background preloader

Les 5 projets fous que Google concocte dans son labo

Les 5 projets fous que Google concocte dans son labo
Le groupe promet des avancées scientifiques tous azimuts : cerveau électronique, voiture sans conducteur, réalité augmentée, transhumanisme, conquête spatiale... Elles semblent bien loin les années où Google n’était qu’un moteur de recherche. Le groupe est désormais partout, du téléphone aux systèmes d’exploitation en passant par la messagerie et les réseaux sociaux. Il deviendra même bientôt un fournisseur d’accès Internet haut débit aux ambitions mondiales. Google multiplie les projets, propose ses produits et services dans tous les rouages de l’économie numérique, avec plus ou moins de succès. Mais Google, c’est aussi l’entreprise qui a toujours un coup d’avance, qui flaire les technologies de demain et y investit massivement. En voici déjà cinq. Une Intelligence artificielle au rayon d’action planétaire La gestion des données passe, selon Google, par le développement d’une intelligence artificielle performante : les machines doivent apprendre de manière autonome.

« La vie privée, une anomalie » : Google de plus en plus flippant « Le vie privée pourrait en réalité être une anomalie. » Non, cette phrase n’a pas été lâchée par James Clapper ni un autre responsable de la NSA. On la doit à Vint Cerf qui n’est autre que le « chef évangéliste de l’Internet » de Google. Cet homme, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet, avance que vivre sans aucune intimité n’a non seulement rien de neuf, mais rien de bien inquiétant. Il explique ainsi qu’il a lui-même grandi dans une petite ville de 3 000 habitants, sans ligne téléphonique, où le postier savait de qui venait toutes les correspondances. « Il sera de plus en plus difficile pour nous de garantir la vie privée. » Cette déclaration peut nous choquer, nous faire peur. Eric Schmidt à Hong Kong, le 4 novembre 2013 (Vincent Yu/AP/SIPA) Google, le gentil monstre « Implanter des choses dans votre esprit franchit la ligne rouge. Pour poser le décor, revenons sur une déclaration d’Eric Schmidt au Washington Ideas Forum en 2010 : Google, un ami qui vous veut du bien

« Singularité » : l’idéologie de la Silicon Valley qui valait des milliards Skynet prend le contrôle de la Terre Montage réalisé avec des extraits du film « Terminator 3 ». C’est une prophétie signée Google. A partir de ce jour-là, les intelligences artificielles seront si avancées qu’elles prendront en charge le progrès. On l’appelle ce point de rupture la Singularité. « Le moment où on va engager un processus inédit qui produira des créatures inouïes et dans lequel on aura perdu le contrôle », définit le philosophe Jean-Michel Besnier, spécialiste des sciences cognitives. Le chef de file de ce mouvement est Ray Kurzweil. 2045 est pour lui l’année où « l’intelligence non-biologique créée sera un milliard de fois plus puissante que toute l’intelligence humaine d’aujourd’hui ». « Comment pouvons-nous, avec nos cerveaux biologiques limités, imaginer ce que notre future civilisation, avec cette intelligence multipliée par milliards, sera capable de penser et de faire ? Le futur : AI, nanorobots et génétique Modifier ses gènes. La singularité, une nouvelle religion ?

Internet des objets et « Transhumanisme », ou comment l'homme devient une machine Salut à tous Intéressant votre papier Sergueï, mais un peu trop dans la ligne du roman de Gibson ( « neuromacien », écrit en 1984 ), car vous laissez entendre que ces « améliorations » concerneront toute l’humanité ! Oui...et non ! Pourquoi ? Le transhumanisme, est une idée issue du courant libertarien, et ces gens-là, ne rêvent que d’une chose : vivre éternellement, très riches et très puissants, et en corollaire, contrôler la masse de autres, mais sans qu’ils bénéficient des mêmes avantages qu’eux ! Non mais oh, faut pas rêver tout de même ! Si l’humanité suit cette voie, ce sera l’exacerbation du système qu’on connaît actuellement, le fameux rapport 1% - 99% Donc il ne sert à rien de vouloir commencer à imaginer de la régulation pour ce processus, car le bousin est aux mains des plus grandes puissances monopolistiques de la sphère NTIC ( le diabolique Microsoft, les succubes google et face de bouc, sans oublier Apple !) Un peu ce qu’on lit à la fin de Brave New World de Huxley ! Adishatz

Posthumanisme et Transhumanisme Rating: 4.0/5 (40 votes cast) Quelques définitions : L’idée directrice du transhumanisme est que nous approchons d’un tournant où la science et la technique vont rendre possible la création d’un homme pas – ou moins – soumis au vieillissement, et qui aura des capacités intellectuelles et physiques supérieures. Il me semble que dans le monde anglo-saxon le terme transhumanisme est beaucoup plus utilisé. La singularité est une idée, attribuée à John Von Neumann un brillant savant américain des années 40-50 dont les auditeurs de vie artificielle ont déjà entendu parler. L'extropie, que l'on va aussi retrouver chez certains transhumanistes est l’idée que l’on soit capable, par la technique d’inverser l’entropie de l’univers. Rapide historique Plus récemment le transhumanisme est aussi un descendant de l’humanisme et des lumières dans le sens où il se conçoit comme étant une idéologie fondamentalement rationnelle. Le terme transhumanisme apparaît à la fin des années 50. Conclusion zp8497586rq

transhumanisme | Hybrid Body Evolution, cyberthéorie et transhumanisme _ ou théorie du cyber-anatomique (Nicogossian, 2013) (Il neige, tryptique, 2013) « L’organisme humain est d’une inefficacité scandaleuse. Au lieu d’une bouche et d’un anus qui risquent tous deux de se détraquer, pourquoi n’aurait-on pas un seul orifice polyvalent pour l’alimentation et la défécation ? On pourrait murer la bouche et le nez, combler l’estomac et creuser un trou d’aération directement dans les poumons – ce qui aurait dû être fait dés l’origine… » (Burroughs, 1959) On considère que l’homme n’est arrivé qu’à un stade préliminaire de son développement ; ainsi connaîtrons-nous prochainement sa version 2.00. Qui sont-ils? Le philosophe Max More fondateur de l’institut Extropy a introduit le terme de transhumanisme dans son sens moderne, et en rédige ses principes philosophiques, avec son épouse Natasha Vita-More, conférencière, designer et transhumaniste. Argument matérialiste de l’accès à l’éternité Pour G. Si, pour l’informaticien M.

Transhumanistes sans gêne L’homme percera-t-il un jour le secret de son cerveau ? Dans vingt ans, cinquante ans, un siècle ? Les spéculations les plus aléatoires circulent. Cette quête apparaît comme la prochaine frontière de l’homme, celle qui lui permettra de se dépasser, prétend le mouvement transhumaniste. Les efforts de la recherche tendraient à les conforter. Simuler le cerveau humain sur un ordinateur. C’est l’incroyable défi du Human Brain Project , initié par le neurobiologiste Henry Markram, associant treize centres de recherche en Europe et réclamant un milliard d’euros sur dix ans. «Matrix» et «Avatar» Une vieille lune qu’on pensait cantonnée à la littérature de science-fiction. Le transhumanisme, frange extrême de la cyberculture californienne, professe que l’humanité se trouverait au seuil de la plus grande transformation de son histoire. Ce courant de pensée radical se développe dans la Silicon Valley, en pleine révolution numérique retrace R émi Sussan dans Les utopies post humaines .

Copy of Le Transhumanisme by Yevez Loyerze on Prezi Qu’est ce que le transhumanisme ? Bonjour Marc, tout d’abord et étant donné que c’est la première fois que nous abordons le sujet sur Mesacosan, pourriez-vous nous donner votre définition du transhumanisme ? Je vous remercie d’abord de votre accueil et de votre intérêt. Vous avez raison, je pense, de parler de « notre » définition du transhumanisme parce que, à l’AFT Technoprog!, nous considérons le transhumanisme international comme une nébuleuse aux courants très divers, au point qu’entre nous nous disons souvent « les transhumanismes ». Cela dit, pour simplifier, je rappellerai les grandes lignes. Je pense pouvoir définir le transhumanisme comme un mouvement de pensée – certains disent une philosophie – qui insiste sur ces trois idées successives : premièrement, l’humain n’est pas quelque chose de figé ni dans sa condition, ni dans son état biologique actuel. A partir du moment où l’on a dit cela, il est possible d’imaginer une infinie diversité de ce que chacun souhaitera appeler une « amélioration » de sa condition.

Transhumanisme : un futur entre nos mains Dernière étape de notre voyage dans l’univers transhumaniste. Pour finir en beauté, je vous propose de découvrir deux scénarios : celui où, grâce aux technologies émergentes et aux améliorations, tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes ; et celui où, au contraire, tout virera au cauchemar. Entre les deux se trouve, peut-être, la solution... Immortels et heureux Quel futur imaginer ? D’abord, l’immortalité serait garantie, ou plutôt “l’allongement considérable de la durée de vie”, jusqu’à 200 ans, voire plus. Cerise sur le gâteau : en nous injectant peut être une “hormone du bonheur”, nous deviendrons des “transhumains bouddhas”, sages et heureux, jamais dépressifs, atteignant le “bonheur permanent”. Et c’est sans parler de notre intelligence qui sera décuplée, de même que nos sens, ou notre force. La fin de la “loterie génétique” Grâce au séquençage ADN, nous pourrons aussi reprogrammer nos gènes pour corriger nos défauts et accroître nos performances. L’oligarchie transhumaniste

Transhumanisme : technologie d'avenir, débat d'aujourd'hui Transhumanisme, acte IV. Cette semaine, la parole est aux experts : David Latapie et Didier Coeurnelle, de l'Association Française Transhumaniste ; Rémi Sussan, journaliste à Internet Actu ; et Jean-Michel Besnier, philosophe, auteur de "Demain, les posthumains". Tous sont passés derrière notre micro pour nous donner leur avis sur notre avenir, aux couleurs de l'augmentation. Le transhumanisme, une chance de dépasser "la tyrannie de la naissance", d'aller "plus loin", d'être "plus libre", indique David Latapie. Un jour, grâce aux NBIC, comme nous l'avons vu, nous pourrons peut-être augmenter considérablement notre durée de vie, vivre jusqu'à 100, 200 ans, sans vieillir. "En vivant plus longtemps, on se sentira plus heureux", remarque Didier Coeurnelle. Doit-on avoir peur, ou au contraire porter tous nos espoirs dans les améliorations ? A lire aussi (et pour s'y retrouver) : 1/ Transhumanisme : en route vers l'Homme augmenté 2/ Transhumanisme : aujourd’hui, l’Homme réparé

Transhumanisme : demain, l'Homme amélioré De l’Homme réparé à l’Homme augmenté et presque immortel, il n’y a qu’un pas… Dans le billet précédent, nous vous avons présenté quelques applications concrètes, bien réelles, dont le but est simple : réparer l’être humain. Soigner les blessures, mais aussi réparer, corriger les imperfections de la nature. Mais le transhumanisme ne s’arrête pas à cette étape. Sans que nous n’en ayons forcément besoin de prime abord, nous pourrions dans un avenir proche, troquer nos jambes contre de nouvelles, artificielles mais “fashion”, ou hyper rapides. Et nous pourrions aussi, pourquoi pas, décupler notre intelligence ou nos capacités cognitives, grâce à la stimulation cérébrale, aux interfaces cerveau-machine et aux neurosciences... Avec les progrès de la science, les rêves transhumanistes sont une réalité tangible. "Connected" - Kasey Mcmahon Le mécano humain Certains transhumanistes n’ont pas attendu 2015 pour commencer à se bricoler eux-mêmes. Des caméras dans le corps "Improvement" - Ijal Sasino

Transhumanisme : en route vers l'Homme augmenté Bienvenue dans votre futur. Un futur proche, très proche. Que vous avez le pouvoir de façonner... ou de laisser entre d’autres mains. Voici le premier billet d’une série consacrée à un courant de pensée technophile qui a déjà beaucoup fait parler de lui, j’ai nommé le transhumanisme. Vous connaissez sûrement les mythes de la pierre philosophale, de la fontaine de Jouvence, du Saint Graal, de Prométhée, d’Icare. Intelligence artificielle, robotique, nanotechnologies : la science progresse, inexorablement. A quand des implants, directement dans le cerveau, qui nous permettront de mieux voir, de surfer sur internet par l’esprit, sans smartphone ou sans Google Glass ? “Humain +” Kezako, le transhumanisme ? En s’appuyant sur les progrès de la science, nous modifierons notre corps et notre esprit, décuplerons nos sens et notre intelligence, et deviendrons des “Humains +”. Certes, ça peut vous sembler fantaisiste, ou utopique. Fusionner avec la machine L’ère de la Singularité Parler des risques

Related: