background preloader

Deux agriculteurs américains témoignent des méfaits des OGM

Deux agriculteurs américains témoignent des méfaits des OGM
Wendel Lutz et Wes Shoemyer à Paris le 30 octobre 2012 « Les OGM détruiront votre modèle d’agriculture familiale s’ils sont adoptés ! » C’est en substance le message que sont venus porter en France deux agriculteurs américains « repentis » des OGM. Elu démocrate au sénat du Missouri, il est en lutte contre « l’accaparement monopolistique de l’agriculture par une poignée de firmes ». A ses cotés, Wendel Lutz, la cinquantaine débonnaire du typique « mid-west farmer », l’air tragique en plus de l’homme en résistance. Ils ont été invités à témoigner par Greenpeace afin de raconter « leur réalité ». Solidement installé au fond de sa chaise, Wes Shoemyer raconte : « Avant l’introduction des OGM, nous utilisions déjà l’herbicide Roundup pour brûler les mauvaises herbes, c’était miraculeux ! L’élu reproche aujourd’hui à Monsanto d’avoir mis en place une stratégie de capture du marché avec des prix attrayants, en particulier sur le Roundup, pour ensuite organiser l’envolée des prix. Wendel raconte : Related:  Argumentaire pro-OGM et réalitéNature & environnement

La faim dans le monde, alibi pour le développement des OGM Les débats suscités par la récente publication de Séralini et ses collègues ont été l’occasion de présenter les OGM comme une solution potentielle à la faim dans le monde. En tant qu’agronomes et spécialistes des questions de sécurité alimentaire, nous ne pouvons pas laisser croire que les OGM sont la voie pour nourrir l’humanité, fut elle de 9 milliards d’individus en 2050, voire 12 milliards dans les scénarios les plus pessimistes. Au premier rang des avantages attendus des OGM est mise en avant leur potentielle contribution à l’accroissement de la production. Cela soulève une première question : le problème de la faim dans le monde est il vraiment un problème de production insuffisante ? Une deuxième question surgit : les OGM sont-ils une solution pour produire davantage dans les pays concernés par l’insécurité alimentaire ? (1) Source: Dorin B., 2012.

La quasi totalité des glaces et crèmes glacées sont fabriquées avec des OGM Des glaces bien fraîches en octobre ce n’est plus de saison. Pourtant, ce n’est pas une raison pour ne pas en parler. Il faut savoir que toutes les marques de glace ou presque ont recours à l’utilisation de protéines issues d’une levure génétiquement modifiée, censée améliorer la qualité du produit. L’Union européenne le permet depuis depuis 2009, les États-Unis depuis 2003. Glaces et crèmes glacées… aux OGM L’article « Les glaces pourront contenir des OGM » paru sur le site Internet www.24heures.ch annonce que la Suisse, ou plus précisément l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) vient d’autoriser en octobre 2012, l’entreprise suisse Unilever à ajouter une protéine issue d’une levure génétiquement modifiée dans le processus de fabrication des glaces et crèmes glacées. Cet article permet de rappeler que de nombreux produits OGM ou fabriqués à partir d’organismes génétiquement modifiés envahissent doucement et insidieusement les gondoles de magasins et nos tables par conséquent.

WWF - Advocating for Sustainability Quite simply, what we need is a sensible management plan for the Atlantic bluefin tuna that doesn’t drive the species to extinction. By following sound science and reducing the capacity of industrial fleets, governments can avoid the demise of one of the most magnificent fish that swims the ocean. The main body responsible for managing Atlantic bluefin tuna is the International Commission for the Conservation of Atlantic Tunas (ICCAT). The commission was formed in 1969 in response to fears that Atlantic bluefin tuna populations would crash. Despite close to 40 years of ICCAT’s existence, populations have continued to decline. After decades of decline and 13 years of intense lobby work and campaigning, WWF has been instrumental in getting ICCAT to reach measures including: Great progress was made last year on the East Atlantic and Mediterranean bluefin tuna stock when decision makers agreed for the first time on an annual quota based on science.

Les OGM, c'est dépassé ! « Produits industriels lourds et peu modulables », les OGM, et en particulier les plantes génétiquement modifiées, « sont à contre-courant des solutions qu’exige la situation réelle »: une « grande souplesse adaptative», « tant les caractéristiques de l’environnement sont peu prévisibles, même à court terme ». Par Jacques Testart, président d’honneur de la fondation Sciences citoyennes (FSC). Avec les plantes génétiquement modifiées (PGM), l’ambition est de donner aux végétaux cultivés des propriétés non réalisées par l’évolution ou par la sélection traditionnelle. Bien que la compétence pour induire des modifications du vivant soit démontrée, la maîtrise de ces effets est contestable, d’abord parce que nombre d’OGM manifestent des propriétés imprévues. Mais il est une autre caractéristique intrinsèque des PGM, c’est leur inadaptation à la transition écologique, laquelle constitue une cause impérative pour la suite du monde.

Déclaration de la société civile africaine : appel pour une interdiction des OGM Détails Créé le mercredi 31 octobre 2012 18:10 (Please distribute and sign at www.acbio.org.za/activist) Introduction Nous soussignées, organisations de la société civile de l’ensemble du continent africain, appelons par la présente à une interdiction immédiate et totale de la culture, de l’importation et de l’exportation d’organismes génétiquement modifiés (OGM) sur le continent africain. Nous exhortons les gouvernements d’Afrique à prendre les mesures nécessaires à la protection de la santé de leurs populations, en soutenant le présent appel et en s’engageant à mener à bien, sur le long terme, des études indépendantes et faisant autorité en matière de sécurité alimentaire. Nous appelons également les gouvernements d’Afrique à bien vouloir prendre note de nos objections supplémentaires concernant les OGM. Incertitude scientifique concernant la sécurité alimentaire Le principe de précaution Le maïs est un aliment de base en Afrique Interdisons les OGM en Afrique

UE : la déforestation en (toute) franchise Madame la Députée, Monsieur le Député, Le Parlement européen va se prononcer en décembre sur la ratification de l'Accord de libre-échange entre l'UE, la Colombie et le Pérou. Les organisations signataires de la présente lettre ont raison de s'inquiéter d'un accord qui, en exacerbant l'exploitation irresponsable des matières premières dans les pays sud-américains, y aggravera les conflits sociaux et environnementaux. L'accord ne possédant aucune règle contraignante en matière de respect des droits de l'homme, il ne modifiera en rien les violations faites à ces droits au Pérou et en Colombie. De façon similaire, l'accord ne contient pas de normes environnementales suffisamment obligeantes pour s'assurer que l'exploitation à venir des ressources ne détruise pas les moyens de subsistance des populations locales. Lors de la première année de mandat du Président Humala, 16 personnes ont été tuées au Pérou lors d'affrontements dans les zones minières. Nous vous demandons par conséquent :

Les OGM ne sont pas la solution pour éradiquer la faim dans le monde | Cartes blanches En effet, selon son diagnostic, la faim dans le monde serait la conséquence d’une production insuffisante d’aliments, alors qu’au contraire, on produit actuellement suffisamment d’aliments pour nourrir près de 12 milliards de personnes – dont près du tiers est certes gaspillé. Sur le milliard de personnes souffrant de la faim dans le monde, la moitié sont des paysans dont les revenus trop faibles ne permettent pas d’avoir accès à une alimentation qui pourtant existe en quantité suffisante. Si on ajoute les 10% de pêcheurs malnutris et les 20% de paysans sans terre, ce sont donc 80% des personnes souffrant de malnutrition qui représentent ceux qui sont censés nous nourrir ! A cette aune, les OGM ne sont pas la solution pour éradiquer la faim dans le monde. Leurs promoteurs abordent la question sous l’angle de la quantité d’alimentation produite, alors que le problème de la faim ne se situe pas au niveau de l’indisponibilité des ressources, mais au niveau de leur inégale répartition.

COMBAT-MONSANTO - Pour que le monde de Monsanto ne devienne jamais le nôtre Nocivité des OGM pour la santé : de nouveaux résultats accablants Edifiant. Une nouvelle étude scientifique menée sur des rats de laboratoires pendant deux ans montre les conséquences gravissimes sur la santé provoquées par la consommation d’un maïs OGM, le NK 603 de Monsanto résistant à l’herbicide Round Up. Le professeur de biologie moléculaire Gilles-Eric Séralini a mené cette étude dans le plus grand secret. D’abord afin de se procurer les semences OGM nécessaires à ses expérimentations. Et ensuite pour éviter que les puissants intérêts des industriels des biotechnologies fassent tout pour atténuer la publication de ces résultats fracassants. © Dean Sewell / Greenpeace La menace est là, bien réelle en France aussi Le maïs OGM NK 603 peut être présent dans l’alimentation animale (destinée au bétail notamment) mais aussi dans des aliments vendus directement aux consommateurs. L’EFSA doit cesser d’être l’antichambre des industriels des biotechnologies. La complaisance doit cesser !

Related: