background preloader

Les classes sans notes sont-elles [bien] fondées ?

Les classes sans notes sont-elles [bien] fondées ?
Mention passable. Peut mieux faire malgré des efforts importants. C’est l’observation que l’on pourrait formuler sur les expérimentations de classes sans notes, dont les premiers bilans viennent d’être dressés par l’inspection générale de vie scolaire d’une part, et par la cardie de l’académie de Poitiers d’autre part, qui vient de réaliser une enquête auprès des acteurs des classes sans notes. D’après le premier rapport, ce sont plus de 400 classes sans notes qui ont été menées en 2012. Pourquoi un tel développement ? Les nombreux témoignages de professeurs le confirment : ces projets de classes sans notes apportent généralement beaucoup de satisfaction, mais aussi beaucoup de travail, d’investissement personnel, pour une viabilité (avant de parler d’efficacité) qui n’est pas assurée. Mais, nous pouvons aussi nous demander si les classes sans notes sont réellement [bien] fondées. On peut aussi s’interroger sur le terme adopté et généralisé de « classe sans notes ». Like this:

Puisqu’on vous dit que la note, ce n’est pas le problème ! L’apparition du socle commun de connaissances et de compétences a introduit, avec le livret personnel de compétences, une « nouvelle » façon d’évaluer au collège, qui, si elle a pu jeter le trouble, a alimenté le débat sur l’évaluation des élèves. La refondation de l’école s’est donnée pour objectif de renouveler le socle commun et d’aller vers une évaluation positive des élèves. Le Conseil Supérieur des programmes travaille à cette rénovation, où la question de l’évaluation est capitale. Noyer le poisson Les opposants à l’évaluation des compétences, comme les syndicats du SNALC et du SNES, présentent constamment des arguments qui jouent du même registre : Des notes dont on fait… des moyennes Mais bizarrement sur ce point, les partisans de la note négligent systématiquement la question des moyennes trimestrielles. La consultation de l’ensemble des bulletins trimestriels (traditionnels) d’une classe sur une année est à ce titre éloquente. Pourquoi revoir l’évaluation des élèves ? Like this:

bilan-classe-inversee-aout-2013.pdf Ces collèges qui ont supprimé les notes... Par François Jarraud Critiquées de toutes parts, les notes n'ont plus la cote. Mais ce n'est pas pour autant que l'approche par compétences séduise les enseignants. D'autant que le premier contact, qui rompt avec une tradition d' évaluation plus que centenaire, prend la forme du livret personnel de compétences (LPC), un fastidieux pensum bureaucratique, un vrai antidote au plaisir d'enseigner. Pourtant des collèges ont spontanément sauté le pas. "C'est une enseignante de passage dans l'établissement qui a lancé l'idée", explique Jean-Claude Rogeon, principal du collège Guiton à La Rochelle. Pourquoi avoir fait ce choix ? Pourtant ces équipes se sont heurtées à des résistances. Dans la réussite de ces projets, le rôle de l'encadrement semble essentiel. Reste le bilan. François Jarraud Liens : Le dossier de Surgères Un dossier du Café Sur le LPC

Les notes, un débat durable – présentation du dossier #sansnotes Faut-il supprimer les notes à l’école ? Et par extension au collège et au lycée ? La question est posée par de nombreux acteurs du système éducatif, et agite régulièrement la sphère médiatique. C’est d’ailleurs un sondage, organisé par le SE-Unsa auprès d’enseignants de tous niveaux, qui a lancé la polémique scolaire de la rentrée. Dans notre sondage, à la question posée sur le rôle des notes dans les évaluations scolaires, il apparaît donc que près de 40% des collègues ayant répondu se disent près à leur abandon, et où seuls 31% s’y opposent. Moins médiatisé, mais tout aussi intéressant, le sondage a mis aussi en avant la forte volonté des enseignants à redéfinir les contenus du socle (77%), à mettre à disposition des équipes des outils pédagogiques adaptables, pour suivre les acquis des élèves (74%), ainsi que des banques d’outils pour travailler par compétences (85%). Le débat est loin d’être clos, mais les signaux importants du changement sont plus nombreux, plus insistants aussi.

Les outils qui rendent possible la classe inversée 1. Introduction à l’infonuagique Quiconque a déjà travaillé avec la vidéo sait à quel point ce média est « lourd » côté informatique. Un enregistrement d’une minute de bonne qualité occupe beaucoup d’espace sur l’ordinateur. Le fait de déposer un fichier (dans ce cas-ci, un fichier vidéo) sur un service en ligne pour y avoir accès de partout s’appelle l’infonuagique, ou l’informatique en nuage. Il existe d’autres applications de l’infonuagique. 2. Pour la création de capsules vidéo originales, il y a différentes façons de procéder. La méthode « enregistreur d’écran » La première façon d’envisager la fabrication de vidéo est d’enregistrer ce qu’on voit à l’écran, tout simplement. - Application ShowMe (application iPad, gratuite) - Enregistreur vidéo Activinspire (tableau interactif Activboard) - Enregistreur SMART (tableau interactif SMART Board) - Screenr (application Web, durée maximum de 5 minutes) - Logiciel QuickTime (seule la version Mac contient l’enregistreur vidéo) 3. Khan Academy Etc.

L'évaluation sans notes dans un lycée expérimental [Rédigé par les enseignants d’un lycée expérimental, le texte qui suit s’intéresse aux modalités de l’évaluation sans notes et sans classement qui est pratiquée dans cet établissement, et en évoque les avantages et les limites. Il a donc tout à fait sa place dans notre rubrique « Expérimentations », et nous remercions les auteurs de nous l’avoir proposé. Le lecteur notera que ce qui est ici désigné sous le terme de « compétences transversales » renvoie à des opérations mentales dont le contenu n’est pas en réalité déconnecté des disciplines, mais défini et apprécié au sein de chaque univers disciplinaire.] Dans l’histoire du CEPMO [1]], dès l’origine du projet expérimental, il y a l’idée d’en finir avec l’évaluation par notes pour laisser place à une forme d’évaluation qui incorpore, de façon imbriquée, formatif et sommatif. Grilles d’évaluation communes : une évaluation formative • une pour les langues vivantes (afin de s’adapter à la classification européenne) ; • une pour l’EPS.

Ils ont abandonné les notes #sansnotes Selon le ministère, plusieurs centaines d’expériences de classes sans notes sont expérimentées actuellement, des expérimentations facilitées par l’article 34 de la loi d’orientation de 2005. Si les chiffres peuvent apparaître faibles au regard du nombre de classes et d’établissement en France, ils ne prennent pas en compte d’une part les enseignants qui évaluent par compétences, sans notes, de manière plus isolée. D’autre part, ils relèvent d’un mouvement de fond que révèle bien notre sondage de rentrée, pour évaluer différemment les élèves. Jusqu’où ira-t-il ? Des expériences de plus en plus médiatisées Les médias se font l’écho de certaines d’entre elles, comme dernièrement au collège Edouard Schuré de Barr en Alsace. "Il n’y a qu’à supprimer les notes!" "C’est une classe exceptionnelle, ils ont tous le sourire", s’enthousiasme Anne Ziegler, en surveillant ses élèves qui regagnent le vestiaire après son cours d’éducation physique. Des expérimentations suivies Like this: J'aime chargement…

Classe Inversée | Enseigner avec TNT Pour lire mon rapport sur mes classes inversées, cliquez ICI (pdf, 3 Mo)Une liste d’articles sur la classe inversée, compilée par Pédagogie Universitaire La classe inversée, c’est quoi ? C’est une façon différente d’enseigner et d’apprendre. Comparativement à une classe traditionnelle, la prise de note se fait à l’extérieur de la classe (à la maison, à la bibliothèque, dans le métro, bref, n’importe quel endroit où des capsules vidéo présentant la théorie peuvent être visionnées) et le temps de classe libéré est utilisé pour approfondir, appliquer et assimiler les notions. Puisque le professeur n’a plus à « présenter » la matière, il est disponible pour accompagner, motiver et soutenir les élèves dans leur apprentissage. Cette façon de faire est utilisée aux États-Unis au niveau primaire, secondaire, collégial et universitaire depuis 2007. La classe inversée en image En vidéo La classe inversée, c’est quoi ? Et voici certains trucs pour inverser sa classe avec succès Comment ? Liens utiles

Haro sur les notes ! Notre système scolaire s’appuie sur un mode d’évaluation des élèves, la note chiffrée, qui s’est construit avec le temps et qui remplit plusieurs fonctions. Par le contrôle des apprentissages, elles sanctionnent réussites et échecs des élèves, permettent le classement et déterminent l’orientation. Les notes sont un outil de communication commode envers les familles, à travers le bulletin scolaire notamment. Les notes jouent également un rôle social en certifiant un niveau scolaire atteint à travers les examens. Pourtant… Pourtant, les travaux de docimologie ont montré depuis longtemps que la note est d’une objectivité illusoire concernant la performance des élèves. Malgré ces constats accablants, la note chiffrée (et sur 20 points, héritage des Jésuites) reste encore une référence sociale et institutionnelle qui confine parfois au fétichisme. A lire : Fabrizio Butera, Céline Buchs, Céline Darnon (dir.), L’évaluation, une menace ? Pierre Merle, Les notes. En ligne : Like this:

Related: