background preloader

Allocation personnalisée d'autonomie (Apa) : grille Aggir

Allocation personnalisée d'autonomie (Apa) : grille Aggir

L'allocation personnalisée d'autonomie (APA) à domicile Dernière mise à jour le 20 avril 2015 Synthèse L’Allocation personnalisée d’autonomie attribuée dans le cadre du maintien à domicile repose sur l’élaboration d’un plan d’aide prenant en compte tous les aspects de la situation de la personne âgée. Le montant maximum du plan d’aide varie selon le degré de perte d’autonomie (groupe GIR 1 à 4). Le montant de l’APA est égal au montant du plan d’aide effectivement utilisé par le bénéficiaire, diminué d’une participation éventuelle (ticket modérateur) laissée à sa charge et calculée en fonction de ses ressources. A savoir Le plan d’aide est établi par une équipe médico-sociale, dont l’un des membres au moins se déplace chez le bénéficiaire de l’allocation. Sommaire Fiche détaillée Que recouvre la notion de domicile ? L’APA à domicile correspond à la situation du bénéficiaire qui habite effectivement chez lui ou au sein de sa famille. Quel peut être le contenu du plan d’aide ? Le plan d’aide constitue une composante essentielle de l’APA à domicile.

Quel est le montant de l'Apa - Allocation Personnalisée d’Autonomie ? Le calcul de l’Apa diffère selon que la personne qui en bénéficie réside à domicile ou est hébergée dans une structure d’accueil pour personnes âgées. Toutefois, ses revenus sont toujours pris en compte. Quelles sont les ressources prises en compte ? Pour le calcul du montant de l’Apa sont pris en compte le revenu indiqué sur l’avis d’imposition (ou de non imposition) remis lors de la demande d’Apa, ainsi que d’autres sources de revenus, dont les revenus locatifs. Certaines allocations sont exclues du revenu : CMU, pension alimentaire, allocation de logement, etc. Comment est calculée l'Apa en maison de retraite ? Les règles d’attribution de l’Apa en maison de retraite ne sont valables que pour les établissements de plus de 25 places accueillant de façon permanente des personnes âgées en perte d’autonomie. Pour rappel, il y a trois tarifs dépendance dans une maison de retraite : Exemple de calcul de l'Apa en maison de retraite Lucie, accueillie dans cette maison de retraite, est en Gir 2.

L'Allocation personnalisée d'autonomie (APA) Créée en 2002 l’Allocation personnalisée d’Autonomie (APA) est une prestation que vous accorde le Président du Conseil général pour couvrir vos dépenses d'aide à la vie quotidienne (à domicile ou en établissement). Elle est versée en fonction de votre degré de perte d'autonomie et de vos ressources. L'APA ne fait l'objet d'aucun recours sur votre succession, donation ou legs. Vous avez droit à l'APA si : vous avez au moins 60 ans ; vous résidez en France ; vous avez besoin d'une aide pour l'accomplissement des actes essentiels de la vie ; vous faites l'objet d'un classement GIR 1, 2, 3 ou 4 (grille nationale AGGIR). Le GIR, ou « groupe iso-ressources» est la mesure de votre degré d’autonomie. Cette allocation permet : A domicile : Télécharger la liste des prestataires d'aide à domicile En établissement : de couvrir le tarif dépendance de l'établissement qui vous accueille à l'exclusion des dépences liées à l'hôtellerie et aux soins. Comment l'APA vous est-elle attribuée ? A domicile A domicile

Journée nationale de solidarité : où vont les recettes ? Journée nationale de solidarité : où vont les recettes ? Depuis son instauration en 2004, la journée nationale de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté plus de 12 Md €. Comment sont utilisées les recettes de la journée de solidarité ? Au niveau national, les 2,24 Md € collectés par la CNSA en 2010 ont été redistribués de la façon suivante :60% pour les personnes âgées dont : - 40% pour le financement des établissements et services médico-sociaux accueillant les personnes âgées (896 M € en 2010) ;- 20% sont versés aux Conseils généraux pour le financement de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) (450 M € en 2010). 40% pour les personnes handicapées dont :- 26% pour le financement de la prestation de compensation du handicap (PCH) et des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) (582 M € en 2010) ;- 14 % pour le financement des établissements et services médico-sociaux accueillant les personnes handicapées (313 M € en 2010).

Dépendance et perte d'autonomie Grille AGGIR GIR 1 GIR 2 GIR 3 4 5 ou GIR 6 Elle concerne les personnes à domicile ou en établissement et sert de support pour déterminer le montant de l'APA ( Allocation Personnalisée d'Autonomie) qui sera versé. Cette grille comprend 17 variables se rapportant au comportement, à la communication, à l'orientation dans l'espace, et dans le temps, à la réalisation de la toilette et de l'habillage, à l'alimentation, à l'élimination, aux transferts et aux déplacements à l'intérieur. Chacune de ces variables sera évaluée et codifiée (A, B ou C) en fonction du degré de dépendance : • A : Fait seul, spontanément et totalement et habituellement et correctement • B : Fait seul non spontanément et/ou partiellement et/ou non habituellement et/ou non correctement • C : Ne fait seul ni spontanément, ni totalement, ni habituellement, ni correctement. Qui procède à l'évaluation ? Lors du dépôt du dossier d'admission en établissement, une évaluation actualisée du degré de dépendance vous sera demandée. Les différents groupes Humanis

« Résilience » ou la lutte pour la vie, par Serge Tisseron (Le Monde diplomatique, août 2003) L’idée de quelque chose qui résiste aux pressions sans trop se déformer ou en pouvant retrouver sa forme, un peu comme un ressort, existe aux Etats-Unis depuis longtemps. Paul Claudel écrit d’ailleurs dans L’Elasticité américaine : « Il y a dans le tempérament américain une qualité que l’on traduit là-bas par le mot resiliency, pour lequel je ne trouve pas en français de correspondant exact, car il unit les idées d’élasticité, de ressort, de ressource et de bonne humeur (1). » Dans le champ de la psychologie, Fritz Redl a introduit le concept d’« ego resilience » en 1969 ; puis a été décrit le phénomène appelé « invulnerable children ». Aux Etats-Unis, cependant, rien de comparable à l’extraordinaire engouement que connaît aujourd’hui la France pour ce concept. Autre exemple. Le lecteur juge peut-être qu’il s’agit là d’usages caricaturaux et abusifs qui n’entament en rien la valeur du concept. Favoriser l’adaptation sociale Cette confusion n’est pas un hasard.

Les modalités d'attribution de l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA) Dernière mise à jour le 7 mai 2013 Synthèse Pour prétendre à l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), le demandeur doit constituer un dossier, à adresser au président du Conseil général. Une procédure d’instruction est alors déclenchée. Elle comporte une phase d’évaluation du degré de perte d’autonomie, et une phase administrative. Sommaire Fiche détaillée Comment faire une demande d’APA ? Pour bénéficier de l’APA, il faut en faire la demande. les services du département (siège du Conseil général et circonscriptions d’action sociale) ; les centres communaux ou intercommunaux d’action sociale et les mairies ; les centres locaux d’information et de coordination (CLIC) ; les services d’aide à domicile agréés ; les organismes régis par le code de la mutualité ; Le cas échéant, l’établissement dans lequel la personne âgée est accueillie. La demande d’APA doit être adressée directement par le demandeur au président du Conseil général. En quoi consiste l’instruction du dossier

Qui évalue la perte d'autonomie ? L’évaluation de la perte d’autonomie peut avoir lieu en différents endroits selon la situation de la personne âgée : à son domicile si elle y vit encore, dans la maison de retraite où elle réside, ou encore à l’hôpital si son médecin traitant l’y a envoyée en consultation ou qu’elle a été hospitalisée. En fonction du lieu où s’effectue cette évaluation, un médecin, un infirmier et/ou un travailleur social seront sollicités. L’évaluation à domicile L’évaluation du degré de dépendance a fréquemment lieu à domicile. Lorsqu’une personne demande à bénéficier de l’Apa, l'allocation personnalisée d’autonomie, une équipe pluridisciplinaire est sollicitée et se rend à son domicile pour procéder à l’évaluation. Le représentant de cette équipe peut être un médecin, une infirmière et/ou un travailleur social. L’évaluation en maison de retraite Les centres d’évaluation gérontologique Les consultations assurées par le CEG ont pour but :

Résilience (psychologie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Arbre qui pourrait être perçu comme un symbole de résilience : sa cime a été coupée, et néanmoins il vit et se déploie Du verbe latin resilio, ire, littéralement « sauter en arrière », d'où « rebondir, résister » (au choc, à la déformation). Les premières publications dans le domaine de la psychologie datent de 1939-1945. Werner et Smith, deux psychologues scolaires américaines à Hawaï, travaillent avec des enfants à risque psychopathologique, condamnés à présenter des troubles. À l'occasion d'un suivi effectué pendant trente ans, elles notent qu'un certain nombre d'entre eux « s'en sortent » grâce à des qualités individuelles ou des opportunités de l’environnement[réf. nécessaire]. La notion de résilience s'oppose parfois à la notion de « coping » (Paulhan & al., 1995) (en anglais to cope = se débrouiller, s'en sortir). La résilience serait le résultat de multiples processus qui viennent interrompre des trajectoires négatives.

Related: