background preloader

Une imprimante 3D fabrique des objets en verre

Une imprimante 3D fabrique des objets en verre
Un objet en pâte de verre, d'abord dessiné sur écran et ensuite réalisé par l'ordinateur. © University of Washington Une imprimante 3D fabrique des objets en verre - 2 Photos A l'Université de Washington, Mark Ganter et ses collègues du Solheim Rapid Manufacturing Laboratory travaillent depuis de nombreuses années sur ce que l'on appelle les imprimantes 3D, capables de fabriquer des objets. A l'origine, cette technique, appelée stéréolithographie, utilisait la polymérisation de résine par un laser piloté par un ordinateur et balayant la surface. Toujours utilisée dans l'industrie, et même en chirurgie, cette technique reste très coûteuse mais une autre méthode est apparue, reprenant, elle, le principe d'une imprimante à jet d'encre. Au début de l'année, l'équipe avait montré un dispositif réalisant des objets en céramique, mis au point... parce que les poudres utilisées jusque-là coûtaient trop cher au laboratoire. À voir aussi sur Internet Sur le même sujet Related:  Imprimante 3DImpression 3D

Choc Creator : l’imprimante 3D à chocolat est enfin disponible Pâques est déjà passée mais ce n’est pas une raison de ne plus penser aux chocolats, surtout que Choc Edge vient de lancer l’imprimante 3D Choc Creator. Cette dernière n’est ni plus ni moins qu’un appareil permettant de fabriquer du chocolat personnalisé. L’an passé, Choc Creator a été présentée au stade de prototype par l’Université d’Exeter. Liang Hao, le concepteur dirige actuellement la commercialisation de sa création sur le site de Choc Edge. Pour rappel, Choc Creator est une imprimante tridimensionnelle qui utilise le chocolat comme résine. Après avoir réalisé un modèle 3D sur ordinateur, il suffit de remplir son réservoir par du chocolat à l’état liquide et de lancer l’impression pour obtenir la forme voulue. Choc Creator est vendu au prix de 4.000 dollars.

Impression 3D : 24 heures pour fabriquer 10 maisons à 4300 € pièce 24 heures. C'est le temps qu'il aura fallu à une immense imprimante 3D pour construire 10 maisons dans la ville de Shanghai. L'impression 3D est décidément sur tous les fronts. Après l'alimentaire, le vestimentaire, le médical, c'est un projet dans le bâtiment qui a vu le jour à l'initiative de la société Shanghai WinSun Decoration Engineering Co. En effet, la société chinoise a imprimé des pièces d'une dizaine de maisons de 200 m² chacune en seulement 24 heures. Pour réaliser ces pièces de maison à assembler, Shanghai WinSun Decoration Engineering Co a fait appel à une imprimante 3D de 32 m de long, 10 m de large et 6,6 m de haut. "Nous avons acheté les composants de l’imprimante à l’étranger, et l’avons assemblée dans une usine de Suzhou" explique Ma Yihe, CEO de Shanghai WinSun Decoration Engineering Co. Shanghai WinSun Decoration Engineering Co n'est pas la seule société à se positionner sur le terrain de la construction immobilière en impression 3D.

Solidoodle : une imprimante 3D à partir de 499$ Encore difficiles d’accès compte tenu de leur prix, les imprimantes 3D (dont tout le monde connaît maintenant le principe) ont encore du mal à atteindre nos foyers. Aussi Samuel Cervantes (anciennement haut placé chez MakerBot 3D) a décidé en 2010 de fonder sa propre société Solidoodle spécialisée dans la fabrication d’imprimante 3D à destination du grand public, autrement dit plus abordable que ses concurrents. Son nouveau modèle (déjà en vente) présenté mi-avril et proposé à partir de 499$ (ou 599$ pour la version pro) utilise les mêmes procédés de fabrication (fusion et moulage en plastique) que ses antagonistes et permet de réaliser des sculptures/pièces allant jusqu’à 15 x 15 x 15 cm. À titre de comparaison, une imprimante MakerBot 3D coûte 1749$. Bref, un nouveau secteur concurrentiel à suivre ! Et la concurrence – MakerBot 3D :

L'impression 3D, une révolution en devenir Les imprimantes 3D existent depuis plusieurs décennies, mais font l'objet de curiosité accrue depuis quelque temps, et sont en passe de devenir accessibles à tous. Mais la portée d'un tel périphérique, s'il devait connaître la même destinée que son ancêtre en deux dimensions, pourrait bien changer beaucoup de choses, jusqu'à notre rapport aux objets. Commençons par définir l'objet du délit : l'imprimante 3D est une machine capable de fabriquer, par divers procédés, un objet, en diverses matières, suivant un modèle tridimensionnel. La plupart des imprimantes 3D fabriquent les modèles en superposant des couches de plastique, mais il est également possible d'utiliser de la mousse ou du métal, et même de sortir des objets en diverses couleurs. Les applications sont plus nombreuses à mesure qu'on en invente de nouvelles. Les amateurs y trouvent facilement leur compte, créant leurs propres figurines, ou des pièces pour réparer à neuf un objet défectueux à moindre coût.

Impression 3D : un plâtre équipé d'un dispositif à ultrasons OSTEOID. Réparer les fractures osseuses près de 40% plus rapidement qu’avec un plâtre classique ? C’est la prétention de l’Osteoid, un plâtre réalisé par impression 3D et imaginé par le designer turc Deniz Karasahin, qui a reçu pour cette invention le premier prix du A’ Design Award dans la catégorie "3D Printed Forms and Products Design". Léger, aéré et résistant à l'eau, l'Osteoid n'empêche pas son porteur de prendre une douche et peut être facilement glissé dans une chemise ou une veste. Un système de consolidation des fractures par ultrasons Surtout, ce plâtre d’un nouveau genre utilise un système à ultrasons qui doit permettre aux os de se ressouder 38% plus rapidement qu'avec un plâtre classique. Ce dispositif LIPUS (Low Intensity Pulsed Ultra Sound) qui équipe l'Osteoid est un système de consolidation des fractures par ultrasons de basse intensité à destination des fractures récentes non consolidées. Un soutien renforcé à l'endroit de la fracture

RepRap Diffusion Solidoodle, l'imprimante 3D à moins de 400 euros ! L'imprimante 3D a l'aspect peu avenant d'un four. Elle est capable de générer un objet de 15 cm³ en réalisant des formes en superposant des couches d'une matière plastique. © Solidoodle Solidoodle, l'imprimante 3D à moins de 400 euros ! - 1 Photo Créer n’importe quel objet en plastique en 3D à la maison, c’est un rêve d’enfant qu’il est techniquement possible de concrétiser depuis maintenant quelques années. C’est le cas de Solidoodle, une société américaine dont le fondateur, Sam Cervantes, est un passionné de robotique. Solidoodle : entre la machine à coudre et l'imprimante Étonnamment, le principe de fonctionnement de la Solidoodle reste assez proche de n’importe quelle imprimante à jet d’encre. Dans cette vidéo diffusée en accéléré, on peut voir la Solidoodle déposer les couches successives de matière plastique pour créer un crane en 3D. Et pour poursuivre la comparaison avec les imprimantes traditionnelles, des consommables sont bien entendus nécessaires et disponibles.

Le stylo ultime des geeks makers ! Hello les amis ! On commence notre journée avec un stylo assez incroyable car il peut… dessiner dans d’espace ! Le 3Doodler est un stylo qui vous permet de « croquer » en trois dimensions, tout comme une imprimante 3D. 3Doodler est le premier et seul stylo au monde (pour l’instant) qui permet d’imprimer en 3D. Son utilisation nécessite du plastique ABS (le matériau utilisé par de nombreuses imprimantes 3D) et un peu de dextérité Compact et plutôt facile à utiliser, il ne nécessite aucun logiciel ou ordinateur. Evidemment, et comme souvent en ce moment, c’est un projet kickstarter qui demandait 30 000$ pour exister et le projet dépasse déjà les.. 400 000$ ! L’intérêt pour moi, en tant que designer est multiple : faire du prototypage rapidepenser en volumeréparer et améliorer des objets existantscommuniquer par l’objetcréer du dessin-objet en volume (courbes, symboles, pictogrammes, etc.)etc. source Ces articles peuvent aussi vous intéresser:

Votre design 3D devient réalité avec l'impression 3D PrintrBot : Les plans sont disponibles sur Thingiverse Il y a quelque temps, je vous ai présenté le projet PrintrBot, un imprimante 3D économique et simple à réaliser. Comme l’avait promis Brook Drum, son concepteur, il vient de mettre à disposition les plans de chaque pièce sur Thingiverse. Cela est une bonne occasion pour rendre cette imprimante totalement réplicative, mais c’est aussi un moyen pour réaliser la votre facilement si vous disposer déjà d’une autre imprimante 3D, ou si vous connaissez quelqu’un qui pourra réaliser les pièces pour vous. Vous pouvez donc retrouver toutes les fichiers 3D de chaque pièce au format STL sur Thingiverse. Et pour continuer dans la simplicité, Brooke Drum a également réaliser une série de photos permettant de suivre toutes les étapes de l’assemblage de l’imprimante 3D PrintrBot.

Related: