background preloader

MySQL

MySQL
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. MySQL est un système de gestion de base de données relationnelle (SGBDR). Il est distribué sous une double licence GPL et propriétaire. Son nom vient du prénom de la fille du cocréateur Michael Widenius, My. MySQL AB a été acheté le par Sun Microsystems pour un milliard de dollars américains[2]. Depuis mai 2009, son créateur Michael Widenius a créé MariaDB pour continuer son développement en tant que projet Open Source. Caractéristiques[modifier | modifier le code] MySQL est un serveur de bases de données relationnelles SQL développé dans un souci de performances élevées en lecture, ce qui signifie qu'il est davantage orienté vers le service de données déjà en place que vers celui de mises à jour fréquentes et fortement sécurisées. C'est un logiciel libre développé sous double licence selon qu'il est distribué avec un produit libre ou avec un produit propriétaire. Systèmes d'exploitation supportés[modifier | modifier le code] Related:  BOX n°3sofiane_deust

Ingres (base de données) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ingres ou Actian est un système de gestion de base de données (SGBD) relationnel. Ingres signifie : INtelligent Graphic RElational System[1]. Son concepteur, Michael Stonebraker, décida de recommencer le développement à partir de zéro en 1985, mais en continuant à développer les idées d’Ingres. Il se lança dans un projet post-Ingres, qui fut d'abord nommé Postgres, puis, à partir de 1995, PostgreSQL. Détenu entre 1994 et 2005 par Computer Associates[2], et revendu depuis à un fonds d'investissement, Ingres est devenu un logiciel libre en 2004 ; sa licence est depuis lors la licence publique générale GNU. Sa dénomination commerciale a changé quasiment à chaque nouvelle version. Ingres 6.4OpenIngres 1.0Ingres II 2.0Advantage Ingres 2.6Ingres r3Ingres 2006 (9.0)Ingres 9.2Ingres 10.0 Ingres était commercialisé et fonctionne essentiellement sur des systèmes UNIX (particulièrement Linux), Microsoft Windows et VMS.

phpMyAdmin Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir PMA. phpMyAdmin (PMA) est une application Web de gestion pour les systèmes de gestion de base de données MySQL réalisée en PHP et distribuée sous licence GNU GPL. Fonctionnalités[modifier | modifier le code] Il s'agit de l'une des plus célèbres interfaces pour gérer une base de données MySQL sur un serveur PHP. Cette interface pratique permet d'exécuter, très facilement et sans grandes connaissances dans le domaine des bases de données, de nombreuses requêtes comme les créations de table de données, les insertions, les mises à jour, les suppressions, les modifications de structure de la base de données. Histoire[modifier | modifier le code] En 1998, Tobias Ratschiller commença à travailler sur une façade web en PHP pour MySQL, inspirée du MySQL-Webadmin de Peter Kuppelwieser. Principales versions[modifier | modifier le code] Statut actuel[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code]

Serveur Web Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un serveur Web est un serveur informatique utilisé pour publier des sites web sur Internet ou un intranet. L'expression « serveur Web » désigne également le logiciel utilisé sur le serveur pour exécuter les requêtes HTTP, le protocole de communication employé sur le World Wide Web. Un serveur web diffuse généralement des sites web, il peut contenir d'autres services liés comme l'envoi d'e-mails, du streaming, le transfert de fichiers par FTP, etc. Le premier serveur Web, un ordinateur NeXT au CERN Présentation[modifier | modifier le code] Les serveurs Web publics sont reliés à Internet et hébergent des ressources (pages Web, images, vidéos, etc.) du Web. La fonction principale d'un serveur Web est de stocker et délivrer des pages Web qui sont généralement écrites en HTML. Serveur HTTP[modifier | modifier le code] Problématiques des serveurs web[modifier | modifier le code] Équilibrage de charge[modifier | modifier le code]

NoSQL, NewSQL, évolution des bases de données Les principaux sites du Web utilisent une base de données NoSQL. Cela a commencé avec Google et Facebook. L'extensibilité requise et la grande quantité de données et de mises à jour rendent le modèle relationnel inefficace ce qui a obligé à trouver un nouveau modèle. Le mot NoSQL est apparu en 2009 pour désigner le nombre croissant de logiciels n'utilisant pas le modèle relationnel classique. Pourquoi NoSQL? Le modèle classique est inopérant face à certains types de traitement: Indexation d'une quantité de documents. Certaines entreprises ne sont pas satisfaites de leur expérience NoSQL et reviennent à MySQL ou MariaDB. SQL vs. NoSQL est orienté colonnes: entendons par là que l'on peut ajouter des colonnes à chaque enregistrement aussi facilement qu'on ajoute des lignes (par INSERT/UPDATE) dans le modèle relationnel. Mais qu'est-ce qui fait que NoSQL soit beaucoup plus rapide? Une table classique aura la forme suivante: Mais on ne peut avoir une colonne pour le nom de chaque passager.

PostgreSQL Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. PostgreSQL est un système de gestion de base de données relationnelle et objet (SGBDRO). C'est un outil libre disponible selon les termes d'une licence de type BSD. Histoire[modifier | modifier le code] Principales caractéristiques[modifier | modifier le code] Ce SGBDRO utilise des types de données modernes, dit composés ou enrichis suivant les terminologies utilisées dans le vocable informatique usuel. PostgreSQL est largement reconnu pour son comportement stable, proche de Oracle, mais aussi pour ses possibilités de programmation étendues, directement dans le moteur de la base de données, via PL/pgSQL. Outils d'administration[modifier | modifier le code] Interfaces utilisateurs[modifier | modifier le code] Outils connexes[modifier | modifier le code] DBLink est un module permettant de travailler sur deux bases différentes.ECPG est un outil de SQL embarqué.PostGIS est le module spatial qui confère à PostgreSQL le statut de SGDBR spatial.

InnoDB Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. InnoDB est devenu un produit d'Oracle Corporation, qui a acquis Innobase Oy en octobre 2005[1]. Le logiciel est sous double licence : il est distribué sous la GNU General Public License, mais des licences commerciales sont vendues pour des développements qui intégreraient InnoDB à des logiciels propriétaires (ce que la GPL ne permet pas)[2]. Toutes les bases de données sont stockées au même endroit. Par défaut dans le fichier ibdata1 qui, sous les systèmes de type unix, se trouve généralement dans /var/lib/mysql/ . Il est également possible d'utiliser plusieurs fichiers ou même d'utiliser directement une ou plusieurs partitions sur le disque en mode RAW. Ce moteur de base de données utilise aussi deux fichiers de logs, d'habitude ib_logfile0 et ib_logfile1. Les fichiers données de InnoDB ne peuvent pas être facilement sauvegardés par copie de fichiers, il en résulterait très probablement une corruption des données. MyISAM

Application Web Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les messageries web, les systèmes de gestion de contenu, les wikis et les blogs sont des applications web. Des appareils réseau tels que les routeurs sont parfois équipés d'une application web dans leur micrologiciel[1]. Les applications web font partie de l'évolution des usages et de la technologie du Web appelée Web 2.0. Étymologie[modifier | modifier le code] Raccourci de logiciel applicatif dans la technologie du World Wide Web. Logiciel applicatif : logiciel qui met en application (automatise) les principes propres à une activité.Web, World Wide Web, traduction littérale : toile d'araignée mondiale, une technologie de partage de documents hypertexte. La technique de base[modifier | modifier le code] Dans la technologie client-serveur, utilisée pour le World Wide Web, le navigateur Web envoie au serveur des requêtes relatives à des pages Web. Histoire[modifier | modifier le code] Utilisations[modifier | modifier le code] JavaServer Pages

Python et Ruby : deux concurrents sérieux pour PHP Voici deux langages dont on parle beaucoup depuis quelques mois, bien que leur naissance remonte à plus de dix ans. Ruby est en effet né en 1995 au Japon. Tandis que Python a vu le jour aux Pays-Bas en 1990 où il a d'abord eu une vocation système. Ils ont plusieurs points communs dont certains qu'ils partagent avec PHP. "Très expressive, celle de Python le fait ressembler au pseudo langage que l'on utilise pour décrire le plus succinctement possible des algorithmes, si bien qu'un programme est quatre à cinq fois plus court que son équivalent en Java", explique Tarek Ziadé (photo), architecte chez Emencia, éditeur d'un framework entièrement écrit en Python, dédié au développement de sites marchants modulaires et configurables. Une syntaxe épurée "Un code Ruby est encore plus simple à lire et à écrire que du PHP, tant la syntaxe est épurée, notamment grâce aux points virgules facultatifs et à l'absence de caractères spéciaux. En France, Python et Ruby sont éclipsés par PHP

Structured Query Language - Wikipédia Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. SQL (sigle de Structured Query Language, en français langage de requête structurée) est un langage informatique normalisé servant à exploiter des bases de données relationnelles. La partie langage de manipulation des données de SQL permet de rechercher, d'ajouter, de modifier ou de supprimer des données dans les bases de données relationnelles. Outre le langage de manipulation des données, la partie langage de définition des données permet de créer et de modifier l'organisation des données dans la base de données, la partie langage de contrôle de transaction permet de commencer et de terminer des transactions, et la partie langage de contrôle des données permet d'autoriser ou d'interdire l'accès à certaines données à certaines personnes. Créé en 1974, normalisé depuis 1986, le langage est reconnu par la grande majorité des systèmes de gestion de bases de données relationnelles (abrégé SGBDR) du marché. En 1979, Relational Software, Inc.

MySQL Cluster Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Structure d'une grappe de serveurs MySQL. MySQL Cluster est la base de données distribuée de MySQL. Elle permet de répartir des données sur plusieurs serveurs sans avoir de point individuel de défaillance. Contrairement aux moteurs MyISAM et InnoDB généralement utilisés avec MySQL, l'exploitation effective du cluster nécessite l'utilisation du moteur NDB, qui contient plusieurs restrictions, comme l'absence d'index FULLTEXT. Fonctionnalités[modifier | modifier le code] MySQL est capable, depuis la version 4.1 et grâce au moteur de stockage NDB de gérer une grappe de serveurs complète. Les requêtes de recherches (SELECT) seront plus rapides, mais lors d'une modification des données (une requête UPDATE, DELETE ou INSERT par exemple), celle-ci sera effectuée sur l'ensemble des nœuds, ce qui bloquera l'ensemble grappe pendant cette opération. Architecture[modifier | modifier le code] Réplication[modifier | modifier le code]

PHP PHP: Hypertext Preprocessor [3], plus connu sous son sigle PHP a permis de créer un grand nombre de sites web célèbres, comme Facebook, Wikipédia, etc.[5] Il est considéré comme une des bases de la création de sites web dits dynamiques mais également des applications web. Histoire[modifier | modifier le code] Utilisation[modifier | modifier le code] Répartition des langages côté serveur des sites web, le 28 avril 2016. En 2002, PHP est utilisé par plus de 8 millions de sites Web à travers le monde[9], en 2007 par plus de 20 millions[10] et en 2013 par plus de 244 millions[11]. De plus, PHP est devenu le langage de programmation web côté serveur le plus utilisé depuis plusieurs années : Enfin en 2010, PHP est le langage dont les logiciels open source sont les plus utilisés dans les entreprises, avec 57 % de taux de pénétration[14]. Versions[modifier | modifier le code] La version actuelle est la version 7.2.9, sortie le 16 août 2018[15]. Depuis la sortie de PHP 5.6, la configuration est : <? <? <? <?

Annexe D. Conformité SQL Cette section explique dans quelle mesure PostgreSQL™ se conforme à la norme SQL en vigueur. Les informations qui suivent ne représentent pas une liste exhaustive de conformance, mais présentent les thèmes principaux utilement et raisonnablement détaillés. Le nom complet du standard SQL est ISO/IEC 9075 « Database Language SQL ». Le développement de PostgreSQL™ respecte le standard en vigueur, tant que celui-ci ne s'oppose pas aux fonctionnalités traditionnelles ou au bon sens. SQL-92 définit trois niveaux de conformité : basique (Entry), intermédiaire (Intermediate) et complète (Full). À partir de SQL99, le standard SQL définit un vaste ensemble de fonctionnalités individuelles à la place des trois niveaux de fonctionnalités définis dans SQL-92. Les standards SQL:2008 et SQL:2003 sont également divisé en parties. PostgreSQL™ couvre les parties 1, 2, 9, 11 et 14. PostgreSQL supporte la plupart des fonctionnalités majeures de SQL:2008. Note

BIND Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Histoire[modifier | modifier le code] BIND a été écrit au début des années 1980 avec l'accord de la DARPA. À partir du milieu de cette même décennie, l'entreprise américaine Digital Equipment Corporation (DEC) a poursuivi le développement de BIND. Un des employés, Paul Vixie, a continué, malgré son départ, à travailler sur le projet, et aide en 2011 l'ISC devenu responsable de la maintenance du logiciel. Le développement de BIND 9 a été réalisé grâce à la combinaison de contrats militaires et commerciaux. Cette version de BIND (BIND 9), disponible depuis 2000, a été réécrite afin de résoudre certains problèmes architecturaux du code initial et d'ajouter la prise en charge de DNSSEC (DNS Security Extensions). La version 10 de BIND qui était une nouvelle réécriture complète a été abandonnée en cours de développement[5]. Sécurité[modifier | modifier le code] GeoDNS[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code]

Grappe de serveurs Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une « grappe de serveurs » composée de serveurs industriels dans une baie On parle de grappe de serveurs[1] ou de ferme de calcul (computer cluster en anglais) pour désigner des techniques consistant à regrouper plusieurs ordinateurs indépendants appelés nœuds (node en anglais), afin de permettre une gestion globale et de dépasser les limitations d'un ordinateur pour : L'un des principaux avantages est la disparition de la nécessité d'investir dans un serveur multiprocesseur coûteux pour se contenter de plus petits périphériques qui seront ensuite connectés entre eux selon ce principe de « grappe », permettant une meilleure adaptabilité en fonction des besoins - d'un point de vue performance comme financier. Fonctionnement[modifier | modifier le code] Grappe de 2 serveurs en équilibrage de charge Le terme cluster exprime l'idée de grappe. Les nœuds peuvent être reliés entre eux par plusieurs réseaux. Utilisation[modifier | modifier le code]

Related: