background preloader

' Une relation sans émotion est une relation qui n'existe pas '

' Une relation sans émotion est une relation qui n'existe pas '
Que peut-on dire aujourd’hui sur le niveau d’exigence des consommateurs ?Il augmente de 5 % par an, environ. Autrement dit, pour maintenir un taux de satisfaction stable d’une année sur l’autre, l’entreprise doit faire des efforts à hauteur de 5 %. Et, contrairement à ce que certains peuvent croire, la satisfaction client ne se construit pas, mais elle se détruit. C’est au moment où le niveau de satisfaction est au maximum (en début de processus et souvent même avant la consommation du produit) que commence la destruction. Et c’est normal : car plus le client utilise le produit, plus il se rend compte de ses imperfections… À quels niveaux se situent les taux de satisfaction ? Sur quels critères doit reposer le modèle d’évaluation de la satisfaction client ? Comment obtenir de meilleurs taux de satisfaction pour chacun de ces vecteurs ? On parle aussi de la note de cœur, de quoi s’agit-il précisément ? Vous avez un avis pour le moins mitigé sur le NPS, pourquoi ?

http://www.e-marketing.fr/Thematique/Direct-Digital-1003/Breves/Une-relation-sans-emotion-est-une-relation-qui-n-existe-pas-46651.htm

Related:  Mercatique relationnelle/transactionnelleGRC

Fidélisation ou acquisition de nouveaux clients, que faut-il privilégier Comme si l'univers en général et le e-commerce en particulier était si manichéen qu'il faille toujours choisir entre deux options: faut-il plutôt favoriser la fidélisation des clients existants ou l'acquisition de nouveaux lorsqu'on n'a pas les moyens de courir les deux lièvres à la fois ? S'il est vrai que l'adage "Il ne faut pas courir deux lièvres à la fois" est souvent d'une prudence assez juste, mener plusieurs activités de front tout en poursuivant plusieurs objectifs, ne conduit pas forcément au risque de tout faire imparfaitement. En matière de e-commerce, comme de commerce tout court, le e-commerçant débutant sait d'avance résoudre la fausse équation de l’œuf et de la poule : il n'y a pas d'activité sans client ! Une réponse simple : le parrainage ! Bon sang, mais c'est bien sûr ! Si la cible est mouvante, complexe et volatile donc difficile à cerner, pourquoi ne pas laisser ceux qui la connaissent le mieux s'en charger ?

Vidéo : la relation client vue par Augustin Paluel-Marmont, de Michel et Augustin Chaque mois, le cofondateur de Michel et Augustin, également chroniqueur de l'émission L'entreprise BFM, avec Les Echos, vous fait partager, en exclusivité pour Les Echos Business son quotidien de dirigeant d'entreprise de croissance, et les trouvailles qui lui permettent, tant en matière de management que de communication, de cultiver son approche singulière du management. Cette manière de voir, d'avancer, d'exprimer les choses, qui en font un modèle pour bon nombre de créateurs d'entreprise. Une quête incessante d'innovations qu'il qualifie de " chasse aux papillons ", et qui est au coeur de son management. Gérer le management particulier lors des fêtes et du début d'année : tout un art ! Cette fois, il évoque avec Arnaud Le Gal, rédacteur en chef des Echos Business, la manière dont il gère cette période si particulière de fin d'année et de début d'un nouvel exercice.

Catégorisation, stéréotypes et préjugès La catégorisation est donc un processus automatique de base bien connu des chercheurs. Ce qui définit le stéréotype, c’est sa dimension consensuelle. Pour mesurer les stéréotypes de façon concrète, on va soumettre au sujet une liste de traits concernant un groupe et le stéréotype sera défini à partir des items (propositions) les plus massivement choisis. On peut alors calculer le « score de stéréotypie » pour chaque personne. Les études sur les stéréotypes montrent qu’ils auraient une activation quasi automatique.

Back-office & reverse logistique, les clés du succès - PERSPECTIVES - SERVICE CLIENT. © © Secret Side - kikkerdirk - Fotolia.com Depuis le 1er juin 2008, la loi Chatel pour «le développement de la concurrence au service des consommateurs» contraint l'e-commerçant à fournir des coordonnées téléphoniques (numéro non surtaxé) permettant à l'internaute d'entrer en contact avec le service clients et de lui indiquer son droit de rétractation (ou, au contraire, l'absence de ce droit). Par ailleurs, lorsque celui-ci est exercé, l'e-commerçant est tenu de rembourser son client dans les meilleurs délais. Outre l'exigence légale, la gestion de la relation client après la vente est cruciale et condition sine qua non de la fidélisation du consommateur. « Le-confiance c'est l'e-commerce. L'absence de face à face physique doit être compensée sur Internet par une gestion de la relation client sophistiquée, portée par des messages sortants. Des services fidélisants

Pourquoi est il plus facile de vendre que de négocier ? Pourquoi est il plus facile de vendre que de négocier ? Posted on 8 avril 2013 by thierryroyer Le hasard de mes lectures (quelques références en fin d’article) et rencontres m’ont permis ces jours-ci de m’intéresser et de revenir sur l’évolution des rapports vendeurs/acheteurs. Le contexte Vendre c’est présenter son produit ou son service sous son meilleur angle. Relation client : La satisfaction clients un accélérateur de performance boursière La Satisfaction Clients est le moteur de performance de l’entreprise ainsi que l’accélérateur de ses profits et donc de son parcours boursier. Un niveau de Satisfaction Clients élevé permet de réduire les couts de fidélisation des clients, de les rendre moins sensibles au prix et de réduire les couts d’acquisition des nouveaux clients. Il peut aussi garantir dans le temps la stabilité du cash-flow ainsi qu’une baisse du cout du capital.

S'occuper du client le fidélise-t-il vraiment ? On ne gère plus des transactions, mais des relations Dans l'histoire récente du marketing et de la vente, il est admis que nous sommes passés d'une époque à une autre. Beaucoup ont tout d'abord connu et pratiqué une approche dite transactionnelle : dans cette version-là, nous vendions au coup par coup, sans réellement nous préoccuper de développer une relation durable avec les clients. En revanche, l'époque moderne est celle de l'approche relationnelle : la relation interpersonnelle devient au contraire l'axe majeur pour les intéresser et pour les retenir. Sauf que l'on ne s'est peut-être pas assez posé la question suivante : est-ce que tous les clients veulent cela, et est-ce qu'ils en ont tous besoin ?

Le programme de fidélisation 100 % PME de British Airways débarque en France British Airways étend à la France et à Monaco son programme de fidélisation On Business, conçu pour aider les PME à optimiser leurs budgets voyages. Les PME françaises vont ainsi pouvoir cumuler des points pour chaque vol éligible de leurs collaborateurs. Ces points sont par ailleurs cumulables quel que soit le lieu d’achat du billet, et attribués en fonction de la zone géographique du vol, de la destination et de la cabine réservée.

Related:  fidelisation ou conquete : relationnelle ou transactionnelle