background preloader

La documentation scolaire d'hier à aujourd'hui : interview de Françoise Chapron

La documentation scolaire d'hier à aujourd'hui : interview de Françoise Chapron
Françoise Chapron a aimablement accepté de nous faire part de quelques réflexions autour de la documentation scolaire : le passé pour mieux appréhender le présent et pourquoi pas, pressentir l’avenir. Françoise Chapron, qui êtes-vous ?, 5’23 Ses débuts dans le domaine de la documentation scolaire Sa contribution à l’action de la FADBEN Son rôle en tant que formatrice à l’IUFM de Haute-Normandie Des SDI aux CDI, 6’25 Le contexte de création des CDI Les logiques de fonctionnement La circulaire de 1977 La circulaire de missions de 1986 La création du CAPES de Documentation Les évolutions en matière de pédagogie de l’information La recherche en didactique de l’information Les évolutions du CAPES de Documentation Au sujet des tensions au sein la profession, 13’12 Les différentes mouvances Les derniers textes liés à la profession Les projets de circulaire de missions Les difficultés à parvenir à un consensus Au sujet des débats actuels, 23’07 L’article publié sur le site Les Trois Couronnes Le Learning centre

http://www.docpourdocs.fr/spip.php?article434

Related:  Métiercdidocumentation cdiInfo-Docsolenel

Vous avez dit « maîtrise raisonnée » des TIC ? Vous avez dit « maîtrise raisonnée » des TIC ? Réflexions à la lecture de l'article « Internet et ses pratiques juvéniles »* Sans un minimum de connaissances en Physique que peut-on comprendre de la radioactivité ou des satellites « stationnaires » ? Les Centres de Documentation et d'Information tardent-ils à entrer dans le monde du Web 2.0 ? Inspecteur général de l’éducation nationale depuis 2002, Jean-Louis DURPAIRE a en charge le secteur de la documentation. Il préside les concours de recrutement des professeurs documentalistes. Il est l’auteur ou le co-auteur de nombreux articles et de plusieurs rapports ( les politiques documentaires des établissements scolaires (2004), l’accès et la formation à la documentation du lycée à l’Université (2009). Jean-Louis Durpaire a dirigé deux CRDP et a été directeur général adjoint du CNDP. Pour Jean Louis DURPAIRE il faut que les Centres de Documentation et d’Information et les documentalistes soient les acteurs majeurs de la transformation en oeuvre vers l’Ecole de demain.

La prise de notes au centre de l’activité documentaire De la réédition du même à l'inédit du savoir [1] La prise de notes est une activité qui semble plutôt relever de l'ordre d'un savoir faire que de celui d'un concept, dans la mesure où le premier terme de la locution lui confère une valeur opérationnelle qui est l'indice d'un savoir d'action et non d'un savoir théorique. Cette connaissance de type procédural apparaît de plus a priori transversale, puisqu'elle peut être requise dans chaque discipline aussi bien pendant le cours que dans une tâche préparant ou prolongeant le cours. Marie Monthus (1994) décline ainsi les opérations mentales, ou capacités, convoquées pour toute prise de notes.

[FADBEN] Avec la volonté de faire évoluer positivement la profession des enseignants documentalistes, dans sa mission pédagogique liée au domaine d’enseignement de l’information-documentation, la FADBEN propose de contribuer activement à la construction d’un curriculum en information-documentation. Lors des Assises nationales « Éducation à l’information et à la documentation », en 2003, Jean-Louis Charbonnier, alors formateur en IUFM, est revenu sur la définition historique du « curriculum », « programme d’étude ou de formation organisé dans le cadre d’une institution d’enseignement ou, plus précisément, ensemble cohérent de contenus et de situations d’apprentissage mis en œuvre dans une progression déterminée », d’après le Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation (Nathan, 1998) [1]. Depuis 2003, les réflexions autour du curriculum en information-documentation ont été poursuivies. Cette construction s’appuie sur les douze propositions énoncées par le GRCDI.

Un concept intégrateur pour les lycées des métiers A la suite de la réflexion sur les référentiels de compétences info-documentaires CAP, BEP et bac professionnel, le concept de document technique, apparu comme central, a fait l’objet d’une exploration que nous avons voulu la plus exhaustive possible. Ce travail s’inscrit dans un projet plus large qui sera poursuivi l’année prochaine. La nécessité et l’urgence d’acquérir des compétences info-documentaires spécifiques se posent avec acuité pour les apprenants des lycées technologique et professionnel, qu’ils soient de formation initiale, continue ou en apprentissage comme en lycée des métiers. En appui à ces réflexions, nous avons relu quelques lignes du « Rapport au Ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche : Les politiques documentaires des établissements scolaires » publié en mai 2004.

Les bibliothèques troisième lieu Concept encore peu répandu en France, la bibliothèque troisième lieu 1 incarne un modèle phare aux États-Unis, où l’appellation « third place library » fleurit sur la biblioblogosphère et dans la littérature bibliothéconomique. Elle y fait figure de voie d’avenir et semble se matérialiser également dans plusieurs établissements européens, notamment au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Europe du Nord, où la filiation directe à ce modèle est parfois ouvertement revendiquée, à l’exemple du « Fil rouge », bibliothèque centrale de la ville de Hjoerring, au Danemark, présentée au dernier congrès de l’Ifla 2 (International Federation of Library Associations and Institutions). Si le concept est abondamment utilisé, il reste toutefois peu documenté, peu explicité, et son usage peut connaître des acceptions divergentes. Il paraît donc opportun de se pencher sur ses caractéristiques afin d’en restituer l’essence et de mieux saisir le succès qu’il remporte 3. Qu’est-ce que le troisième lieu ?

Du projet à la politique documentaire : exemple de mise en œuvre. Force est de constater qu’il n’est pas toujours facile pour un professeur documentaliste de mobiliser à lui seul tout un établissement autour de cette question, qui apparaît, à tort, comme étant essentiellement de son propre ressort. En réalité, cette démarche doit être impulsée par le chef d’établissement dans la mesure où les orientations à définir engagent tout l’établissement. Le chef d’établissement peut, néanmoins, être conseillé par le professeur documentaliste, qui par son action au quotidien, dispose d’un certain nombre d’indicateurs, a acquis une bonne connaissance du public et de son environnement et en connait précisément les enjeux. apprendre à vivre, à produire, à décider ensemble en s’enrichissant des différences de chacun connaître, se situer, se projeter dans le monde, la culture, le patrimoine

Documents pour l'Histoire des Arts en 6ème Dimanche 3 juillet 2011 7 03 /07 /Juil /2011 10:50 Voici les documents que nous avons élaborés pour aborder l'Histoire des Arts en 6ème l'année prochaine Document-type pour étudier une oeuvre Document d'évaluation des compétences Partager l'article !

Il s’agit en vérité d’un portail à plusieurs mains, « mutualiste et indépendant », animé par des enseignants-documentalistes au sujet de pratiques professionnelles menées sur le terrain du quotidien, dans leurs CDI, complété par ailleurs de réflexions sur les évolutions qu’ils connaissent, tant au niveau national que local. Une interview d’une professionnelle et spécialiste de la question des CDI, qui lui permet de revenir sur les pratiques de son métier au début de sa carrière, expliciter l’historique de ces centres de documentation des établissements scolaires, ainsi que leur personnel, pour enfin et surtout souligner les nouvelles forces en présence qui façonnent, modifient, où menacent cet espace et l’exercice du métier d’enseignant-documentaliste dans les formes qu’ils connaissent aujourd’hui. by projetesdoc Dec 19

Related: