background preloader

Bêtes et poilus

Bêtes et poilus
Cette guerre-là ne figure dans aucun manuel. Ce fut celle de Pierrot, chien de mitrailleur, de Bella et Bertha, vaches des Scots Guards britanniques, de Néron, cheval de trait de l’artilleur Laerens, de Bel-Ami, le pigeon porteur de message, d’Oscar, le rat de tranchée. A toutes ces bestioles à poils et à plumes enrôlées dans la guerre 14-18, le musée royal de l’Armée belge consacre une exposition (1), fort justement intitulée «Chienne de guerre !» et que l’on aurait tort de considérer comme un simple bestiaire anecdotique dédié au cheval ou au chien inconnu tombé au champ d’honneur. Car la description du genre animal embrigadé dans la boucherie de la Première Guerre mondiale est le cruel miroir de la guerre des poilus, tant bêtes et humains furent unis dans les tranchées. Pour s’en convaincre, il suffit de s’arrêter dans le hall central de l’expo qui est une immersion sonore et visuelle dans la guerre. Matricule sur le sabot Un singe devant un avion Le pigeon à Bruxelles

http://www.liberation.fr/societe/2010/03/18/betes-et-poilus_615821

Related:  Tranchées & Poilusanimaux dans la guerreguerre de 1914 1918 - Infanterie territorialeLes conditions de vie du soldat

Lectures de poilus 1914-1918, livres et journaux dans les tranchées Dans l’abondant déferlement de publications qui marque l’approche imminente du centenaire de la Grande Guerre, émergent quelques titres dont l’optique inédite reconfigure l’historiographie instituée. Tel est le cas, pour ne citer que deux nouveautés récentes, de « Tous unis dans la tranchée ?« (Seuil), de Nicolas Mariot, ou de « Bêtes des tranchées« (CNRS éditions), dû à Éric Baratay. Le même mérite doit être reconnu à cet ouvrage passionnant de Benjamin Gilles, publié par les éditions Autrement, qui se démarque par l’originalité de son objet. Lui-même professionnel de la lecture publique (il est conservateur des bibliothèques), l’auteur révèle en effet l’appétit de lecture qui habita les combattants du front. Ce thème inattendu s’avère une contribution aussi féconde que captivante à l’étude de la culture de guerre développée à l’âge industriel.

Monde Animal -> Evolution -> LES ANIMAUX ET LA GUERRE 1914-1918 L'histoire militaire des animaux est émaillée d'épisodes dramatiques ou cocasses. Des oies du Capitole aux dauphins de la marine américaine, des éléphants d'Hannibal à ceux des Khmers rouges, des renards hébreux aux rats du Mossad, des pigeons "photographes" aux mulets d'artillerie... peu d'animaux ont échappé à l'embrigadement. Durant la Première Guerre mondiale, plus de 14 millions d'entre eux ont été enrôlés dans les armées belligérantes. Si 120 000 d'entre eux ont été décorés pour faits de guerre, près de 10 millions ont péri sur le champ de bataille.

Articles - poilusdelamayenne.blog4ever.com Les Archives Départementales fourmillent de petits dossiers très intéressants. Voici la liste non exhaustive des restitutions de corps des prisonniers de guerre inhumés en Allemagne pour l'année 1926. A notre grand regret, il s'agit en effet de la seule année concernée par ces documents. Ce travail a été effectué à partir de la lecture des bulletins individuels collectés. Bessière Henri, soldat au 130e RI, exhumé à Christerode le 4 juin 1926, dernière destination commune d'Andouillé.

1914-18 : Ce qu'on lisait dans les tranchées - 11 novembre 2013 L'automne 1914 fut moins littéraire que mortifère. Avec une moyenne de 800 morts par jour pendant quatre ans et demi, il y aurait presque de l'indécence à se demander ce que lisaient les poilus. Un jeune historien s'y est risqué. Et son travail est passionnant. D'abord parce qu'il nous incite à voir cette guerre autrement. Le langage des « Poilus » Texte écrit par Maurice BARRES à l’occasion de la Journée des Poilus le 25 décembre 1915 Voila de ce fait le mot « poilu » installé sur tous nos murs, en grands caractères, presque officiellement. J’ai dit, l’autre jour, que je trouvais quelque chose de déplaisant à cette consécration d’un mot qui ne me semble pas respecter assez ceux qu’il désigne. Poilu!

« La guerre et les animaux, 1914-1918» Comptes rendus Expositions | 18.10.2007 | Juliette Hanrot L’Historial de la Grande Guerre de Péronne, au cœur du front de la Somme, présente actuellement « La Guerre des animaux ». Grande Guerre 14-18 : Soldats - Bataillons Soldats (carnets, biographies, témoignages, ...) et Bataillons (Terre, Air, Mer). Mémoire des hommes site (memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr) Cette base de données du ministère de la Défense présente plus de 1,3 million de fiches individuelles numérisées de militaires décédés au cours de la Grande Guerre et ayant obtenu la mention "Morts pour la France" ainsi que plus de 70 000 fiches individuelles numérisées de soldats ayant appartenu à l’aéronautique militaire et enfin les images numérisées des journaux des marches et opérations, des carnets de comptabilité en campagne, des journaux de bord, etc. de toutes les unités militaires engagées durant la Première Guerre mondiale. Ders des ders site (dersdesders.free.fr)Evocations des derniers soldats de toutes nationalités de la Guerre 14-18. Histoires orales de la Première Guerre mondiale. Spécial Bataillons / Unités combattantes précises (sites francophones) Armée de Terre.

Carnets de guerre, de campagne, mémoires... Mise à jour : Mars 2015 Dans cette rubrique vous y trouverez 195 carnets de guerre, de route, de campagne, lettres de soldats de 14/18, qui m’ont été offerts par des descendants (que je remercie encore) pour les publier sur mon site avec leur accord. Sont-ils des carnets de guerre ?

Les Poilus, dossier. Pas de commémoration de toutes les guerres ensemble ! Verdun N'enterrons pas la page de nos Poilus. Par Chantal Dupille Ils avaient 18 ou 20 ans, ils ont été fauchés avant même d'avoir vécu, aimé. Les animaux, victimes oubliées de 14-18 Les animaux aussi ont connu les souffrances de la Première Guerre Mondiale : entre 1914 et 1919, pas moins de 11 millions d’équidés (chevaux, poneys, ânes, mules et mulets), plusieurs centaines de milliers de chiens et de pigeons seront enrôlés dans les armées. A l’époque, l’animal est encore indispensable pour transporter hommes et munitions (dans l’armée belge, le chien est utilisé pour transporter les mitrailleuses !), pour communiquer (le pigeon messager s’avère plus efficace que le téléphone) ou alerter les soldats.

L'Afrique du Nord, Par la Communauté de Communes de Verdun et la Ville de Verdun Désormais, le front est figé. La grande illusion d’une guerre courte s’est évanouie. A la guerre de mouvement succède une guerre de position qui éprouve la patience des combattants. Le quotidien sur le front de l'ouest Au cours du premier conflit mondial, d’août 1914 à novembre 1918, 8 millions de soldats français ont combattu. La guerre a constitué pour eux un véritable traumatisme, une perte de repères. La confrontation à la violence, à la mort et à la souffrance était quotidienne même si les temps de combat alternaient avec des périodes de repos voire d’ennui. La vie collective et l’éloignement des proches ont favorisé la solidarité mais ont réduit les moments d’intimité. Toutefois, les combattants qu’ils aient accepté ou subi la continuation de la guerre pendant plus de quatre ans ont « tenu ».

Related: