background preloader

Le « minerai » de nos lasagnes : « Avant, on n’osait pas en faire de la bouffe pour chat »

Le « minerai » de nos lasagnes : « Avant, on n’osait pas en faire de la bouffe pour chat »
La « viande » de nos plats préparés porte le nom de minerai, « des bouts de machin, de gras notamment, catégoriquement de la merde. Il y a 40 ans, cette matière allait à l’équarrissage pour être brûlée », nous dit un expert. Ma mère n’a jamais cuisiné. J’ai passé mon enfance à manger des petites quiches vertes toutes molles et des lasagnes à la bolognaise surgelées. Le scandale de la viande de cheval 100% pur bœuf a éclaté la semaine dernière, et aucune surprise pour moi : je me doutais bien que ce qu’il y avait dans ma moussaka micro-ondée n’était pas de la vraie viande, saillante et fraîche. Ces petits bouts de trucs marrons étaient denses sous la dent et je crois que cela me suffisait. Je ne pensais pas qu’on me mettrait un jour face à la triste et dégoûtante réalité : j’ai mangé des centaines de kilos de « minerai de viande » donc de déchets. C’est un article publié sur Rue89 par Colette Roos qui m’a appris l’existence de ce mot. C’est le mot « collagène » qui m’ennuie le plus. Related:  La "qualité" de la viande ?

C’est l’histoire d’un steak | Rue89 Eco Rue89 a tenté de remonter la piste d’un steak haché acheté au supermarché du coin. De la bête à la cuisine, en passant par l’abattoir. Un steak haché « 100% muscles, 100% pur boeuf » (Aurélien Delfosse/Rue89) Il est rouge cerise. Ecarlate par endroits, et même, pour tout dire, rouge corail sur les côtés. Comme tout le monde, j’ai bien compris qu’il y avait un souci de type lasagno-romano-chevalin avec la viande hachée ces derniers temps. La naissance, quelque part en France En principe, les lieux de naissance de l’animal, d’élevage et d’abattage doivent tous être précisés, sauf s’ils sont identiques. « Origine France, élaboré en France. » Au téléphone avec le service consommateur du supermarché, on ne peut pas m’indiquer l’endroit exact où est né mon steak, même avec la nuée de codes que comportent les étiquettes. Ensuite, première possibilité, il provient d’une petite ferme paisible, comme celle-ci. Le passage du négociant en bestiaux « Nous, on travaille pour les abattoirs.

Danger : SUCRE ! DANGER: SUCRE ! Dr. Bernard Herzog Le sucre fera-t-il disparaître par dégénérescence l'espèce humaine ? Au début du XXe siècle, chaque Français consommait 1 kg de sucre par an, 35 kg aujourd’hui. Le sucre blanc est un sucre raffiné. Les aliments raffinés sont appauvris de vitamines et oligo-éléments, nutriments catalyseurs indispensables à la vie. Qui pourrait donc imaginer, en plaçant un morceau de sucre chaque matin dans sa tasse de café ou de thé, que ce frêle carré de sucre incarne depuis plusieurs décennies le symbole par excellence de la pollution agro-alimentaire moderne ? 1. Il faut bien distinguer les sucres naturels assimilables des sucres artificiels qui ne le sont pas. Le saccharose est un disaccharide (glucose + fructose), un sucre artificiel d’origine industrielle qui apporte une énergie factice, car elle ne se consume pas mais se caramélise au niveau des muqueuses intestinales. 2. Un métabolisme défectueux engendre des carences. 3. 4. 5. 6. 7. Eliminer le sucre ?

A tous ceux qui croient que Picard fabrique ses plats... | Rue89 Eco Picard surgelés « fait » ses plats, les « élabore », mais ne les fabrique pas. La nuance vous avait peut-être échappé. L’alerte a été donnée lorsqu’on a appris que Picard était mouillé dans l’affaire de viande de cheval Findus. L’affaire devait être close une semaine plus tard, lorsque Comigel, la PME lorraine sous-traitante du géant des surgelés, a reconnu une « erreur » : « Cela n’aurait jamais dû se produire, Spanghero ne faisant pas partie des fournisseurs validés par Picard dans le cahier des charges signé entre Picard et Comigel. » Tout va bien donc pour Picard, qui, en 20 ans de collaboration avec Comigel, n’avait jamais eu à faire face à ce type d’écart, indiquent les deux partenaires. « Recettes élaborées en interne » Entre temps, le consommateur adepte de la marque au flocon, si douée pour faire passer ses plats préparés pour de la « haute cuisine », comme on dit haute couture, a découvert le visage du patron de cette entreprise florissante. Intervention de Philippe Pauze

« Il fallait garder 40% de la viande avariée » J’ai travaillé dans une usine de « transformation de viande », et je suis dégoûté définitivement de toutes les viandes hachées surgelées et des plats préparés. C’était tellement « fou » pour des gens normaux que ma famille m’a conseillé de l’écrire quelque part, ce que je n’ai jamais eu le courage de faire. Rue89 me donne l’occasion de témoigner, donc voici quelques souvenirs. Making of Sous le papier Minerai de viande : « Avant on n’osait pas en faire de la bouffe pour chat », un intérimaire a témoigné sous le pseudo de Kelval. Dans ces usines, on transforme effectivement des bas morceaux tout à fait corrects en merde. On obtenait des quantités phénoménales de purée de viande qu’on mettait dans des bacs de 10 kg et qu’on tassait à coups de poings, puis qu’on renvoyait au surgélateur par palettes de 70 caisses. Azote liquide pour agglomérer la viande Il y avait aussi la ligne des « cubes de viande ». Des petites quantités de viande dans la boucle depuis plusieurs mois

Un produit hautement toxique découvert dans le chocolat Titre initial :Menace sur le négoce du cacao : un produit hautement toxique découvert dans le chocolat Le commerce international du cacao est sérieusement menacé par l'Union européenne. En tout cas, à partir du 1er avril prochain, les 27 d'Europe vont demander aux producteurs du cacao de réduire au maximum, le cadmium dans leurs productions. Si ces consignes ne sont pas respectées, leurs productions seront refoulées dans les différents ports d'Europe. En effet, ces pays estiment que le cadmium, qui est un métal lourd contenu dans les fèves de cacao, est toxique et provoque des dysfonctionnements rénaux, des problèmes osseux et des troubles de la reproduction chez le consommateur. Cette découverte selon l'Organisation internationale du cacao (Icco), dont le siège est en Grande Bretagne, concerne les pays d'Amérique latine mais aussi de l'Afrique, particulièrement à l'Ouest du Cameroun, soit environ 10 à 20% de la production nationale. Le module de news "Comment va la belle bleue ?"

Au-delà du cheval : des produits d'équarrissage dans les plats cuisinés ? Les Anglais ont été trompés sur la marchandise avec l'affaire des lasagnes à la viande de cheval étiquetée comme étant du boeuf. Soit. La viande de cheval, si elle peut être parasitée par la trichinose, est moins grasse et plus saine que la viande de boeuf, d'autant que la qualité d'une viande est fortement dépendante de ce que consomment les animaux. Car on s'aperçoit tout simplement que les contrôles qualité de l'entreprise (de nombreuses autres doivent être dans le même cas) et des organismes officiels ont été plus que défaillants en étant incapables de détecter la différence entre la viande de cheval et celle de boeuf, à moins qu'il n'y ait tout simplement pas de contrôle ! Sur quoi fait-on des économies ? L'exemple donné peut être étendu à de nombreux plats confectionnés : poulet basquaise, hachis parmentier, à la fois en conserve ou surgelé... L'Union préconise... l'autocontrôle des industriels !

Le Surimi, une horreur ! Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le surimi, sans jamais oser le demander. Par Marc Giacone - lundi 31 janvier 2005 La France est le second consommateur mondial de surimi après le Japon, en pourcentage par habitant. En chiffre absolu, les Français consomment 20.000 tonnes de surimi par an, avec une progression constante de la consommation. Cela représente en théorie 300 grammes de surimi par personne et par an. Dit comme ça, cela paraît peu, mais compte tenu du fait que le surimi a mauvaise réputation chez ceux qui "font attention" à ce qu’ils mangent, les consommateurs de surimi sont peu nombreux et en mangent donc beaucoup. Faisant partie de ceux qui ont toujours refusé de consommer et d’acheter du surimi, je me suis demandé comment un tel produit a pu avoir un tel succès, malgré que lors de son introduction sur le marché français il ait été décrié. Le surimi en chiffres Mensonges au sujet du surimi Qui mange le surimi ? Point de vue psycho-sociologique

untitled 1. Objet Les Conditions Générales (ci-après CG) régissent les droits et obligations des utilisateurs des sites internet www.bonasavoir.ch et www.toutcomptefait.ch (ci-après dénommés «les sites»), dont l’éditeur est Editions Plus s. à r. l., à l’avenuede la Rasude 2, 1001 Lausanne (ci-après EDP). 2. Champ d’application Les achats dans la librairie, d’articles à l’unité ou la conclusion d’abonnement papier ou numérique aux magazines Bon à Savoir et Tout Compte Fait vaut acceptation des présentes CG par l’internaute. 3. Les prix s’entendent nets, en francs suisses, TVA inclus. 4. En cliquant sur la case «J’ai lu les CGV et je les accepte», l’internaute donne son consentement pour la commande des produits sélectionnés. 5. Les EDP n’ont pas accès aux informations confidentielles relatives au moyen de paiement. 7. Les abonnements conclus sur les sites peuvent être résiliés en tout temps pour leur prochaine date d’échéance. 8. 9. Les présentes CG peuvent être modifiée par les EDP. 10.

Related: