background preloader

Nouvelles technologies - Le documentaire est en mutation

Nouvelles technologies - Le documentaire est en mutation
Les qualificatifs ne manquent pas lorsque vient le temps de décrire la route à prendre pour l'industrie du documentaire: nébuleuse, floue, jalonnée de sables mouvants, etc. L'incertitude semble être la seule certitude. Bousculés par de nouvelles technologies qui imposent une redéfinition des paramètres de production et de distribution des oeuvres, les artisans tentent de s'adapter et d'évoluer, le plus souvent à tâtons, mais toujours avec conviction. «Après quinze ans de production, l'industrie du documentaire arrive à la fin d'un cycle, celui de la télévision. La démocratisation d'Internet et des technologies de communication a ainsi contribué à l'avènement d'une classe d'auditeurs dotés d'attentes et de besoins différents, mais aussi à l'émergence de créateurs désireux d'exploiter les possibilités offertes par ces nouveaux médias d'échange. Documentaire participatif Car rien n'est encore définitif, de l'aveu d'Hugues Sweeney: «Nous sommes en phase exploratoire. Collaborateur du Devoir Related:  TRANSMÉDIAS - TENDANCES / ANALYSES

De la supériorité de l’écrit sur le web « [ Blok Not ] _.oO Kro Les chercheurs d’information, les infoboulimiques et de manière générale tous ceux qui de près ou de loin sont attirés par le savoir, la réflexion et la matière grise ont probablement été confrontés au problème de l’"absorption". Comment faire pour trouver, traiter, assimiler et classer l’information ? Idéalement, grâce à l’écrit, qui permet d’indexer, de chercher, mais aussi de s’informer et de choisir quand, comment et à quelle vitesse le faire. Quand il ne s’agit pas d’un exercice de style particulier ou d’art, l’écrit vaut mieux que la vidéo et que l’audio sur le web, voire peut-être partout. Visite chez un obsédé textuel. Pendant longtemps, l’avantage de l’écrit fut double : la mobilité et l’atemporalité. Le web a permis de voir la naissance du podcast. Alors en quoi l’écrit l’emporte-t-il encore ? Premier point de supériorité évident : la recherche. En effet, un texte écrit est déjà… écrit. Like this: J'aime chargement…

Differences between linear and interactive documentaries. Featuring the interactive documentary (I) To establish a correct characterization proposal, it is necessary to analyze the factors that make the interactive documentary to be a new “species” – obviously related to the traditional documentary form and interactive media -, but with its own identity and autonomy to establish itself as an independent genre. Most of the proposals in this field do not usually attempt to differentiate between the traditional audiovisual documentary and the interactive documentary, as they consider the latter to be a natural evolution of the former, just as the Web 1.0 naturally became the Web 2.0. This evolutionary approach seems insufficient to frame and define such a complex and varied genre. The first characteristic defining the two areas is obvious: In the former, the traditional documentary presents a criterion of linearity, i.e. we go from a starting point to an end point (from A to B) and follow a path predetermined by the author of the work. Table 1. Researcher, Professor and Producer References

Comment se construit un web-documentaire - Media Trend Au Festival Européens des 4 Écrans (1), qui s’est tenu à Paris du 18 au 20 novembre 2009, j’ai participé à un atelier consacré aux « Coulisses de la création » d’un web-documentaire. Il était animé par Judith Rueff (2), l’une des fondatrices de l’agence multimédia Ligne 4, qui travaille à un ambitieux projet sur l’Europe. Comment se monte un tel projet? Comment passe-t-on d’une idée à un projet construit? En choisissant, comme thème, l’Europe, Judith Rueff n’a pas choisi la facilité, tant la construction européenne est considérée comme compliquée, éloignée des centres d’intérêt du public, bref peu vendable. Ce web-documentaire est basé sur l’idée de « ponts » entre pays de l’UE et pays qui n’en font pas partie Donc, première question, comment transformer un thème peu porteur en un sujet capable de capter l’attention d’un diffuseur, puisque Ligne 4 n’est, en l’occurrence, que le producteur? Arte ne veut ni d’un documentaire télé ni d’un CD-Rom Reste à convaincre le « client ». Notes

Les quotidiens US redécouvrent la photo sur le web Alors que la photographie est plutôt sous-utilisée dans les quotidiens, les voici qui redécouvrent son impact et sa richesse d’expression dans leurs sites web. De nombreux quotidiens américains viennent de passer leurs galeries photo en grand format. En tête de la tendance, le New York Times a conçu un bel écrin pour ses diaporamas — des vrais, avec bande son sur les images. Un écran s’ouvre, soit au format du navigateur, soit en plein écran, et les photos défilent sur fond noir dégagé de gimmicks graphiques. En bas, un curseur avec prévisualisation des images quand on l’effleure. Voir par exemple la natation aux JO ou la campagne d’Obama, deux diaporamas dans ce nouveau format. Tout en restant dans le format classique du blog, les photos s’élargissent aussi sur le site du Wall Street Journal, pourtant pas réputé pour son usage de la photographie. Grand format également pour le Boston Globe, qui va jusqu’à 990 pixels dans sa section bien nommée « The Big Picture« .

The i-docs’ “evolution”, in just 10 points While preparing for the forthcoming i-Docs conference, and thinking about what a great year 2011 has been for factual narratives, we started a discussion between Arnau Gifreu and myself to see if we agreed on the i-docs trends that are emerging just in front of our eyes. Arnau proposed to come up with 10 points that could illustrate the trends and novelties that the years 2011-12 are bringing forward. I thought it was a brilliant idea. Here are the 10 points we came up with. 1. New authoring tools have emerged in the last year. Figure 1. This is particularly true for the tools that make use of HTML5 because effectively they allow live data to be linked to a specific video frame. Both the very well-known projects One Millionth Tower and 18 Days in Egypt have used Popcorn this year… and we are ready to bet that there will be many more next year! Figure 2. 18 days in Egypt Website Figure 3. 2. Figure 4. Figure 5. Figure 6. 3. Figure 7. Figure 8. 4. Figure 9. Figure 10. 6. Figure 11. 7. 8.

Un article sur le webdocumentaire ? Non, une carte mentale : Articles : Thot Cursus Le CDDP du Tarn-et-Garonne a publié en février 2011 une carte mentale dédiée à l'étude du webdocumentaire en classe. Deux branches principales partent du sujet central. A gauche, les sites de réflexion sur le genre et les propositions d'activités pédagogiques. A droite, l'étude des caractéristiques du webdocumentaire. L'arborescence donne accès à des fragments de textes, écrits par les concepteurs de la carte ou extraits de textes plus longs dont les liens sont fournis en complément. La partie "usages" est bien détaillée, dans la mesure où elle fournit des pistes autant pour exploiter un webdocumentaire en classe que pour en créer un, avec l'exemple d'un webdoc réalisé par des lycéens. La partie dédiée aux caractéristiques du webdocumentaire est également fournie, notamment dans l'examen des différences entre webdoc, le documentaire traditionnel et le reportage. On trouve dans cette carte mentale une sélection de webdocs réalisée sur Symbaloo par le même CDDP. Détail de la carte :

L’invasion des magazines photos en ligne > FredCavazza.net Décidément la presse n’en finit plus de se réinventer. Pour faire face à la baisse généralisée des ventes de papier nous assistons à la naissance d’un nouveau type de magazine en ligne : les photo-magazines. Particularité de ces sites : une ligne éditoriale orientée lifestyle et beaucoup de photos très qualitatives. Vous apprécierez les “unes” que l’on peut parcourir en mode coverflow sur la page d’accueil ainsi que l’effort notable pour proposer une mis en page agréable. Il est évident que ce type de site ne se préoccupe pas trop de l’accessibilité ou du temps de chargement mais de touye façon est-ce que les pendants “papier” de ces magazines en ligne se souciaient d’utiliser du papier recyclé ? Autre exemple avec Wonderwall publié par MSN : Là encore nous avons assez peu de texte et des photos dans tous les sens. Plus proche de chez nous, nous avons également le magazine français Ykone qui vient de voir le jour :

Déontologie et transmédia, un amour impossible pour la presse de demain? 24/04/14 : Dans un courrier adressé à François Hollande, Philippe Madrelle, président du CG de la Gironde, demande le report des élections départementales initialement prévues en mars 2015 afin "de prendre le temps d'un véritable débat démocratique". 24/04/14 : En 2018, un Center Parcs ouvrira ses portes en Lot-et-Garonne. 400 cottages (2000 lits d'hébergement) seront proposés aux touristes. 300 emplois seront créés. "Un projet qui permettra d'intensifier l'attractivité du territoire", P.Camani psdt CG47 24/04/14 : Europe Ecologie - Les verts Aquitaine organise une Manifestation anti-nucléaire à Bordeaux et un débat à l'Athénée municipal sur la sortie du nucléaire le Samedi 26 avril 24/04/14 : À l'occasion de la Journée nationale du Souvenir de la Déportation le 27 avril au Fort du Hâ, tous les motifs de déportation (y compris pour homosexualité) seront visibles sur une oriflamme à côté du Monument aux déportés. 22/04/14 : Élection européenne. 14/04/14 : Rugby.

