background preloader

Edgar Morin - "Amour, poésie, sagesse"

Edgar Morin - "Amour, poésie, sagesse"

http://www.youtube.com/watch?v=dfSFGMBSWvg

Related:  Vidéos littératurePhiloPhiloLivres - Edgar Morin

Les Confessions de Rousseau (1/4) : "Je suis autre" (Livre I) « Que de riens, que de misères ne faut-il point que j’expose, dans quels détails révoltants, indécents, puérils et souvent ridicules ne dois-je pas entrer pour suivre le fil de mes dispositions secrètes, pour montrer comment chaque impression qui a fait trace ds mon âme y entra pour la première fois. » Pourquoi Rousseau éprouve-t-il le besoin de tout dire, de dire toute sa vérité ? Le formidable Alain Grosrichard nous initie aujourd'hui aux Confessions de Rousseau. Jean-Jacques Rousseau ©wikipedia - J.J.

Peut-on désirer sans souffrir ? - Terminale Philosophie Introduction Tout ce qui vit a des besoins, si tant est que vivre, ce n'est pas être autosuffisant, mais au contraire dépendre, pour sa propre survie, d'un milieu extérieur : la plante a besoin d'eau et de lumière ; l'animal de manger, de boire et de dormir. De ce point de vue, l'homme ne saurait faire exception ni constituer ce que Spinoza nommait « un empire dans un empire » : parce qu'il vit, l'homme connaît la pression du besoin et la nécessité vitale de sa satisfaction. Seulement, parce qu'il est doté de conscience et capable de se représenter lui-même, l'homme n'est pas qu'un être de besoins, c'est aussi et peut-être surtout un être de désirs. Le désir se distingue du besoin en ceci qu'il n'est pas issu de notre seule nature d'êtres vivants ; par conséquent, sa non-satisfaction n'entraîne pas nécessairement la mort. I.

Edgar Morin : « Nous avançons comme des somnambules vers la catastrophe Pourquoi la vitesse est-elle à ce point ancrée dans le fonctionnement de notre société ? La vitesse fait partie du grand mythe du progrès, qui anime la civilisation occidentale depuis le XVIIIe et le XIXe siècle. L’idée sous-jacente, c’est que nous allons grâce à lui vers un avenir toujours meilleur. Plus vite nous allons vers cet avenir meilleur, et mieux c’est, naturellement.

Eloge de la métamorphose, par Edgar Morin Quand un système est incapable de traiter ses problèmes vitaux, il se dégrade, se désintègre ou alors il est capable de susciter un meta-système à même de traiter ses problèmes : il se métamorphose. Le système Terre est incapable de s'organiser pour traiter ses problèmes vitaux : périls nucléaires qui s'aggravent avec la dissémination et peut-être la privatisation de l'arme atomique ; dégradation de la biosphère ; économie mondiale sans vraie régulation ; retour des famines ; conflits ethno-politico-religieux tendant à se développer en guerres de civilisation. L'amplification et l'accélération de tous ces processus peuvent être considérées comme le déchaînement d'un formidable feed-back négatif, processus par lequel se désintègre irrémédiablement un système.

QU'EST-CE QU'ÊTRE PROUSTIEN La Recherche, avec ses 9,6 millions de caractères (près de 1,5 million de mots) s'organise comme une forme de mouvement perpétuel, une matrice circulaire qui produit du langage à l'infini. Il s'agit d'une cathédrale qui s'est construite de l'intérieur, qui s'est écrite de manière circulaire et qui se lit en boucle. Le roman de Proust est un livre-monde lui-même construit avec des mots-mondes, des phrases-mondes, produisant l'alchimie d'un plaisir de lecture toujours renouvelé, ouvert à tous types de lectures. « Comment ne pas être proustien ? », s'interroge Paul Vacca. Pour lui, si La Recherche se révèle comme universelle à chaque lecture individuelle, comme en écho à l'intimité de chacun, c'est qu'alors on est proustien « par la grâce et non par les œuvres ». Romancier et scénariste, Paul Vacca est notamment l'auteur de La petite cloche au son grêle (Livre de Poche), un roman « proustien ».

Comment se procurer du plaisir et éviter de souffrir L’une des principales fonctions du système nerveux est de maintenir l’équilibre interne de son organisme. Afin d’assurer sa survie, le cortex cérébral a mis au point un système de récompense et de punition qui motive les êtres vivants à agir pour satisfaire leurs besoins. Le cerveau reptilien et le système limbique ont mis des millions d’années pour mettre au point trois circuits spécifiques : le medial forebrain bundle (MFB)[1] qui est le circuit de la récompense et du plaisir, le periventricular system (PVS) qui est le circuit de la punition et de l’évitement de la douleur et le système inhibiteur de l’action (SIA) qui est le circuit de l’inhibition de l’action, et donc, de la soumission.

Edgar Morin : «Plus l’homme est puissant par la technique, plus il est fragile devant le malheur» Il revient du Maroc, où il passe quinze jours par mois. Poignée de main chaleureuse, regard pétillant, Edgar Morin nous accueille dans son appartement. On cherche en vain le siège de bureau dérobé en février dans une agence de HSBC à Bayonne par l’association Bizi pour dénoncer l’évasion fiscale massive pratiquée par cette banque.

Edgar Morin : « La résistance me rend vivant ! « Je crois que, malgré l’adversité, je me sens stimulé de voir que l’on a affaire à deux vieilles barbaries. Celle que l’on connaît, l’ancienne – de la cruauté, de la haine, du mépris –, et la nouvelle – glacée – des calculateurs et des éconocrates. Nous devons résister aux barbaries, qu’elles s’appellent vichysme rampant ou néolibéralisme. Cette résistance me rend vivant.

Jean-François Bianco - "Le philosophe et la scène : Diderot et l'expérience théâtrale" Dans le cadre du tricentenaire de la naissance de Denis Diderot et Jean-Jacques Rousseau, l’Université permanente de l’Université de Nantes a proposé tout au long de l’année 2013 de nombreuses manifestations autour des "Années Lumières". En point d’orgue de cette année, un colloque s’est tenu du 23 au 25 mai 2013 à Nantes sur le thème "Rousseau et Diderot, aujourd’hui". A cette occasion, Jean-François Bianco" (Université d'Angers) a donné une conférence intitulée "Le philosophe et la scène : Diderot et l'expérience théâtrale."

D'où provient la conscience? Les philosophes et les neurologues qui étudient la conscience se regroupent en deux grandes catégories: les identitaires et les émergentistes. Les progrès sur la localisation des aires spécialisées dans le cerveau montrent que la conscience est indiscutablement produite par lui. Mais alors, comment les phénomènes faisant partie de notre expérience subjective, peuvent-ils être produit à partir de l’activité physique des neurones de notre cerveau? D’où provient la conscience, c'est-à-dire le fait d’éprouver quelque chose? Pour répondre à ces questions, deux théories s’affrontent.

Related: