background preloader

Le projet

Le projet
• L’auteur s’engage à proposer un texte dont le contenu réponde aux objectifs du site : un récit de vie ou d’expérience (portant de manière privilégiée sur une expérience professionnelle, un moment-clé de la vie, un moment critique ou de tensions particulières), non l’expression d’une opinion ou d’une conviction. Une fois envoyé, le récit sera mis en ligne par le web éditeur après validation du contenu. • Le texte que l’auteur propose à la publication comprendra entre 5 000 et 40 000 signes. L’auteur devra respecter les règles élémentaires d’orthographe et de syntaxe. Le style télégraphique et « SMS » devra être au maximum évité. L’auteur est également encouragé à structurer son texte autour de paragraphes et de chapitres, si la longueur le justifie. • L’auteur accepte que des modifications minimales soient apportées à son texte par le web éditeur, pour en améliorer la syntaxe et la compréhension. • Les auteurs ont un droit de retrait de leur texte.

http://raconterlavie.fr/projet/

Related:  sociétéInitiatives - Actions -Expériencesinégalités / solidarités[ VIES ORDINAIRES ]Thèmes transversaux

Enseignement-Éducation - Les personnes en difficulté à l'écrit : des profils régionaux variés Jonathan Brendler, direction régionale de Haute-Normandie, Insee Résumé L’enquête sur l’usage de l’information dans la vie quotidienne, réalisée en 2011, apporte des résultats régionaux pour cinq régions de France métropolitaine (Haute-Normandie, Île-de-France, Nord - Pas-de-Calais, Picardie et Provence - Alpes - Côte d’Azur).

Robins des Villes : pour une gouvernance participative de l’espace urbain Animée par des urbanistes, des architectes, des géographes, des sociologues, des artistes et d’autres métiers en lien avec la ville, l’association des Robins des Villes propose un travail participatif avec les habitants pour co-construire des réflexions sur l’espace et des projets urbains à Lyon, Marseille et Paris et ainsi améliorer le cadre de ville. Portrait. S’ils se font appeler les Robins des Villes, c’est qu’ils volent bien quelque chose pour le redistribuer. Ici cependant, on ne parle pas d’argent mais de pouvoir. En l’occurrence, il s’agit donner le pouvoir à ceux qui en sont habituellement privés pour construire et aménager des espaces urbains. « C’est le côté militant de l’association », explique Mathieu, membre des Robins des Villes depuis 4 ans.

Quand les banlieues se prennent en main Il y a dix ans, la mort de Zyed et Bouna à Clichy sous-Bois conduisait à de violents affrontements dans les quartiers sensibles. Depuis, près de 48 milliards d'euros ont été investis pour la rénovation de ces quartiers. Pourtant, les inégalités et le sentiment d'abandon persistent. L'impossible expression électorale du SDF - Lyon Bondy Blog Dans la démocratie française, l’expression citoyenne passe avant tout par l’exercice du droit de vote. Quid des sans-abris, qui doivent faire face à de nombreuses contraintes pour pouvoir exercer leur droit, dans un contexte où le lien entre SDF et décideurs est quasi inexistant ? Sont-ils des citoyens à part entière ?

Redécouvrir le solidarisme : un enjeu de taille pour lâéconomie sociale et solidaire Introduction A l’heure où les risques contenus dans les conceptions économiques et politiques qui ont prévalu au 20e siècle se font cruellement sentir, la redécouverte de la pensée solidariste constitue une très bonne nouvelle pour tous ceux qui appellent et travaillent à l’émergence d’une « économie sociale et solidaire ». En plus de renouer avec une doctrine qui a joué un rôle important dans la structuration de cette « autre économie » (Azam, 2003), c’est en effet pour eux l’occasion de réaffirmer l’ambition politique d’un mouvement qui est né dans la lignée des mouvements associationnistes du 19e siècle – laquelle ambition est ultimement contenue dans l’idéal moderne d’émancipation des individus (Caillé et Chanial, 2011). 1. Aux fondements du solidarisme

La richesse mondiale a doublé depuis 2000 (et 9 autres chiffres révoltants) Le groupe de services financiers Crédit suisse et la Croix-Rouge viennent chacun de sortir un rapport dont la lecture conjuguée est désespérante. Le premier (en anglais, PDF) fait un bilan statistique de la richesse mondiale. On apprend qu’elle « a plus que doublé depuis 2000, atteignant un nouveau record historique de 241 000 milliards de dollars ». Communalisme Africain d’hier et d’aujourd’hui : ASSEMBLÉES D’HABITANTS et PRISE de DÉCISION par CONSENSUS (1) « Jusqu’à aujourd’hui les assemblées générales de citoyens existent dans les sociétés Igbos. Il est du devoir du crieur de la ville de parcourir avec son gong le village, le soir, quand tout le monde est rentré des fermes, de convoquer tous les habitants sur la place du village. » (2) Cet article est tiré de la lecture du livre de Sam Mbah et I.E. Igariwey, African Anarchism : The History of a Movement, Tucson, Ariz. : See Sharp Press, 2001 (3). « Souviens-toi !

Patrick Savidan : «Si les inégalités se creusent, c’est parce que tout le monde ou presque aspire à la sécurité des oligarques» Sommes-nous tous des hypocrites ? Alors que huit Français sur dix aspirent à une société plus égalitaire, nous adoptons pourtant des comportements qui contribuent à creuser les inégalités sociales : détournement de la sectorisation scolaire ou évitement de la mixité pour se loger. Ces choix favorisent un entre-soi participant de l’injustice sociale. Comment expliquer cette passion contrariée pour l’égalité, ce paradoxe entre discours et action ? Dans son dernier essai, Voulons-nous vraiment l’égalité ?, paru cette semaine chez Albin Michel, Patrick Savidan, professeur de philosophie politique à l’université de Poitiers et président de l’Observatoire des inégalités, se penche sur les ressorts individuels de ce paradoxe.

Cynthia Fleury, singularités plurielles On le sait : «Les cimetières sont pleins de gens irremplaçables, qui tous ont été remplacés.» Mais c’est à une distance sidérale de ce genre d’évidences ou de clichés que se situe les Irremplaçables. Pour saisir le propos qu’y déploie Cynthia Fleury, professeure à l’American University de Paris, il faut plutôt songer à cette formule du Canadien Christopher Hodgkinson : «Personne n’est indispensable, chacun est irremplaçable.» L’irremplaçabilité est en effet ici celle des sujets particuliers, qui se forment chacun dans la «non-linéarité de la vie» et sont liés entre eux de telle façon qu’ils puissent librement et dans la justice, «faire société». Exprimé théoriquement, le thème de l’essai est le «processus de subjectivisation», autrement dit l’individuation, non pas au sens d’un individualisme, mais de cette irremplaçabilité des individus qui «protège la démocratie contre ses dérives entropiques» et sans laquelle «l’Etat de droit n’est rien».

Forum pour d'autres indicateurs de richesse (FAIR) Plusieurs membres du FAIR ont été conviés individuellement à participer aux travaux des quatre réunions de la Commission de concertation sur les indicateurs complémentaires au PIB (Florence Jany-Catrice, Dominique Méda, Géraldine Thiry, Patrick Viveret) et ont assisté aux trois premières réunions (17 février, 3 mars, 17 mars). L’objectif de cette Commission coprésidée par le CESE et France Stratégie est de « proposer un tableau de bord d’une dizaine d’indicateurs afin d’éclairer les décisions de politiques publiques. Ce tableau de bord pourrait notamment répondre aux attentes de la proposition de loi visant la prise en compte des nouveaux indicateurs de richesse dans la définition des politiques publiques, proposition de loi adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale mercredi 29 janvier 2015. FAIR se réjouit de voir la thématique des nouveaux indicateurs de richesse progresser lorsqu’elle contribue à aller au-delà du PIB.

Bienvenue dans l’ère de l’homo numericus ! Les Français & le numérique La 2ème édition du baromètre Inria TNS-Sofres sur les Français et le numérique révèle l’affirmation de leur pouvoir et de leur volonté d’agir, ainsi qu’une prise de conscience de leurs nouvelles responsabilités. Inria publie la 2ème édition du baromètre Inria TNS-Sofres sur les Français et le numérique. 1145 personnes de 14 ans et plus ont été interrogées en face à face, dans toute la France, entre les 28 novembre et 2 décembre 2013.

OVNIS POLITIQUES – FRANCE/EUROPE — POPULACTION MURRAY BOOKCHIN Le municipalisme libertaire – Une nouvelle politique communale ? Murray Bookchin (1921-2006) est un américain qui a passé la majeure partie de sa vie à étudier l’histoire et l’actualité des expériences de démocraties directes locales, dans le monde occidental principalement, et à faire connaître cette tradition (cités-États, villes du Moyen-Age, sections révolutionnaires parisiennes, Espagne 1936, town meetings…) de... Espagne et Amérique du Sud : la tradition des assemblées municipales ouvertes à tous pour décider des affaires communes – Du XVIe siècle aux Indignés ! Cet article est un compte-rendu d’un article, de 10 pages, fantastique, écrit à 3 mains, sur la tradition des assemblées municipales ouvertes, les Concejo ou Cabildo abierto (Conseils municipaux), depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours en Espagne et en Amérique du Sud, et publié dans La Vie des... Le village de Vandoncourt en France source d’inspiration ! De nombreux articles à venir !

Related: