background preloader

Agriculture intensive

Agriculture intensive
L'agriculture intensive est caractérisée par l'utilisation massive d'intrants (produits, matériels). Elle repose sur une mécanisation poussée et l'usage d'engrais chimiques, de pesticides, fongicides, herbicides…afin de maximiser la production. Ce mode de production assure un rendement des cultures important, ce qui permet de nourrir une population mondiale toujours plus nombreuse ; mais il met en péril la biodiversité et la santé humaine, en étant responsable de la pollution des sols, des nappes phréatiques et cours d'eau souterrains. Les eaux polluées par les substances chimiques et organiques utilisées dans l'agriculture intensive s'infiltrent dans le sol, ruissellent, pour atteindre les nappes phréatiques, les cours d'eau souterrains et les rivières avoisinantes. Le traitement des eaux polluées par les nitrates et les produits phytosanitaires notamment est très coûteux, et son efficacité est limitée. L'agriculture intensive contribue à la désertification des sols.

http://www.vedura.fr/economie/agriculture/agriculture-intensive

Related:  agriculture intensive

L'agriculture intensive Quels systèmes agricoles pour nourrir les hommes. L’homme a depuis toujours eu recours aux ressources naturelles dans le but de satisfaire ses besoins. Le secteur primaire a évolué au cours du temps pour diverses raisons. Nous chercherons alors à savoir comment l’homme met en valeur et aménage son territoire pour la production agricole et dans quels buts. La biodiversité des pollinisateurs est indispensable La biodiversité des pollinisateurs est indispensable - 2 Photos En effet, l'élimination de leurs sites de nidification (disparition des haies et remembrements, urbanisation), la raréfaction des plantes qui leur fournissent nectar et pollen (liée à la monoculture et l'utilisation d'herbicides), et les épandages de pesticides sont autant de facteurs qui contribuent à éliminer les pollinisateurs. Les conséquences positives de la biodiversité des pollinisateurs sur la biodiversité des plantes et sur les activités humaines, et en particulier sur l'agriculture, commencent néanmoins à être reconnues et même chiffrées en termes économiques en utilisant une méthodologie développée à l'INRA. Des abeilles avant tout : Abeille domestique (Apis mellifera) en train de récolter du nectar sur une fleur de mauve© INRA / N. Morison

Agriculture productiviste - Comptes Rendus - Illidan Introduction L'agriculture productiviste est un système de production agricole cherchant à maximiser la production par rapport aux facteurs de production, qu'il s'agisse de la main d'œuvre, du solou des autres moyens de production, tel que le matériel agricole. Elle repose sur l'usage optimum d'engrais chimiques, de traitements herbicides, de fongicides, d'insecticides, de régulateurs decroissance...Elle fait appel aux moyens fournis par la technique moderne, machinisme agricole, sélection génétique, irrigation et drainage des sols, culture sous serre et culture hors-sol, etc. encherchant à profiter des progrès techniques permis par l'avancée des connaissances agronomiques et scientifiques.

Agriculture Réserver une place à l'agriculture dans nos territoires Pour garantir demain la souveraineté alimentaire, il est prioritaire de réduire de moitié d'ici à 2020 l'artificialisation des terres agricoles (urbanisation, infrastructures). Des ceintures nourricières doivent être recréées autour des villes, pour renouer des liens ville-campagne par un approvisionnement en circuits courts. Pays où l'on utilise le plus l'agriculture intensive. L'agriculture intensive désigne des techniques agricoles permettant d'atteindre un maximum de rendement avec un minimum de main d’œuvre. La planète compte environ 1,3 milliards d'agriculteurs. Seuls quelques millions pratiquent l'agriculture intensive, dans les pays du Nord et dans quelques secteurs limités des pays du Sud. Par la motorisation, la mécanisation, la sélection animale et végétale, l'utilisation d’engrais et de pesticides, un agriculteur ''intensif'' peut cultiver plus de 100 hectares de céréales et obtenir des rendements proches de 10 tonnes par hectare. Les nuisances de l'agriculture intensive sont immenses : gaspillage, dégradation de l'environnement, pollution par les pesticides, destruction de la souveraineté alimentaire des pays du Sud, fruits et légumes de qualité lamentable, etc.

Agriculture biologique Agneau, vache, poulet, pomme, blé, riz… Les recherches en agriculture biologique, débutées dès les années 80 à l’Inra couvrent de nombreuses filières. Focus sur quelques recherches représentatives. Née dans les années 20, officiellement définie en France en 1980 et dans l'Union européenne en 1991, l’agriculture biologique s’intègre dans les recherches de l’Inra depuis les années 80. Cette agriculture, qui interdit l’utilisation d’engrais de synthèse, de pesticides de synthèse et d’antibiotiques, pose de nouvelles questions à la recherche. Sans produit chimique à sa disposition pour lutter contre les maladies ou les ravageurs, la production agricole biologique doit en effet connaître et utiliser au mieux les fonctionnements biologiques des écosystèmes présents sur l’exploitation.

L'agriculture productiviste, quelles sont ses limites et comment y remédier ? L'agriculture productiviste est un système de production agricole axé sur l'accroissement de la production. Bien que cette nouvelle agriculture soit moderne et très productrice, celle-ci est souvent pratiquée aux dépens des considérations environnementales et sociales. En effet, on peut observer que l'une des conséquences qui découle de cette agriculture productiviste est un impact néfaste sur la nature.

L'encyclopédie du développement durable, de l'écologie, de l'habitat écologique et de la consommation durable Culture intensive : les conséquences. La culture intensive est un système de production agricole fondé sur l’optimisation de la production par rapport à la surface cultivée. Cette méthode repose sur une mécanisation poussée ainsi que de l’usage d’engrais chimiques, de pesticides, de fongicides et d’herbicides afin de maximiser la production. Ce mode de production assure un rendement des cultures important, ce qui permet de nourrir une population mondiale toujours plus nombreuse ; mais il met en péril la biodiversité et la santé humaine, en étant responsable de la pollution des sols, des nappes phréatiques et des cours d’eau souterrains.

Productivisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Apparu au début du XXe siècle, le productivisme se définit selon le Dictionnaire historique de la langue française comme « un système d'organisation de la vie économique dans lequel la production est donnée comme objectif premier ». Il ne doit pas être confondu avec la recherche de la productivité. Le développement technique industriel tend à accroître la production de façon considérable depuis la révolution industrielle. Pollution et dégradation des sols à cause de l'agriculture intensive Les autres activités humaines responsables de la dégradation du sol Toutes ces menaces affectent les diverses fonctions du sol, notamment celles qui sont primordiales pour la santé humaine, comme la production alimentaire, ou encore la filtration et le stockage des eaux souterraines, principale source d’eau potable. D’après diverses sources dont la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture), on estime que près de la moitié des sols du monde sont déjà dégradés en conséquence des activités humaines, phénomène qui s’accentue et qui pourrait s’aggraver avec les changements climatiques. > En savoir plus sur les menaces pesant sur le sol

CNRS/sagascience - Agriculture productiviste : et la biodiversité dans tout ça ? Après la dernière guerre mondiale, l'agriculture s'est orientée vers la productivité, par sélection et amélioration des variétés végétales et animales, usage d'engrais et de produits phyto et zoo-sanitaires, mécanisation et changement d'usages des sols : déforestation, démembrement des bocages, urbanisation, infrastructures de transports... Rappelons qu'en ce moment même, sévissent encore famines et disettes dans les pays les moins favorisés ; que celles-ci touchent plus de 850 millions d'êtres humains et que l'agriculture manuelle, sans tracteurs ni machines... et sans animaux de trait, reste dominante aujourd'hui dans le monde. De nombreux problèmes environnementaux Une perte de biodiversité constatée L'agriculture, dont la pression augmente avec l'accroissement de la population et l'urbanisation, devient un des facteurs majeurs des dégâts subis par la biosphère. Ces zones d'agriculture intensive sont souvent dites de « biodiversité ordinaire ».

Site internet fiable car il est commerçant et il ne vas pas donner des information fausses à ses clients correction : site commercial. Vedura (société spécialisée dans l’information, l'éducation, le conseil et la formation au développement durable, fondée par Virginie Bricout en février 2008) by svt34 Nov 6

Related: