background preloader

Hommes-femmes : pour Vidal, aucune différence dans le cerveau n’est innée

Hommes-femmes : pour Vidal, aucune différence dans le cerveau n’est innée
Une personne s’apprête à manger un cerveau rose, puis bleu Photo : Tristen West/Flickr/CC. Montage : Leonardo da Cerdan. Les hommes et les femmes ont-ils le même cerveau ? L’interview que nous avons publiée de Susan Pinker, le 10 juin, a fait débat aussi bien parmi vous, riverains, que dans la rédaction de Rue89. Psychologue et chroniqueuse – au quotidien canadien The Globe and Mail –, Pinker évoque notamment des différences entre les cerveaux des hommes et ceux des femmes. « Des différences subtiles dans l’architecture neuronale et la connectivité cérébrale. » Catherine Vidal, neurobiologiste et auteure de « Hommes, femmes : avons-nous le même cerveau ? Rue89 : Qu’avez-vous pensé des propos de Susan Pinker dans l’interview publiée sur Rue89 sur les différences hommes-femmes ? Catherine Vidal (DR) Catherine Vidal : Susan Pinker fait référence à des travaux en IRM qui s’intéressent au fonctionnement du cerveau, chez les hommes et chez les femmes. Il y a un très bel exemple.

http://rue89.nouvelobs.com/rue69/2012/06/16/hommes-femmes-pour-vidal-aucune-difference-dans-le-cerveau-nest-innee-232970

Related:  Différence cerveaux hommes / femmessexe et genreBinarité h/fsciences et philosophie anthropologiques, politiques et socialesCerveau féminin/masculin

Le cerveau des hommes et celui des femmes sont connectés différemment Une nouvelle étude américaine confirme ce qu'on soupçonnait depuis longtemps : le cerveau des hommes et celui des femmes sont différents. Ils sont en effet connectés de façon différente. Avez-vous déjà partagé cet article? Les neurones du genre Dans l’actualité de la polémique sur les programmes scolaires traitant de l’identité sexuelle, une réflexion s’impose à la lumière des progrès des connaissances en biologie. A nouveau ressurgit le vieux débat sur l’origine innée ou acquise des différences entre les sexes. Pour les tenants d’un déterminisme génétique de l’identité sexuelle, femmes et hommes seraient par nature différents dans leurs comportements et leurs personnalités. Ces idées font le succès de livres pseudo-scientifiques qui laissent croire que nos aptitudes, nos émotions, nos valeurs sont câblées dans des structures mentales immuables.

Les femmes sont-elles moins fortes que les hommes? Il existe des groupes d'auto-défense qui, au cours de stages réservés aux femmes, parviennent à convaincre celles-ci qu'il leur est tout à fait possible de couper en deux une épaisse planche de bois à l'aide du tranchant de la main. Le stage s'achève sur cette épreuve. Cela pourrait faire rire, et pourtant: quand les participantes qui viennent ici réparer leurs plaies ou simplement prendre confiance en elles se trouvent face au rectangle de pin brut, elles respirent un bon coup, elles frappent et la planche tombe, coupée en deux, sous leur propre regard médusé. «Je n'aurais jamais cru que je pouvais faire ça». Et pour cause.

Nature et culture. Synthèse Nature et culture « Les sociétés humaines présentent un phénomène nouveau, qui consiste en ce que certaines manières d’agir sont imposées ou du moins proposées du dehors à l’individu et se surajoutent à sa nature propre, tel est le caractère des institutions. » Durkheim 1. Les hommes et les femmes ont-ils des cerveaux différents ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Lucie Soullier En distinguant l'identité sexuelle du sexe biologique, les études de genre affirment que la nature ne suffit pas à faire des hommes et des femmes. Catherine Vidal, neurobiologiste et directrice de recherche à l'Institut Pasteur a travaillé sur la plasticité du cerveau. Le cerveau du fœtus se forme-t-il différemment, au cours de la grossesse, selon que l'enfant à naître est une fille ou un garçon ? Catherine Vidal : Non, il n'y a pas de différence anatomique entre les cerveaux des fœtus filles et garçons.

Neurosexisme : la guerre est déclarée Oubliez l’idée que «les hommes viennent de Mars et les femmes de Venus». Ou encore que «les femmes ne savent pas lire les cartes routières» et que «les garçons sont naturellement plus doués en maths». Des neuroscientifiques partent aujourd’hui en guerre contre ces clichés du siècle dernier, qui nourrissent un juteux commerce de livres et de pièces de théâtre. Dans son numéro de février 2012 (en vente dès le 26 janvier), Sciences et Avenir fait le point sur une rafale d’articles et de livres qui mettent à mal l’idée que nos cerveaux sont sexués. Langage, mémoire, raisonnement, perception, motricité… La majeure partie des études révèle des aptitudes globalement équivalentes chez les garçons et les filles. Et plus les échantillons analysés sont grands, plus les différences s’estompent : les variations entre les cerveaux d’individus du même sexe sont bien plus importantes que celles existants entre hommes et femmes !

«Il n’existe pas 2 sexes (mâle et femelle) mais 48» Berlin, 19 août 2009, Championnats du monde, finale du 800 mètres «dames» : la Sud-Africaine Caster Semenya, 18 ans, accomplit un véritable exploit en courant la finale du 800 mètres féminin en 1 minute 55 secondes 45 centièmes. Sa victoire est de courte durée. À peine la course finie, le staff des équipes rivales et les journalistes sportifs accusent la championne d’être un homme. Pensée complexe Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ce concept exprime une forme de pensée acceptant les imbrications de chaque domaine de la pensée et la transdisciplinarité. Le terme de complexité est pris au sens de son étymologie « complexus » qui signifie « ce qui est tissé ensemble » dans un enchevêtrement d'entrelacements (plexus). Définition d'Edgar Morin[modifier | modifier le code] Nuage de tags « complexe » « Quand je parle de complexité, je me réfère au sens latin élémentaire du mot "complexus", "ce qui est tissé ensemble".

Sexes, mensonges et vidéo : Baron-Cohen et le modèle norvégien Depuis environ un an, des réactionnaires de tout poil engagés dans la lutte contre la « théorie du genre » assurent la diffusion en France d’un documentaire norvégien. Une étude présentée dans ce documentaire est particulièrement mise en avant, car elle est censée avoir démontré que filles et garçons se comportent différemment dès la naissance. Il est d’autant plus nécessaire de démonter cette intox que le magazine Sciences Humaines a contribué à la construire, de façon très problématique.UNE SERIE DOCUMENTAIRE BIEN PARTICULIERE Au printemps 2010, une série documentaire en sept parties consacrée à ce qu’il est d’usage d’appeler le débat inné/acquis est diffusée sur une chaîne publique de la télévision norvégienne [1]. La thèse de ses deux concepteurs et producteurs, l’acteur-humoriste Harald Eia et le chroniqueur-essayiste Ole-Martin Ihle, est exposée dans un livre qui détaille les arguments scientifiques censés l’étayer [2]. 1.

Catherine Vidal: ''Il y a plus de différences entre les cerveaux de personnes d'un même sexe" - Stiletto, Style, Art & Fashion - magazine de mode Salone Del Mobile 2014 : De Milan à Tokyo par bateau Dans le cadre du salon du meuble de Milan, Tod’s présente The Envelope Boat Shoe, sa nouvelle collaboration avec Nendo, mené par le célèbre designer Oki Sato. Missive précieuse scellée par un cachet de cuir, The Envelope Boat Shoe sublime le savoir-faire de Tod’s et dynamise l’iconique mocassin Gommino. Dissimulant les coutures dans une enveloppe de cuir souple et de veau velours, Oki Sato fait acheminer le soulier Tod’s de Milan à Tokyo.

Au risque de radoter, la « théorie du genre » n’existe pas Gay pride à Paris, le 29 juin 2013 (Remy de la Mauviniere/AP/SIPA) C’est reparti de plus belle grâce à la « Manif pour tous ». Plus que jamais, on parle de « théorie du genre » en France pour dire tout et n’importe quoi. Obsession d’une partie de la droite, cette chose indéterminée permet de mélanger le sexe, la sexualité, l’orientation sexuelle et la fin du monde.

Le camion et la poupée : jeux de singes, jeux de vilains Un argument est régulièrement invoqué à l’appui de l’idée qu'il existe une différence naturelle entre filles et garçons dans les choix de jouets : la même différence aurait été observée chez les singes. La lecture de la littérature scientifique ayant adressé cette question ne nous apprend pas grand chose sur les singes, et encore moins sur les enfants humains. Elle permet en revanche d’éclairer sous un jour intéressant le comportement des personnes qui ont utilisé cet argument, eu égard à la manière souvent fantaisiste – et toujours fallacieuse – dont ils ont résumé cette littérature. Ce nouvel exemple de vulgarisation scientifique alimentant la naturalisation du genre est aussi l’occasion d’explorer la grande diversité de ses chemins, ainsi que celle des modalités de distorsion des résultats d’études scientifiques. Bien que de profils et de parcours assez différents, les douze personnes suivantes ont en commun d’avoir fait la même chose durant les périodes indiquées entre parenthèses.

Edgar Morin Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Morin. Edgar Morin La Commission des droits de l'homme propose l'introduction de la notion de "genre" dans le droit français GENRE - La Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) a rendu ce jeudi 27 juin vers midi un avis, dans lequel elle recommande au gouvernement d’introduire la notion d’"identité de genre" dans le droit français, tout en ajoutant une série de propositions pour faciliter les conditions du changement d’état civil des personnes transsexuelles. Des propositions qui, si elles étaient adoptées, constitueraient une avancée majeure pour les "trans". La CNCDH avait été saisie par la ministre du droit des femmes, Najat Vallaud Belkacem, et la ministre de la justice, Christiane Taubira. Ce texte devrait inciter le gouvernement à agir rapidement en faveur des personnes transsexuelles, les avis de la CNCDH ayant traditionnellement une grande importance, comme ceux du Comité consultatif national d'éthique. "C'est un avis historique de la CNCDH.

Related:  "Et les différences biologiques alors ?"