Rêvons 2011 pour le documentaire dans toutes ses formes | WEBDOCU.fr, webdocumentaires et nouvelles formes de reportage Par Patricia Bergeron Déjà la mi-janvier. L’heure des bilans de 2010 est quasi terminée et on se tourne vers les résolutions et prédictions de 2011. Sans vouloir replonger dans 2010, on peut admettre que le webdocumentaire a été un buzz. Ici même, sur webdocu.fr, on a tracé le bilan, tenté de le définir, bref le webdocumentaire a gagné en maturité, il va sans dire. Heureusement, on a aussi décortiqué les aspects financiers d’un projet webdocumentaire. Des projets tels que Collapsus – An energy risk conspiracy de Submarine Channel, Out My Window, fragment de l’oeuvre-tentaculaire Highrise de la documentariste canadienne Katerina Cizeck (qui a remporté la premier prix à IDFA-LAB pour digital storytelling), Prison Valley des réalisateurs David Dufresne et Philippe Brault produit par Upian et The Waiting Room de Peter Nicks ont retenu mon attention. La pertinence de leur sujet. Alors what’s next pour le webdoc? Expérimentons! Nous devrons imaginer et rêver de nouveaux partenaires.

Le webdoc tisse sa toile La révolution sémantique sur Internet continue : voici maintenant le webdoc. Sous ce néologisme se cache un documentaire diffusé sur la Toile et travaillé avec ses outils spécifiques : interactivité et multimédia. Une révolution journalistique, sans doute aussi, mise en lumière par la 3e édition du Festival européen des 4 écrans (lire ci-contre). "Les journalistes et les photographes de presse ont pris le numérique de plein fouet et ont été les premiers à s'emparer du Web", explique Alexandre Brachet, fondateur de l'agence Upian et pionnier en la matière. Du coup, les formes d'écriture évoluent pour coller aux comportements de ces nouveaux "lecteurs". Les chaînes de télévision et les sociétés de production traditionnelles ont pris le train en marche. Cette coproduction Upian et Arte.tv a eu un budget digne d'un documentaire classique - un peu plus de 200 000 euros - et bénéficie d'une aide du Centre national de la cinématographie (CNC) de 95 000 euros.

Le storytelling transmédia expliqué [infographie] Le storytelling transmédia est une technique où on raconte une histoire en déployant sont contenu sur de multiples plateformes. En soi, ça peut sembler être une banale campagne intégrée de marketing, mais c’est bien différent dans les faits. L’arc narratif global est ce qui lie toutes les plateformes ensemble, chacune n’étant pas simplement la répétition du même contenu. Ça peut sembler simple à la base lorsque présenté de cette façon, mais comment fait-on pour en faire une réalité? Qu’est-ce qui est requis et quel est le processus pour y arriver? Getty Images, une des plus grandes banques d’images a préparé une très bonne infographie qui creuse un peu plus loin le processus de création et les considérations que l’on doit avoir lors de l’élaboration d’un projet de storytelling transmédia. Et en plus, ils ont présenté le tout dans une liste de 5 étapes à considérer lorsqu’on travaille sur une campagne transmédia : Voici, ci-dessous, l’infographie complète, pour votre plaisir.

POM, vidéographie, webdocumentaire : lexique des nouveaux formats – Wilfrid Estève POM, vidéographie, webdocumentaire : lexique des nouveaux formats La crise dans les médias aura eu le mérite d’accélérer les initiatives des photojournalistes dans le « digital story telling ». Depuis 2005, une nouvelle orchestration éditoriale s’est mise en place pour l’ensemble des « journalistes de l’image » et des écritures narratives ont rencontré leurs publics. Aujourd’hui on parle de fragmentation de l’information visuelle, de transversalité du récit, de multiplication des supports et des écrans, de développement des communautés, l’image (fixe ou animée) est d’ailleurs devenue « conversationnelle » dans les réseaux sociaux. POMUne Petite Œuvre multimédia (acronyme POM ou POEM), appelée parfois Petit Objet Multimédia, est une réalisation vidéo ou flash qui associe photographe, réalisateur, webdesigner, créateur sonore et illustrateur.Ce média linéaire est basé sur un montage d’après des photographies uniquement, sa réalisation sonore est très poussée. Wilfrid Estève Lien :

IDFA DocLab 2009 50 things you don't know about non-fiction storytelling (for journa...

Related: