background preloader

Quand la diplomatie américaine était au service de Monsanto

Quand la diplomatie américaine était au service de Monsanto
Des documents révélés par Wikileaks montrent que le gouvernement Bush surveillait de près les débats sur les OGM en France. Une chercheuse soigne un plant de soja dans une serre de Monsanto à Chesterfield, dans le Missouri (Peter Newcomb/Reuters) « L’Europe recule plutôt que d’avancer [sur la question des biotechnologies], avec la France, qui joue un rôle de premier plan, l’Autriche, l’Italie et même la Commission. Passer à des représailles montrerait clairement que la voie actuelle a un coût réel pour les intérêts européens, et pourrait aider à renforcer ceux qui soutiennent les biotechnologies en Europe. » La prose est signée Craig Stapleton, ambassadeur américain à Paris sous l’administration Bush. Elle fait partie d’une série de câbles diplomatiques confidentiels publiés par Wikileaks cette semaine. Face à ce blocage, la diplomatie américaine a fait pression sur les dirigeants politiques et les représentants du monde agricole. Kosciusko-Morizet face au « Mon 810 »

http://rue89.nouvelobs.com/2011/08/27/quand-la-diplomatie-americaine-etait-au-service-de-monsanto-219541

Related:  Monsanto et collusions politiques / scientifiquesOGM

Comment Monsanto transforme miraculeusement son soja OGM en soja « responsable » - Agrobusiness Monsanto n’a pas dû se faire prier. Quelle aubaine, pour le principal fournisseur de soja OGM en Amérique latine et dans le monde, de s’asseoir à la Table Ronde sur le Soja Responsable ! Désormais, le géant américain des OGM, à l’instar de Cargill, BP, ou Shell, participe à la culture d’un soja estampillé « responsable », dont les premières récoltes sont arrivées sur le marché européen en juin 2011 [1]. Glencore, modèle de l’entreprise « irresponsable », participe aussi à ce projet, tout comme Carrefour, Unilever ou Nestlé. Principaux usages du soja produit ? L’alimentation des animaux et les agrocarburants.

Le Conseil d'Etat annule la suspension de culture de l'OGM MON 810 Le Monde.fr avec AFP et Reuters | • Mis à jour le Le ministre de l'agriculture, Bruno Le Maire, a assuré que le gouvernement examinerait "tous les moyens de ne pas cultiver le maïs Monsanto" en réaction à l'annulation par le Conseil d'Etat, lundi 28 novembre, de la suspension de culture du maïs OGM de Monsanto. M. video Stratégie commerciale - monsanto, ogm, finances - videos kewego Description : Monsanto c'est l'entreprise étatsunienne qui a créé l'Agent Orange et qui a été utilisé lors de la guerre au Viet Nam de 1961 à 1971. Dans les années 1960, ils disaient que le défoliant [...]

Comprenez le, diffusez le, reprenez le pouvoir. C’est une proposition concrète qui doit rassembler derrière elle les millions de citoyens dont l’impuissance politique est programmée dans la constitution. Parce que ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire les règles du pouvoir“Nous voulons une Assemblée Constituante démocratique, donc tirée au sort.” En lisant les 6 chapitres de ce site, vous comprendrez pourquoi si vous voulez changer quoi que ce soit dans le fonctionnement actuel de notre société, vous devez faire de ce message votre seule revendication : de son application découlera tout le reste. Afin de comprendre concrètement la force de ce message prenez maintenant quelques minutes pour lire les six chapitres du site, ils sont très courts. Les chapitres vont à l’essentiel, néanmoins vous trouverez au sein de chaque chapitre des liens permettant de bien approfondir le sujet — notamment dans « Approfondissement » — et en bas de page des vidéos, documents et liens divers.

Le "Monsanto protection act" supprimé... dans la douleur Array. Array. Le "Monsanto protection act" supprimé... dans la douleur - LMOUS Cavalier législatif perdu au beau milieu d'un imposant pavé budgétaire, la disposition qui immunisait les firmes productrices d'OGM contre les recours judiciaires a été purement et simplement supprimée. Aux États-Unis, en avril dernier, une loi scélérate était votée, et promulguée. Le monde contre Monsanto? - OGM - Environnement Originellement fabricant de produits chimiques la firme centenaire Monsanto est aujourd'hui le symbole par excellence de l'agrobusiness et des biotechnologies alimentaires. Présente dans 66 pays à travers plus de 400 usines et plus de 20 000 collaborateurs, elle réalise un chiffre d'affaires de près de 12 milliards de dollars (2011) pour un bénéfice de 1,6 milliard de dollars (2011). Elle contrôle 27% du marché des semences commerciales et l'essentiel du marché des semences génétiquement modifiées. Une emprise qui en fait une cible de choix pour les opposants aux OGM et aux dérives de l'agrobusiness comme en témoigne le rapport « Combattre Monsanto » publié par La Via Campesina, Les Amis de la terre international et Combat Monsanto. En France, la lutte contre Monsanto s'est principalement fait connaître à travers celle contre les OGM et le mouvement des faucheurs volontaires et sa figure emblématique, José Bové.

Le retrait de BASF des OGM en Europe ravit les écologistes Le numéro un mondial de la chimie, BASF, a décidé de renoncer au développement de la culture d'Amflora, sa pomme de terre renforcée en amidon destinée à l'industrie, autorisée en Europe en 2010. "Les biotechnologies vertes ne sont pas suffisamment acceptées dans de nombreuses régions en Europe par la majorité des consommateurs, des agriculteurs et des responsables politiques", a expliqué un membre du directoire du groupe, cité dans un communiqué. Ce lundi, le porte-parole du commissaire chargé de la santé et des consommateurs a affirmé : "c'est un choix d'entreprise et nous prenons note". Pour Greenpeace, c'est une "victoire pour les consommateurs" et un "pas en avant pour le développement de biotechnologies sûres". La fédération des Amis de la terre se félicite également de la décision de BASF et observe : "un nouveau clou est planté dans le cercueil pour les aliments génétiquement modifiés en Europe.

OGM, alimentation et santé Les OGM sont-ils utilisés dans l’alimentation en Europe ? L’Europe importe du soja et du maïs OGM destinés principalement à l’alimentation animale. Dans ce cas, la présence d’OGM n’est qu’un facteur de choix parmi d’autres pour les importateurs, le principal restant le prix. La situation est différente pour l’alimentation humaine.

Related: