background preloader

Végéphobie, oppression réelle ou victimisation?

Végéphobie, oppression réelle ou victimisation?
La végéphobie, oppression réelle ou victimisation outrancière? Les vegans eux-même forment deux camps opposés. D’un côté: Oui, je suis opprimé. Je subis des moqueries, rejets, discriminations à cause de mon régime alimentaire. De l’autre: Arrêtez de vous victimiser, c’est indécent de comparer quelques remarques désagréable à une véritable oppression. J’ai longtemps louvoyé entre ces deux positions. La végéphobie est-elle une oppression? Là, comme ça, j’ai envie de dire non. Au lendemain de la Veggie Pride 2013, je suis allé faire un tour sur les sites d’actualité. Y a un truc que j’adore, c’est qu’on m’explique si je suis discriminée ou non. Pour me faire l’avocat du diable, ou plutôt des gens qui parlent bêtement avant de réfléchir, ce ne sont pas les articles en ligne qui vont les instruire beaucoup sur ce qu’est la végéphobie. Pourtant, je pense que le parallèle n’est pas complètement idiot. Végéphobie: une discrimination 1- L’humour désopilant du carniste. 2- De l’humour au contrôle social

http://lesquestionscomposent.fr/vegephobie/

Related:  VGbashing/lolVeganVégéta*ismeLiens utiles III

Du welfarisme a l’abolitionnisme, ou comment la cohérence éloigne des normes J’ai exposé dans la précédente note, les raisons pour lesquelles, si on devient réaliste, on se rend compte qu’une certaine dose de souffrance est nécessaire si l’on veut élever des animaux, l’abus étant inhérent à la notion de propriété d’un être sensible. C’est donc en particulier vrai pour la viande, mais aussi pour toute forme d’élevage. J’insiste sur la viande, car en toute objectivité, si l’on se débarrasse de ses a priori culturels, il est difficile de considérer que l’abattage d’un animal en parfaite santé pour utiliser sa chair n’est pas un abus.

Dietethics.eu Dietethics est le produit d’un partenariat international subventionné par l’Europe ( Grundtvig ) . Les organismes d’éducation non lucratifs qui ont été sélectionnés par les agences européennes sont la Société végane française, l’ Association suisse pour le végétarisme (ASV) et l’ Alliance des animaux du Danemark (Dyrenes Alliance). Ce programme éducatif porte sur l’atténuation du réchauffement climatique, du gaspillage des ressources alimentaires mondiales et de l’exclusion sociale par l’adoption de modes de vie sains et durables.

ÉCOLOGIE ET POLITIQUE - Le capitaine Paul Watson revient sur sa longue amitié avec Brigitte Bardot. -Droite ou gauche ne signifient rien quand il est question de défendre notre Océan- Paul Watson et Brigitte Bardot en 2014 (Photo en haut) et en 1977 (Photo en bas)"Vous pouvez plaire quelquefois à quelques personnes, quelquefois à tout le monde, tout le temps à quelques personnes, mais vous ne pourrez jamais plaire tout le temps à tout le monde." - Abraham Lincoln. Sur ma page Facebook, j’ai effacé tous les commentaires grossiers et offensants concernant Brigitte Bardot, et je continuerai. Je ne tolèrerai aucun commentaire injurieux envers une femme qui n’est pas seulement une de mes amies de longue date, mais dont la contribution à notre cause a été immense pour défendre les bébés phoques, les dauphins, les baleines et les poissons, et à qui moi-même et mes équipes sommes très reconnaissants. Nous avons baptisé un de nos navires du nom de Brigitte Bardot en raison de l’incroyable énergie qu’elle a déployée pour défendre les animaux.

Les avantages méconnus du végétarisme Vendredi 3 octobre 2008 5 03 /10 /Oct /2008 23:31 On parle toujours des mêmes avantages du végétarisme. On finit par le savoir que c'est plus écologique, plus éthique envers les animaux et les pays du Sud, bon pour la santé blablabla. Mais je trouve qu'il y a trop de choses dont on ne parle jamais. L’illusion du welfarisme C’est une scène de Earthlings. Des hommes sont autour d’un cochon et le frappent. Le cochon est à terre, incapable de se relever, mais ils n’arrivent pas à l’achever; il bouge encore. L’un d’eux ramasse un parpaing, le jette sur sa tête. Le cochon s’agite de plus belle, ses pattes remuent inutilement dans le vide.

Pourquoi les nouveaux végétariens ne sont plus les doux dingues ou les sinistres ennemis des plaisirs de la chair qu'on s'imagine La nouvelle génération des végétariens fait son chemin, au point d'avoir son documentaire diffusé sur Arte : "Les nouveaux végétariens". Si les résolutions du nouvel an pointent vers mieux manger, moins de viande ou plus de viande du tout, la toile regorge maintenant de blogs pour découvrir un nouvel univers qui ne se limite plus à l'art de cuisiner sans protéines animales mais file droit vers un nouveau style de vie. L'image des végétariens et végétaliens a beaucoup changé, elle peut même être branchée. Ils circulent à velib', brunchent végétarien et gourmet le dimanche, font du co-voiturage avec un œil sur leur empreinte carbone et vont manifester sincèrement contre la civilisation de la viande et la cruauté contre les animaux. Il n'existe pas d'études sur ces consommateurs dont le nombre grandit, mais la sociologie commence à s'y intéresser par quelques travaux.

Sexisme, racisme et spécisme : intersections des oppressions Conférence et discussion Avec Christiane Bailey, étudiante au Doctorat en philosophie, Université de Montréal et Élise Desaulniers, auteure. Le samedi 7 février, de 10h à 12h15, UQAM (A-2405, pavillon Hubert-Aquin).Dans le cadre de Philopolis. Entrée libre. Le mouvement pour la protection des animaux est largement composé de femmes, mais les liens entre féminisme et libération animale ainsi qu’entre patriarcat et suprématie humaine sont encore méconnus. Suivant une approche écoféministe qui soutient que les oppressions humaines sont liées à la domination des autres animaux et de la nature, nous verrons comment les conditions matérielles et idéologiques de l’exploitation des animaux ont facilité et facilitent encore la domination de certains groupes humains considérés comme inférieurs.

Parents végétaliens : pourquoi font-ils peur ? Le régime végétalien affole les foules, dès lors qu’il est question de l’imposer à un enfant ou de le poursuivre pendant sa grossesse. Et les parents végétaliens sont souvent sommés de se justifier sur leur choix alimentaire, que l’opinion publique se plaît à qualifier de dangereux et d’irresponsable. Aucun parent végétalien n’est épargné, et les célébrités végétaliennes font régulièrement les gros titres de la presse people, qui les présente comme des irresponsables mettant en danger la santé et la vie de leur enfant. Flickr gelinh cc Pourquoi les parents végétaliens font-ils peur ? Les indignations et autres mises en garde exprimées par la presse sont-elles justifiées ?

Etre vegan, c’est dur? Maintenant que je rencontre des gens venant, disons pas du monde entier parce que ce serait exagéré, mais de plusieurs cultures différentes, je rencontre souvent les mêmes réactions quand j’annonce que je suis végane, mais pas les mêmes qu’en France. En France, (ou à l’étranger quand on rencontre des français), je ne vais pas vous refaire une liste exhaustive des conneries qu’on peut entendre quand on annonce qu’on est végétarien ou végan. Mais donc, heureusement y a pas que les Français dans la vie, sinon au niveau des droits des animaux on en serait encore à se demander si les vaches ont plus de sensibilité que les carottes (d’ailleurs c’est encore un peu le cas). Et la plupart des gens dans le monde sont assez réceptifs quand on leur dit qu’on évite certains aliments par respect pour les animaux.

"Peut-on vivre sans aucun aliment d'origine animale ? La réponse est oui. Sans aucun problème. Il n'y a rien dans les aliments d'origine animale qui n'existe pas dans les aliments végétaux" (Docteur Christian Tal Schaller) Tous les éléments nutritifs dont notre organisme a besoin se trouvent dans les aliments végétaux. Et ça n'a rien de surprenant : tout ce qui se trouve dans la viande et les produits laitiers provient des végétaux consommés par les animaux !

Related: