background preloader

Bêtes et poilus

Bêtes et poilus
Cette guerre-là ne figure dans aucun manuel. Ce fut celle de Pierrot, chien de mitrailleur, de Bella et Bertha, vaches des Scots Guards britanniques, de Néron, cheval de trait de l’artilleur Laerens, de Bel-Ami, le pigeon porteur de message, d’Oscar, le rat de tranchée. A toutes ces bestioles à poils et à plumes enrôlées dans la guerre 14-18, le musée royal de l’Armée belge consacre une exposition (1), fort justement intitulée «Chienne de guerre !» et que l’on aurait tort de considérer comme un simple bestiaire anecdotique dédié au cheval ou au chien inconnu tombé au champ d’honneur. Pour s’en convaincre, il suffit de s’arrêter dans le hall central de l’expo qui est une immersion sonore et visuelle dans la guerre. Matricule sur le sabot L’Europe, qui entre en guerre en 1914, est encore une société largement paysanne et a des liens très étroits avec l’animal qui est à la fois «ressource et force de travail», expliquent les concepteurs de l’exposition. Un singe devant un avion

HOMMAGE AUX POILUS,AUX FUSILLES POUR L'EXEMPLE - Site consacré à la ville d'Outreau mondial Plus de 700 soldats ont été fusillés pour l'exemple pendant la guerre de 1914-1918. Joseph Dauphin, originaire du Puy-de-Dôme, était l'un d'eux. Mis à jour le 07/11/2013 | 09:24 , publié le 07/11/2013 | 02:01 Les offensives du général Nivelle battent leur plein en 1917. Les régiments sont décimés par la mitraille et les hommes sont fatigués de ce sacrifice inutile. En juin 1917, les survivants du régiment font une fête de tous les diables. Si les noms de Joseph Dauphin et de François Brugière sont réunis sur les monuments aux morts, leur véritable histoire reste à écrire. Photo du général Nivelle 1917, et la bataille du Chemin des Dames, également nommée « Offensive Nivelle », se solda par un échec et fut très coûteuse en vies humaines : les Alliés perdirent 350 000 hommes (morts ou blessés) pour un gain de terrain minime. Escaudain : les pacifistes veulent la réhabilitation des fusillés pour l'exemple Clquez et zoomez pour lire l'article de la Voix du Nord Jeudi 12 Novembre 2009 .

La Vache qui rit, héroïne de la Première Guerre mondiale LES ICÔNES DE LA PUB (3/12) - La marque créée par Léon Bel traverse les générations et les frontières. L'histoire de La Vache qui rit commence pendant la Première Guerre mondiale. Jules Bel a installé sa famille dans le Jura en 1865 et y fabrique du Comté. Léon Bel, le fils de la famille, est alors enrôlé dans une division dédiée au ravitaillement des soldats en viande. Pour remonter le moral des troupes, ces unités de cantines lancent un concours de mascottes. Celle de Léon Bel choisit une vache rieuse dessinée par Benjamin Rabier, le créateur d'un petit personnage très connu à l'époque, Gédéon le Canard. De plus en plus féminine Quand Léon Bel est démobilisé, à la fin de la guerre, il reprend l'activité familiale. Au fil des années, La Vache qui rit subit peu de liftings. «En 2010, La Vache qui rit accède à une nouvelle dimension. » Les fromages Bel parient sur l'avenir » Le lapin rose de Duracell mène campagne tambour battant » Bibendum, 114 ans de service et pas une ride

armes de la grande guerre 14 18 Le parcours du combattant Genealogie - Geneafrance Registre matricule militaire Selon les époque le service militaire et le mode de recrutement ont varié (ex. tirage au sort jusqu’en 1905, possibilité d'avoir un remplaçant qu'on paie, appel obligatoire...) Vos ancêtres hommes vont prendre de l’épaisseur tout à coup et avoir une vraie présence à travers tous les renseignements qui figurent dans les tableaux de recrutements, puis les registres matricules, parfois on peut également retrouver dans les papiers de famille les "congés de libération" qui comportent ces mentions également. A la mairie consultez la série H pour les listes de recensement militaires. Cela ne donne pas autant d’informations qu’aux AD mais reste intéressants. Les « états de service » dans lesquels sont consignés les livrets matricules de tous les soldats et sous officiers nés entre 1847 et 1906 sont aux AD série R. Le registre-matricule des états de services est tenu par canton ou par arrondissement et par classe de recrutement. Degré 0 : ne sait ni lire ni écrire

Vos ancêtres pendant la guerre 14-18 (3) : les registres matricules Notre série de notes sur la Première Guerre mondiale se poursuit cette semaine avec un zoom sur la pièce essentielle de toutes les recherches sur les soldats nés dans la seconde moitié du XIXe siècle. Un document incontournable qui fourmille de renseignements sur la vie des conscrits, qu'il s'agisse d'une période de paix ou d'une période de guerre : l'état signalétique des services, plus couramment appelé « registre matricule ». Avant de consulter la fiche matricule de la personne désirée, il faut d'abord savoir dans quel registre elle se trouve. On consultera donc en premier lieu les répertoires alphabétiques. Les registres matricules ont été créés en 1867 et concernent donc vos ancêtres nés à partir de 1847 : auparavant, il n'existait rien de similaire. Dans un premier, temps, on recherche dans les tables alphabétiques par années, vingt ans après la naissance du soldat. 2/ Fiche matricule individuelle On trouve dans une fiche, après le nom, prénom et l'état civil :

vêtements... du soldat Français en 14 18 - 14 18, LE 87EME RI, LA GRANDE GUERRE dessous: veste de piou-piou (soldat de 1914) approchons nous un peu.... dessous: le verso de la veste dessus: détail de la manche dessus: autre détail de la veste dessus: intérieur de la veste...alors celle ci serait une veste de sortie, du fait quelle possède un intérieur en soie.. dessous une autre veste de piou piou du 55ème, de combat...peu de différences.. dessus: le verso de la veste... dessus: détails de la veste... marquages... un petit accessoire qui est peut etre de sous-officier de 1914: un col/cravate !? dessus: paire d épaulettes, de piou-piou (soldat de 1914), .. d infanterie Alpine 1914 dessus: le verso..malheureusement elles ont été attaquées ! dessus: veste de section de Repérage par l’Observation Terrestre (S.R.O.T.) dessus veste de hussard veste sous officier artillerie dessus: veste sous officier infanterie du 112ème ri La capote "poiret" Il a été fait toutes sortes de modèles ! Dessus: tenue d infanterie 1915 capote "poiret" dessus: 2 capotes modèle "poiret" (1915) pantalon erzatz..

Première Guerre mondiale La première base présente plus de 1,4 million de fiches individuelles numérisées de militaires décédés au cours de la Grande Guerre et ayant obtenu pour la plupart la mention "Mort pour la France". La deuxième recense les fusillés en vertu d’une décision de la justice militaire et les exécutés sommaires au cours du conflit. La troisième comprend quelque 74 000 fiches individuelles numérisées de soldats ayant appartenu à l’aéronautique militaire. La quatrième base présente les images numérisées des journaux des marches et opérations, des carnets de comptabilité en campagne, des journaux de bord, etc. de toutes les unités militaires engagées durant la Première Guerre mondiale. Les 5e et 6e fonds sont accessibles sous forme là encore numérisée, la collection des historiques régimentaires de ces unités, ainsi que les 107 volumes des Armées françaises dans la Grande Guerre (AFGG). Enfin, le dernier ensemble est relatif à Georges Clemenceau, ministre de la Guerre et président du Conseil.

Vue Aérienne de Neuville Saint Waast (62) La mobilisation industrielle et technique dans les collections photographiques de la RATP Aller au contenu principal Accueil > Tresors Darchives > Fonds Publics > Autres Etablissements > Archives > La mobilisation industrielle et technique dans les collections photographiques de la RATP Autres établissementsArchives La mobilisation industrielle et technique dans les collections photographiques de la RATP La RATP a sélectionné ces documents dans son fonds 14-18. Fabrication de munitions aux ateliers de Championnet, 1915. Fabrication de munitions aux ateliers de Championnet : obus de 270 m/m sortie d'un lopin incandescent, 1915. Fabrication de munitions aux ateliers de Championnet pour l'armée : les 8 phases de fabrication des obus, atelier central de Championnet, 1915. Fabrication de munitions aux ateliers de Championnet pour l'armée : obus de 270 m/m dégrossissage Première passe. Fabrication de munitions aux ateliers de Championnet pendant la première guerre : obus de 270 m/m dégrossissage, 1915. Fabrication des munitions pour l'armée : bombes type ls, contrôle militaire. sources

histoires inédites et histoires officielles de la Première Guerre mondiale 14-18 La Conversation des absents Au front comme à l’arrière le même sentiment d’anxiété domine. On se compte, on compte les morts, les proches disparus ou blessés… La bataille de Verdun, par l’isolement qu’elle impose pendant de longues semaines aux troupes engagées, par la violence des bombardements, accentue le sentiment de solitude et la détresse des uns et des autres. Elisabeth, Odile, André, François partagent la même angoisse; dans quel état physique et mental survivront-ils à la guerre? Une page se tourne. Elisabeth Carré de Malberg s’est abritée avec sa mère à Vesoul (Nancy est régulièrement bombardé). Que peut-on se souhaiter après plus d’un an de guerre? Pierre Chenest est mort le 26 octobre 1915 à Tatarli en Serbie. Les communications s’établissent peu à peu entre André, sur le front d’Artois (secteur 90) et ses amis de l’ambulance du lycée Malherbe de Caen: Pelpel, Gigault, Morel, Sanson, Manchon. Dans les mornes plaines du nord, André patauge dans la boue.

Related: