background preloader

Le revenu d’existence européen cherche encore 860 000 signatures

Le revenu d’existence européen cherche encore 860 000 signatures
Vous voulez faire adopter une loi en France ? Accrochez-vous. Si en 2008, sous Nicolas Sarkozy, le principe d’un référendum d’initiative partagée a été glissé dans la constitution, aucune loi organique ne l’encadre encore. La procédure est par ailleurs si lourde pour le déclencher (il faut convaincre 4,5 millions d’électeurs, 185 parlementaires...) qu’on risque d’attendre la Saint-Glinglin avant de voir une loi d’initiative populaire être adoptée en France. Ce qui est moins connu, c’est qu’une procédure citoyenne est également possible au niveau de l’Union européenne. La procédure n’est pas tellement moins complexe qu’en France. Huit initiatives sont dans les tuyaux Réunir un million de signatures n’est pas pour autant une garantie d’arriver à un texte de loi. Actuellement huit initiatives sont dans les tuyaux. Pour participer à l’initiative Allez sur basicincome2013.eu, cliquez sur le drapeau de votre pays. Jusque-là, seuls deux pays ont atteint le quota : la Croatie et la Slovénie. Related:  Revenu de base / Salaire à vieModes d'organisation de demain

Le revenu de base servirait-il à moraliser le sport professionnel ? La loi sur l'imposition à 75% des hauts revenus et le récent rapport de la cour des comptes sur le sport nous ouvre les yeux sur les problématiques de ressources entre le sport professionnel et le sport amateur. Les deux pratiques sont liés mais si l'une a du mal à se financer, l'autre regorge de ressource. Les rémunérations indécentes, et les scandales dans le sport à haut niveau incite l'opinion à vouloir moraliser ces activités et en premier lieu à une meilleur répartition des rémunérations importantes des clubs et des sportifs connus. Le rapport de la cour des comptes sur le sport avait déjà pointé la problématique des différences de ressources entre le sport professionnel et amateur. La solidarité entre le sport amateur et professionnel a une portée limité. La cour soulève en outre un problème d'inégalité marqué dans l'accès aux clubs.

"Un revenu de base pour tous et sans condition? Une idée au service de l'esprit d'entreprise" Tout citoyen devrait avoir le droit à un revenu de base, ou à une allocation universelle qui viendrait s'ajouter à son salaire ou au revenu qu'il tire de son travail afin qu'il puisse assurer sa subsistance en cas de coup dur. C'est cette idée qu'avait développée le philosophe des Lumières et Père Fondateur des États-Unis Thomas Paine au 18ème siècle. Depuis, ce concept méconnu suscite fantasmes, attrait, interrogations ou rejet. Aujourd'hui, de nombreux philosophes et économistes essaient d'en développer des applications adaptées à notre temps. Jean-Marc Ferry, professeur de sciences politiques et de philosophie à l'Université libre de Bruxelles et titulaire de la chaire de Philosophie de l'Europe à l'Université de Nantes est l'un d'entre eux. Pour La Tribune, il explique ce qu'est l'allocation universelle et sa vision d'une idée en faveur de laquelle les Suisses ont demandé par pétition le vote d'une loi. Mais il faut produire pour créer de la richesse!

La stratégie des concombres tordus La Gartencoop de Freiburg est un exemple réussi de mise en œuvre d'un modèle d'agriculture solidaire. La coopérative est riche de ses 260 membres qui se partagent la responsabilité d'une ferme en périphérie de la ville, et qui supportent ensemble les coûts et les risques d'un projet agricole. La totalité des récoltes - bonnes ou mauvaises, tordues ou droites - est distribuée à tous ses membres. Cet étonnant projet multi-facettes combine entre autres : une agriculture biologique et cohérente, le respect des saisons, l'utilisation de variétés paysannes non-hybrides, des distances et des circuits courts, l'économie solidaire, la propriété collective, l'éducation, et la reprise en main de l'agriculture par ceux qui la font et en vivent. Ce documentaire "La stratégie des concombres tordus" nous donne un bel aperçu des motivations et du fonctionnement interne de cette coopérative solidaire. Une production ciné rebelde, 2013 Un film de Sylvain Darou et Luciano Ibarra Can't play subtitles?

Le revenu de base, qu'est-ce que c'est ? Voici la définition du Mouvement Français pour un revenu de base: Le revenu de base est un droit inaliénable, inconditionnel, cumulable avec d’autres revenus, distribué par une communauté politique à tous ses membres, de la naissance à la mort, sur base individuelle, sans contrôle des ressources ni exigence de contrepartie, dont le montant et le financement sont ajustés démocratiquement. Quelles seraient les conséquences de la mise en place d’un revenu de base ? La subsistance garantie pour tous, les exclus, les artistes, les indépendants, les jeunes entrepreneurs, les militants associatifs, les bénévoles, les citoyens investis dans la vie de leur quartier, les développeurs informatiques, les jeunes – étudiants, en recherche d’emploi ou de formation -, etc. Une nouvelle manière d’aborder le travail Le travail se réduit-il aux activités dont on peut tirer une rémunération ? C’est aussi un moyen pour que chacun puisse aborder le travail de façon plus sereine, sans peur du chômage.

De Boutin à Villepin, tous les avatars du « revenu citoyen » Dans le programme de Dominique de Villepin pour 2012, c’est la proposition qui fait parler : un « revenu citoyen » versé de telle sorte que tout citoyen français de plus de 18 ans puisse compter sur un minimum de 850 euros par mois pour vivre « dans la dignité ». A entendre les réactions de certains de ses anciens amis de l’UMP, l’ex-Premier ministre serait devenu un dangereux gauchiste. C’est évidemment plus compliqué. Quelles sont les racines de cette idée ? « Si l’on remonte l’arbre généalogique de cette idée, on trouve deux branches : une marxiste et une libérale », schématise l’économiste (et député européen socialiste) Liêm Hoang-Ngoc. La branche libérale considère qu’il convient d’accorder une certaine somme d’argent aux citoyens (qui sont d’abord, dans cette optique, des « agents économiques »), mi-filet de sécurité, mi-capital de départ pour qu’ils puissent consommer et participer à la vie de la société. A chacun, ensuite, d’organiser ses dépenses comme il l’entend.

Avec www.emancipation.mobi, en route vers l'émancipation... 1- Parcourir 4000 km en 40 jours et, en signe d'union, relier les 22 capitales régionales de France en tricycle électrique, symbôle d'une économie au service de la vie, 2- Pédaler, 6h par jour, tout en méditant sur l'instant présent, et promouvoir le ralentissement de nos activités au profit d'un plus grand bien-être, d'une pleine présence et d'une pleine conscience apaisée comme outil de réconciliation avec tout ce qui est vivant, 3- En fin d'après midi, faire étape dans un groupe de citoyens au service de la vie que se soit sous la forme d'un collectif informel de citoyens, d'une association de la société civile, d'une collectivités publiques ou d'une entreprise afin de montrer que toutes les parties prenantes de notre société sont à la fois le problème et la solution.

Imaginer un revenu garanti pour tous, par Mona Chollet On travaille, et, grâce à ce travail, on perçoit de l’argent. Une telle logique est si bien ancrée dans les esprits que la perspective d’instaurer un revenu inconditionnel, c’est-à-dire de verser à chacun une somme mensuelle suffisante pour lui permettre de vivre, indépendamment de son activité rémunérée, apparaît comme une aberration. Nous sommes encore persuadés de devoir arracher à une nature aride et ingrate les moyens de notre subsistance individuelle ; or la réalité est bien différente. Bourses étudiantes, congés parentaux, pensions de retraite, allocations familiales, indemnités de chômage, régime français des intermittents du spectacle, minima sociaux : autant de prestations qui ont en commun de découpler revenu et travail. Si insuffisants, si attaqués que puissent être tous ces dispositifs, ils montrent que le revenu garanti est une utopie « déjà là ». Mais précisons bien de quoi l’on parle exactement. De la campagne démocrate de 1972 aux Etats-Unisà la Belgique des années 1980

La Ruche qui dit Bonjour ! USA / / Amérique du nord Abeo Design, une entreprise établie à Cleveland, a créé des cubicules personnalisables appelés Hive (ruche). Ces bureaux sont conçus à partir de matériaux de construction récupérés auprès de 13 000 bâtiments abandonnés après la récession économique dans cette ville de l’Ohio. hive-workstation(c) abeo design L’idée de Daniel Cuffaro, directeur du département du Cleveland Institute of Art et fondateur de Abeo Design, est de pouvoir détourner des sites d’enfouissement les matériaux réutilisables. Les cubicules Hive sont hyper-mobiles et permettent de encourager la collaboration des équipes plutôt que d’aliéner les gens dans leurs cubicules respectifs.

Communautés Autofinancées : le microcrédit nouvelle génération Epargner au sein d’un cercle de personnes proches sans passer par une banque, telle est la vocation des Communautés Autofinancées (CAF). Alternative aux dérives du microcrédit et solution pour les exclus de l’univers bancaire, cette forme de tontine améliorée permet d’emprunter à très faible taux d’intérêt. Inspirées des pays du Sud, les CAF essaiment aujourd’hui en Europe. Confiance et responsabilité © CAF Honducat Comment emprunter quelques centaines d’euros pour changer sa machine à laver ou faire des travaux de rénovation quand on a peu d’argent ? Constitué d’environ 10 à 30 membres, une CAF est un groupe d’épargnants de proximité. Un (vrai) réseau social Chaque mois, les membres de la CAF se réunissent pour réaliser les opérations financières : versement d’épargne, emprunts… Un membre peut contracter un crédit quand il le désire, moyennant un taux d’intérêt mensuel de 1%, pourvu qu’il soit soutenu par deux garants issus de sa communauté. Autre différence : le taux d’intérêt.

Salaire à vie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour Bernard Friot il s'agit de généraliser le « déjà là » obtenu par les conquêtes sociales du 20e siècle, pour passer de la « convention capitaliste » à la « convention salariale » : il propose l'extension des institutions révolutionnaires que sont la cotisation sociale et le salaire à la qualification personnelle, pour libérer le travail des employeurs, des actionnaires et des prêteurs[1]. Principes[modifier | modifier le code] Un salaire versé à un individu est la reconnaissance que celui-ci est producteur de valeur économique. La valeur économique est une convention sociale. Le salaire à vie consiste à reconnaître le statut de producteur de valeur économique à tout citoyen ayant atteint 18 ans, en lui versant un salaire sans autre condition. La qualification personnelle reconnaît la capacité de créer de la valeur économique qu'elle que soit cette valeur. Le mode de financement[modifier | modifier le code]

La Suisse versera 2.000 euros mensuels à tout citoyen suisse, actif ou non L’initiative populaire pour un revenu de base inconditionnel a été déposée vendredi à la Chancellerie fédérale, munie de 126’000 signatures. Chacun pourrait recevoir en Suisse quelque 2500 francs par mois, qu’il travaille ou non. Le peuple tranchera la question. Les initiants souhaitent que chaque personne, active ou non, vivant légalement en Suisse touche une certaine somme, qu’elle soit riche ou pauvre, en santé ou malade, qu’elle vive seule ou en communauté. Coût de l’opération: 200 milliards de francs. 70 milliards seraient puisés dans les prestations sociales étatiques dont le solde continuerait d’être versé à ceux qui en ont besoin. Presque 130 milliards seraient couverts par les revenus provenant d’une activité lucrative. Les initiants sont conscients qu’un tel modèle pourrait attirer beaucoup d’étrangers. La Suisse ne risque pas non plus de se transformer en repère d’assistés non productifs, assure le comité d’initiative. Arc Info.ch

Related: