background preloader

La Culture doit-elle être libre et gratuite

La Culture doit-elle être libre et gratuite
Mardi soir, le magazine Usbek et Rica organisait une conférence à la Gaîté Lyrique sur le thème de « La Culture doit-elle être libre et gratuite ?« . Il s’agissait de la cinquième édition du Tribunal pour les générations futures, dont voici le pitch : Parce que l’avenir n’est pas encore mort, nous avons plus que jamais besoin de l’explorer ! Chaque trimestre, accusé, procureur, avocat, témoins et jury populaire statuent sur un enjeu d’avenir… pour identifier les bouleversements d’aujourd’hui et les défis de demain.La culture doit-elle être libre et gratuite ? La philosophie hacker dessine une nouvelle société du partage, dans laquelle la culture doit trouver un modèle économique à la fois stable et ouvert. Le principe de ces soirées est qu’un jury, composé de personnes choisies au hasard dans la salle, est invité à se prononcer sur une question à l’issue du réquisitoire d’un procureur, de la plaidoirie d’un avocat et de la déposition des témoins. Mesdames, messieurs les jurés. J'aime :

http://scinfolex.com/2012/04/20/la-culture-doit-elle-etre-libre-et-gratuite/

Related:  Action Culturelle et NumériqueInternet culture de la gratuité

Observatoire des politiques culturelles Livraisons / Festival de la revue - du 12 au 15 mai 2016 à Lyon L'association "Livraisons. Des revues en Rhône-Alpes" qui se fixe comme objectif de contribuer au développement, à la diffusion et à la connaissance des revues littéraires, artistiques, de sciences humaines et sociales à l'échelle régionale, organise la 2ème édition de son festival. Plusieurs rencontres sont organisées dont une conférence animée par Jean-Pierre Saez sur "L'histoire de la revue Silex (1976-1985)", le vendredi 13 mai à 14h. Google, géant controversé de la culture... gratuite En février 2011, la nouvelle avait fait du bruit : Google s'ouvrait à la culture et lançait sa plate-forme « Art Project ». L'entreprise de Larry Page, forte de 17 partenaires et non des moindres - le Met, le MoMA (New York), le musée du château de Versailles, la Tate Britain (Londres) ou encore le musée de l'Hermitage (Saint-Pétersbourg) -, publiait ainsi près de 1.000 reproductions d'oeuvres en ligne. Dès 2012, plus de 150 musées étaient déjà partenaires d'Art Project et 32.000 oeuvres pouvaient être consultées. Aujourd'hui, Google annonce posséder un « musée virtuel » de 57.000 oeuvres, en partenariat avec 400 institutions.

L’information en ligne est-elle vraiment gratuite ? La gratuité de l’information est au coeur de plusieurs questions. La remise en question des journaux au modèle économique traditionnel face à l’émergence des "gratuits" ; la place de la publicité dans les supports de diffusion de l’information ; ou encore, le virage opéré par les sites d’information vers le gratuit. Quels sont les coûts d’un journal traditionnel ? Sa rédaction (coût humain) et sa fabrication (coût matériel). Mais qui paie ces deux composantes ? Jean-Michel Yolin, ingénieur général des Mînes, nous répond "on peut dire que globalement le lecteur paie le support papier et la publicité paie le rédactionnel!"

Casser la page Peter Meyers d'O'Reilly Media s'est lancé dans l'écriture d'un livre, Breaking the Page (Casser la page), où, en ligne, billet après billet, il pose des questions percutantes sur la conception de nos livres numériques. Son propos est d'interroger ce qu'on peut faire avec le livre numérique et qu'on ne peut pas faire avec le livre imprimé. Comprendre et analyser les différences, en designer, pour imaginer des supports et logiciels de lecture mieux adaptés à nos pratiques. Rien de moins.

Free culture/Culture libre (Musique gratuite) C'est quoi la "Free culture" ? La Free culture correspond à la culture libre, appelée aussi le libre, qui s'appuie sur la notion de bien public et qui, de fait, est d'accès gratuit = libre = free. Musique Écoute libre Presse en ligne : « Snow Fall », le modèle de demain ? Le projet multimédia du New York Times « Snow Fall » sorti en décembre dernier symbolise tous les défis de la presse en ligne. C'est en tout cas ce que nous explique Marie-Catherine Beuth dans un billet publié sur le blog Etreintes Digitales. C'est une véritable perle éditoriale qui nous a été offerte le New York Times en décembre dernier.

Après le livre, pas d'apocalypse Il me semble important de faire état sur le site de l’accueil presse fait à Après le livre, par ordre chronologique de parution. Le premier ayant été Roger Chartier, dans Le Monde des Livres, très touché de cette attention de celui qui en France a probablement le plus impulsé et donné sa pleine dimension à ces questions, depuis plus de 10 ans pour moi en tout cas. Dans La Vie de ce 1er octobre, Après le livre, pas d’apocalypse, qui résulte d’une conversation d’une heure, dense et aux questions précises et ciblées, avec Marie Chaudey, de La Vie, c’était brasserie de l’Atlantique le 20 septembre dernier.

Le mythe de la gratuité d Ceci est le texte de la conférence que j’ai donnée au Périscope le 21 mai 2008. Cette conférence a été suivie d’un débat avec le public et d’une offrande musicale proposée par le trio de David Bressat. De manière assez paradoxale, jamais notre économie marchande n’a autant baigné dans la gratuité. Internautes vs journalistes : concurrence dans la production de l'information La nouvelle est tombée jeudi 12 décembre, le journal « 20 minutes » prévoit jusqu’à 11 licenciements en supprimant son service photo. Un coup dur supplémentaire pour le secteur médiatique qui tente encore de stabiliser ses modèles économiques à l’ère du numérique. Les lecteurs, auditeurs et téléspectateurs sont aujourd’hui envisagés avant tout comme des internautes et des mobinautes. Lors de l’Assemblée des médias qui se tenait le 2 décembre dernier dans l’Espace Cardin à Paris, les professionnels n’ont pas manqué de souligner ce nouveau rapport à l’audience désormais productrice de contenus médiatiques. Pour Thierry Happe, fondateur et Président de Happening Co :

La gratuité sur le Net vaut-elle encore le coup? Pourquoi faire gratuit et compliqué quand on peut faire simple et pas cher ? Voilà qui pourrait résumer l’état d’esprit d’un nombre toujours plus important d’internautes, dans leur façon d’acquérir des biens culturels en ligne. Payer sur le Net n’est plus une hérésie. Pourquoi la gratuité est une mauvaise idée Je n'ai rien contre les voisins ou les tuyaux, comprenez-moi bien. S'ils veulent faire briller leur asphalte, c'est leur droit. Sauf que pendant que la poussière s'écoule vers la rue, l'eau potable chèrement filtrée est gaspillée. Et c'est bibi qui paye. La raison de ce comportement est bien simple: dans la plupart des municipalités, l'eau est gratuite, du moins en apparence. En fait, les citoyens paient l'eau dans leur facture d'impôts fonciers, mais comme il n'y a généralement pas de tarifications en fonction du volume consommé, les citoyens peuvent la gaspiller sans conséquence.

Internet gratuit : les étudiants ont recours au système D Le Parisien | 03 Juin 2013, 07h00 Disposer d'un réseau wi-fi gratuit dans tout Paris pour faire ses études. C'est la quête du Graal pour les étudiants parisiens. Une véritable aubaine pour ces internautes branchés 24 heures sur 24 et en demande constante de connexion pour leurs smartphones, tablettes et ordinateurs. Tout ne peut pas être gratuit • Il a été demandé à chaque auteur de rassembler dans sa contribution l’ensemble des arguments à charge ou à décharge sur le sujet considéré. En l’occurrence, il convient de lire ce texte en regard de : « La gratuité, ça paye », N’est-ce pas donner une image faussée de la situation réelle que de faire croire – notamment aux jeunes générations – que tout est gratuit sur les réseaux de l’information numérique ? Qu’en est-il, parmi d’autres questionnements, du droit d’auteur ?

Hadopi, Piratage, Internet - Voilà l'email d'avertissement qu'enverra l'Hadopi La Haute autorité pour la diffusion des Suvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi) a publié mardi un exemple des messages d'avertissement qu'elle enverra sous peu aux internautes dont les adresses IP seront repérées sur les réseaux de piratage. [...] Si le piratage s'effectue à leur insu, l'Hadopi leur recommande de demander des informations sur les moyens de sécurisation à [leur] fournisseur d'accès à Internet. [...] L'Hadopi a envoyé au début du mois aux fournisseurs d'accès à Internet les premières demandes d'identification des abonnés dont les adresses IP ont été repérées par les ayant-droits sur les réseaux de piratage. [...] L'Hadopi veut devenir un think-tank du numérique L'Hadopi doit certes décourager le piratage, rappeler que les Suvres ont un coût, qu'on ne peut se servir à volonté, mais aussi promouvoir l'offre légale, pour l'instant aux mains de grands acteurs américains comme Amazon ou iTunes. [...]

Related: