background preloader

Mobilisation contre le décrochage scolaire : bilan 2013 et perspectives 2014 - Ministère de l'éducation nationale

Mobilisation contre le décrochage scolaire : bilan 2013 et perspectives 2014 - Ministère de l'éducation nationale
Introduction : la Nation mobilisée contre le décrochage scolaire Des engagements tenus pour l'année 2013 En décembre 2012, Vincent Peillon s’était engagé à faire revenir en formation, au cours de l’année 2013, 20 000 jeunes ayant décroché. Un an plus tard, 23 000 décrocheurs sont de nouveau en formation initiale ou en Service civique 20 000 de retour en formation initiale diplômante3 000 effectuent un service civique À ceux-là s’ajoutent 11 000 jeunes décrocheurs qui bénéficient actuellement d’un parcours de retour en formation accompagné par la Mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS, anciennement MGI, mission générale d’insertion). Des réseaux FOQUALE ont été créés en face de chacune des 360 plates-formes d’appui et de suivi des décrocheurs à travers le territoire. Un objectif pour 2014 25 000 jeunes décrocheurs de retour en formation initiale. Le Président de la République a ainsi fixé l’objectif de diviser par deux au cours de la mandature le nombre de décrocheurs.

Grande difficulté scolaire : Un rapport de l'Inspection veut changer les Rased et le collège Attendu depuis des mois, le rapport sur "le traitement de la grande difficulté au cours de la scolarité obligatoire", rédigé par les inspecteurs généraux Jean-Pierre Delaubier et Gérard Saurat, demande la réorganisation des Rased au primaire et du collège dans le secondaire. Publié tardivement, il interfère avec les discussions menées en ce moment sur les métiers enseignants. Et encourage un retour à un pilotage renforcé des dispositifs d'aide. Des besoins plus criants en France qu'ailleurs Le rapport sur le traitement de la grande difficulté était d'autant plus attendu que les résultats de PISA ont souligné le pourcentage important d'élèves en difficulté en France. L'effort financier pour l'aide aux élèves en difficulté semble insuffisant. Quel avenir pour les Rased ? Les réseaux d'aide RASED font l'objet d'une analyse assez fouillée dans le rapport. Au final, pour les auteurs, " l’intervention des membres des RASED constitue une ressource importante. Un collège à reconstruire Le rapport

4. Espaces pour les parents | Familles, école, grande pauvreté, quand Parents et enseignants s'en mêlent Réseau Canopé Familles, école, grande pauvreté, quand Parents et enseignants s'en mêlent Un outil de formation pour aider à l'amélioration des relations entre parents et enseignants Aller au contenu Protégé : 4. Cet article est protégé par un mot de passe. Cet article est protégé par un mot de passe. Familles, école, grande pauvreté, quand Parents et enseignants s'en mêlent Fièrement propulsé par WordPress Bibliographie sur le décrochage scolaire Sur le Net : Fabrice ROUILLAT, « Les raccrocheurs » (documentaire), Coproduction : Camp de Base/Cap Canal, 60 min, 2008. Autour de ce documentaire, Philippe Meirieu accueille Gilgert Longhi, proviseur et auteur de « Décrocheurs d’école », Christine Maurel, parent d’élève décrocheur, Naïma Benjamin, professeur, Ugo, ancien « décrocheur » et Pierre Souchaud, critique d’art. Normand BAILLARGEON, « Chronique Éducation. À bâbord ! Un texte court et très critique sur l’échec des politiques de lutte contre le décrochage, outre-Atlantique. François JARRAUD, entretien avec C. Entretien réalisé pour le site du Café pédagogique, 27 décembre 2010. Décrochage : causes et pistes de solutions Élisabeth BAUTIER, « Décrochage scolaire : genèse et logique des parcours », Ville-Ecole-Intégration Enjeux, n° 132, 30-45, mars 2003. Pierre-Yves BERNARD, Le décrochage scolaire, Commander cet ouvrage avec Amazon

D’où viennent les mauvais résultats de l’école primaire en France ? Dans les mois à venir, les programmes du primaire en date de 2008 vont être réécrits. Les enseignants viennent d’être sondés sur leur appréciation et leur application de ces textes. Pourtant, selon le rapport de l’inspection générale intitulé « Bilan de la mise en œuvre des programmes issus de la réforme de l’école primaire de 2008« , que Le Monde s’est procuré, les mauvais résultats de l’école primaire française qui n’apprend à lire et à compter qu’à 80 % des enfants, ont des racines plus profondes que la seule mise en cause des programmes. Dix grandes leçons ressortent du travail collectif remis au ministre en juin 2013. Leçon 1 : pourquoi trop d’écoliers ne lisent pas « Ce qui frappe dans ce domaine de la lecture, c’est que la majorité des maîtres ne dispose pas des cadres théoriques minimaux, ce qui ne leur permet pas d’être lucides quant à leurs pratiques. Leçon 2 : lire n’est pas que déchiffrer Lorsque Philippe Claus interroge les enseignants tout va donc pour le mieux !

Innov'Info - Innov'info "Pas d'école sans parents!" Pas d'école sans parents ! Longtemps absents des réflexions menées autour de la réussite des élèves, les parents sont passés du statut de membre de la communauté éducative, reconnu par la loi d'orientation sur l'éducation de 1989, à celui de partenaire essentiel de l'Ecole dans la loi d'orientation et de programmation de la refondation de l'Ecole de 2013. Le dialogue entre l'Ecole et les familles progresse et s'enrichit des expérimentations menées localement pour développer l'accueil des familles, accompagner les parents les plus éloignés de l'Ecole ou encore développer la coéducation. La clé de la réussite des élèves ce sont des parents et des enseignants qui se comprennent. Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l'Education, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MENESR), 1er septembre 2014 Informer, dialoguer, accueillir Les modalités de dialogue entre l'Ecole et les familles évoluent. Le numérique au service du dialogue Ecole-Familles Les exemples d'action autour du numérique

Conjurer l’échec scolaire, c’est possible L’échec scolaire n’est pas un problème nouveau, mais l’angoisse qui lui est rattachée semble, elle, grimper en flèche. Pourquoi ? Sans doute parce qu’en France, la réussite scolaire est devenue la condition sine qua non pour l’intégration sur le marché du travail. Or, le problème de l’échec à l’école est multiple, complexe et ceux qui y sont confronté, les enfants et leurs parents, se trouvent sans repères. Toutes les chances de son côté L’auteure insiste sur l’importance de diagnostiquer le problème : "Il n’existe pas qu’un seul type de décrocheur." Écorchant au passage le système français et son entêtement à maintenir la notation (une catastrophe française qui crée de l’inégalité, de la démotivation dès la classe de maternelle et aggrave les différences sociales), Julie Chupin montre comment le parent peut "mettre toutes les chances de son côté". Un système "à la dure" Boris Proulx - Le Nouvel Observateur

Les parents à l'École eParents, une application mobile pour les parents d’élèves du cours préparatoire à la troisième Le ministère propose aux parents d’élèves une application mobile eParents qui leur est spécialement dédiée. Destinée à apporter des réponses et des informations aux parents de manière pratique et concrète, au plus près du quotidien de leurs enfants et de leur établissement, l’application eParents comprend des fonctionnalités qui seront amenées à évoluer. En renseignant le niveau de scolarité ainsi que l’école ou le collège du ou des enfants, les parents peuvent recevoir des notifications, consulter et télécharger : le calendrier scolaire en fonction de sa zone et les temps forts de l’annéeles nouveautés du collège et les informations générales de l’école élémentairela fiche établissement, les horaires de son école, l’emploi du temps de son collègeetc. Inscription et choix des établissements Principe C'est le domicile qui détermine le lieu d'inscription. Dérogations Cas particuliers Au niveau national

Qui vais-je faire redoubler cette année ? C’est le printemps, voici donc venu le moment de l’année où chaque enseignant de primaire se voit demander à quel(s) élève(s) il compte proposer un redoublement. Je déteste ça. D’abord parce qu’on est en pleine année scolaire et j’ai plus la tête à faire progresser mes élèves qu’à tirer un bilan. Ensuite parce que cette affaire de redoublement me met invariablement mal à l’aise. Depuis 10 ans que j’enseigne en primaire, ma vision des choses a pas mal évolué sur ce sujet. Les premières années, je ne savais pas sur quels critères proposer un redoublement, j’avais très peur de la responsabilité que ça représentait, et je m’appuyais beaucoup sur mes collègues, ma directrice. La première fois, je me suis bêtement demandé qui n’avait pas le niveau pour passer dans la classe d’au-dessus. Cette année, ma classe est d’un niveau plutôt plus faible que les années précédentes. 18% des petits français ont redoublé au moins une fois au primaire.

Related: