background preloader

Le Travail collectif peut nuire aux performances individuelles

Le Travail collectif peut nuire aux performances individuelles
Le travail collaboratif est très à la mode, et c’est une bonne chose. Mais travail collaboratif ne signifie pas travail collectif. Imaginez que vous avez un projet très important. Hélas, les recherches effectuées sur le travail collectif nous amènent à penser que le résultat de votre calcul est fortement surestimé et que les performances de votre équipe à trois ne soient pas meilleures qu’à deux. Les chercheurs ont remarqué depuis longtemps que les performances d’un travail collectif ne sont pas proportionnelles au nombre de personnes. C’est en partie grâce à ce constat inquiétant que se sont mises en place les techniques d’animation d’équipe et de projets basés sur la co-création (World Café, Future Search…). *Etude P. Une publication Etmos Related:  Ecriture collaborative

Travail collaboratif : un tiers d'entreprises auboises déjà converties Publié le mardi 03 juillet 2012 à 09H05 - Vu 325 fois Aube - 36 % des entreprises auboises ont déjà mis en place des logiciels de travail collaboratif, selon une étude menée par l'Agence 10TIC pour le compte de la chambre de commerce et d'industrie de Troyes (CCI). Les entreprises auboises sont à la croisée des chemins, puisque 25 % d'entre elles envisagent également d'y passer. Si 40 % ne l'envisagent pas, il faut noter que ces réfractaires se trouvent surtout chez les entreprises de moins de dix salariés, où la notion de travail collaboratif n'apparaît pas nécessaire. Des craintes sur la confidentialité Les usages sont toutefois en train de se démocratiser. Convaincre de l'utilité des outils Pour l'agence 10 TIC et ses adhérents, des entreprises de conseil en nouvelles technologies, l'enjeu est donc de convaincre de l'utilité des outils. « Dès lors qu'on explique les terminologies, les enjeux et bénéfices potentiels, une écoute positive se met en place », assure-t-elle. L'Est Eclair

Écriture collaborative - Introduction Un grand nombre d'outils collaboratifs existent aujourd'hui, avec des niveaux très différents de collaboration, certains ne permettant qu'un simple partage de données (images, photos, vidéo, textes), d'autres supportant des projets complexes associant un grand nombre de contributeurs. Le travail collaboratif peut aboutir à des logiciels (ainsi des logiciels libres [1]) ou bien à la rédaction de sites web, certains d'entre eux ayant une véritable vocation de réseau d'amateurs (ex. Tele botanica). L'écriture collaborative est au principe de tous les Wikis [2] : sites web dont les pages sont modifiables par les visiteurs afin de permettre l'écriture et l'illustration collaboratives de documents numériques. Beaucoup de personnes consultent Wikipédia, bien moins y contribuent. Écriture collaborative

Appareils mobiles et travail collaboratif : une relation évidente Recommander cette page à un(e) ami(e) Sur le blog Cloud and Go, dédié "au Cloud computing, aux Média et Réseaux sociaux, à l'Entreprise 2.0 et au Web 2.0 pour les Entreprises", a été publié en juin 2011 une série de deux billets rendant compte d'une fort intéressante étude réalisée par la société nord-américaine iPass, portant sur les usages des terminaux mobiles opérés par les salariés en utilisant au moins un à des fins professionnelles. Cette étude a été réalisée auprès de 3 700 salariés travaillant pour 1 100 entreprises de par le monde. Nous n'entrerons pas dans le détail des résultats de l'étude, fort bien analysés dans les billets de Cloud and Go, mais nous nous focaliserons sur la relation entre les équipements mobiles et le travail collaboratif. Des équipements personnels qui accroissent la motivation Premier constat : la quasi-totalité des personnes interrogées dispose d'un téléphone intelligent ou smartphone, toutes générations confondues. (...) A lire sur Cloud and Go :

Ecrire collectivement au collège : utiliser un pad Cette année, au collège Matisse de Grand Couronne, les professeurs de lettres de 4ème et le professeur documentaliste ont une heure dans leur emploi du temps pour l’aide au travail personnel (ATP). Les élèves ont été divisés en groupe de compétences : un groupe en difficulté travaille sur de la rémédiation orthographique, puis sur la création d’une bande-dessinée ou d’un journal. un groupe écrit collaborativement une nouvelle interactive du XIXème siècle sur le modèle "histoire dont vous êtes le héros" (environ 8-10 élèves). Les élèves et leurs professeurs en pleine séance d’écriture collaborative Objectifs en lettres : Rédiger un récit long Utiliser un schéma narratif complexe Réinvestir les connaissances des séquences sur Maupassant Objectifs documentaires : Permettre un processus de communication écrite pendant une phase de rédaction - Responsabiliser les élèves lors d’une production collective, les sensibiliser aux droits et devoirs des internautes du web Favoriser l’autonomie des élèves

Engager ses salariés à collaborer passe par l'accompagnement humain Comment convaincre ses salariés d'utiliser les outils 2.0 mis en place notamment pour favoriser la collaboration et l'engagement ? En les impliquant dans les grandes décisions, par la formation et en les récompensant. Entretien avec Jérôme Colombe, Directeur de la gouvernance web chez Alcatel-Lucent, et rencontré à l'occasion de l'Enterprise Summit 2.0, qui se tenait la semaine dernière à Paris. L'Atelier : On le voit, ce n'est pas seulement intégrer une plate-forme de collaboration en interne et l'annoncer qui en fait le succès. Comment amener les salariés à s'y intéresser sur le long terme ? Jérôme Colombe: On constate que les premiers signes d'engagements se focalisent dans le débat d'idée pour trouver des solutions à toutes sortes de demandes du top management sur la transformation, sur la stratégie ou sur l'innovation. Toutefois, ce type d'engagement demande de la "maintenance" pour perdurer. Un concept en vogue est celui de la ludification. Faut-il passer par des récompenses?

Le français au collège avec les tablettes « Le français, c’est pas que des dictées ! » Patricia Bonnard, professeure de lettres au collège Leprince-Ringuet de Genas, en administre remarquablement la preuve : sur son blog d’enseignante et sur le site de ses élèves, elle fait vivre diverses expériences pédagogiques, stimulantes et enrichissantes, de lecture-écriture-publication. Par exemple à travers un projet interdisciplinaire actuellement mené en 4ème autour de la condition de l’enfant au 19ème siècle : « Le labeur et la peine ». Les tablettes numériques en particulier y sont utilisées pour ouvrir le collège sur la cité, favoriser l’écriture (nomade et enrichie), travailler l’oral en ressuscitant Gavroche ou Cosette … Patricia Bonnard nous livre ici idées et conseils, susceptibles d’associer davantage à l’Ecole le travail et le plaisir. Vous menez un vaste projet intitulé « Le labeur et la peine » en 4ème autour de l’enfance au 19ème siècle : pouvez-nous le présenter ? Matériellement, c’est aussi lourd que léger !

Coopération ou compétition au coeur de la 18 ème Université Hommes-Entreprises Pour la 18ème Université Hommes-Entreprises quise déroulera fin août, vous avez choisi les thèmes de la coopération et de la compétition. Pourquoi ? De nombreux décideurs croient que la compétition est le mode de relation naturelle de la société. " L'homme est un loup pour l'homme ", disait le philosophe Hobbes. Pourtant de nombreux chercheurs s'opposent à ce postulat. Les événements politiques et économiques comme le 'Printemps arabe' et la dette de la Grèce nous ont amenés à nous poser des questions sur le thème de la coopération. Comment changer son attitude face à la compétition entre entreprises sur les mêmes marchés ? Lorsqu'un appel d'offres est lancé, il est intéressant que des entreprises, a priori concurrentes, se rapprochent pour analyser leur forces et leurs faiblesses respectives et faire une proposition commune, selon leurs domaines de compétence. Le bon modèle n'est plus celui des années 80, où Bernard Tapie rachetait une entreprise pour un franc symbolique.

Des tablettes au collège pour faire du français autrement Enseigner avec ou sans le numérique, est-ce du pareil au même ? A quoi cela sert-il d’équiper les classes en tablettes si c’est pour faire la même chose qu’avant, fût-ce avec des outils plus « modernes » ? A moins qu’il ne s’agisse de travailler différemment : d’inventer des usages qui rendent les élèves vraiment acteurs de leurs apprentissages ? A ces questions, Marie Soulié, enseignante au collège Daniel Argote d’Orthez, livre des réponses concrètes et éclairantes : sur son site « Usages des tablettes en lettres », elle trace la voie, filme ses élèves en activité, présente tutoriels, exemples de productions, explications pédagogiques. Quelques activités Ecritures enrichies Les élèves de Marie Soulié utilisent les tablettes pour des activités d’écriture variées. Réalité augmentée La tablette permet d’abattre les murs de la classe, peut-être pour libérer aussi l’imaginaire. Histoire littéraire animée Comment rendre ludique l’histoire littéraire ? Classe inversée Questions à Marie Soulié

Des réseaux sociaux d’entreprise omniprésents, mais inconnus des salariés 01net le 12/03/12 à 13h04 L’importance croissante des médias sociaux (Facebook, Viadeo…) dans le quotidien des entreprises a été chiffrée par un sondage Cegos, présenté lors de la récente conférence Media Aces. Selon les responsables de ces plates-formes, une entreprise sur deux serait aujourd’hui présente sur les réseaux sociaux… Mais, étrange paradoxe, jusqu'à 40 % des salariés l’ignorent. Certes, la progression du nombre d’entreprises ayant investi les médias sociaux depuis quelques années est impressionnante (elles étaient moins de 4 % il y a trois ans). Pourtant, il reste à effectuer un travail de communication pour informer les salariés des démarches entreprises. De la même manière, 23 % des responsables de réseaux sociaux affirment que leur entreprise dispose d’un RSE (réseau social d'entreprise) comme Jive ou Bluekiwi, mais seuls 13 % des salariés pensent la même chose ! Des usages professionnels encore trop peu développés

Mindomo : du mindmapping collaboratif en ligne exceptionnel J’ai testé l’application de mindmapping collaboratif en ligne (et de bureau) Mindomo. Et j’ai été agréablement surpris par l’évolution de ce logiciel : une fluidité exceptionnelle et le plein de fonctions plus utiles les unes que les autres ! Avertissement : une version incomplète de cet article a été publiée par erreur le vendredi 31 mai dernier. Je présente mes excuses à tous les lecteurs qui ont reçu une version tronquée de ce test. Je continue mon exploration des applications et logiciels de mindmapping qui offrent une collaboration en ligne en temps réel. Mindomo est l’une des premières applications de mindmapping que j’avais essayée, il y a un peu plus de 5 ans. Mindomo n’est plus seulement un logiciel en ligne : vous pouvez télécharger une version de bureau pour PC, mais aussi travailler sur votre smartphone ou tablette Android ainsi que sur iPhone et iPad… Une interface élégante et une ergonomie sans faille Il en résulte un ensemble clair, simple et lisible. 1. 2. http//https// b.

Mais qu’est-ce qu’un Réseau Social d’Entreprise ? On entend parler depuis quelques mois régulièrement de Réseaux Sociaux d’Entreprise (ou RSE), mais qu’est-ce exactement ? À quoi ça sert ? À qui est-ce destiné ? RSE, qu’est-ce que ça veut dire ? Un Réseau Social d’Entreprise (ou « RSE » — à ne pas confondre néanmoins avec « Responsabilité Sociale d’Entreprise ») est un outil destiné à mettre en place, au sein de l’entreprise, des moyens de communication valorisant autant le contenu que l’interaction entre les individus qui le produisent. Attention, on entend souvent parler des Réseaux Sociaux dans le cadre business, mais cela peut recouper deux notions qui n’ont rien à voir : la communication d’entreprise sur les Réseaux Sociaux Grand-Public (type Facebook, Twitter, …) d’un côté et les Réseaux Sociaux d’Entreprise, mais internes, de l’autre. Généralement, un RSE est donc une composante d’un intranet (ou un extranet lorsque des partenaires externes sont impliqués). Un RSE, pour qui ? Alors, dans quels cas un RSE serait-il inadapté ?

Related: