background preloader

Comment entretenir son potager ? / Déco & jardin / Loisirs / Accueil

Comment entretenir son potager ? / Déco & jardin / Loisirs / Accueil
Au mois de mars, il est temps de donner un second souffle à son potager. Première étape, enlever les mauvaises herbes et retourner la terre. Il faut ensuite diviser son potager. A chaque plante son espace ! Il est conseillé de changer la place des plantes chaque année pour conserver la fertilité de son terrain. Attention de ne pas oublier l'engrais (chimique ou naturel) pour maintenir de bonnes récoltes. Ail rose : On évite de planter deux années de suite l'ail au même endroit. Artichaut : Pour favoriser son développement, il faut supprimer les grandes feuilles qui l'entourent. Carotte : Son plus grand ennemi ? Choux : Pour éviter que les choux soient exposés à une hernie (hypertrophie des racines puis mort de la plante), il faut à tout prix éviter de les planter deux années de suite au même endroit. Courgette : Pour faciliter la levée des courgettes, on sème les graines la pointe vers le bas. Haricot : Les haricots préfèrent la sécheresse à l'humidité. Poireau : Son point faible ? Related:  annie88Astuces Jardinsjardinage

La permaculture grand format La permaculture est une approche globale que l’on peut mettre en pratique à l’échelle d’un jardin, d’une maison, d’un hameau, mais qu’en est-il à une échelle beaucoup plus grande ? Nous avions déjà évoqué dans le premier dossier de Kaizen consacré aux villes comestibles la ferme urbaine de l’éco-quartier de Lanxmeer à Culemborg, petite ville de 27 000 âmes au sud d’Utrecht aux Pays-Bas. Ce quartier unique à plus d’un titre est justement le fruit d’une réflexion globale qui prend racine dans la permaculture. Retour à Culemborg Le projet a démarré en 1993, impulsé par la dynamique Marleen Kaptein. Cette dernière, après avoir travaillé dans l’accompagnement de projets d’habitat participatif puis dans une grande association de promotion de l’habitat écologique, s’est formée auprès de Declan Kennedy, architecte irlandais, ancien directeur de l’Institut européen de Permaculture. Du lien avec l’humain et la nature Bicyclettes et paniers bios Texte et photos : Yvan Saint-Jours

Trucs et astuces au-potager.com Pour bien réussir ses semis, il faut beaucoup de lumière (12 heures de lumière par jour minimum). Il conviendra donc de choisir de les placer dans une pièce éclairée toute la journée ou près d'une fenêtre orientée au sud. On peut aussi prévoir un éclairage d’appoint comme les tubes fluorescents (personnellement j'ai mis deux néons normaux à lumière blanche mais il en existe des spéciaux pour plantes mais plus chers). En principe, on enterre les graines à une profondeur égale à 2 fois la grosseur de la graine. Pour fortifier les plants, lorsque les cotylédons sont apparus (les deux premières fausses feuilles arrondies qui sont en fait des réserves pour la jeune plante), on peu ajouter un supplément liquide en fer pour plantes d'intérieur mais en faible quantité afin de renforcer les tiges. Lorsque vous déposez votre terreau dans vos contenants, il faut bien le tasser avant de mettre les graines puis remettre une légère couche par dessus.

Planification du plan de votre potager La première règle de base pour la planification d'un potager est la "Rotation des cultures". La définition de la "Rotation des cultures" est la suivante: La rotation est une technique qui consiste à faire se succéder sur une surface donnée des plantes aux exigentes et aux caractéristiques différentes et ce, sur le plus grand nombre d'année possible. La deuxième règle de base pour la planification d'un potager est la "Compagnonnage". La définition de la "Compagnonnage" est la suivante: L'objectif premier du compagnonnage est d'organiser la diversité dans son potager en associant entres elles les plantes amies et en éloignant les plantes ennemies, qui favoriseront une utilisation maximale de l'espace. La rotation permet de maintenir l'équilibre minérale du sol et de prévenir avec efficacité les parasites qui pourraient apporter les maladies. Comment faire ? Sur une feuille, préparer un tableau comportant plusieurs colonnes, voici mon exemple; A bientôt!

Pailler le jardin : quand, comment, avec quel paillis ? Arbres et arbustes | 30/05/2013 Une protection végétale donne à votre terre de la matière organique et un simple paillis freine la pousse des mauvaises herbes. Echantillon des différentes variétés de paillis pour prendre soin de la terre du jardin. F. Les avantages du paillage Si toiles en fibre de coco ou en jute freinent efficacement la pousse des mauvaises herbes, les paillis organiques tels que écorces et paille, peuvent également apporter matière organique, azote ou potassium… Réduire de 40 % les apports d’eau, c’est possible grâce au paillage ! Avantages : Limiter les mauvaises herbes Pailler empêche les mauvaises herbes de se développer. Quelques précautions à la mise en place Toujours appliquer le paillis sur un sol nivelé et exempt de mauvaises herbes. Avec quoi pailler ? Copeaux, écorce décomposée, déchets de taille. Type de paillis : végétal Ces paillages à base de bois, plus ou moins aérés, gratifient le jardin d’une note esthétique. Écorces de fèves de cacao Quand pailler ?

Les fermes Miracle, un étonnant et merveilleux verger commercial en permaculture dans le sud du Québec En français on ne dit pas "organique", c’est de la mauvaise traduction de l’anglais. Un exemple à suivre, oui et non. Le principe, commun en permaculture, de superposer les étages végétatifs est respecté, la présence de légumineuses ( ici arbustives ) également, etc... Mais ce modèle de verger n’est absolument pas calibré pour l’autonomie alimentaire. Sa raison d’être est la sur-production de fruits dans un but commercial, comme précisé dans le titre. Un verger produit énormément de fruits, si bien que quelques fruitiers suffisent amplement pour une consommation familiale. Qu’on se comprenne bien, je ne dénigre pas cette exploitation agricole, je précise que c’en est une ! mes mauvaises herbes préférées : consoude et ortie La consoude : mauvaise herbe ou plante miracle? Je vais démarrer une petite série d’articles sur mes mauvaises herbes préférées. Souvent les mauvaises herbes ne sont pas si mauvaises que cela ; elles se trouvent seulement au mauvais endroit, au mauvais moment. Je vais faire une petite description des mauvaises herbes que je rencontre dans mon jardin en notant leur intérêt et aussi les problèmes qu’ils peuvent me poser. Aujourd’hui je commence véritablement par mes mauvaises herbes préférées la consoude et l’ortie ; 2 plantes indispensables dans un jardin respectueux de l’environnement. La consoude. C’est ma mauvaise herbe préférée. Aujourd’hui la consoude est considérée comme une plaie par certains agriculteurs utilisant les techniques OGM aux USA et au Canada. L’ortie. C’est pour moi aussi une mauvaise herbe particulièrement utile.

10 écogestes insolites pour un potager qui a la patate Extrait de Néoplanète 29 On connaît déjà toutes les astuces classiques pour un jardin respectueux de l’environnement. Mais si on se lâchait un peu, cette année ? Plantes repousse-taupes, jardinage en lasagne ou betteraves rayées… voici nos écogestes insolites, pour une saison cocasse parmi les légumes. Je superpose des couches de morceaux de carton mouillé à des couches de compost sur la surface du potager. Ainsi, adieu la corvée de bêchage au printemps ! Des semences de pommes de terre fragiles à conserver ? On peut attirer les animaux dans son jardin de plusieurs façons, sans acheter des boules de graines ou des abris en kit. Fini les inondations et le gaspillage de l’eau en utilisant un modèle classique, adieu les corvées d’arrosoir et les épaules douloureuses, les jours sans pluie ! … Mais aussi des tomates noires, des carottes à la peau violette…Bref, je m’amuse en jardinant ! Qui a dit qu’il fallait séparer jardin d’agrément et potager ? Article(s) sur le même sujet

Une méthode simple pour organiser les légumes dans le potager Si vous avez aimé cet article, pourquoi ne pas en parler autour de vous ? Cliquez sur le bouton Facebook ou Gmail. Pour beaucoup d’entre vous, potagistes débutants et confirmés, le même problème se répète à chaque printemps. Un vrai casse-tête chinois. Comment trouver la bonne place pour chaque légume dans votre potager ? Pour qu’ils grandissent bien. J’ai préparé pour vous 3 articles qui vont vous aider à résoudre ce puzzle qu’est l’organisation de l’espace au potager. Pour quels potagers ? La méthode que je vais vous montrer convient pour : les potagers de petite taille (potagers en carrés),ceux de taille moyenne (moins de 100 m2 ce qui équivaut à un carré de 10 m sur 10 m),et pour les potagers menés en rangs classiques de légumes,ou menés en cultures associées : un mélange de microparcelles contenant des légumes qui s’entendent bien ensemble (comme par exemple les potagers en carrés). 2 choses à faire avant de commencer Placez en premier les légumes assoiffés de soleil En voici la liste :

Chronobiologie: l’art de bien manger - Pleinevie.fr PRÉVENTION Chronobiologie: l’art de bien manger Publié le 12 Août 2008 Faire le choix d’une alimentation saine et équilibrée, respectueuse de nos rythmes biologiques : un pari gagnant à bien des égards. Bien se nourrir constitue un mode de vie, mieux c’est aussi une médecine préventive. À cela s’associent, par leur complémentarité, micronutrition et chronobiologie. C’est quoi, la chronobiologie alimentaire ? Josiane Fontaine: le corps obéit à des rythmes biologiques qui agissent sur notre bien-être et notre santé. Pourquoi une telle démarche ? Je me suis intéressée à la complémentation micronutritionnelle, à l’alimentation santé, à la chronobiologie alimentaire et je suis retournée sur les bancs de la faculté en 2002. Comment être en accord avec nos rythmes biologiques ? C’est en adaptant, en qualité et en quantité, nos repas aux rythmes de l’assimilation des nutriments par l’organisme. Pourquoi préconiser moins de laitages mais plus de légumes et protéines (viande, œuf, poisson) ?

Mon bio jardin : conseils et astuces pour des légumes et fruits bio Comment démarrer un potager en permaculture | Maison / Jardin Bonjour à tous, voici une excellente fiche pratique du site Wikihow que je viens de décourvrir : C'est le moment de s'y mettre non ? Un potager en permaculture est conçu de manière à imiter la nature du point de vue de la croissance des végétaux et de l'interaction entre les espèces. Aucun engrais ni pesticide n'est utilisé. Le potager en permaculture est composé de plantes indigènes, exploite la lumière du soleil et les ressources en eau de manière optimale, sur une surface souvent plus réduite que le potager traditionnel. Voici la création d'une butte autofertile à la façon canadienne, technique utilisée en Permaculture. 1 - Se familiariser avec les plantes indigènes, les insectes et animaux de votre région. 2 - Observer l'orientation de la parcelle à cultiver par rapport au soleil, aux vents et la quantité de lumière reçue. 4 - Créer une ou plusieurs bordures. 8 - Etaler du paillis sur les bordures. 9 - Composter.

Association de plantes au jardin : la technique du compagnonnage - Entretien du jardin L’association de certaines plantes entre elles permet d’obtenir de belles récoltes et d’avoir un beau jardin en aidant le jardinier à limiter voire éviter l’utilisation d’engrais chimiques et pesticides. Cette méthode appelée le « compagnonnage » est issue de l'observation et de la pratique ; elle est très controversée mais pourquoi ne pas essayer !!! Pour bien associer les plantes, quelques principes sont à connaître :- Les Apiacées (appelées également Ombellifères) se protègent réciproquement.- Les Légumineuses enrichissent le sol en azote. Certaines plantes aromatiques, grâce à leurs odeurs particulières, peuvent éloigner voire éliminer des insectes nuisibles. Quelques exemples :L’ail éloigne les insectes en général. L’aneth protège les carottes et concombres. Le basilic est un fort répulsif des mouches et moustiques. La bourrache attire les abeilles, fait fuir les limaces, réduit les doryphores, éloigne les vers des tomates. Le cerfeuil réduit l’invasion des limaces.

Droit aux buttes Jardins en buttes à l'écocentre du périgord On les voit fleurir un peu partout, elles représentent une vraie révolution dans notre relation au sol et notre façon de cultiver. Symboles par excellence de l’agroécologie mais surtout de la permaculture (avec la poule), elles n’en sont pourtant qu’un élément parmi d’autres. Elles représentent l’antithèse du jardin à la papa : un espace riche et vivant, résistant à la sécheresse, à l’excès de pluie, un espace multidimensionnel extrêmement productif qui peut même être auto-fertile. L’observation et l’imitation de la Nature nous ouvre de nouvelles portes délivrées du travail du sol, des intrants chimiques et du pétrole, pour une agriculture non plate, non linéaire, vivante et qui crée de la fertilité. C’est Emilia Hazelipp qui semble avoir importé la culture sur butte en France. Mais quels sont les avantages de cette culture étrange qui demande pourtant un gros travail de mise en place? tout d’abord, elle évite de se baisser. J'aime :

Tous-au-potager Je m’appelle Gilles Dubus et je suis maraîcher bio en Dordogne. J’anime également, à mes heures perdues (et oui, il y en a…), le Blog du Jardinier Bio, sur lequel je partage les quelques connaissances que j’ai pu acquérir au fil des ans. C’est avec grand plaisir que je réponds aujourd’hui à l’invitation d’Aurélien à publier un article sur son blog. J’ai souhaité partager ici quelques petites astuces qui, je pense, vous seront utiles pour réussir vos légumes au potager biologique. 3 astuces pour réussir toutes vos cultures Commençons par 3 petits conseils applicables sur la plupart des cultures… Trempez vos semences dans une décoction de prêle Si vous faîtes vous même vos plants, vous avez certainement déjà subi la fonte des semis ; les plants s’étiolent, se couchent puis meurent rapidement. Il existe une technique efficace pour éviter ces désagréments : tremper simplement les graines dans une décoction de prêle. Étalez vos semis Les saisons sont parfois capricieuses. Surveillez cette vitre.

Related: