background preloader

Les réseaux sociaux acteurs de la démocratie ?

Les réseaux sociaux acteurs de la démocratie ?
Emna El Hammi Blogueuse tunisienne Les réseaux sociaux, nécessaires mais pas suffisants Les réseaux sociaux ont contribué aux mobilisations qui ont donné le jour au printemps arabe, dans la mesure où ils ont permis de rapprocher des personnes, d’échanger des informations en temps réel et de faire circuler des mots d’ordre. De là à les considérer comme des acteurs démocratiques (majeurs) il y a un pas que l’on ne saurait franchir que si l’on réduit la démocratie à son versant «négatif» (la protestation, la dénonciation). Dès qu’il s’agit de produire de la pensée, d’organiser les gens et d’élaborer des programmes, leurs limites deviennent patentes. Même pris comme outils de «communication» (de dé-communication plutôt), ils demeurent marqués du signe de la minorité. Malek Khadhraoui blogueur tunisien «Le régime Ben Ali a œuvré pour transformer le peuple tunisien en une masse d’individus déconnectés, sans possibilité d’échanges et de débats. Ahmed Herzenni Sociologue marocain

http://www.liberation.fr/forum-lyon-2011-nouvelles-frontieres/2011/11/25/les-reseaux-sociaux-acteurs-de-la-democratie_777118

Related:  reseau sociaux et democratieRéseaux sociaux : outils démocratiques ?Démocratie et réseaux sociaux

Hong Kong. FireChat, le réseau social de la révolte Pendant le Printemps arabe, les manifestants communiquaient entre eux (notamment) par Twitter. Mais ça, c'était avant. À Hong Kong, la révolte des parapluies (c'est ainsi que l'on nomme le mouvement qui réclame plus de démocratie) utilise un autre réseau social : FireChat. C'est un des leaders des manifestations, Joshua Wong, un étudiant de 17 ans, qui a fait la promotion de cette appli pour smartphone sur sa page Facebook. Succès immédiat : « Il y a eu plus de 100 000 téléchargements à Hong Kong entre le 28 et le 29 septembre », raconte Micha Benoliel, un des créateurs de FireChat, un Français installé en Californie. Ce qui fait le succès de FireChat, c'est qu'on peut communiquer même quand on n'a pas de réseau, même quand le réseau est saturé... ou quand on ne veut pas l'utiliser, pour éviter la censure.

Démocratie et réseaux sociaux : l'Etat suédois ouvre son compte Twitter à ses citoyens Lundi 19 décembre Réseaux sociaux - 19 décembre 2011 :: 18:22 :: Par Eric Le fameux modèle ultra-démocratique suédois qui fait tant fantasmer les gouvernements des pays latins trouve aussi son prolongement dans les réseaux sociaux. Dans le cadre d’un projet de prise de parole par les citoyens, la Suède vient de lancer Curators of Sweden, le premier compte Twitter officiel d’un état animé par ses citoyens. A l’origine du projet, le Swedish Institute et VisitSweden, deux organismes dont l’objet est d’assurer la promotion de la Suède dans le monde. Chaque semaine un nouveau participant s’approprie le compte Twitter @sweden et prend la parole officiellement et librement au nom de ses congénères. en postant des courts messages sur son beau pays, sa vie, son oeuvre.

Internet : un bienfait ou un danger pour la démocratie ?  - Médias et démocratie Découverte des institutions <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> Quelques dates clés 1969 : Création par le Département américain de la défense d’un réseau reliant plusieurs gros centres de calcul et des systèmes radio et satellites : Arpanet. Ce serait l’ancêtre d’Internet. Gaza : le phénomène Farah Baker alias Farah_Gazan - Hebdo Elle s'appelle Farah Baker, elle a 16 ans et elle est devenue un phénomène sur Twitter. Dans les Territoires palestiniens, cette jeune gazaouie a retenu l'attention lors de l'opération israélienne dans la bande de Gaza. Une guerre dans les airs et au sol que le monde a suivi grâce aux médias, mais qui s'est jouée aussi sur les réseaux sociaux. Envoyé spécial à Ramallah Elle s'appelle Farah Baker, elle a 16 ans et elle est devenue un phénomène sur Twitter, cet outil qui oblige à s'exprimer en 140 caractères maximum. Farah Baker alias Farah_Gazan n'avait qu'une centaine d'abonnés avant le conflit.

Les réseaux sociaux au secours de la démocratie Les réseaux sociaux au secours de la démocratie Et ca date du 14 fév 2011 Facebook, Twitter, Google et cie n’ont jamais autant servi l’humanité que ces dernières semaines. Les révolutions tunisiennes et égyptiennes en sont les exemples les plus criants. Facebook, Twitter et Google au cœur de la révolution égyptienne Réseaux sociaux: un danger pour la démocratie? Bienvenue ! {* welcomeName *} {* loginWidget *} Bienvenue ! {* #signInForm *} {* signInEmailAddress *} {* currentPassword *} {* /signInForm *} Libre circulation de l’information et réseaux sociaux: un rôle pour la démocratie et la participation sociale Libre circulation de l’information et réseaux sociaux: un rôle pour la démocratie et la participation sociale Au cours de cet atelier, on a examiné le rôle important des réseaux sociaux dans la promotion de la démocratie et de la participation sociale, et l’on a réfléchi aux moyens de renforcer ce rôle en encourageant la libre circulation de l’information sur Internet. Dans le cadre des récents mouvements sociaux, les réseaux sociaux sont devenus des outils de communication de masse et des vecteurs de la mobilisation.

La connexion internet, un enjeu démocratique «Le nerf de la guerre, c'est l'accès à l'internet, insiste le professeur au département des télécommunications de la New York University et auteur de deux ouvrages sur le pouvoir des réseaux sociaux. Regardez ce qui s'est passé en Thaïlande lorsque les chemises rouges ont voulu manifester. Ce mouvement d'opposition a construit son propre réseau Wi-Fi parallèle, car il se doutait bien que le régime en place allait essayer de couper la connexion à l'internet. Même chose à Benghazi, en Libye. Des citoyens ont littéralement transporté des fibres optiques provenant de l'ouest de l'Égypte afin de s'assurer qu'ils resteraient branchés. La connexion internet est l'enjeu des prochaines années et je vous assure qu'on verra des régimes répressifs jouer au chat et à la souris avec leur population sur cette question.»

Émission - Débat du jour Bienvenue ! {* welcomeName *} {* loginWidget *} Bienvenue ! {* #signInForm *} {* signInEmailAddress *} {* currentPassword *} {* /signInForm *} Les réseaux sociaux favorisent-ils vraiment le débat? L'étude réalisée auprès de 1801 adultes par le Pew Research Internet Project démontre que les gens qui n'ont pas tendance à exprimer une idée quand elle ne correspond pas à celle de leur entourage (les collègues de travail, la famille, etc.) ne seront pas plus loquaces sur Twitter et Facebook. En d'autres mots, si vous n'en pouvez plus de l'Ice Bucket Challenge mais que tous vos amis Facebook sont super emballés à l'idée de se filmer en se versant un seau d'eau glacée sur la tête, vous aurez davantage tendance à vous taire qu'à exprimer votre désaccord publiquement. C'est ce qu'on appelle en sociologie la «spirale du silence», une théorie élaborée par une sociologue allemande au milieu des années 70 qui affirme qu'un individu choisira de se taire plutôt que d'exprimer une idée à contre-courant, de peur d'être ostracisé par sa communauté. Les six auteurs de l'étude du centre Pew étaient curieux de vérifier si cette théorie se confirmait dans les réseaux sociaux.

BercyCamp : l'administration à l'heure des réseaux sociaux A l’heure du web 2.0, les citoyens attendent de leurs administrations plus d’ouverture, de dialogue et de transparence. Eh bien celles-ci ne font pas la sourde oreille, à en juger par l’initiative des communicants des ministères de Bercy, qui organisaient ce mardi 27 avril à la Cantine le premier barcamp de l’administration publique : le BercyCamp. Pour ces professionnels de la communication publique, les réseaux sociaux représentent une préoccupation concrète qui interroge la nature même de leur activité.

Cet article provient de Libération et traite et traite des réseaux sociaux et de leurs "pourvoir" de basculer un régime mais ce ne serait pas suffisant selon une blogeuse tunisienne interroger dans cet article. Cet article est intéressant et permet de comprendre comment les réseaux sociaux peuvent jouer un rôle dans une révolution. by maximejuvin Jan 16

Related: