background preloader

Il n'y a pas que Facebook et Twitter dans la vie

Il n'y a pas que Facebook et Twitter dans la vie
800 millions de membres pour Facebook, 465 millions de comptes pour Twitter. A l'ombre de ces deux réseaux sociaux ultra-populaires, d'autres services basés sur le partage d'information et de contenu explosent à leur tour. Tumblr, Pinterest, Pearltrees, Path, Instagram, Quora... ils ont un point commun : jouer sur les affinités. Plus besoin de connaître une personne pour se lier à elle, le rapprochement s'effectue avant tout par les centres d'intérêt. Une autre spécificité de bon nombres de ces nouveaux acteurs : la prédominance de l'image. Le visuel prend le pas sur l'écrit et incite à faire défiler les pages à l'infini. En moyenne, chaque visiteur passe 100 minutes par mois sur Pinterest, le nouveau réseau social en vogue dont l'audience explose littéralement. TUMBLRCréation : 2007Prononciation : [teumbleur]Définition : plateforme de microblogging très orientée vers l'imageAudience : 120 millions de visiteurs uniques, 15 milliards de pages vues Attention, piège temporel. Related:  Pearltrees in the French Medias

Médias & Publicité : Les internautes délaissent un peu Google De nouveaux sites réunissent aujourd'hui les passionnés autour de centres d'intérêt communs. Un défi pour le géant américain et son moteur de recherche. Le Web fait sa mue. Avec Facebook et Twitter, les internautes ont constaté qu'ils pouvaient découvrir des contenus sur Internet grâce à leurs amis et plus seulement en faisant des recherches sur Google. Aux États-Unis, Pinterest est devenu un véritable phénomène. D'autres services, dont le projet de départ n'était pas de créer de tels «index» thématiques du Web, y ont été poussés par leurs utilisateurs. De même, le site de questions-réponses Quora a adapté son offre en lançant le service «Boards» fin décembre 2011. Des cibles recherchées par les marques «Ce n'est pas la fin du moteur de recherche, car on en aura toujours besoin pour chercher un coiffeur pour enfants à San Francisco. Et pour certains sites médias, Pinterest renvoie déjà plus de trafic que Facebook.

Les Community Managers sont-ils tous « Ego » ? 1inShare Question : L’égo nous rend-ils tous égaux sur le web ? Réponse : Non. C’est promis, cet article ne comportera pas d’alexandrins ou de blagues potages style OSS 117. Je ne m’intéresserai pas aux concepts de vanité ou de narcissisme qui sont liés à l’Ego, mais plus à l’égocentrisme. Mais en vrai, l’égo, késako ? Définition : Here we go ! Non, l’Ego n’est pas une marque de jouets de construction pour enfant. « La représentation et la conscience que l’on a de soi-même. Chose intéressante, la culture dissocie l’aspect cognitif et social. Toute notre vie est régie par notre égo. « Je pense donc je suis » très bien cher René, mais à force de trop tirer sur la première personne du singulier, on peut oublier de regarder plus loin que le bout de son nez. Ce «je» cartésien est donc à la base de toutes nos actions car il désigne la conscience que l’on a de notre personne. Le Web comme outil de réalisation de soi Il existe différentes façon de polir son égo en 2012 : Ouverture d’esprit ! !!

CNIL : une vidéo interactive pour sensibiliser aux publications sur les réseaux sociaux Soumis par INTERNET SANS C... le lun, 19/03/2012 - 16:51 A travers la vidéo virale Share the Party, la CNIL invite les 13-18 ans à mieux protéger leur vie privée sur le web. Impliquée depuis plusieurs années dans la protection des jeunes, des enseignants et des familles sur les réseaux sociaux (la CNIL est notamment partenaire de l’épisode 2025 ex machina sur les réseaux sociaux "Fred et le Chat démoniaque"), la CNIL lance à l’occasion de la fête de l’Internet une campagne web de sensibilisation à destination des jeunes pour leur faire prendre conscience de l’impact que peuvent avoir leurs publications sur les réseaux sociaux. Cette vidéo propose de faire vivre une expérience aux internautes et de les responsabiliser en les immergeant dans une scène de la vie courante d’un jeune.

DeadSocial : restez actif sur les réseaux sociaux... Après votre mort Du glauque, en veux-tu en voilà ! DeadSocial est un nouveau service découvert au cours de la SXSWeek d’Austin qui permet à ses utilisateurs de publier sur Facebook, Google+ ou encore de tweeter lorsqu’ils ne seront plus de ce monde. Pour un grand nombre de personnes, Internet est devenu le moyen de laisser une trace de soi plus ou moins permanente dans ce monde. Alors que le concept existe déjà sous d’autres formes, l’entrepreneur anglais James Norris a décidé de le pousser un peu plus loin, en permettant aux utilisateurs de son service — qui est le fruit de trois mois de travail intensif — de tenir un calendrier de publications sur les réseaux sociaux (Facebook, Google+ et Twitter) qui seront envoyées sur ces derniers après leur décès. Norris affirme que DeadSocial est un moyen d’explorer la notion d’héritage digital, et la manière dont nous pouvons étendre notre vie digitale par l’intermédiaire des nouvelles technologies et du Web social. Alors, que pensez-vous de ce service ?

Après Facebook, Twitter, Linkedin : LE nouveau réseau social [Article mis à jour le 14 février 2012] Innovant, pratique et communautaire ! Je suis convaincu que cette startup française ira très loin : peut-être le nouveau buzz du web mondial… Vous la connaissez déjà certainement… et les premiers chiffres de croissance annoncés me rappellent ceux de Facebook ou Twitter. 100 000 utilisateurs au bout de 15 mois, en avril 2011200 000 utilisateurs 6 mois plus tard, fin septembre 2011350 000 utilisateurs 4 mois plus tard en février 2012 (soit +75% de croissance en 4 mois !!!!) Bref, Pearltrees a doublé son nombre d’utilisateur en moins de 6 mois et devrait encore le doubler d’ici Avril 2012… voici ci-dessous ce que ça donnera, si la croissance continue à ce rythme. RDV dans quelques mois, pour voir si Pearltrees confirme « encore » sa croissance ! Prévisions si Pearltrees garde le rythme de croissance actuel (graphique source de Leon Haland, complété des prévisions Pearltrees) Voir le graphique source par Leon Håland (sans Pearltrees)

Social Media 101: A Guide to the Top 5 Social Media Tools for Business Here's everything you need to know about what platform is best for each business goal you're trying to achieve. February 13, 2012 To put it mildly, social media tools are transforming the way we communicate. These days, people send a tweet instead of an e-mail and write on Facebook walls instead of dial phone numbers. So you know the best way to reach customers is to join these conversations, but how? Facebook: Best for engaging with customers Every business needs a Facebook page, period. “Don’t just write about your business, take a community approach and talk about what is going on in your industry and your community,” she says. Another tip: Don’t talk at people. Make posts semi-personal, too. Twitter: Best for sharing news about your company “Think of Twitter as a news channel,” says Rozgonyi. Unlike Facebook users who, generally speaking, want to feel warm and fuzzy about a company before being sold, Twitter users are open to the hard sell, she says. Need more ideas on what to tweet?

7 réseaux sociaux qui grandissent dans l’ombre de Facebook On doit quéééééé mes Wanda Peeps ! Dans un récent article, nous annoncions les visées quasi-hégémoniques de Facebook face à ses concurrents (un milliard d’utilisateurs d’ici cet été et une entrée en bourse à hauteur de 5 milliards de dollars). Vous l’aurez compris, une véritable wanda machine de guerre. C’est ainsi que s’imposer face à ce mastodonte devient un véritable chemin de croix. Pour une population terrestre évaluée au 1er janvier 2011 à 6 916 milliards d’individus, les parts de marché dans ce secteur sont encore largement disponibles pour les divers réseaux sociaux concurrents, qui n’hésitent pas à jouer des coudes pour se trouver une place au soleil. 1. En marge du réseau de Zuckerberg, les réseaux professionnels ne cessent de croître. 2. Avec, 383 millions d’utilisateurs dans le monde, le réseau de micro-blogging a réussi à assoir sa réputation depuis son lancement en 2007. 3. Concurrent officiel de Facebook, le réseau social de Google a du mal à prendre. 4. 5. 6.

Les médias sociaux enrichissent le relationnel client Sur les médias sociaux, 90 % des conversations autour des marques proviennent directement des internautes (many to many). Pour les entreprises, pure players du Web ou non, écouter et intervenir (one to one to many) en fonction de ce qu’il s’y passe, génère de la valeur : acquisition, fidélisation, recommandation, etc. En revanche, il convient de participer à la conversation au bon moment, sur le bon canal et auprès du bon interlocuteur. C’est ce que souligne la seconde étude conversationnelle des e-acheteurs sur les médias sociaux, réalisée par e-acticall, pôle digital du groupe Acticall, grâce à l'outil de Digimind, éditeur de logiciels e-réputation, du 1er décembre 2011 au 15 janvier 2012. Parmi les différents sujets abordés exclusivement par les e-acheteurs et non par les marques : En fonction de la nature du message, les médias sociaux jouent un rôle différent. L’étude a également défini les six profils de contributeurs : Méthodologie :

La puce et le neurone : deux mots sur la « curation » Ah le vilain mot que celui de « curation » ! Il y a décidément des anglicismes qui passent mal. Je ne sais pas pourquoi on ne lui préfère pas le terme d’édition, fût-il imparfait. Quoi qu’il en soit, c’est depuis quelques mois un des mots à la mode sur le Web et il recouvre quelque chose d’important : essayons donc de remonter du son (bruyant) au sens. Mais tout d’abord, qu’est-ce que la curation ? Maintenant, si l’on considère le Web, on comprend aisément pourquoi c’est une notion importante. Pour ne parler que du Web moderne, celui qui dans mon esprit commence au milieu des années 1990, deux méthodes de curation se dégagent : l’humaine et l’algorithmique. La curation humaine, c’est « David and Jerry’s Guide to the World Wide Web« , à savoir Yahoo! Delicious, né durant les années 2000, est une autre start-up qui fit date et, à mon avis, la start-up la plus emblématique du Web 2.0. Il est assez aisé de tracer les principaux avantages et inconvénients de ces deux approches.

Marketing social : fin de la gratuité pour les annonceurs ? Cet article a été publié il y a 2 ans 1 mois , il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. Certains arrivent encore à penser que travailler sur les réseaux sociaux ça ne coûte rien et qu’il suffit d’embaucher des Community Managers stagiaires à la pelle. Heureusement les mentalités évoluent, il est vrai, moins vite que les innovations sur ce marché. Les récents évènements, qui ont secoué les opérateurs français avec l’arrivée de Free, le démontrent. L’idée n’est pas d’apprécier les moyens mis en oeuvre par les entreprises pour travailler sur les réseaux sociaux. Les récentes déclarations de Facebook à sa première conférence marketing, la FMC, sont bien plus importantes qu’il n’y paraît. Le nouveau “Reach Generator” de Facebook Le Taux de transformation est un KPI de base pour tous les directeurs marketing. L’offre Premium sur Facebook Au même titre que Facebook, Twitter cherche à monétiser sa plateforme. et les nouveaux venus

Related: