background preloader

24. "Même si je ne pense pas, je suis"

24. "Même si je ne pense pas, je suis"
Par la répétition perpétuelle, lassante parfois, l’hémisphère gauche, qui est peu patient, finit par capituler et, soudain, un nouveau mode d’expression apparaît. Le texte d’Eugen Herrigel : "Le Zen dans l’art chevaleresque du tir à l’arc." est exemplaire sur ce point. Ce petit livre court écrit par un Hollandais décrit le combat douloureux d’un intellectuel européen qui essaye de comprendre avec la raison ce que lui enseigne Maître Awa, jusqu’au jour où, lassé de ses multiples échecs, il renonce à trouver une explication et effectue le tir sans pensée. Le tir est parfait, le Maître salue. Il ne salue pas l’élève, mais ce qui a tiré à travers lui. "Même si je ne pense pas, je suis" Itsuo Tsuda. Dessiner, c’est voir avec le cerveau droit. De l’autre côté du monde, et pratiquement au même moment, une américaine, Betty Edwards, peintre de son métier, après dix ans de recherches, a écrit un livre étonnant : "Dessiner avec votre cerveau droit".

classification fct zone cerveau Le profil 1222 Il a une très forte préférence corticale gauche, c'est quelqu'un de logique, analytique et mathématique. La préférence marquée du limbique gauche le caractérise, dans une certaine mesure, comme quelqu'un de contrôlé, conservateur et efficace. C'est un organisateur ou un administrateur. Le profil 1122 La préférence visible pour le mode gauche, qu'il soit cortical ou limbique, indique le profil de quelqu'un de logique, analytique, rationnel, qui fait également preuve de sens de l'organisation et manifeste un comportement contrôlé et conservateur. Le profil 1132 La préférence visible, qu'il soit cortical ou limbique, indique le profil de quelqu'un de logique, analytique et rationnel, qui fait également de sens de l'organisation et manifeste un comportement contrôlé et conservateur. Le profil 2221 La préférence cerveau droit indique le profil de quelqu'un nettement accés sur le raisonnement intuitif, conceptuel, synthétique et ouvert à l'innovation et à la création.

le cerveau limbique = création des 2 hémisphères Accueil > Notre cerveau > 65 millions d’années, l’âge de notre cerveau de mammifère Le cerveau limbique, deuxième grande mutation dans l’évolution de notre cerveau, apparaît avec le déploiement sur terre des mammifères, il y a environ 65 millions d’années. Les scientifiques, qui étudient cette période, pensent aujourd’hui qu’une météorite s’est écrasée à ce moment là sur la terre. Ce cataclysme, en provoquant la création d’un énorme nuage de poussière, a obscurci complètement le ciel pendant une période très longue. Le cerveau limbique affine considérablement les fonctions du cerveau reptilien en y adjoignant notamment les grandes émotions primaires, la rage ou la peur et les réponses qui les accompagnent, l’agression ou la fuite, la possession ou la soumission. Avec les émotions, j’aime ou j’aime pas, le cerveau limbique ouvre la voie de la mémoire individuelle et par là la première façon d’apprendre.

Les préférences cérébrales de Ned Herrmann C’est à partir des travaux du prix Nobel Roger Sperry et de Paul D. Mc Lean, que Ned Herrmann à modélisé avec brio le concept du cerveau droit et du cerveau gauche pour en faire un modèle d’analyse et d’évaluation des préférences cérébrales. Il est important de noter qu’une préférence n’est ni : une intelligence, ni une personnalité. Par contre nous avons tous une prédilection pour l’un ou pour l’autre. La typologie d’Herrmann valide celle de Jung. - cortical gauche (pensée logique, analyse des faits) - limbique gauche (approche planifiée, organisation des faits, révision détaillée) - limbique droit (réaction viscérale, réponse sensible, approche relationnelle) - cortical droit (imagination, visualisation, conceptualisation) Les deux hémisphères du cerveau fonctionnent donc de façon opposée et complémentaire. Dans le métier de commercial, les contraires seront sollicités. Il faut donc s'entraîner pour arriver à être performant dans tous les registres de notre cerveau.

notre cerveau reptilien Accueil > Notre cerveau > 400 millions d’années, l’âge de notre cerveau reptilien C’est la partie la plus ancienne de notre cerveau. mercredi 10 avril 2002 A cette époque de petits batraciens quittent l’océan, trop peuplé, pour aller se nourrir sur la terre. Depuis quelques millions d’années déjà, des végétaux se sont développés sur la terre et ont enrichi l’atmosphère de l’oxygène qu’ils produisent par la fonction chlorophyllienne. Au début, nos petits batraciens ne font que de courtes incursions sur la terre ferme, avant de retourner très vite dans l’eau. Ce cerveau, encore très archaïque, assure la survie de l’individu et la perpétuation de l’espèce.

Quand les neuroscience rencontrent les écoles de mystère Quand les neuroscience rencontrent les écoles de mystère Par Guy Hauray, Ph.D Le Neuro-Coaching est la rencontre surprenante entre l’enseignement des écoles de mystère, les connaissances académiques en psychologie, le psycho-chamanisme, les techniques de coaching et la science. Le Neuro-coach met à jour, au cours de séances de focusing, les résistances, les attentes, les points forts et les points faibles de son coaché, mais sous l'éclairage des neurosciences. 1. Il veille en sourdine : vous travaillez dans un bureau le dos à la porte ? 2. Le limbique est notre cerveau de mémoire : si nous n'avions pas de limbique il nous faudrait par exemple réapprendre à conduire tous les matins. Ce cerveau déteste la nouveauté au plus haut point. Le limbique est très manichéen, plein d'idées préconçues et tranchées : ce qui est bien, ce qui est mal, ce qui se fait, ce qui ne se fait pas, ce qui est à ma portée ce qui ne l'est pas. 3. 4. Site : www.neuro-coaching.org Courriel : cerpa@neuro-coaching.ca

situer Broca & Wernicke hémisphère Gauche Pour suivre une conversation, comprendre un texte ou une plaisanterie, on doit non seulement être capable de comprendre la syntaxe des phrases et le sens des mots mais également de mettre en relation plusieurs éléments et de les interpréter par rapport à un contexte donné. Si des lésions dans l’hémisphère gauche produisent , celles qui surviennent dans l’hémisphère droit provoquent une variété de déficits que l’on peut regrouper en deux grandes catégories. Certains exercent d’abord un effet indirect sur la communication en perturbant l’habileté à interagir de façon compétente avec son environnement. L’autre grande famille de déficits que l’on peut observer suite à une lésion dans l’hémisphère droit affecte directement la communication et la cognition. Ils peuvent être regroupés sous le vocable de troubles pragmatiques, la pragmatique étant cette discipline qui s’intéresse aux rapports entre le langage et l’utilisation contextuelle qu’en fait ses utilisateurs.

Le préfrontal Jacques Fradin Docteur en Médecine La préfrontalité naît de la rencontre des informations d’origine néocorticale, qui aboutissent au niveau du préfrontal dorso-latéral, et des informations d’origine reptilienne et limbique, qui aboutissent au niveau ventro-médian. La rencontre de ces deux lignées d’intégration se fait au niveau fronto-orbitaire. • Les premières (informations d’origine externe) nous informent sur la situation de l’environnement et ses potentialités ; • Les secondes (informations d’origine interne) sur notre état biologique et nos besoins immédiats. Il existe d’autres grands niveaux d’interférences entre ces deux lignées dans le système nerveux central, notamment au niveau du thalamus et du gyrus cingulaire. Antonio Damasio a longuement développé ces observations dans son écrit, Le sentiment même de soi, et il attribue à cette convergence un rôle essentiel dans l’émergence de la conscience. au confluent des informations externes et internes,peu ou pas conscient.

Notre cerveau est génial ! "On sait que c’est l’entité la plus complexe de l’univers connu. Mais les découvertes se multiplient et font exploser tous les schémas. Notre cerveau est bien plus élastique que prévu, ses neurones peuvent même repousser. Et il fonctionne en wifi, relié aux cerveaux des autres." On sait que c’est l’entité la plus complexe de l’univers connu. 1, un cerveau plastique qui peut voir avec la peau L’idée de plasticité corticale et neuronale ne figure dans aucun programme de médecine avant les années 1990 : les premiers qui en parlent sont ridiculisés, tels Paul Bach-y-Rita et son frère George, deux médecins hors norme qui, à la fin des années 1960, réussissent à sauver leur père, un professeur de tango paralysé par un accident vasculaire cérébral (AVC) et que les neurologues disaient condamné. 2, des trillons de milliards de réseaux neuronaux De nouveaux neurones ? Boris Cyrulnik raconte : « Ces idées provoquaient des éclats de rire. 3, à plein régime et en permanence

Notre cerveau est génial (et nous ne le savons pas) On sait que c’est l’entité la plus complexe de l’univers connu. Mais les découvertes se multiplient et font exploser tous les schémas. Notre cerveau est bien plus élastique que prévu, ses neurones peuvent même repousser. Et il fonctionne en wifi, relié aux cerveaux des autres. Combiner ces deux approches révolutionnaires, c’est admettre que l’Homo sapiens peut modifier lui-même sa structure – et donc que le monde n’est pas forcément fichu ! Cela dit, notre cervelle pourra-t-elle jamais percer entièrement ses propres mystères ? 1, un cerveau plastique qui peut voir avec la peau L’idée de plasticité corticale et neuronale ne figure dans aucun programme de médecine avant les années 1990 : les premiers qui en parlent sont ridiculisés, tels Paul Bach-y-Rita et son frère George, deux médecins hors norme qui, à la fin des années 1960, réussissent à sauver leur père, un professeur de tango paralysé par un accident vasculaire cérébral (AVC) et que les neurologues disaient condamné.

Related: