background preloader

Éducation : prêts pour l'iClasse ?

Éducation : prêts pour l'iClasse ?
Pierre Poulin a équipé toute sa classe d’iPad ou d’ordinateurs. Mais il n’est pas nécessaire de faire de même pour lancer un tel projet. Deux ou trois élèves peuvent utiliser un appareil à tour de rôle. – Photo : Mathieu Rivard Les élèves de l’iClasse comptent sans doute parmi les plus heureux du Québec. « Pour que les élèves réussissent, il faut qu’ils aient le goût de venir à l’école », dit leur enseignant, Pierre Poulin, 47 ans, un précurseur qui a fait entrer la techno dans sa classe il y a plus d’une décennie. À l’automne 2012, deux commissions scolaires et une quinzaine d’écoles secondaires privées ont décidé de faire le virage sans attendre de directive ministérielle : depuis, la tablette numérique fait en général partie du matériel scolaire obligatoire en 6e année du primaire et en 1re et 2e secondaire (elle s’étendra progressivement aux autres niveaux). Ainsi, en 2012-2013, plus de 5 000 jeunes Québécois ont appris leurs leçons sur un iPad. Le bureau du prof ? Related:  développement professionnel

Les logiciels d’analyse textuelle dans le cadre de la formation initiale d’enseignants : quelles utilisations ? par Antoine Derobertmasure UMONS, Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education Cellule Facultaire de Pédagogie Universitaire Premier assistant Introduction Cette contribution est issue d’une recherche menée dans le domaine de la formation initiale des enseignants en Belgique francophone. C’est dans le cadre de la mise en place et de l’évaluation d’un dispositif de formation visant à préciser la manière selon laquelle un futur enseignant parvient à prendre du recul par rapport à sa pratique - que ce soit lors d’un entretien de réflexion partagée (Tochon, 1996) ou à l’occasion de la rédaction d’un rapport réflexif - qu’une analyse textuelle, dite « outillée » (utilisation de logiciels d’analyse textuelle), est mise en place. Approche de la notion de réflexivité Etudié par le biais des objets sur lesquels porte la réflexivité de l’enseignant. La notion de processus a fait l’objet d’un travail de théorisation important dans le cadre des travaux dont cette communication est issue.

A la découverte de la « iClasse » | Un seul monde, Une seule école ? A la Découverte de La « iClasse » Du 15 au 26 avril 2013, j’ai eu la chance de découvrir lors de mon année de tour du monde des écoles, la « iClasse » dans l’école Wilfrid-Bastien de Montréal au Québec. L’origine de l’iClasse s’est imposée en 2009 dans la classe de Pierre Poulin et de son collègue François Bourdon et elle est maintenant devenue le sujet d’une thèse de doctorat de ce premier. Présentée comme « un modèle pédagogique d’intégration des TIC au primaire mettant de l’avant une gestion de classe participative (ateliers, projets, enseignement coopératif, etc.) et l’utilisation de multiples media comme les ordinateurs, iPad, iPod, centre d’écoute, tableau blanc interactif », la iClasse est bien plus réfléchie que de simplement mettre des Ipad entre les mains des élèves. 1 – Les cours dans une « iClasse » Quand j’observe un cours de français, on oublie le cours traditionnel où l’enseignant instruit les élèves sagement en train d’écouter dans un rapport frontal. 3 – La pédagogie Bilan

iClasse | Le changement commence ici Introduction Démarche Tâche finale - Bloc 3 To Top Qu’est-ce qui fait un bon professeur?  Le professeur a réussi au moment où son élève devient original.(Lane Cooper) La science aimerait bien réduire l’enseignement à des règles universelles. Cela ne se produira pas, car l’Homme est essentiellement unique, donc divergent. Quoique les statistiques, les normes et la tyrannie du plus grand nombre guident les systèmes, elles ne font rien pour les individus. Ainsi, l’éducation est multidimensionnelle, poursuivant l’harmonie de la science et l’art, la tête et le coeur, le tout et le moi. Mike Baker tente de répondre à la question à la lumière des témoignages des élèves dans le cadre des Teaching Awards décernés aux meilleurs enseignants du Royaume-Uni (BBC : Let the pupils rate their teachers). Peut-être, après tout, vaut-il mieux examiner la question à travers la lorgnette des élèves. Mise à jour, 24 novembre 2007 | Sur le même sujet, voir aussi l’excellente synthèse faite par Mario (Mario tout de go : Qu’est-ce qu’un bon prof?)

Prévenir le décrochage... grâce aux ordinateurs portables  | Annie Mathieu L'exemple de la commission scolaire Eastern Townships revient souvent lorsqu'il est question de doter tous les élèves du primaire et du secondaire de ce puissant outil. Alors qu'elle avait un des pires taux de décrochage scolaire dans la province, celui-ci a chuté de façon draconienne après l'arrivée des ordinateurs, passant de 42 % à 18,8 % entre 2006 et aujourd'hui. La directrice générale, Chantal Beaulieu, explique avoir mis la gomme pour lutter contre la désertion des enfants des bancs de ses 25 écoles. Les portables ne sont donc peut-être pas les seuls responsables du succès de la commission scolaire, mais ils ont joué un rôle important selon elle. Ainsi, depuis que les enfants pianotent sur leur propre clavier, le taux d'absentéisme en classe a chuté, ce qui, en toute logique, amène moins de jeunes à décrocher, explique Mme Beaulieu. S'ils demeurent cloués à leur siège, c'est simplement parce que «c'est plus intéressant qu'avant», poursuit la directrice générale. M. Un choix unique

Tout ce que vous devez savoir sur le BYOD Bien connu internationalement, le phénomène BYOD (Bring Your Own Device), ou en français AVAN (Apportez Votre Appareil Numérique), donne une toute nouvelle dynamique de travail dans les entreprises situées ici et là. Cette innovation technologique commence désormais à entrer dans les salles de classe du secondaire. Utilisée depuis quelques années par de nombreuses institutions américaines, la démarche et les procédures découlant du BYOD se perfectionnent. La rédactrice en chef d'''Infobourg.com'', Audrey Miller, compte plusieurs flèches à son arc. À ces bons arguments, certains peuvent rétorquer que ce ne sont pas tous les élèves qui possèdent un appareil numérique pouvant être utilisé en classe. Ces questionnements d’ordre monétaire surgissent rapidement quand vient le temps d’aborder le BYOD. Afin de gérer la quantité d’appareils, les écoles peuvent décider de limiter les apprenants à trois. Comme mentionné dans l’introduction de ce billet, le BYOD est présent partout dans le monde.

Comment devient-on créatif ? Comment devient-on créatif ? Si on ne peut être créatif que dans les domaines où on est (très) compétent, certains experts ne sont absolument pas créatifs. Les recherches sur l’expertise et celles sur la créativité montrent aujourd’hui que si les deux s’apprennent, les conditions de ces apprentissages sont très différentes, voire opposées. Ce qui contribuerait à expliquer pourquoi il est si rare d’être véritablement créatif. André Tricot est professeur de psychologie à l’université de Toulouse 2 — IUFM Midi-Pyrénées. Il est spécialiste des apprentissages et de la recherche d’information dans les environnements numériques. Autour d’un petit déjeuner, les Réveils Créatifs sont de courtes présentations (20 minutes) suivies d’un échange autour d’une personnalité au profil créatif, charismatique et enthousiaste. Les conférences sont filmées et mises à disposition sur

Créer des infographies en classe D’abord, qu’est-ce qu’une infographie ? C’est simplement une affiche qui permet de visualiser de façon très claire et rapide des informations synthétisées sur un sujet donné. Elles attirent l’attention, leurs informations restent plus longtemps mémorisées et surtout, elles sont agréables et stimulantes à consulter ! Elles sont un mélange de texte, graphiques et statistiques pour communiquer efficacement un message. Des ingrédients très intéressants pour une utilisation en classe ! Pour faire quoi en classe ? Selon Jean Desjardins, les infographies sont utiles en classe pour : - Donner une explication visuelle- Faire une synthèse ou un résumé attrayant- Étonner par des faits, des données, des citations, des images- Comparer deux choses ou prendre position dans un débat- Indiquer une démarche ou une procédure- Hyperlier le web à partir d’images actives- Amincir les murs de la classe pour illustrer dans le web ce qu’on y apprend ! Un outil simple pour que les élèves créent des infographies !

YouTube : Apprendre les mathémaTICs au moyen d'une classe inversée Samuel Bernard propose à ses étudiants des séquences vidéo formatives à visionner pour le prochain cours. Dorénavant, théorie, exercices d’appropriation, savoirs ou notions simples à consolider ou intégrer sont des tâches assumées avant d’entrer en classe. Les heures contacts peuvent maintenant servir à l’apprentissage actif! Contexte initial Automne 2010. Je donne le cours Statistique (201-705-TB) destiné aux étudiants du programme Techniques de comptabilité et de gestion (410.B0). Ils devaient en lire certaines sections à la maison afin de se préparer à différents laboratoires avec Excel qui avaient lieu de temps à autre. Refusant de devoir enseigner l’utilisation du logiciel de façon traditionnelle et étant soucieux de conserver un maximum de temps pour des exercices et questions en classe, j’ai eu l’idée de faire des vidéos préparatoires aux laboratoires. Manipulations logicielles en vidéo Je les mis en ligne sur un site web sécurisé, afin que mes étudiants les téléchargent.

5 raisons pourquoi les enseignants devraient se créer un RPA Un quoi? Un « réseau personnel d’apprentissage » (RPA). C’est la façon moderne et efficace de maximiser son développement professionnel et se tenir à jour sur les tendances en éducation. Pendant plusieurs décennies, les enseignants contribuaient à leur développement professionnel principalement en participant à un colloque ou en s’abonnant à des revues du secteur. Pour ceux qui résistent encore, voici 5 bonnes raisons de se créer un RPA en ligne dès maintenant. Raison 1 : Pouvoir se connecter à tout moment avec d’autres éducateurs. L’horaire des écoles est souvent surchargé et il est difficile de trouver des moments de rencontre. Raison 2 : Ne jamais cesser d’apprendre On veut que nos élèves soient curieux et qu’ils soient motivés à apprendre de nouvelles choses. Raison 3 : S’ouvrir au changement. Depuis quelques années, le monde de l’éducation évolue très rapidement et la technologie devient de plus en plus présente. Raison 4 : Faire éclater les murs de sa classe Raison 5 : Être inspiré

D’inspirants projets TIC vécus en classe de 6e année Récemment, nous avons demandé à des enseignants volontaires de nous parler de leurs bons coups « TIC » cette année. Patrick Valois a accepté de nous parler du projet d’écriture d’un roman policier et de l’interaction virtuelle des élèves via la plateforme Edmodo. Patrick Valois enseigne dans un programme d’anglais intensif en sixième année à l’Académie Lafontaine, à St-Jérôme. Il utilise les TIC dans sa classe depuis plus de 10 ans. Nous lui avons demandé de nous parler de ses projets gagnants de l’année. Un outil marquant dans son année : Edmodo « Edmodo, c’est un outil en ligne qui est souvent considéré comme un Facebook pour les écoles, mais c’est tellement plus que cela. Pour l’an prochain, il se propose d’impliquer davantage les élèves dans la production de contenu, afin qu’ils puissent contribuer eux aussi à l’alimentation du site de la classe. Un projet TIC intéressant : l’écriture d’un récit policier « Nous avons lu en classe cette année un roman policier (Rouge Poison).

Related: