background preloader

Hommes-femmes : pour Vidal, aucune différence dans le cerveau n’est innée

Hommes-femmes : pour Vidal, aucune différence dans le cerveau n’est innée
Une personne s’apprête à manger un cerveau rose, puis bleu Photo : Tristen West/Flickr/CC. Montage : Leonardo da Cerdan. Les hommes et les femmes ont-ils le même cerveau ? Psychologue et chroniqueuse – au quotidien canadien The Globe and Mail –, Pinker évoque notamment des différences entre les cerveaux des hommes et ceux des femmes. « Des différences subtiles dans l’architecture neuronale et la connectivité cérébrale. » Catherine Vidal, neurobiologiste et auteure de « Hommes, femmes : avons-nous le même cerveau ? Rue89 : Qu’avez-vous pensé des propos de Susan Pinker dans l’interview publiée sur Rue89 sur les différences hommes-femmes ? Catherine Vidal (DR) Catherine Vidal : Susan Pinker fait référence à des travaux en IRM qui s’intéressent au fonctionnement du cerveau, chez les hommes et chez les femmes. Il faut voir que quand on fait une expérience en IRM, le nombre de sujets est toujours faible. La notion d’échantillon est donc très importante. Il y a un très bel exemple.

Les différences psychologiques entre hommes et femmes ne seraient pas évidentes GENRE - La science apporte enfin une preuve pour étayer ce que nous savions déjà: toute cette histoire selon laquelle "les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus" est fausse. D’après une nouvelle étude de l’Université de Rochester, hommes et femmes ne possèderaient effectivement pas de caractéristiques psychologiques si distinctes que ça. Au travers de cette étude, les chercheurs Harry Reis, professeur de psychologie à l’Université de Rochester, et Bobbi Carothers, analyste de données au Center for Public Health System Science à l’Université de Washington, sont arrivés à la conclusion que les attributs que nous associons traditionnellement avec un genre ou l’autre existent en fait dans l’un comme l’autre. » Harry Reis explique (en anglais) sa théorie dans la vidéo ci-dessous: "Ce n’est pas l’idée d’une différence fondamentale entre les genres qui est remise en question mais plutôt le fait d’imaginer que le genre formate nécessairement et invariablement un individu", assurent-ils.

Moi je suis pas féministe, mais… Est-ce que ça t’arrive de commencer une phrase par «Moi je suis pas féministe, mais…»? De rire de ces féministes qui sont extrémistes, insensées, à côté de la plaque? Si on te décrivait comme féministe, tu trouverais ça insultant? Eh bien j’ai une mauvaise nouvelle pour toi: tu es peut-être bien un ou une féministe quand même. En fait il y a un test assez simple. Tu es féministe si: Tu crois que les hommes et les femmes devraient avoir les mêmes droits et les mêmes opportunités dans la vie.Tu comprends qu’on n’y est pas encore vraiment, et que la majorité des inégalités affectent les femmes. C’est aussi simple que ça. Bien sûr je n’ai pas l’intention de te forcer à porter une étiquette. Dans la suite de cet article, je parlerai de ce qu’est le féminisme — à mon sens — et de ce qu’il n’est pas. Le féminisme c’est… C’est un peu large comme définition, mais c’est fait exprès. Et puis il y a le mot lui-même, «féminisme». Je pense que «féminisme» est un mot légitime et utile, pour deux raisons:

La biologie de Mars et Venus est-elle sérieuse ? Le cerveau des femmes est en moyenne plus petit que celui des hommes. Au XIXe siècle, ce constat servait à justifier une prétendue infériorité intellectuelle de la gent féminine. De nos jours, plus personne n’attribue de valeur à cet argument, et il ne saurait être question d’infériorité quelle qu’elle soit. Reste que l’on admet très souvent que chaque sexe possède des aptitudes différentes et que celles-ci devraient pouvoir s’expliquer par des facteurs anatomiques ou physiologiques. Du coup, les recherches différentielles sur les cerveaux masculin et féminin vont bon train et, régulièrement, des chercheurs annoncent avoir compris pourquoi les femmes seraient moins portées vers la logique, plus enclines à communiquer, moins avides de positions de pouvoir, ou davantage capables d’empathie. Pour Cordelia Fine et Rebecca Jordan-Young, tout cela n’est que sexisme larvé.

L'humour est une chose trop sérieuse... Lui : Wah, hé, faut que je te montre un truc, tu vas trop te marrer. C'est un test dans le dernier Consoles +, c'est trop bon. Moi : ... Note : ce dialogue est évidemment fictif, bien qu'inspiré de nombreuses discussions réelles : personne n'est capable de m'écouter aussi longtemps. Les cerveaux des hommes et des femmes sont branchés très différemment | Fil info Styles close Partagez votre lecture avec vos amis ! Connectez-vous avec Facebook pour voir ce que vos amis lisent et partagent sur Le Soir. En savoir plus A quoi ça sert ? Comment ça se passe ? Comment voir son activité ? Comment faire en sorte qu’un article que j’ai lu n’apparaisse pas dans Facebook ? Comment faire en sorte de passer en mode off ? Les cerveaux des hommes et des femmes sont branchés de façon très différente révèle lundi une recherche menée avec un scanner qui paraît conforter de vieux stéréotypes quant aux aptitudes et comportements propres à chacun des deux sexes.

Féminisme : les idées reçues M'a récemment été faite sur twitter cette réponse qui recense de façon magistrale à peu près tous les poncifs imaginables sur le féminisme. Allons y donc gaiement : 1. L'IRM nous a permis d'étudier le fonctionnement du cerveau. 2. 3. 4. Les chiffres sont parfaitement disponibles sur le site du Ministère de l'Intérieur mais je comprends qu'il soit agréable de s'inventer des complots.Les hommes représentent 22% des victimes de violences. 5. "il y a dans TOUS les domaines des femmes compétentes et des hommes compétents, mais leur pourcentage varie suivant le domaine et le centre d'intérêt de chacun" Oui si et seulement si on laissait les gens s'épanouir sans préjugé. 6. "A compétence égale, il n'y a probablement pas de plafond de verre, car les lois du marché veillent au grain." "Le marché" n'est pas né de rien ; le capitalisme étant postérieur au sexisme et au racisme. 7. "Qui s'occupe du problème symétrique des garçons ayant des difficultés avec les matières littéraire ?" 8. 9.

Men, Women, and Big PNAS Papers - Neuroskeptic This morning, the world woke up to the news that Scientists discover the difference between male and female brains Britain’s Independent today actually made that their front page. They went on to discuss “the hardwired difference that could explain why men are ‘better at map reading’”. The rest of the world’s media were no less excited. Well. The authors used diffusion tensor imaging (DTI) to estimate the integrity of the white matter tracts going in various directions at each point in the brain. In a large sample of 428 males and 521 females aged from 8 to 22, they report sex differences in the pattern of white matter connectivity. I have two issues with this: Head Motion. Various commentators on Twitter and elsewhere swiftly pointed out that it’s not implausible that men and women might move different amounts on average, so that might account for at least some of these results. Brain Size. I’m not saying that motion and brain size are responsible for these results.

What No One Else Will Tell You About Feminism But this is the problem you bring up a contentious issue, ask if you a feminist if you believe differently and say you don't want to talk about the issue. A little too cute no? I think you can clearly be a feminist and think abortion is wrong, a bad choice, perhaps even immoral. You can try to persuade women not to get them and refuse to get one yourself even if you know your baby is going to die within weeks of birth. You can do all that and be a feminist. It is the legal issue that is more problematic. So why would the state have the right to demand that women of reproductive age donate their bodies to bring another citizen to life? Additionally, the attempt to control this choice is fought over just as hard even if the individual to be born wil die in a few weeks or months, even if that death will painful, or prolonged torment (like Tay-Sachs).

New insights into gendered brain wiring, or a perfect case study in neurosexism? The latest neuroscience study of sex differences to hit the popular press has inspired some familiar headlines. The Independent, for example, proclaims that: The hardwired difference between male and female brains could explain why men are “better at map reading” (And why women are “better at remembering a conversation”). The study in question, published in PNAS, used a technology called diffusion tensor imaging to model the structural connectivity of the brains of nearly a thousand young people, ranging in age from eight to 22. It reports greater connectivity within the hemispheres in males, but greater connnectivity between the hemispheres in females. suggest that male brains are structured to facilitate connectivity between perception and coordinated action, whereas female brains are designed to facilitate communication between analytical and intuitive processing modes. As for map-reading and remembering conversations, these weren’t measured at all. This absence has two consequences.

Une ville réservée aux femmes en Arabie saoudite Elles ne sont toujours pas autorisées à voter ou à conduire, mais les Saoudiennes auront bientôt une ville à elles. Les autorités de la très conservatrice monarchie du Golfe ont validé le projet de construction d'une cité industrielle entièrement réservée au deuxième sexe à Hofuf, dans l'est du pays. Le complexe, qui doit ouvrir l'an prochain, permettra aux travailleuses de créer leur entreprise et d'employer leurs compatriotes sans attenter à la sacro-sainte ségrégation spatiale imposée aux deux sexes dans le royaume. Discriminer pour mieux émanciper ? L'équation pourrait s'avérer payante selon le président de l'Autorité saoudienne de la propriété industrielle (Modon) qui chapeaute le projet. Près de cinq mille emplois dans le textile, la pharmacie et l'agro-alimentaire doivent être créés sur le site, qui comptera des bureaux ainsi que des lignes de production. Le projet, à l'initiative d'entrepreneuses saoudiennes, vise essentiellement à trouver des débouchés aux jeunes diplômées.

Sex differences in the structural connectome of the human brain Author Affiliations Edited by Charles Gross, Princeton University, Princeton, NJ, and approved November 1, 2013 (received for review September 9, 2013) Significance Sex differences are of high scientific and societal interest because of their prominence in behavior of humans and nonhuman species. Abstract Sex differences in human behavior show adaptive complementarity: Males have better motor and spatial abilities, whereas females have superior memory and social cognition skills. Footnotes Author contributions: M.I., T.D.S., H.H., R.E.G., R.C.G., and R.V. designed research; A.S., M.A.E., K.R., and H.H. performed research; A.S. and D.P. analyzed data; and M.I., R.E.G., R.C.G., and R.V. wrote the paper.

Des Anonymous et des soutiens des Pussy Riot verbalisés en France, pour anonymat Lorsque le gouvernement de François Fillon a fait publier le "décret anti-cagoule" du 19 juin 2009, et que le dispositif a commencé à inspirer d'autres initiatives réglementaires, nous avions demandé si une telle législation était compatible avec la protection de la vie privée. Nous aurions dû demander si elle était compatible avec la liberté d'expression, tant il semble clair que ça n'est pas le cas. En 2009, le décret anti-cagoule prévoyait de punir de 1500 euros d'amende"le fait pour une personne, au sein ou aux abords immédiats d'une manifestation sur la voie publique, de dissimuler volontairement son visage afin de ne pas être identifiée dans des circonstances faisant craindre des atteintes à l'ordre public". Par la suite, le gouvernement a radicalisé le dispositif par une loi du 11 octobre 2010 qui dispose que "nul ne peut, dans l'espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage". L'amende encourue est cette fois de 150 euros.

A quick moan about ‘male’ and ‘female’ brains | The Tangled Woof of Fact This morning, all the newspapers are talking about ‘male brains’ and ‘female brains’. A study, published in the top-tier journal PNAS, analyses structural differences between the brains of young males and females aged eight to 22 years. Their findings apparently support age-old stereotypes of female brains ‘designed for’ social skills, memory, intuitive thinking, and male brains ‘designed for’ co-ordinated tasks, perception. The Independent’s front page looks like this: and they headline an article: “The hardwired difference between male and female brains could explain why men are ‘better at map reading’“ The Huffington Post quite wildly claims: “A new study has confirmed that men and women’s brains are wired in completely different ways, as if they were species from different planets.” The Guardian takes a more sober, though still uncritical line and the less said about the Mail’s stereotype-ridden take, the better. Second, who formed their sample. Like this: Like Loading... Related In "meta"

Du pain (du sang) et des roses Mon B, Tu fais partie de la génération Z, génération qui voit sans émoi particulier une femme prendre le pouvoir, qui glissera son doigt sur toutes les surfaces comme sur un écran tactile, «follow, unfollow, supprimer, au suivant, je te like, tu me likes plus». Tu construis des cités imaginaires que tu détruis au gré de tes fantaisies d’archimec dans Minecraft. Pour toi, la vie est un vaste jeu vidéo où des tireurs fous embusqués enlèvent des vies pour le simple plaisir de jouer. On meurt pour mieux ressusciter. Et même si j’ai toujours interdit les jeux violents à la maison, de même que toutes les armes - sauf les pistolets à eau -, je n’ai de cesse de constater que le moindre film « familial » contient assez de violence pour me clore les yeux. Je suis la plorine poltronne de la famille, c’est normal. La violence me noue les tripes. De la même façon, j’ai été meurtrie dans ma chair par l’attaque armée contre Pauline Marois mardi soir. Tristement célèbre Give peace a chance Ta mamou

Related: