background preloader

Effet de serre

Effet de serre
Related:  Internationale

Definition effet de serre - Larousse Phénomène de réchauffement des basses couches de l'atmosphère terrestre induit par des gaz (les gaz à effet de serre [GES] : dioxyde de carbone, méthane, vapeur d’eau, chlorofluorocarbures [CFC], oxyde nitreux, etc.) qui les rendent opaques au rayonnement infrarouge émis par la Terre. 1. Un phénomène naturel amplifié par les activités humaines L'essentiel de l'énergie reçue par la Terre provient du Soleil sous forme de lumière visible (longueur d'onde comprise entre 400 et 700 nm). En effet, l'homme, par ses activités, produit des gaz à effet de serre qui amplifient l’effet de serre naturel. 1.1. Les gaz contenus dans l'atmosphère qui piègent le rayonnement infrarouge thermique émis par la surface terrestre sont appelés gaz à effet de serre (GES). Tous ces gaz sont très minoritaires dans l'atmosphère – moins de 1 % pour la vapeur d'eau, 0,0375 % pour le CO2 et des quantités infimes pour les autres –, mais leur effet de serre est important. 1.2. Les émissions de gaz carbonique 1.3. 2.

La pollution et l’ozone Effet de serre Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'expression effet de serre résulte d'une analogie entre l'atmosphère et les parois d'une serre. Son usage s'est étendu dans le cadre de la vulgarisation du réchauffement climatique causé par les gaz à effet de serre qui bloquent et réfléchissent une partie du rayonnement thermique [1]. Les températures terrestres résultent d'interactions complexes entre les apports solaires perturbés par les cycles de l'orbite terrestre, de l'effet albédo de l'atmosphère, des courants de convection dans l'atmosphère et les océans, du cycle de l'eau et le forçage radiatif de l'atmosphère notamment. Historique[modifier | modifier le code] Dans les années 1780, Horace-Bénédict de Saussure mesure les effets thermiques du rayonnement solaire à l'aide de boîtes transparentes qu'il dispose dans la vallée et au sommet d'une montagne[2] . Svante August Arrhenius. Fonctionnement d'une serre[modifier | modifier le code] Mécanisme sur Terre[modifier | modifier le code]

CROATIE (1) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. République de Croatie Republika Hrvatska (hr) Écouter La Croatie, officiellement la République de Croatie, en croate Hrvatska et Republika Hrvatska écouter, est un pays d'Europe du Sud qui s'étend de l'extrémité orientale des Alpes, sur ses confins au nord-ouest et des plaines pannoniennes au nord-est, jusqu'au littoral de la mer Adriatique au sud, en passant par le massif montagneux des Alpes dinariques au centre. Histoire[modifier | modifier le code] La Croatie fut, tout au long de son histoire, au carrefour de quatre grands espaces culturels, ce qui confère une richesse à son patrimoine, tant architectural qu'artistique. La Croatie contemporaine est également l'héritière du Royaume croate médiéval, d'abord indépendant puis associé en 1102 à la couronne hongroise et en 1527 intégré aux terres des Habsbourg, devenues l'Autriche-Hongrie de 1867 à 1918. Vlaho Bukovac Zagreb HNK Hvar Adhésion à l'Union européenne[modifier | modifier le code]

SERBIE Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. République de Serbie Република Сpбија (sr) Republika Srbija (sr) La Serbie (délimité en pointillés, le territoire du Kosovo). La Serbie, en forme longue la République de Serbie, en serbe latin Srbija et Republika Srbija, en serbe cyrillique Сpбија et Република Сpбија, est un État de l’Europe du Sud, qui fait partie des Balkans occidentaux et de l’Europe centrale ; son régime politique est de type démocratie parlementaire monocamérale. Les premières traces d’une présence humaine sur le territoire de l’actuelle Serbie remontent à la Préhistoire (culture de Vinča)[3]. À la suite de deux soulèvements contre les Turcs, le premier en 1804, le second en 1815, une Principauté de Serbie fut créée, autonome vis-à-vis de la Sublime Porte en 1830, officiellement indépendante en 1878. Le , la Serbie effectue une demande d'adhésion formelle à l'Union européenne[5]. Géographie[modifier | modifier le code] Relief[modifier | modifier le code]

MONTENEGRO Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Monténégro Crna Gora (sr) Црна Гора (sr) Le Monténégro (en monténégrin Crna Gora, en cyrillique Црна Гора, prononcé [ˈt͡sr̩̂ːnaː ˈɡɔ̌ra] Écouter) est un pays des Balkans, en Europe du Sud, bordé par la mer Adriatique et frontalier de la Croatie, de la Bosnie-Herzégovine, de la Serbie, du Kosovo[3] et de l'Albanie. Nom du pays[modifier | modifier le code] Le nom monténégrin ou serbo-croate du Monténégro, Crna Gora, peut se traduire littéralement par « Montagne Noire » ou « Mont-Noir », en référence aux forêts sombres qui recouvraient autrefois les Alpes dinariques. Le nom du pays, dans la plupart des langues d'Europe occidentale, dont en français, en italien, en allemand, en roumain (Muntenegru) et en anglais, est tiré du terme vénitien monte negro, qui a la même signification et remonte probablement à l'époque de la domination de Venise sur la région, au Moyen Âge. Les langues chinoises utilisent la traduction ou la translittération. Par langue :

KOSOVO Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Kosovo République du Kosovo Kosovë ; Republika e Kosovës (sq) Косово ; Република Косово (sr) Le Kosovo (en albanais : Kosova ou Kosovë, en serbe Kosovo, Косово), parfois Kossovo, en forme longue la République du Kosovo (en albanais : Republika e Kosovës, en serbe : Republika Kosovo, Република Косово), également appelé officiellement par les autorités serbes Kosovo-et-Métochie (en serbe, Kosovo i Metohija, Косово и Метохија)[8], est une république, reconnue par une partie de la communauté internationale, située en Europe du Sud-Est, plus particulièrement dans les Balkans (ou péninsule balkanique). Déclaré indépendant depuis 2008, le Kosovo ne fait plus partie de la Serbie et a pour capitale Pristina. Dénomination[modifier | modifier le code] Histoire[modifier | modifier le code] De la Préhistoire à l’Empire romain[modifier | modifier le code] De l’Empire serbe médiéval à l’Empire byzantin[modifier | modifier le code]

SLOVENIE Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. République de Slovénie Republika Slovenija (sl) La Slovénie, en forme longue la République de Slovénie, en slovène Slovenija et Republika Slovenija, est un pays d’Europe du sud. Au XXe siècle, elle fait partie de la Yougoslavie avant d'obtenir son indépendance le . Toponymie[modifier | modifier le code] On retrouve la racine du nom de la Slovénie dans la contraction du mot slave (slovanska) et celui de vénète. La Slovénie et la Slovaquie sont souvent confondues, car les noms Slovenská Republika (qui signifie République slovaque en slovaque) et Republika Slovenija peuvent prêter à confusion dans de nombreuses langues. Histoire[modifier | modifier le code] La région subit successivement l'influence de la Réforme au XVIe siècle, puis de la Contre-Réforme sous le règne de l'Archiduc Ferdinand d'Autriche au début du XVIIe siècle. La Première Guerre mondiale touche durement le pays, notamment sur le front de Soča à l'ouest du pays.

BOSNIE Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Bosnie. Bosnie-Herzégovine Bosna i Hercegovina (bs) Босна и Херцеговина (sr) La Bosnie-et-Herzégovine[7], ou Bosnie-Herzégovine ou République de Bosnie-Herzégovine, en bosnien, serbe, croate, serbo-croate Bosna i Hercegovina, dans l'alphabet cyrillique serbe Босна и Херцеговина, est un État d'Europe du Sud situé dans la péninsule des Balkans. Dénominations[modifier | modifier le code] Les habitants de la Bosnie sont les Bosniens. Depuis les accords de Dayton-Paris du , elle est scindée en trois entités territoriales non-indépendantes (entitet), dont la dénomination peut s'avérer trompeuse : Carte de la Bosnie-Herzégovine avec la délimitation des entités constitutives. La non-concordance entre dénominations et territoires de facto d'une part et statuts de jure d'autre part crée un imbroglio juridique complexe. Histoire[modifier | modifier le code] Le vieux pont de Mostar.

Révélations sur la Guerre de Bosnie – Le trucage des Camps de la Mort mis au jour BHL et toute la clique néo-mondialistes s’étaient précipités pour crier au retour du nazisme et des heures sooombres de l’Histoire : En fait d’heure sombres, tout comme pour le fameux charnier de Timisoara en Roumanie quelques années auparavant, tout comme les bébés du koweit prétendument égorgés dans les couveuses avant la première guerre du Golfe, et peut-être bien comme les attentats du 11 Septembre près de 20 ans plus tard (et sans doute bien d’autres événements encore), l’affaire des réfugiés bosniaques n’était qu’une immense opération de propagande, une supercherie tragique montée au plus haut de la pyramide par les Illuminatis et leurs relais pour duper le monde entier et faire avance l’angenda secret du Nouvel Ordre Mondial. Edifiant non ? Après avoir vu ce reportage de la télévision serbe, vous ne verrez peut-être plus l’Histoire officielle comme avant !

Les Macédoniens et l'Empire américain La télévision macédonienne a diffusé, le 27 septembre, une émission de 2h30 avec Thierry Meyssan, The Milenko Nedelkovski Late Night Show. Le président du Réseau Voltaire y a expliqué les événements survenus au Proche-Orient depuis deux ans et demi en distinguant les opérations militaires planifiées par le Pentagone depuis 2001 (Libye et Syrie) des révolutions colorées suscités et mal maîtrisées par le département d’État (Tunisie et Égypte). Il a expliqué la sophistication du système de propagande télévisuelle de l’Otan à partir d’exemples concrets : la fausse mort de Neda durant la révolution verte iranienne (rôle de composition), la fausse arrivée des rebelles sur la place verte de Tripoli (images tournées à l’avance en studio ouvert), et la tentative de substitution de fausses chaines de télévision syrienne sur les canaux satellites d’ArabSat et de NileSat. [Les intervenants macédoniens s’expriment en macédonien, Thierry Meyssan s’exprime en anglais.]

Le dernier des dalaï-lamas ? Le quatorzième et actuel dalaï-lama a annoncé qu'il pouvait très bien être le dernier. Une manière de court-circuiter les tentatives de Pékin pour lui désigner un successeur. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Delphine Roucaute Stupéfaction dans la communauté bouddhiste : le quatorzième et actuel dalaï-lama – Tenzin Gyatso, de son nom tibétain – a annoncé le 7 septembre dans un entretien à Welt am Sonntag qu'il pouvait très bien être le dernier des dalaï-lamas, c'est-à-dire le chef spirituel de la branche tibétaine du bouddhisme, non reconnu par les autres écoles chinoise, indienne, etc. Aussi détesté par Pékin qu'il est adoré par la communauté bouddhiste, le dalaï-lama a une aura très particulière. Une telle annonce a eu un écho retentissant dans la province autonome du Tibet et auprès de sa diaspora. La volonté de démocratiser les institutions tibétaines pour leur donner plus de poids sur la scène internationale n'est pas entièrement neuve. Quel est le statut du dalaï-lama ? Une femme ?

Related: