background preloader

Petite histoire de la photographie

Petite histoire de la photographie
Related:  textes, histoire, diversArts

La première photo montrant une personne en 1838 par Daguerre Cette photographie a été prise par Louis Daguerre en 1838 Boulevard du Temple à Paris et c’est la première photo à montrer un être humain. A l’époque à cause de la très faible sensibilité des Daguerréotype et la faible ouverture des optiques il fallait plusieurs dizaines de minutes d’exposition, la circulation et les passants sont donc flous et invisible comme sur toutes les images de l’époque alors que ce personnage en bas à gauche qui se fait cirer ses chaussures est resté immobile assez longtemps pour apparaitre sur l’image. des Tatouages inspirés d’œuvres d’art Découvrez de superbes tatouages inspirées ou reproduisant des œuvres d’art de grands maîtres. Si nous retrouvons malheureusement souvent sur le web des photos de tatouages vraiment très laids, cette collection de clichés est tout simplement sublime. Les personnes suivantes ont véritablement transformé leur peau en toile et le résultat est magnifique! Il faut souligner le travail exceptionnel des tatoueurs qui ont réussi à reproduire avec talent les oeuvres d’art d’artistes tels que Dali, Warhol, Van Gogh, Magritte ou encore Picasso. Le Violon d’Ingres - Man Ray Campbell’s Soup Cans - Andy Warhol Sweet Dreams Baby - Roy Lichtenstein Un dimanche après-midi sur l'île de la Grande Jatte - Georges Seurat Sketch - Edgar Degas Marcel Duchamp Le Fils de l'Homme - René Magritte La Création d'Adam - Michel-Ange (2) Le Cri - Edvard Munsch Jackson Pollock La Joconde - Léonard de Vinci le dessin d'un chien par Pablo Picasso Georgia O’Keeffe Frida Kahlo La persistance de la mémoire - Salvador Dalí Andy Warhol Banksy

Child Labor in America: Investigative Photos of Lewis Hine About these Photos Faces of Lost Youth Left - Furman Owens, 12 years old. The Mill Left - A general view of spinning room, Cornell Mill. Left - One of the spinners in Whitnel Cotton Mill. Newsies Left - A small newsie downtown on a Saturday afternoon. Left - Out after midnight selling extras. Left - Francis Lance, 5 years old, 41 inches high. Miners Left - At the close of day. Left - Breaker boys, Hughestown Borough, Pennsylvania Coal Co. The Factory Left - View of the Scotland Mills, showing boys who work in the mill. Left - Young cigar makers in Engelhardt & Co. Left - Day scene. Seafood Workers Left - Oyster shuckers working in a canning factory. Left - Manuel the young shrimp picker, age 5, and a mountain of child labor oyster shells behind him. Field and Farm Work Left - Camille Carmo, age 7, and Justine, age 9. Left - Twelve-year-old Lahnert boy topping beets. Little Salesmen A Variety of Jobs Left - A Bowery bootblack in New York City. Left - A boy carrying hats in New York City.

Los 13 tatuadores más geniales del mundo Pyrros.fr - Des photos pour imager le Monde En images : quand l'intime croise le fantastique par Sarah Anne Johnson La photographe canadienne Sarah Anne Johnson livre dans la série de photos Wonderlust, exposée il y a peu à New-York, un saisissant spectre des ébats. Âmes sensibles, ne pas s’abstenir. (Crédit Image : Sarah Anne Johnson) S E X E : quatre lettres au puissant pouvoir évocateur que choisit d’explorer Sarah Anne Johnson dans la série Wonderlust. Le spectre des ébats est ainsi représenté par des photos prises in situ, auxquelles sont ensuite ajoutés des effets de matière, entre paillettes cosmiques, touches de peintures anarchiques ou violentes impressions d’ “entailles”. L’intégralité de la série Wonderlust était exposée à la Julie Saul Gallery à New-York. Sarah Anne Johnson – Wonderlust Je veux recevoir plus de news !

Le Séminaire Photo (1/7) : Laura Henno Vidéo 1 : Exposition La Route du retour de Laura Henno, diaporama. Photos des vues d’exposition au Centre Photographique d’Ile-de-France : Aurélien MoleVidéo 2 : Présentation de La Route du retour, une exposition au Centre photographique d’Ile de FranceVidéo 3 : Statut des images et des « personnages » chez Laura HennoVidéo 4 : La Réunion, 2010. Le contexte de production des images / L’exil et la figure du migrant / Intensification et complexification de la mise en scèneVidéo 5 : Échange avec le public Le magazine est heureux de s’associer au Séminaire photographique à la Maison du geste et de l’image (MGI), présenté conjointement par l’Ecole doctorale d’histoire de l’art (Université Paris 1), la Société française de photographie (SFP) et la MGI. Jusqu’en mai 2012, toutes les rencontres entre Michel Poivert, Julie Jones et les artistes seront filmées et retransmises en intégralité. Écouter la rencontre Discours introductifs — Michel Poivert : « Merci Francis de nous accueillir. Liens

Photo : un photographe russe jusqu'au bout du monde Février : Konbini évoque le quotidien peu ordinaire d’un internaute. Il s’appelle Murad Osmann et utilise Instagram. Depuis, il continue à voyager dans le monde entier. Retour sur un phénomène. Murad Osmann est un photographe russe qui voyage à travers le monde avec sa compagne. Résultat, on traverse le monde entier : Venise, Londres, Moscou, une partie de l’Asie ou un parc d’attraction Disneyland ainsi que le Brésil ou New York. Sur le “à propos” du site, il est expliqué : Hype Production est une jeune société de production active dans le domaine de la musique, des vidéos télévisuelles et des publicités. Tout au long de l’année, il a continué à parcourir le monde, de l’Espagne à Paris, avec toujours cette mise en scène qui lui est propre. Résultat, même Google s’est emparé du phénomène et lui a dédié une vidéo (publiée ce 23 décembre) dans laquelle il explique son cheminement et surtout le fait qu’il ne se prend pas pour un photographe.

"La photographie française, l'une des formes essentielles de la poésie contemporaine." | La République De La PhotoLa République De La Photo Le paysage photographique semble jouir aujourd’hui d’une liberté qui décloisonne ses frontières, autrefois infranchissables. Jusqu’à la fin des années 1990, on opposait avec fermeté (du point de la critique et des producteurs d’images) les partisans d’une photographie pure et les artistes utilisant la photographie. Aujourd’hui, ces délimitations ne semblent plus opérantes pour saisir ce qui se passe dans le champ photographique. En tant qu’historien, Michel Poivert, a été le témoin direct de ces changements de pratiques. L’opposition jadis franche et belliqueuse entre la photographie pure et la photographie utilisée par les artistes semble aujourd’hui révolue. L’opposition entre “puristes” et artistes mobilisant la photographie est quasiment consubstantielle à l’histoire de la photographie. Frederick Evans. Ce phénomène est-il lié à d’épuisement des idéologies ? James Nachtwey. Extrait du livre « Un mince vernis de réalité », éditions Filigranes. Images

Philosophie générale et philosophie esthétique. Jacques Darriulat Conférence prononcée le 10 mars 2004 Mise en ligne : août 2008 LE TABLEAU ET LE MIROIR Parmi les nombreuses notes que Léonard de Vinci nous a laissées, et qu’on a pris l’habitude de nommer les Carnets, il s’en trouve un certain nombre qui proposent au peintre le miroir pour modèle. C’est ainsi que, jetant quelques remarques en vue d’un traité de la peinture, Léonard prévoit d’écrire un chapitre intitulé : « Comment le miroir est le maître des peintres » (I, 251). Bien que cet ouvrage, comme de très nombreux projets laissés inachevés par le maître, n’ait jamais été publié, il est aisé, semble-t-il, de deviner quel aurait été le contenu de ce chapitre : si le miroir est le maître du peintre, c’est parce qu’il est le plus mimétique de tous les objets, qu’il donne du visible une image fidèle et exacte.

Que sont les droits d’auteur et à quoi servent-ils ?Angle Droit, les essentiels pour utiliser des images Vous avez trouvé l’image illustrant parfaitement votre campagne de pub, votre site Internet ou tout autre support ? Vous savez, la fameuse image tellement parfaite que vous n’avez finalement pas le droit de l’utiliser pour des questions de droits d’auteur et de propriété intellectuelle ? C’est extrêmement frustrant ! Et que dire de ceux d’entre nous qui ont finalement utilisé une image sans autorisation et se sont vus demandés une somme astronomique sans s’y attendre après l’avoir publiée ! Il faut dire que cerner l’ensemble des questions liées aux droits d’auteur est un exercice périlleux. Bon, nous ne sommes pas juristes, alors forcément, ce rappel légal ne nous avance pas particulièrement. Droits d’auteur : une protection essentielle pour consacrer le travail d’un artiste Ce qu’il faut d’abord comprendre, c’est que l’auteur d’une œuvre originale – en l’occurrence ici, un photographe – possède deux types de droits : les droits patrimoniaux et le droit moral.

L'invention de la photographie (1839) Parmi les nombreuses découvertes et inventions du monde arabe vers le Xe siècle, il convient de noter celle de la chambre noire, élément indispensable à l'invention de la photographie. Malgré l'idée précoce de Léonard de Vinci de fixer l'image projetée dans cette chambre noire, il faut attendre l'année 1826 pour que le Français Nicéphore Niépce la concrétise grâce à une plaque d'étain polie, recouverte d'une solution de bitume de Judée et d'essence de lavande, qu'il expose huit heures durant. L'invention est rapidement perfectionnée par Jacques Daguerre dont les premiers daguerréotypes sont réalisés en 1837. En 1839, Daguerre fixe une épreuve positive directe ; en 1841, Fox Talbot invente le négatif, qui permet la multiplication des tirages positifs. Ces deux découvertes constituent l'aboutissement de recherches optiques commencées à la Renaissance italienne (caméra obscura, ou « chambre noire ») et d'études chimiques sur la sensibilité à la lumière des sels d'argent. Bibliographie

Alain Quemin : « Un déni des institutionnels » - Le Journal des Arts - n° 354 - 7 octobre 2011 Abonnements sans engagement de durée (Abonnement à durée libre au JournaldesArts.fr) (Abonnement à durée libre à L’oeil et au JournaldesArts.fr) (Abonnement à durée libre au Journal des Arts et au JournaldesArts.fr) (Abonnement à durée libre au Journal des Arts, au JournaldesArts.fr et à L’oeil) Abonnements d'une durée de six mois Cette offre n'est pas disponible Abonnements d'une durée d'un an (12 mois d’accès au JournaldesArts.fr) Vous accédez librement et en permanence pendant 1 an à toutes les archives de L’œil et du Journal des Arts depuis 1994 ainsi qu’à l’actualité quotidienne du JournaldesArts.fr. (12 mois d’accès au JournaldesArts.fr + 11 numéros de L’oeil) Vous recevez tous les mois (sauf en août) votre revue + vous accédez à la totalité des archives et articles quotidiens du JournaldesArts.fr, pendant 1 an tout en réalisant une économie de près de 67 € (12 mois d’accès au JournaldesArts.fr + 22 n° du Journal des Arts) Abonnements d'une durée de deux ans (Abonnement à durée libre à L’Oeil)

Related: