background preloader

Les Français confirment leur désamour pour le commerce physique

Les Français confirment leur désamour pour le commerce physique
Le commerce est un secteur que les Français adorent détester. Et lorsque le budget se contracte, ce sentiment est exacerbé. Près de 70 % des consommateurs affichent leur désamour pour les grandes surfaces, révèle la deuxième édition du baromètre Ifop/Wincor Nixdorf. À l'exception des magasins de loisirs culturels, l'achat sur Internet suscite davantage de plaisir chez les internautes. Ils attendent (voire exigent) le même niveau d'expérience (rapidité, disponibilité, personnalisation de l'offre) dans "la vraie vie" que sur le Net. L'émergence du commerce connecté répond en partie à ces attentes. Les principaux enseignements Les courses ? Seuls 30 % des Français apprécient de faire leurs courses dans les grandes surfaces, contre 60 % que cela "n’enchante pas", mais qui le font par nécessité, et 9 % qui le font à contrecœur. 49 % rechignent également à faire leurs achats dans les magasins de proximité, 5 % y vont même à contrecœur. Internet est le lieu d'achat préféré Related:  Digital

Les sites marchands sont de plus en plus touchés par des fraudes à la carte bancaire Selon le Livre Blanc de Fia-Net, les sites marchands sont de plus en plus touchés par des fraudes à la carte bancaire. Depuis 2005, on note une progression continue. 2,69 % des sites ont été touchés en 2008, contre 2,63% en 2007. Le taux d’impayés en montant est resté stable entre 2007 et 2008, à 0,15%. Le panier moyen de l’impayé se monte à 435 € en 2008. Il diminue de 22,5% par rapport à 2007. Le nombre de réseaux organisés repérés continue son augmentation d’année en année. lire-la-revolution-digitale-est-en-marche-562 Contributions Paroles d'experts Les vitrines interactives, écrans multitouch et autres tablettes tactiles envahissent nos magasins et, de surcroît, notre quotidien. Mais qu'apportent-ils de plus à l'expérience shopping ? Face à la montée du e-commerce, nombre d'enseignes se sont lancées dans l'aventure digitale avec pour ambition de contrecarrer l'avancée fulgurante des pure players. Désormais, la boutique traditionnelle n'est plus un simple lieu d'approvisionnement. Vous avez dit stratégie digitale ? Le digital est le nouvel eldorado des enseignes de la distribution. Mesurez, mesurez, mesurez ! Mettre en place ce type de stratégie est loin d'être sans douleur pour les enseignes. Le mobile : ami ou ennemi du point de vente? Avec plus de 68% des clients qui consultent le web avant de venir en magasin (source : Médiamétrie), repenser l'expérience magasin n'est désormais plus une option si l'on souhaite que le consommateur concrétise son achat sur place. L'émotion avant tout !

Sécurité des paiements: une préoccupation permanente - PERSPECTIVES © Fotolia / Frog Au-delà de leur appétence naturelle pour l'e-commerce, les consommateurs ont désormais un regard critique et aiguisé pour choisir les sites sur lesquels ils vont acheter. Et en matière de réputation, la perception que peuvent avoir les internautes de la qualité de la sécurisation d'un site marchand se révèle souvent déterminante. Si l'on peut considérer que le taux de fraude aux cartes bancaires en ligne demeure aujourd'hui minime, en pourcentage du volume de transactions, il représente néanmoins un manque à gagner non négligeable pour l'e-commerce. Ainsi, selon l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement, publié par la Banque de France, ce type de fraude représente 0,074 % des transactions réalisées en 2010, ce qui équivaut à la somme de 368,9 millions d'euros! Actuellement, pas moins de 62 % des infractions constatées concernent les paiements nationaux. La sécurité: Avant tout, un message à véhiculer... Avez-vous déjà été victime d'une attaque chez Materiel.net?

Burberry dévoile à Londres le flagship digital le plus innovant du monde Dans son nouveau flagship, la marque de luxe britannique Burberry offre un mélange de traditions (elle a tout de même 156 ans !) et d’innovations digitales. C'est un espace à la fois imposant (4 000 m²) et intime. « Avec son nouveau flagship fortement digitalisé, Burberry confirme une tendance notable depuis quelque temps : le glissement progressif du rôle des flagship stores du rôle traditionnel de magasin (=vendre), à un rôle d’image et de média à l’égal de la publicité de marque, car véhicule de fortes relations presse, à un niveau international », note Youmna Ovazza, digital chief officer du groupe Altavia avant de poursuivre, « La manière de “digitaliser” un flagship store n’est quasiment jamais reproduite dans les autres magasins de la même enseigne, car le ROI d’un tel investissement est essentiellement un ROI d’image. Des écrans interactifs à taille humaine sont aussi installés en tête de chaque rayon, et pouvant se transformer en miroir.

M-commerce : les stratégies gagnantes Est-il pertinent ou non de vendre ses produits et (ou) ses services sur mobile ? Il y a peu, ce questionnement était encore légitime pour tout e-commerçant en quête de nouveaux leviers de croissance… Aujourd’hui ce n’est plus qu’une question rhétorique, obsolète de surcroît. Avec, pour preuve, un chiffre tout d’abord : 462 millions. Il s’agit du nombre de smartphones vendus dans le monde en 2011, selon une étude Gartner (octobre 2011). À titre de comparaison, ce cabinet de conseil a estimé les ventes mondiales de PC en 2011 à 364 millions d’unités. Ainsi, peu à peu, l’accès à Internet depuis un téléphone mobile va rattraper l’accès via les ordinateurs dits "traditionnels". Pour autant, les détracteurs s’attachent à dire que le taux d’équipement en smartphones et la progression des connexions et de la navigation sur Internet via un terminal mobile ne sont pas systématiquement synonymes d'accroissement des ventes. Sommaire : Le modèle, pierre angulaire de la stratégie mobile

Tribune : Le retail à la veille d'une mutation radicale Il symbolisait à lui seul tout le prestige et l'hybris des Champs-Élysées. Le Virgin Megastore, temple de la pop culture ouvert dans les années quatre-vingt-dix, est pourtant sur le point de fermer. Comme la Fnac, qui a vu son bénéfice fondre de moitié l'année dernière, Virgin est victime du recul des ventes de musique et de la concurrence féroce du on line. Encore marginal il y a 15 ans, l'achat en ligne est en effet devenu un réflexe : neuf français sur dix y ont eu recours en 2011, dont près de la moitié au moins une fois par mois (Ipsos/Generix). Difficile de ne pas voir dans la fermeture du vaisseau amiral des Champs-Élysées un symptôme supplémentaire de la chute du retail sous les coups du on line. Mais ne crions pas pour autant à la mort du "lieu de vente" ! EBay, Pixmania ouvrent des magasins : la convergence s'accélère On le voit : la tendance est clairement à la convergence on line/off line. Une nouvelle typologie de magasins 1. 2. 3. 4.

Les promesses du social commerce - Les fondamentaux E-commerce - TENDANCE Les réseaux sociaux et l'e-commerce, c'est un peu l'histoire de la rencontre de deux mondes que tout oppose. Et ce mariage est peut-être à l'origine d'une ère nouvelle pour l'Internet marchand. Car de cette union est né le social commerce, univers dans lequel gravitent des internautes, rebaptisés à juste titre «social shoppers». Facebook conserve son hégémonie Dresser le portrait du social shopper, peu s'y risquent. © Source: Lightspeed Research pour E-commerce Magazine, septembre 2011, sur un échantillon de 1 000 personnes. Car, à l'évidence, les e-commerçants s'intéressent de près aux potentialités offertes par le social commerce. Richard Volarski (Linkéo) « Le social shopper demeure fidèle aux marques qu'il apprécie et les suit sur les réseaux sociaux. » Le social commerce se diversifie C'est un travail quotidien et de longue haleine. 3 questions à... Qu'est-ce qui a motivé votre choix d'intégrer les réseaux sociaux à votre stratégie d'entreprise? Interview...

Le magasin peut-il se restreindre à un mur de présentation ? L'(es) auteur(s) certifi(ent) l'exactitude de l'ensemble des informations qui suivent. Les opinions contenues dans le présent article n'engagent que leur(s) auteur(s). Source : L’Atelier dimanche 2 décembre 2012, par Animateurs du site "Mattel et Walmart ont créé un magasin virtuel éphémère qui utilise le mobile comme chemin d’achat : des écrans affichent les jouets en trois dimensions dans une allée passante. Et si bientôt, le magasin se bornait à un simple mur ? Lire le texte intégral de : Le magasin peut-il se restreindre à un mur de présentation ? Voir aussi la vidéo : Carrefour inaugure son premier magasin virtuel à Lyon

Related: