background preloader

Risques psychosociaux au travail (Archives)

Risques psychosociaux au travail (Archives)
Risques psychosociaux au travail (Archives) Imprimer A la suite du rapport du comité d'experts « il convient de considérer que ce qui fait qu'un risque pour la santé est psychosocial, ce n'est pas sa manifestation mais son origine ». D'où la définition suivante du risque « les risques psychosociaux seront définis comme les risques pour la santé mentale, physique et sociale, engendrés par les conditions d'emploi et les facteurs organisationnels et relationnels susceptibles d'interagir avec le fonctionnement mental ». « Une caractéristique des risques psychosociaux est de concerner toutes les catégories de travailleurs. La notion est pertinente indépendamment de l'activité économique ou de la catégorie professionnelle ». 3.1. 3.2. Troubles du sommeil, fatigue, maux de tête, douleurs, troubles digestifs, obésitéDécompensation physique d'une pathologie latente pré-existante (eczéma, psoriasis, hypertension artérielle, infarctus, allergies respiratoires ou cutanées, troubles neurologiques...) Related:  Bien être au travailCHSCTsanté mentale au travail

Travailler Mieux Évaluation des risques et document unique L’évaluation des risques constitue une étape cruciale de la démarche de prévention. Elle en est le point de départ. L’identification, l’analyse et le classement des risques permettent de définir les actions de prévention les plus appropriées, couvrant les dimensions techniques, humaines et organisationnelles. Évaluer les risques qui ne peuvent pas être évités est l’un des principes généraux de prévention présents dans le Code du travail. Identifier les dangers, analyser les risques L’évaluation des risques professionnels consiste tout d’abord à identifier les dangers et analyser les risques : Identifier les dangers, c’est connaître tous les facteurs susceptibles de causer un dommage à la santé des salariés. L’évaluation porte sur la conception des lieux (aménagement, réaménagement), sur les installations et les équipements de travail, sur les substances et préparations chimiques et sur les situations de travail. Classer les risques identifiés Mobiliser pour évaluer

Tamipharm site Qui sommes nous Créée en 2010, la jeune société Tamipharm a su se démarquer dans le monde de la micro-nutrition par sa créativité et son sens éthique. Ces 2 caractéristiques importantes font de Tamipharm le « Laboratoire du mieux être ». Très axée sur la recherche et l’innovation, et grâce à sa créativité et son dynamisme, Tamipharm conçoit et élabore des formules originales en utilisant les produits naturels les plus performants afin d’obtenir une efficacité optimale au service des patients. Tamipharm est née de l’association synergique de compétences scientifiques, marketing et managementales et de l’expérience à l’international desDocteurs Tamara SABBAGH, Christian LEDOUX, et Riad EL KARA. Dr Riad EL KARA: C.F.O. - Docteur ingénieur en chimie de l’Ecole Nationale de Chimie de Rennes - Diplôme d’ingénieur organisation et méthodes industrielles du Conservatoire National des Arts et Métiers Le slogan résume la philosophie de Tamipharm : Vivre longtemps, Vivre mieux Notre charte de qualité

Comment évaluer le niveau de stress d’un collaborateur Ce risque psychosocial est désormais un enjeu pour tous les managers. Identifier le problème le plus tôt possible est la clé pour empêcher les drames… et la contagion. Nommé responsable des opérations chez UPM, le leader mondial des adhésifs industriels, Thierry Jean­son s’est trouvé face à un service administratif particulièrement improductif, où nul ne remuait le petit doigt sans un ordre écrit. Glandeurs, ses collaborateurs ? Dépression, démobilisation ou au con­traire surinvestissement dans le travail: les réactions au stress sont loin d’être uniformes. 1. «Les premiers signes visibles du stress apparais­sent en général au milieu de la phase de résistance, c’est-à-dire pas très loin du stade d’épuisement», prévient Lionel Pagès, ostéopathe et dirigeant de la clinique Up’Forme à Evry. Les signaux les plus faciles à repérer sont les changements de comportement.

Productivité et bonheur au travail vont de pair. | culture&sens On le pressent tous plus ou moins : plus le cadre de travail est positif, plus les rapports humains sont harmonieux, plus les salariés sont contents de leur travail… plus la productivité est durablement importante. D’ailleurs, Blanche Neige ne nous le chantait-elle pas depuis notre plus jeune âge avec “sifflez en travaillant et le balais paraît léger” (cf. ci-dessous) ? Mais de plus en plus d’études l’attestent scientifiquement : le bonheur au travail et la productivité vont de pair. Comment rendre les salariés heureux au travail ? L’offre de culture&sens répond à ces différents besoins notamment en : Attention, toutefois, à ne pas aller trop loin. Risques psychosociaux Troubles de la concentration, du sommeil, dépression… Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes liés aux risques psychosociaux. Le phénomène n'épargne aucun secteur d'activité. Indépendamment de leurs effets sur la santé des individus, les risques psychosociaux ont un impact sur le fonctionnement des entreprises (absentéisme, turnover, ambiance de travail…). Il est possible de les prévenir. Sous l’effet de mutations du monde du travail telles que la complexité grandissante des tâches, la suppression de temps morts, l’individualisation du travail ou encore les exigences accrues de la clientèle, les risques psychosociaux sont en plein développement. Les risques psychosociaux regroupent : Des risques difficiles à appréhender Les acteurs de l’entreprise se sentent souvent démunis pour lutter contre les risques psychosociaux. Une prévention nécessaire Les risques psychosociaux doivent être gérés au même titre que les autres risques professionnels.

Réorganisation et santé au travail : la justice au cœur des débats Dans un contexte économique difficile, les entreprises n’en finissent plus de se réorganiser. Pour les décideurs, les évolutions brutales du marché imposent de s’interroger continuellement sur la manière d’adapter au mieux l’entreprise, sous peine de voir disparaître l’entité qu’ils dirigent. La recherche d’économies d’échelle notamment sur des activités que l’on peut centraliser, ou encore l’externalisation de certaines activités sont aujourd’hui omniprésentes. Dossier réalisé avec l’aimable collaboration de Wolters Kluver France Documents mis en ligne en avril 2013

L’acceptation de soi - Accompagnement de professionnels en souffrance au travail Beaucoup de personnes arrivent dans mon cabinet de consultation avec cette demande : « J’aimerai que vous m’aidiez à être moi » ou simplement « je veux être moi ». Vouloir devenir soi-même, cherchez à être soi, voilà une demande plutôt singulière. Comme si l’on pouvait être autre chose que soi-même ! Et pourtant en analysant avec mes clients leur scénario de vie j’ai découvert que beaucoup d’entre eux avaient une réelle interdiction scénarique à s’accepter tels qu’ils sont et donc de vraies difficultés à s’assumer. Nous vivons en effet dans une société marquée par des « canons » en matière de bien et de mal, de ce qui se fait et de ce qui ne se fait pas, de ce qu’est un homme ou une femme, etc. Or ces « canons » s’ils sont nécessaires et utiles afin d’aider tout à chacun à se situer dans la société dans laquelle il vit peuvent parfois devenir des bourreaux d’une violence inouïe. Et que dire des jeunes en questionnement par rapport à leur identité sexuelle ou de genre ?

Comment gagner confiance en soi au travail Prenez deux managers, un homme et une femme, trentenaires tous les deux, aussi performants l'un que l'autre dans leur travail. Proposez-leur une superbe promotion. La cadre n'acceptera que si elle sûre d'avoir 100 % des compétences requises quand l'homme, lui, se contentera d'en avoir 70 % pour signer des deux mains. Toutes les études le montrent : à compétences égales, il est souvent plus difficile pour les femmes d'afficher leurs ambitions. Une modestie, ou une impuissance, hélas interprétée par leurs patrons comme un manque d'implication dans l'entreprise ou d'intérêt pour leur carrière. « C'est sur la confiance qu'il faut agir, a déclaré Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, de la Ville, et de la Jeunesse et des Sports, en donnant à toutes les femmes des outils qui étaient jusqu'à présent l'apanage des cadres supérieures appartenant à des réseaux de grandes écoles : des conseils simples, efficaces, détaillés et gratuits...

Génération Y... Les empêcheurs de travailler en rond M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par Guillemette Faure C'est l'histoire de la directrice d'une agence de pub qui a voulu secouer un de ses salariés âgé de 28 ans pour qu'il accepte d'arriver au bureau avant 11 h 30 et qui s'est vu répondre : "C'est pas de ma faute, c'est mon biorythme." C'est l'histoire de la responsable d'un magasin de luxe qui a trouvé son employé affalé dans un fauteuil en vente, un café à la main et a entendu :"Ben quoi, je suis en pause." C'est l'histoire de la responsable des ressources humaines d'une grande entreprise de bâtiment à laquelle un jeune conducteur de travaux a demandé de cesser de prélever de sa paie les cotisations retraite, avec cet argument : "La retraite, ça ne m'intéresse pas." "Comme dans "Super Nanny", les dirigeants font appel à des personnes extérieures pour élever leurs enfants", blague à moitié Christine Charlotin, du cabinet Openmind Conseil, qui intervient dans toutes sortes d' entreprises, de Hermès à Eiffage.

Organisation du travail et santé : quels liens, quels effets ? L’impact de l’organisation du travail, des restructurations, des modifications organisationnelles n’est plus à démontrer sur la santé et la qualité de vie au travail des salariés. Comment en mesurer et en minimiser les effets ? Constitué des extraits des interventions de la conférence avant-première Préventica organisée à Paris en octobre 2012 sur ce thème, ce dossier donne la parole à des experts. Une large part est laissée en outre à des exemples concrets, à travers les témoignages de préventeurs ayant mené à bien des démarches originales au sein des secteurs privés et publics. Relier les conditions de travail à celle de l’organisation du travail Par Dominique Vandroz, directeur Général Adjoint de l‘ANACT L’impact des réorganisations et restructurations sur la santé des salariés Par Claude-Emmanuel Triomphe, Directeur Europe, ASTREES Le rôle du médecin du travail dans la prise en charge des risques psychosociaux. Documents mis en ligne en mars 2013

Les 6 facteurs émotionnels du bien-être au travail Dans une interview, Beatriz Arantes, psychologue et chercheuse chez Steelcase, une entreprise spécialisée dans le mobilier de bureau et l’aménagement des espaces de travail, nous avait expliqué en quoi l’expérience émotionnelle était la clé du bien-être au travail. Le résultat d’une étude approfondie réalisée avec une équipe composée d’un ergonome et d’un designer qui montre comment l’émotion joue sur notre efficacité et notre sentiment de bonheur au travail. Beatriz nous détaille ses recherches en passant en revue les 6 facteurs émotionnels qui déterminent le bien-être au travail : la pleine conscience, l’authenticité, l’appartenance, le sens, l’optimisme et l’énergie. 1. La pleine conscience : avoir le choix du lieu de travail « La pleine conscience vient de la philosophie et la méditation orientale. 2. « L’authenticité est le deuxième pilier : agir en cohérence avec nos valeurs. 3. « Le sentiment d’appartenance est aussi fondamental. 4. 5. 6.

La méditation aide aussi les soldats Recherche par mot-cléou par rubrique Les militaires – ici les Marines américains – peuvent tirer un grand bénéfice de la méditation de pleine conscience. Cette formation devrait être dispensée à tous les soldats susceptibles d’être envoyés dans des zones de conflit, estiment ces chercheurs de l’université de Californie (San Diego) qui ont collaboré avec les services médicaux de l’US Navy. Quatre pelotons de Marines ont été formés à la méditation de pleine conscience, puis ont participé à des simulations de combats (avec des scénarios particulièrement réalistes et des situations très stressantes, il va sans dire), en affrontant des soldats qui n’avaient pas suivi le programme de pleine conscience. Une série de paramètres ont été analysés. Que disent les résultats ? publié le : 10-09-2014 Source: The American Journal of Psychiatry ( Vous avez trouvé cette information intéressante? Retour au début de l'article »

Le harcèlement moral dans le milieu professionnel : la peur au ventre Alors que certains salariés reprennent le travail, le cœur léger bien qu’avec un peu de nostalgie due à la fin des vacances, pour d’autres, la reprise est synonyme de souffrance et c’est la peur au ventre qu’ils prennent le chemin du bureau. Si les risques psychosociaux revêtent de nombreux visages (stress au travail, violence, mal-être, burn-out, harcèlement sexuel) il y a une souffrance qui fait des ravages en silence : le harcèlement moral. Une vraie problématique Des études françaises indiquent que 9 à 10% des salariés ont déjà subi des situations de harcèlement moral sur leur lieu de travail avec une durée moyenne de harcèlement d’un peu plus de 3 ans. Il faut noter de grandesdifférences entre les secteurs d’activités. Dans le privé,le harcèlement moral est violent et dure moins longtemps car le salarié finit par démissionner. Une violence invisible et répétitive Ses différentes formes : directe ou subtile Le terreau du harcèlement moral Ce que dit le droit La lumière au bout du tunnel

Related: