background preloader

Ce que les séries télé révèlent des villes américaines

Ce que les séries télé révèlent des villes américaines
Related:  medias

Télévision & Réseaux sociaux : le début d’une histoire d’amour. | E-Marketing La convergence des médias traditionnels et des médias sociaux est aujourd’hui un vaste sujet d’expérimentation, marketeurs et consorts ayant pris conscience des opportunités que présentent leur combinaison. Il est aujourd’hui normal, notamment aux Etats-Unis, de voir apparaître au détour d’une publicité ou d’un programme télévisé, des icônes faisant référence aux réseaux sociaux (le bouton « J’aime » de Facebook, un QR Code, un #Hashtag Twitter…), afin de prolonger la relation avec le téléspectateur grâce auxdites plateformes. Un récent sondage réalisé par l’entreprise Accenture , aux États-Unis, montre que les efforts fournis en ce sens commencent à porter leurs fruits. En effet, ce sondage réalisé sur 1000 individus montre que ; un icône parmi plusieurs autres, qui ont incité 1/3 des sondés à effectivement interagir sur les réseaux en question. De surcroît, le sondage montre que les réseaux sociaux se démocratisent chaque jour un peu plus :

Olivier Père | A personal blog of the Festival del film Locarno's Artistic Director Les Cafés Géographiques Les sitcoms doivent-elles devenir tristes? «La rançon du succès? Pourquoi maintenant y a une dose de ouin ouin dans chaque épisode? Faudrait pas commencer à se prendre au sérieux, comème! «Sérieux ils deviennent de plus en plus glauque et triste les Bref là. publicité Il y a comme un air de déjà vu sur la page Facebook de la série Bref depuis que Kyan et Navo ont décidé de mettre un peu de drame dans leur série comique. Les premiers sitcoms, à la fin des années 40, sont des adaptations d'émissions de radio. M.A.S.H., la rupture Dans les années 70, tout change. La scène finale, totalement inattendue, de la troisième saison vient alors de traumatiser l'Amérique. «J'ai un message. En quittant la salle d'opération, Radar laisse une équipe de médecins abasourdie et muette puis en larmes. C'était la première fois dans l'histoire de la télé américaine qu'un personnage central d'une série comique (de surcroît la série la plus regardée de l'époque) mourait dans des conditions tragiques. Cancer, séparation et abandon paternel Michael Atlan

Des bijoux du cinéma, gratuits et légaux, ça vous dit? Temps de lecture: 6 min Toi aussi, tu pleures la fermeture de Megaupload. Pas parce que tu es un ardent défenseur du direct download, mais parce que des pépites y étaient hébergées, du cinéma bis aux éditions rares de vinyles de toutes les nationalités patiemment uploadées par des armées de cinéphiles/mélomanes volontaires et désintéressés. Mais nos larmes ne nous ramèneront pas tout ça, inutile donc d’en faire trop. Tournons-nous vers ce qu’il reste, et qui ne nous quittera pas: tous les films en accès gratuit et légal sur Internet, trop souvent ignorés car leur agrégation sur certains sites est étrangement assez peu connue. Le site archive.org tente par exemple de rassembler tous les films tombés dans le domaine public. «Nous construisons une bibliothèque numérique de sites internet et autres artefacts culturels sous forme numérique. La catégorie «longs métrages de cinéma» contient 3.123 œuvres, toutes visionnables légalement. Média éducationnel New York – Miami (Capra, 1934)

DEUX DEGRES Peut-on aimer les séries comme on aime le cinéma ? La guerre a fait rage pendant des années : cinéma vs. télévision. Et, à en croire le débat récent autour des tweets de Bret Easton Ellis, elle n'est pas tout à fait terminée. Les cinéphiles critiquent l'absence de mise en scène des séries, les "sériephiles" méprisent la pauvreté scénaristique de la plupart des films... Et à ce petit jeu, personne ne sort gagnant. D'autant que depuis toujours, les plus grands cinéastes (aujourd'hui Scorsese, Van Sant, Mann...) se sont essayés à l'art télévisuel. La télévision est-elle pour autant soluble dans la cinéphilie ? Sean Bean dans la série Game of Thrones Chaque medium a son lot de contraintes qui déterminent la forme finale des oeuvres. Une rivalité historique Dès les débuts de la télé, les séries ont été le vilain petit canard du cinéma. Les séries : des tournages historiquement courts et bon marchéForcément, les conditions de production imposées par les chaînes ont engendré un certain nombre de normes et de manières de faire.

Jeu vidéo : le futur du soft power ? - Soft Power Le soft power est à ce jour peu présent dans l'industrie du jeu vidéo. Pourtant, son interactivité, sa réception et sa consommation souvent globalisées en feraient un outil de diffusion privilégié. Pokemon Persocomholic©Flickr.com « Les jeux des enfants ne sont pas des jeux, et il les faut juger en eux comme leurs plus sérieuses actions » assénait déjà Montaigne dans ses Essais. Ainsi, le soft power devrait selon toute vraisemblance être l'apanage du jeu vidéo. Un suivisme idéologique imposé par un modèle économique « Le jeu vidéo est avant tout une industrie mondialisée qui ne doit pas froisser les susceptibilités nationales » explique Olivier Mauco, doctorant à l'université Panthéon-Sorbonne et chargé d'enseignement en sciences politiques. Néanmoins, cela ne veut pas dire que le soft power n'existe pas en tant que tel dans les jeux vidéos. Des licences qui se démarquent Civilization IV Stephen Dowes©Flickr.com Un potentiel certain Pierre-William Fregonese

The Wire ou les frontières invisibles de Baltimore West Baltimore. Au printemps, à l'angle de McAllister Street et de Guilford Avenue, l'herbe pousse entre les dalles disjointes du trottoir. Du chiendent ronge le pied des maisons de briques rouges, et court dans les allées qui mènent à des arrière-cours faméliques. Des rectangles de verdure maigre et sale, abandonnés et hésitants, côtoient des grillages éventrés, des barils dévorés par la rouille, une carcasse de voiture sans roues, des détritus. Avec les premiers rayons du soleil, les petits dealers se mettent à éclore en nombre à l'angle de la rue. Dans ce quartier pauvre, comme dans le reste de la ville, la seule loi qui vaille est celle du marché. Vingtième ville des Etats-Unis par sa taille, Baltimore se dresse à la pointe de l'arc de la Rust Belt, ensemble d'agglomérations qui constituait le fleuron industriel du pays. Baltimore a vu sa population décliner de manière constante, passant de 733 000 habitants en 1993 à 621 000 en 2010. Il y a chez Simon quelque chose de Balzac.

Une presse sans copyright Les articles de presse doivent-ils être protégés par le droit d'auteur ? Ce n'est pas l'avis d'un récent arrêt d'une Cour de Bratislava. Pour sa première chronique, Calimaq en profite pour interroger la notion de copyright dans le cadre des médias. La semaine dernière, avec l’évènement Hack The Press, l’équipe d’OWNI avait décidé de jouer les trublions et de faire bouger les lignes des pratiques journalistiques, à grands renforts de data, d’applications et d’infographies. Un juge slovaque a néanmoins réussi selon moi à faire plus fort encore, en abolissant purement et simplement, par une décision rendue au début du mois de janvier, la possibilité de copyrighter la presse dans son pays. Un coup de jurisprudence magique et pouf ! Le raisonnement suivi par ce juge est intéressant, car il permet d’interroger les rapports particuliers qu’entretient la presse avec la propriété intellectuelle. Information (in Newspapers) Wants To Be Free ! Pas de droit d’auteur pour la presse ? [...]

Médiaculture: modèles économiques, usages, sociologie des médias (anciens et nouveaux)

Related: