background preloader

Assédic

Assédic

Pôle emploi Les rémunérations prises en compte Dans l'établissement de votre allocation d'aide au retour à l'emploi ARE, les rémunérations prises en compte sont les rémunérations brutes : correspondant à votre rémunération habituelle, y compris les primes ; soumises aux contributions de Pôle emploi ; perçues au cours de la période référence calcul (voir ci-dessous). Les indemnités liées à la perte de votre emploi - telles que les indemnités de licenciement et les indemnités compensatrices de congés payés - ne sont pas intégrées. Les rémunérations liées à des heures de travail effectuées au-delà de 260 heures par mois ne sont pas comptabilisées. La période référence calcul : douze mois de revenus pris en compte Sur quelle période sont étudiés les salaires que vous avez perçus ? Exception : si vous n'exerciez plus qu'une activité réduite - ou si vous ne receviez qu'un salaire réduit à la fin de votre contrat de travail - les termes de la période de référence de calcul peuvent être décalés.

Allocations de chômage : combien allez-vous percevoir Les allocations de chômage ne sont pas versées immédiatement après la fin du contrat de travail. Pôle emploi calcule le montant de votre allocation, qui dépend de la durée de vos cotisations et de votre âge. Attention : les règles d'indemnisation des chômeurs ont changé depuis le 1er juillet 2014. Les allocations de chômage dépendent de l'ancien salaire Le montant des allocations d’assurance-chômage est établi à partir de la rémunération que percevait le chômeur avant de perdre son emploi. Pôle emploi retient les salaires bruts des douze derniers mois, y compris les primes, sur lesquels ont été prélevées des cotisations à l’assurance-chômage. Les jours d’absence non payés, ceux pendant lesquels le salarié a perçu des indemnités de la Sécurité sociale pour maladie sont déduits du nombre de jours travaillés. Pôle emploi calcule ainsi un salaire journalier de référence (SJR). Le montant des allocations de chômage 40,4 % du SJR + 11,72 €/jour (formule 1) ; 57 % du SJR (formule 2). Exemples :

Chomage droits Assedic et calcul allocations, chômage et indemnités droit du travail, code du travail, convention collective Attention, lorsqu'un salarié se retrouve involontairement privé d'emploi, il ne perçoit pas immédiatement son allocation chômage. En effet, il existe un délai d'attente ou délai de carence automatique de 7 jours. A celui-ci s'ajoute un différé d'indemnisation "congés payés" et éventuellement un différé d'indemnisation spécifique, selon les indemnités de fin de contrat perçues par le salarié à l'occasion de la rupture de son contrat de travail. En clair, l'indemnité perçue au titre des congés payés non pris et celle versée dans le cadre de la fin du contrat retarderont d'autant le démarrage de la prise en charge du salarié au titre de l'indemnisation chômage. L'attestation Pôle emploi (ancienne attestation Assedic) est délivrée par l'employeur lorsque le contrat s'achève. Elle est nécessaire pour s'inscrire auprès de Pôle emploi et toucher le chômage. Vous venez de perdre votre emploi et vous vous posez de nombreuses questions : avez-vous le droit au chômage ?

Calculer votre allocation chomage ARE Dans le même thème : allocation chomage ARE - indemnité licenciement Calculer votre Allocation d'aide au Retour à l'Emploi ou ARE L'allocation chômage est maintenant appelé Allocation d'aide au Retour à l'Emploi ou ARE. Ce montant dépend de vos salaires et primes qui sont soumis aux contributions de Pôle emploi. Les 12 derniers mois de travail sont pris en compte. Cet outil prend les derniers changements en date de juillet 2014. Exemple de calcul de chômage en fonction de son salaire - Combien de chômage par mois avec 1100 euros par mois de salaire ? Si vous touchez 1100 euros par mois net votre salaire brut est d'environ 1430 euros, à cela peut s'ajouter une prime de 1300 euros à l'année brute. - Combien de chômage par mois avec 1800 euros brut par mois de salaire ? Sans prime à l'année, nous pouvons compter seulement sur le salaire mensuel. - Avec 2000 euros net de salaire par mois combien toucherez-vous de la part de Pole Emplois ? Quelle sera la durée de votre indemnité ?

Le non-recours aux droits, un «scandale social» Publié ce week-end par le Journal du dimanche, le sondage Ifop est sans appel : huit Français sur dix estiment qu'«il y a trop d'assistanat et(que) beaucoup de gens abusent des aides sociales». Un sentiment démonté par l'ouvrage l'Envers de la fraude sociale (La Découverte), publié par les chercheurs de l'Observatoire des non-recours aux droits et service (Odenore), rattaché au CNRS. Selon cette enquête fondée sur des chiffres officiels, les fraudes fréquemment mises en exergue par un certain discours politique ne seraient qu'un phénomène marginal par rapport aux prestations non réclamées par des personnes qui y auraient pourtant droit. Philippe Warin, responsable scientifique d'Odenore, et Yves Saillard, chercheur, analysent en chœur ce phénomène. Qu’est-ce que le non-recours ? C’est la situation des personnes ou des ménages qui, pour différentes raisons, n’accèdent pas aux droits et services auxquels ils peuvent prétendre. Pouvez-vous nous donner un exemple de non-recours ?

Retraite : faites valider vos périodes de chômage non indemnisé Lorsqu’un salarié se retrouve au chômage, cette période est quand même prise en compte pour déterminer ses droits à retraite. Chaque période de 50 jours, consécutifs ou non, de chômage indemnisé pour une même année donnent ainsi droit à un trimestre. Dans la pratique, l’assuré n’a rien à faire : Pôle emploi envoie aux caisses de retraite et à la sécurité sociale les périodes d’indemnisations qui seront « transformées » en trimestres sur le relevé de carrière. Mais peu de salariés savent qu’il est aussi possible de faire valider un ou plusieurs trimestres pour des périodes de chômage non indemnisé. Encore faut-il remplir certaines conditions et surtout en faire la demande. - Les premières années de chômage non indemnisé sont prises en compte dans la limite d’un an, soit 4 trimestres. Pour faire valider ces périodes, adressez-vous à la Caisse d'Assurance Retraite et de la Santé au Travail(CARSAT).

Accueil | Sortir du travail Licenciement, rupture conventionnelle : les nouvelles règles d'indemnisation chômage La nouvelle convention d'assurance-chômage, entrée en vigueur le 1er juillet, a modifié les règles en matière de différé d'indemnisation suite à la rupture du contrat de travail. Le délai de carence maximum avant de toucher des allocations est en effet passé à 180 jours, contre 75 auparavant. Le point en 5 questions-réponses. > Qu'est-ce qui change ? Lorsqu'un salarié perçoit des indemnités liées à la rupture de son contrat, le versement des allocations chômage est décalé d'un certain nombre de jours. Par ailleurs, la formule de calcul est modifiée : le nombre de jours de différé dépend désormais uniquement du montant des indemnités, alors qu'il était auparavant aussi modulé selon le salaire de l'intéressé. Concrètement, le plafond de 180 jours est atteint dès que le salarié touche 16.200 euros en plus des indemnités légales. > Qui cela va-t-il concerner ? En revanche, les licenciements économiques bénéficient d'un traitement de faveur. Oui. Thomas Le Bars

Les droits rechargeables au chômage, comment ça marche Grande nouveauté : à compter du 1er octobre 2014, les demandeurs d'emploi peuvent "recharger" leurs droits au chômage. Comment fonctionne ce nouveau dispositif révolutionnaire et, somme toute, assez complexe à comprendre ? Explications en 6 questions-réponses. Le système des droits rechargeables a deux intérêts majeurs : premièrement, reporter dans le temps votre durée d'indemnisation si vous travaillez quelques mois ; deuxièmement, cumuler un salaire et une partie de vos allocations pour gagner plus que si vous restiez au chômage. "Le but est d'inciter les demandeurs d'emploi à accepter un emploi, même moins bien rémunéré", commente Isabelle Jourdan, directrice de la communication de l'Unédic, l'organisme qui gère l'assurance chômage. 1. Là, rien ne change. 2. Prenons un exemple pour bien comprendre : vous êtes au chômage depuis un an et vous signez un CDD de 3 mois alors qu'il vous reste un an d'indemnisation. 3. 4. 5. Non, si vous avez travaillé moins de 3 mois d'affilée. 6.

Le droit aux allocations chômage du salarié démissionnaire Dernière mise à jour le 7 août 2014 Synthèse En principe, seules les personnes involontairement privées d’emploi (licenciement, fin de CDD, rupture conventionnelle du CDI dans le cadre fixé par le Code du travail, rupture anticipée d’un CDD à l’initiative de l’employeur, rupture de contrat de travail résultant de l’une des causes énoncées à l’article L. 1233-3 du code du travail ) peuvent bénéficier des allocations chômage. _ La démission, départ volontaire à l’initiative du salarié, n’ouvre donc pas de droit au chômage. Toutefois à titre dérogatoire, le salarié démissionnaire peut prétendre au chômage : en cas de démission considérée comme légitime par le régime d’assurance chômage, ou, à défaut, lors du réexamen de sa situation après 4 mois de chômage. A savoir Pôle emploi peut renseigner les salariés sur les justificatifs exigés pour bénéficier d’une indemnisation au titre d’une démission considérée comme légitime. Sommaire Fiche détaillée Que se passe-t-il dans les autres cas ?

Qui touchera la prime d’activité à la place du RSA et de la Prime pour l'emploi La prime pour l’emploi (PPE) et le revenu de solidarité active (RSA) seront fusionnés fin 2015 et remplacés par la prime d’activité. Les revenus ouvrant droit à la prime d'activité Cette nouvelle prime sera versée aux personnes percevant de 570 € à 1 360 € net, soit entre 0,5 et 1,2 fois le smic, révèle le journal Le Monde. Tous les bénéficiaires de la PPE au-delà de 1,2 fois le smic ne recevront plus rien, mais le gouvernement estime que la perte sera très faible, de l’ordre de quelques dizaines d’euros par an, précise le quotidien du soir. Pour les personnes gagnant jusqu’à 570 € (0,5 fois le smic), le montant de la nouvelle prime devrait être identique à celui du RSA activité. Pour les personnes gagnant jusqu’à 800 € environ, le montant de la prime d’activité devrait être maximum, soit 215 € selon le montant indiqué dans le rapport du député PS Sirugue remis au gouvernement en juillet 2013. Peu importe la situation familiale Les jeunes aussi Auteur : Anne-Gaëlle Nicolas-Koch

Related: