notre monde à un monde sans réseau informatique global pour appréhender vraiment tout ce qu’il a changé et tout ce qu’il changera. Il est plus facile – du coup – de tenter l’exercice de l’allégorie.

Pourquoi les pauvres ne votent pas en fonction de leur intérêt économique Qu'on se le dise: les citoyens économiquement les plus modestes ne sont pas toujours fans des politiques de redistribution. Du moins si l'on en croit leur vote. C'est ce que démontrent depuis plusieurs décennies les études électorales américaines. Et, de plus en plus fréquemment, les études électorales européennes. Analyse des invités de France Culture en avril 2012 En parallèle de l’analyse des invités des émissions radio ou télévisées, il nous a paru utile d’analyser les invités de toute une chaîne, radio ou télé, sur une période donnée. Nous commençons par France Culture pour la période d’avril 2012. Chaque analyse, d’émissions ou de chaînes, vient compléter le puzzle géant des invités des médias de ce pays, pour nous donner une idée plus précise des connivences, favoritismes, renvois d’ascenseurs et autres tendances idéologiques à l’œuvre avec l’argent de tous. Ceux qui veulent participer à leur niveau à ce travail colossal de contrôle citoyen des médias peuvent envoyer un mail à jean@enquete-debat.fr, ils ne seront pas de trop. Une chaîne de radio très clairement de gauche

L’économie collaborative au service du territoire Les pratiques collaboratives se multiplient. © Marion Boulay La consommation collaborative : un levier de mutation pour des territoires durables Un simple système économique permettrait de redessiner nos territoires ? MSN disparaît au profit de Skype : ma lettre d'adieu Microsoft a décidé d'abandonner sa célèbre messagerie au profit du logiciel d'appel en ligne Skype (DR). Cher MSN Messenger, C’est fini, avec toi s’envole une partie de ma vie numérique.

2007-2015: une si longue récession Partager cet article En ce début d’année 2016, il n’est pas inutile de faire le point sur la situation économique de la zone euro, sur la base des dernières données publiées par Eurostat. Cela permettra également de répondre à plusieurs questions posées par les internautes à la suite de ma chronique « Changer l’Europe, maintenant« . Commençons par comparer la situation des pays de la zone euro, considérés globalement, à celle des Etats-Unis.

Un regard protestant sur l'actualité politique, religieuse, économique, sociale et culturelle Je porte un regard compréhensif sur les manifestations qui s’opposent au projet de mariage homosexuel. Je les analyse comme des manifestations liées à un malaise de notre société. L’argument principal qui consiste à se raccrocher à la notion de nature est profondément conservateur.

“La Co-Révolution est en marche… et elle est globale” Anne-Sophie Novel et Stéphane Riot, auteurs de Vive la Co-Révolution ! et membres de OuiShare sont en tournée sur les routes de France pour transmettre le virus du collaboratif. Nous les avons interrogé pour savoir si la « révolution collaborative » est effectivement en marche… Quel était l’objectif du livre ? Anne-Sophie Novel : Il s’agissait de faire le point entre de nombreuses observations effectuées depuis 2009 : en tant que blogueuse et ecolo-geek, je sens les interdépendances avec les écosystèmes vivants et numériques qui m’entourent. Partout je vois les dynamiques collaboratives se mettent en oeuvre.

Libre accès : les chercheurs défendent leurs travaux et l’esprit d’Internet Au cours des dix dernières années, les contestations se sont multipliées dans les milieux de la recherche académique. Depuis peu, elles paraissent converger vers un mouvement de fond unique et irrépressible. On pourrait presque parler d’une révolution scientifique au sens littéral : il ne s’agit pas de proposer une nouvelle représentation de l’homme et du monde, mais de remettre radicalement en cause les structures économiques et sociales de l’activité scientifique. Monde diplomatique Contrairement à un ménage ou à une entreprise, un Etat placé dans l’incapacité ultime de payer ses dettes... ne les paye plus, sans disparaître pour autant du registre du commerce ou de la surface de la terre, c’est-à-dire sans être contraint à la liquidation de son patrimoine pour rembourser ses créanciers. Dans le cas d’un ménage, la faillite se solde par une liquidation : vente du manoir et de l’argenterie de famille pour payer comme il se peut les derniers salaires dus aux domestiques et les ardoises laissées chez le traiteur, le notaire ou le banquier — nous laissons au lecteur le soin de transposer à un ménage vivant sous le seuil de pauvreté. Dans le cas d’une entreprise, on vend (tant bien que mal) les machines, les immeubles, les brevets, le parc automobile, etc., pour régler (plutôt mal que bien) les fournisseurs, les banquiers, les autres prêteurs et les employés qui patientent avec leurs salaires restés en souffrance. Taille de l’article complet : 2 387 mots.

L'économie de la multitude ParisTech Review – Dans L’Âge de la multitude (Armand Colin, mai 2012), vous affirmez que la révolution numérique a déjà eu lieu, mais que la numérisation du monde économique et social continue, avec la diffusion de nouveaux modèles économiques et industriels. Les plateformes, véritables infrastructures du monde de demain, sont parfois aussi puissantes que les Etats, mais elles sont elles-mêmes tributaires de leurs échanges avec la multitude, qui est au centre du jeu. Qu’appelez-vous « la multitude » ? Henri Verdier – Nous avons repris ce concept à une tradition philosophique ouverte par Antonio Negri et Michael Hardt, reprise et développée en France par Yann Moulier-Boutang.

Related: