background preloader

Du Web aux wikis : une histoire des outils collaboratifs

Du Web aux wikis : une histoire des outils collaboratifs
Les outils collaboratifs répondent aux besoins des utilisateurs de travailler en groupe, par exemple, faciliter l'écriture collaborative de documents. Nés de la croisée de technologies indépendantes (messagerie, forum, workflow...), ils ont permis de mutualiser les ressources. C'est ce qui explique pourquoi ils se sont progressivement généralisés auprès des utilisateurs. Les applications à but collaboratif sont à peu près aussi anciennes que l’Internet et indissociables de l'idée de communauté. Dès 1968, Joseph Carl Robnett Licklider et Robert W. Taylor, deux des fondateurs d’Arpanet — le prédecesseur d'Internet —, pressentent l’apparition des communautés qu'ils définissent alors comme des communautés de partage d’intérêt par opposition aux communautés de proximité géographique classiques. 1. L'histoire des outils collaboratifs commence avec la « libéralisation » de l’Internet vers la fin des années 80. Les moyens de collaborer sur le Web Toutefois, de nombreux défauts persistent. 2.

Croissance bleue : que peut faire la France concrètement ? Avec ses 11 millions de km2 sous juridiction, la France est le deuxième espace maritime mondial. Une position qui doit la pousser à l'exemplarité. A l'approche de la Cop 21, Ségolène Royal promet des mesures concrètes et rapides. La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a animé lundi 31 août la conférence nationale pour la croissance bleue et le climat. Objectif ? Gagner en leadership Les différents acteurs présents en ont donc profité pour remettre sur la table leur désidérata. Une présence forte de la France dans la gouvernance européenne et internationale de l'océan est également très demandée. Pour le sénateur de la Somme, Jérôme Bignon (Les Républicians), il serait également temps "que la France prenne le leadership dans les nombreuses conventions régionales pour la protection des mers". Gagner en compétitivité Gagner en cohérence Tous s'accordent sur un point : la mer et les activités qui s'y rattachent sont source de croissance.

Où l'auteur essaie de dire deux ou trois choses à son sujet - GoulmiG Lundi 1 janvier 1 01 /01 /Jan 11:09 Sur l'avatar : couverture de l'édition américaine de Lord of the barnyard (Le seigneur des Porcheries) de Tristan Egolf paru en 1998. Le jeune orphelin Kaltenbrunner retranché avec sa winchester dans la grange familiale essaie de préserver son indépendance et sa ferme contre la police qui veut le renvoyer à l'école obligatoire, les Méthodistes, qui par des manoeuvres sournoises s'en prennent à son patrimoine, et la plèbe du bourg de Baker contre le fanatisme et la bêtise de laquelle il n'aura de cesse de lutter jusqu'à sa mort. Le Seigneur des Porcheries accuse l'obscurantisme et le racisme de l'Amérique profonde, en même temps qu'il raconte l'acharnement d'un homme à lutter pour sa dignité et celle de ses frères dans la misère. Tous les CV se ressemblent. "Quelque soit la longeur de la vie, Le CV se doit d'être court. De toutes les amours suffit le conjugal, Parmi les enfants, rien que les vraies naissances. Qui te connaît, pas qui tu connais. inShare

Petite Poucette : la douteuse fable de Michel Serres Philippe Lévy - Sainte Marie aux mines (2007) Depuis un an, le petit livre de M. Serres, Petite poucette[1], fait partie des essais les plus vendus en librairie et les plus relayés dans les medias, où son auteur est très régulièrement invité. Dans cet opuscule, issu d’un discours prononcé à l’Académie française, Serres porte un regard résolument optimiste sur le monde numérique et sur les nouvelles générations qui le portent – les petit(e)s poucet(te)s du titre -, promises selon l’auteur à une libération sans précédent, cognitive et politique, grâce aux vertus d’un monde numérisé et librement connecté. C’est bien une sorte de conte, une histoire fabuleuse, comme le suggère le titre du livre, que Michel Serres nous propose, et c’est ce qui rend tout d’abord ce petit livre sympathique et enthousiasmant, et explique sans doute son succès : on aimerait y croire, alors que tant d’autres essais et débats ne cessent de nous annoncer au contraire le déclin, la catastrophe, la crise, etc. [2]A.

synthèse Wikis synthèse Wikis Le wiki est-il l’outil même de l’intelligence collective aujourd’hui ? Usages actuels des wikis : liberté ou régulation ? (le wiki étant dans cette discussion le représentant des outils d’échange et de collaboration et parmi ceux-ci, l’un des plus complets et des plus simples) Les premières questions évoquées à propos des wikis: Le wiki est-il le moyen d’une auto-organisation idyllique et démocratique d’un groupe ou bien son utilisation conduit-elle inévitablement à l’ anarchie rendant nécessaire in fine une intervention de synthèse ? Ce qui va permettre de structurer un wiki c’est la seule volonté : volonté du groupe de respecter les règles qui émergeront peu à peu, volonté d’un individu de jouer un rôle organisateur, recentrateur, (un rôle de meneur ?) Dans un espace innovant, les règles ne sont pas clairement définies à l’avance, les membres avancent à tâtons, en marchant parfois sur les pieds des voisins, et les règles émergent de ces tâtonnements. Outils

Wikimedia Foundation About the Foundation[edit] The Wikimedia Foundation (WMF) is a non-profit organization registered in the USA, hosting websites known as the "Wikimedia projects", such as Wikipedia and Wikinews, as well as this website, Meta-Wiki. The Foundation is governed by a Board of Trustees. Board of trustees[edit] The Wikimedia Foundation Board of Trustees manages the foundation and supervises the disposition and solicitation of donations. Jan-Bart de Vreede, Chair (term until December 2015)Patricio Lorente, Vice Chair (term until August 2016)Phoebe Ayers (term until July 2015)Stu West (term until December 2015)Bishakha Datta (term until December 2014)Jimmy Wales, Founder (term until December 2015)Samuel Klein (term until July 2015)Alice Wiegand (term until December 2016)María Sefidari (term until July 2015)Frieda Brioschi (term until August 2016) See also the history of the Board of Trustees and a chart illustrating Board seats over time. Organization[edit] Channels of discussion[edit] History[edit]

Définition développement durable développement durable nm. ensemble des activités mises en place pour répondre aux besoins des générations actuelles sans compromettre le bien-être des générations futures Commentaires additionnels: Pour ajouter des entrées à votre liste de vocabulaire, vous devez rejoindre la communauté Reverso.C’est simple et rapide: 1 fait de développer, de déployer 2 fait de croître, d'évoluer, de progresser, résultat de cette progression 3 développements : conséquences d'une affaire, suites 4 progrès, expansion, rayonnement, d'une activité 5 croissance, évolution de l'économie 6 (économie) phase de fabrication d'un produit entre la conception et la commercialisation 7 exposition détaillée d'un thème, d'un sujet 8 fait de transformer à l'aide de procédés chimiques ce qui a été fixé sur une pellicule sensible 9 (technologie) distance correspondant à un tour de pédalier de bicyclette 10 (informatique) fait de développer des logiciels, d'en effectuer l'analyse et la programmation auto-développement

LMS is no longer the centre of the universe OK, so here’s the deal – if learning is work and work is learning, why is organizational learning controlled by a learning management systems (LMS) that isn’t connected to the work being done in the enterprise? Learning is no longer what you do before you go to work, never having to learn anything else in order to do your job. In the 21st century networked economy, learning and working are becoming one. As Robert Kelley showed over a 20 year study of knowledge workers, we need to keep learning in order to get our jobs done – “What percentage of the knowledge you need to do your job is stored in your own mind?” In a networked economy, social learning is how we get things done. Training, based on solid documentation of processes and procedures, works well at lower levels of complexity and we can develop best practices.

Le CNNum et l'école: "L'école numérique n'est pas l'école des tablettes" Le Conseil national du numérique (CNNum) a rendu public ce vendredi Jules Ferry 3.0, le rapport du groupe de travail sur l'école de demain, "créative et juste". Sophie Pène, qui l'a "piloté", et Ludovic Blecher, l'un des ses membres et directeur du Fonds pour l'Innovation Numérique de la Presse Google, s'expliquent sur son contenu. Et taclent en passant François Hollande: des tablettes pour tous, oui, mais pourquoi faire? Pourquoi le Conseil national du numérique s'intéresse-t-il à l'école? Ludovic Blecher: Le conseil s'est auto-saisi parce que c'est son rôle de porter un regard, des idées, de proposer, de se pencher sur ces questions. Votre rapport dépasse largement les seules questions d'apprentissage des langages informatiques ou de l'équipement des écoles... LB: Quand on parle numérique, la plupart des gens voient un ordinateur. Sophie Pène: L'école numérique n'est pas une école des tablettes, c'est l'école des nouveaux rapports sociaux, et notamment d'une société en réseau.

Les wikis, des outils simples pour mieux travailler en réseau Des sites pour partager et travailler à distance Définition : Un wiki est un site collaboratif sur lequel tous les lecteurs ou membres autorisés peuvent très simplement modifier des pages ou en ajouter de nouvelles. Résultat : documents, articles, travaux, plannings sont librement accessibles et modifiables par tous les membres ou une partie du réseau. À la différence d’un blog, le wiki s’organise en plusieurs rubriques et non sous forme chronologique. Un membre autorisé, qu’est-ce que c’est ? L’administrateur du wiki modère l’accès au wiki et la modification de ses contenus. Comment les utiliser : Pour Jérôme Delacroix, contrairement à un blog collaboratif, le wiki permet de « créer à plusieurs, que ce soit une somme de connaissances, des documents, un projet. » Pour un réseau ou un club, un wiki peut remplir deux fonctions distinctes et compatibles : 1. En somme, le wiki devient l’endroit où vous stockez tous les documents de référence du réseau. 2.

BNP Paribas Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir BNP. BNP Paribas S.A. BNP Paribas est un groupe bancaire français, né le 23 mai 2000 de la fusion de la Banque nationale de Paris (BNP) et de Paribas. BNP Paribas conserve en 2014 la première place du classement « Brand Finance France 50 » qui répertorie les plus puissantes marques françaises[5]. §Histoire du groupe[modifier | modifier le code] §BNP[modifier | modifier le code] §Comptoir national d'escompte de la ville de Paris[modifier | modifier le code] Le Comptoir national d'escompte de la ville de Paris (CNEP) est créé en mars 1848 en période de crise, peu après la Révolution de 1848, sous l'impulsion d'industriels et d'institutionnels. Une agence du Comptoir d'escompte de Paris s'ouvre ainsi à Calcutta en novembre 1860, ce qui fait de BNP Paribas la deuxième plus ancienne banque en Inde. §Comptoir national d'escompte de Mulhouse[modifier | modifier le code] §Paribas[modifier | modifier le code] L’Orangerie

Related:  no_tagserafim92