background preloader

Awk

Awk
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir AWK. awk — dont le nom vient des trois créateurs, Alfred Aho, Peter Weinberger et Brian Kernighan — est un langage de traitement de lignes, disponible sur la plupart des systèmes Unix et sous Windows avec Cygwin ou Gawk. Il est principalement utilisé pour la manipulation de fichiers textuels pour des opérations de recherches, de remplacement et de transformations complexes. Présentation[modifier | modifier le code] Awk est le plus souvent utilisé pour la production de fichiers plats aux spécifications particulières (échanges entre différents systèmes d'informations hétérogènes). On distingue awk, la commande originale, du new awk (nawk), arrivée un peu plus tard sur le marché. Il agit comme un filtre programmable prenant une série de lignes en entrée (sous forme de fichiers ou directement via l'entrée standard) et écrivant sur la sortie standard, qui peut être redirigée vers un autre fichier ou programme. Related:  Commands (GNU/Linux UNIX)EDITEUR - COMMANDE LINUX

Kill All Processes with ps ax|grep pl|awk '{print $1}'|xargs kill Introduction Many times we write programs which runs many instances of itself, either while using fork or we manually run many copies of the same program, so during the development stage we may need to kill all running instances and modify the program and re-run, or there may be other situations where we may need to kill a ll perl programs running, etc etc. Till a few months back I used to do this job of killing manually process id by process id, like this Code: [root@pradeep test]# kill 31372 But recently I devised a command to kill all processes matching a pattern, I am sure someone else must have already done this, but there must any other to whom this might be helpful. The Command The command looks like this ps ax|grep pl|awk '{print $1}'|xargs kill Well, to some it might look confusing, let me break up the command a explain. [root@pradeep test]# ps ax|grep pl 31372 ? awk '{print $1}' Prints the first column returned by the previous command, in this case the PID e.g. - 31671

Bourne-Again shell Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Bash, acronyme de Bourne-again shell, est le shell du projet GNU. Son nom est un jeu de mots sur le nom du shell historique d'Unix, le Bourne shell. Littéralement, Bourne again signifie « Bourne encore », mais se prononce également presque comme born again, signifiant « né de nouveau » ou encore « réincarné ». Histoire[modifier | modifier le code] Brian Fox, en 1988, a publié la première implémentation de Bash pour le compte de la Free Software Foundation. Le Bourne shell originel, dont s'inspire Bash, fut écrit par Stephen Bourne en 1977. Usage[modifier | modifier le code] Comme tous les interpréteurs en ligne de commande de type script, Bash exécute quatre opérations fondamentales : Il fournit une liste de commandes permettant d'opérer sur l'ordinateur (lancement de programmes, copie de fichiers, etc.) Les scripts sont de courts programmes généralement faciles à construire. Fonctionnement[modifier | modifier le code] Voir ASCII Utiliser

Stream Editor Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Sed. sed (abréviation de Stream EDitor, « éditeur de flux ») est, comme awk, un programme informatique permettant d'appliquer différentes transformations prédéfinies à un flux séquentiel de données textuelles. sed lit des données d'entrée ligne par ligne, modifie chaque ligne selon des règles spécifiées dans un langage propre (appelé « script sed »), puis retourne le contenu du fichier (par défaut). Bien qu'originellement écrit pour Unix, par Lee E. McMahon (en) en 1973/1974 (Bell Labs), sed est maintenant disponible sur pratiquement tous les systèmes d'exploitation disposant d'une interface en ligne de commande. Présentation[modifier | modifier le code] sed est souvent décrit comme un éditeur de texte non-interactif. Principe de fonctionnement[modifier | modifier le code] Utilisation[modifier | modifier le code] L'exemple suivant montre une utilisation habituelle de sed : s#/un/chemin/vers#/une/autre/chaine#

Linux and Open source Understanding Nmap Commands: In depth Tutorial with examples Article by James Hawkins As we all know, Nmap (Network Mapper) is a stealth port scanner widely used by network security experts (including forensics & Pen-testing Experts). In this article we’ll see the different types of Nmap Scans, its techniques, understanding the purpose and goals of each scan , its advantages or disadvantages over other scanning tools, which could be better at evading firewalls & IDS (To a certain extent) and much more. In this first part, I have made my best to explain the basic scanning techniques, Host discovery options, port scanning options, techniques used in detecting Operating system & services running on the system. i also give Nmap as already installed on your system. Let’s start with one of the most basic and default scan, the one without using any parameters. This is a basic scan of the local IP address 192.168.1.34, we use sudo to gain administrator privileges, and then we give the target to Nmap. Discovery Port scanning options Performing Fast scan:

Perl (langage) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Perl. Perl[1] est un langage de programmation créé par Larry Wall en 1987 et reprenant certaines fonctionnalités du langage C et des langages de scripts sed, awk et shell (sh). C'est un langage interprété, polyvalent et adapté au traitement et à la manipulation de fichiers texte, notamment du fait de l'intégration des expressions régulières dans la syntaxe même du langage. De plus, Perl vise la commodité pour le programmeur (existence de raccourcis qui le font qualifier de langage « diagonal ») plutôt qu'un souhait esthétique d'architecture stricte (langages « orthogonaux »)[réf. souhaitée]. Perl est un langage de script multi-plate-forme notamment utilisé l'écriture de scripts CGI my $s = 'toto' ; # variable scalaire à portée lexicalelocal $level += 1; # variable scalaire avec une valeur à portée dynamiqueour @s = (1, $s, 3.14); # variable tableau globale au module courant print "la variable toto vaut $toto";

Ordonnez vos sorties avec sort sous Linux | Commandes de bases I. Présentation La manipulation des fichiers et des sorties de commande sous Linux peut rapidement devenir un art et être d’une efficacité extraordinaire lorsque l’on connait les bons outils et les bonnes commandes. Aujourd’hui nous allons voir d’un peu plus près la commande “sort” native à la plupart des systèmes Linux (il me semble, un apt-get install sort ou yum install sort devrait régler le problème sinon ;)). Cette commande, comme son nom l’indiquera au bilingue anglais permet d’ordonner, c’est à dire de ranger dans un ordre donné, une sortie. La commande sort a de pratique dans l’environnement de ligne de commande Linux qu’elle est construite pour gérer un grand nombre de fonction de tri. II. J’ai créé un fichier texte contenant différents prénoms dans le désordre alphabétique, voici à quoi il ressemble : Je vais maintenant utiliser sort pour trier ces prénoms dans l’ordre alphabétique. cat fichier.txt | sort -d On se retrouve donc avec le contenu du fichier trié. Voila !

df(1): report file system disk space usage Name df - report file system disk space usage Synopsis df [OPTION]... [FILE]... Description This manual page documents the GNU version of df. df displays the amount of disk space available on the file system containing each file name argument. If an argument is the absolute file name of a disk device node containing a mounted file system, df shows the space available on that file system rather than on the file system containing the device node (which is always the root file system). Options Show information about the file system on which each FILE resides, or all file systems by default. Mandatory arguments to long options are mandatory for short options too. -a, --all include dummy file systems -B, --block-size=SIZE use SIZE-byte blocks --direct show statistics for a file instead of mount point --total produce a grand total -h, --human-readable print sizes in human readable format (e.g., 1K 234M 2G) -H, --si likewise, but use powers of 1000 not 1024 -i, --inodes -k like --block-size=1K -l, --local --no-sync

Bourne shell Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Bourne shell a été programmé par Stephen Bourne (d'où le nom) d'AT&T Bell Laboratories et a fait son apparition pour la première fois en 1977 sur la version 7 d'Unix qui était distribuée aux universités et académies. Il est resté depuis cette époque le shell par défaut pour les comptes Unix. Avec son système de tubes connectant la sortie d'une commande à l'entrée d'une autre, il permet d'écrire des scripts complexes à partir de commandes simples. Articles connexes[modifier | modifier le code] Portail du logiciel

Tuer un processus en ligne de commande sous Linux | Commandes de bases I. Présentation Sous Linux, certains processus sont coriaces ! C’est notamment le cas des processus buggués ou mal codés qui refusent de se fermer lors d’une extinction ou quand ils sont tout simplement freezés. II. Dans un premier temps, il faut récupérer le PID c’est à dire le “Processus Identifier”, c’est un numéro associé à un processus et qui permet de l’identifier de façon unique. ). Voila le résultat que vous pourrez avoir : On voit donc que le PID du processus Nginx pour cet instant est “2895”. Note : Une astuce pour identifier un processus principal (celui à tuer pour tuer les autres) est de regarder la troisième colonne qui indique quel PID a lancé le processus en question. III. Maintenant que nous avons notre cible, il ne reste plus qu’à la tuer, on utilise pour cela la commande “kill” qui porte bien son nom avec l’option “-9” et suivi du PID à tuer : Le processus est maintenant éteint.

Related: