background preloader

Le "WikiLeaks" des gaz de schiste sur la radioactivité

Le "WikiLeaks" des gaz de schiste sur la radioactivité
La gigantesque enquête sur les gaz de schiste publiée par le New York Times est une nouvelle bombe lancée sur cette technique d’extraction contre laquelle la mobilisation grandit en France. Non seulement les preuves d’effets sur la santé se multiplient, mais l’enquête révèle que l’eau rejetée par les puits est radioactive. Le quotidien américain a consacré de gros moyens au déchiffrage des quelque 30 000 pages de documents confidentiels provenant de l’agence américaine de protection de l’environnement, l’EPA, et de différentes sources internes à l’industrie, qu’il s’est procurés. Une méthode « à la manière de WikiLeaks », mais avec le professionnalisme des équipes du journal, qui ont ajouté aux données brutes : La fracturation hydraulique, la technique des mini-séismes Parfois, le forage traverse des nappes phréatiques. L’eau remontée contient parfois des substances radioactives à des taux qui dépassent plus de mille fois les seuils autorisés pour l’eau potable.

Josh Fox, réalisateur anti-gaz de schiste classé “terroriste” » Article » OWNI, Digital Journalism En réalisant Gasland, documentaire sur l’exploitation destructrice des gaz de schistes aux Etats-Unis, Josh Fox est devenu l’empêcheur de forer en rond d’une industrie gazière sans scrupules. Billet initalement publié sur OWNIpolitics. fff Metteur en scène de théâtre et réalisateur de fiction, Josh Fox n’avait rien d’autre que sa caméra qui le prédestinait au documentaire. D’une simple lettre d’une compagnie gazière reçue dans sa maison familiale de Pennsylvanie, havre de paix au bord de la rivière Delaware, il s’est immergé tout entier dans le cauchemar des gaz de schistes pendant un an et demi afin de comprendre ce qui arrivait à son pays. Comment a commencé le tournage de Gasland ? Ca s’est passé exactement comme je le raconte dans le film : mon père a reçu une lettre qui nous proposait d’exploiter du gaz sur notre terrain. La rivière Delaware, qui coule à côté de la maison de famille de Josh Fox. D’où est venu l’idée de ce titre, Gasland ? Avez-vous le projet de réaliser un Gasland 2 ?

Des documents confidentiels sur les dangers des gaz de schiste publiés par le «New York Times» ENERGIE Ils démontrent que les eaux rejetées par les forages sont dangereusement radioactives... Audrey Chauvet Créé le Mis à jour le Mots-clés Aucun mot-clé Le Wikileaks des gaz de schiste. Selon les documents que s’est procurés le New York Times, les niveaux de radioactivité dans les eaux usées sont tels que les industriels ne peuvent pas les dépolluer complètement. «Un des plus grands échecs des Etats-Unis dans la fourniture d’eau potable» En Pennsylvanie, où l’on compte 71.000 forages actifs, une grande quantité d’eaux usées est rejetée dans la rivière Monongahela, qui alimente plus de 800.000 personnes en eau du robinet notamment dans la ville de Pittsburgh. A la fin 2008, une sécheresse a fait craindre aux autorités une forte pollution par les eaux usées et les habitants de Pittsburgh ont été incités à consommer de l’eau en bouteille. Le New York Times pointe du doigt l’indulgence des autorités vis-à-vis des industries qui exploitent les 493.000 puits des Etats-Unis.

GASLAND : Un Génocide en FRANCE Demain... - SVP, Envoyez-le à tous vos DEPUTES !!! URGENT !!! Gaz de schiste du Québec à la France : deux traitements du sujet Les gaz des schistes suscitent des débats houleux, aux Etats Unis, en France et au Québec. Le ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec, Pierre Arcand, vient de rendre le rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) sur le développement de l’industrie des gaz de schiste au Québec. Le BAPE est un peu l’équivalent de notre Commission nationale du débat public. Un peu seulement car la CNDP fait bien pâle figure à coté du BAPE. Que ce soit en matière d’indépendance, de densité des études et rapports publiés ou de transparence des concertations, notre système français gagnerait beaucoup à s’inspirer des mécanismes canadiens d’évaluation des risques environnementaux et de conduite des débats publics. Un des principaux constats du rapport du BAPE est de souligner l’état très parcellaire des connaissances autour des gaz et huiles de schiste, des modalités de leur extraction et des impacts environnementaux de cette exploitation.

Les pêcheurs disent non au gaz de schiste - Lot Dans les rangs des opposants à l'exploitation de gaz de schiste, les pêcheurs sont en première ligne. La Fédération du Lot qui tenait son assemblée générale hier à Luzech, devrait prendre une motion dans ce sens. La Fédération du Lot pour la pêche et la et la protection du milieu aquatique tenait, hier, son assemblée générale à Luzech. Environ 200 participants, présidents d'associations et délégués ont participé à ses travaux conduits par le président Patrick Ruffié. Le thème d'actualité, celui du gaz de schiste s'est invité dans le débat avec l'intervention de Gérard Bureau, administrateur de Quercy Énergie et membre du collectif « non au gaz de schiste ». Une prise de position somme toute logique : « N'oubliez pas que nous avons une mission de protection du milieu et un agrément environnemental qui dépasse le seul domaine de la pêche. » De plus en plus de pêcheurs « spontanés » La pêche reste l'un des loisirs favoris des Lotois.

Obama reconnait les dangers de la fracturation hydraulique Jeudi 21 avril 2011 4 21 /04 /Avr /2011 12:29 Nous avons beaucoup de gaz naturel dans notre pays, dit Obama, Le problème est que les technologies ne sont pas suffisamment développées. Par exemple, pour l'extraire du sous-sol, il y a des craintes que cela pourrait créer des pollutions de nos eaux souterraines . Aussi nous devons nous assurer que nous le faisons de manière à ne pas empoisonner les gens ! discours Mardi dernier “We have a lot of natural gas here in this country,” Obama said. “So we’ve got to make sure that if we’re going to do it, we do it in a way that doesn’t poison people,” he added. Partager l'article ! inShare

POLÉMIQUE • Quand le gaz de schiste libère son poison Les puits et forages pétroliers poussent comme des champignons sur le sol américain, témoins de la nouvelle ruée vers l’or du XXIe siècle – le gaz naturel. Evidemment, tout ce gaz est là depuis longtemps, emprisonné dans les profondeurs de la Terre, dans d’innombrables poches minuscules, comme autant de déversements congelés d’eau de Seltz coincés entre de fines strates de schiste [roche feuilletée]. Mais les compagnies ne disposent que depuis quelques années des techniques nécessaires pour exploiter ces gisements d’une richesse époustouflante – qui pourraient probablement satisfaire la demande en gaz pour le chauffage d’immeubles, la production d’électricité et l’alimentation de véhicules pour les cent ans à venir. Les fournisseurs d’énergie réclament donc à cor et à cri l’autorisation de forer. Reste que la technique de forage envisagée, relativement nouvelle, s’accompagne de risques écologiques non négligeables. Un traitement inadapté Le laxisme des autorités

Les gaz de schiste et le nucléaire au menu du sommet européen sur l'énergie ENERGIE Les conclusions du sommet de vendredi n'écartent pas ces deux énergies qui pourraient nuire au développement des renouvelables… Créé le Mis à jour le Mots-clés Aucun mot-clé Le sommet européen sur l’énergie de ce vendredi était attendu de pied ferme par les opposants au nucléaire et aux gaz de schiste. Depuis quelques jours, ils craignaient que le lobbying franco-tchèque pro-nucléaire et polonais pour les gaz de schiste ne mettent à mal les énergies renouvelables. Si le nucléaire n’a pas été cité clairement comme une priorité de l’Union européenne, les gaz et huiles de schiste ont malgré tout fait leur entrée dans les textes officiels de l’UE. Une vision «carbo-centrée» de l’énergie En réaffirmant sa volonté de promouvoir une énergie «sûre, durable et abordable», le sommet européen n’a pas mis l’accent uniquement sur les énergies renouvelables. «Evaluer le potentiel européen» pour les gaz de schiste Le reste de l'actualité écologique en vidéo

Gaia - President Barack Obama acknowledged concerns about natural gas drilling and groundwater contamination as part of a wide-ranging monologue on energy production at a town hall meeting Tuesday. Obama has said natural gas should be part of a “clean energy standard” going forward but noted concerns about pollution. Although he didn’t mention hydraulic fracturing by name, the practice that has allowed new gas plays in the U.S. is increasingly controversial because of alleged links to groundwater contamination. Continue Reading “We have a lot of natural gas here in this country,” Obama said. “So we’ve got to make sure that if we’re going to do it, we do it in a way that doesn’t poison people,” he added. Obama also called out oil speculators for the continuing increase in oil and gasoline prices. “It is true that a lot of what’s driving oil prices up right now is not the lack of supply.

Related: