background preloader

Du Big Data au Valued Data - TRIBUNE

Du Big Data au Valued Data - TRIBUNE
Les articles, dossiers, tables rondes et conférences sur le big data se sont multipliés depuis quelques mois. De plus en plus de sociétés s’emparent du phénomène de mode pour revendiquer leur expertise du sujet et s’accaparer les centaines de millions, voire les milliards de dollars promis sur ce « nouveau » marché. Les modes se suivent et se ressemblent : le « tout CRM » à la fin des années 90, le « 1 to 1 » début 2000, le « web 2 »… A chaque fois, ces expressions sont synonymes d’avancées concrètes, d’outils innovants mais aussi de sur-promesses et de raccourcis. Il y a beaucoup de confusion et de fantasmes derrière l’expression « big data ». Mais le flou est entretenu et personne ne sait vraiment de quelles données on parle quand on parle de « big data ». les données provenant des outils de tracking : sites web fréquentés, pages visitées, mots-clés recherchés… ;les données provenant de l’analyse textuelle et/ou sémantique du contenu des réseaux sociaux : qui parle de quoi ? Related:  big dataBig DataData Mining

Vertigineux "big data" Chaque seconde, la masse de données créées sur Internet par les smartphones, ordinateurs et tablettes explose. Appelé "big data" par les experts du Web, cet amas colossal est un marché prodigieux. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Sarah Belouezzane et Cécile Ducourtieux Photos, vidéos, sons, chiffres, textes... Depuis la démocratisation de l'Internet haut débit, ce sont des milliards de données qui sont déversées par les particuliers, les entreprises et même l'Etat sur la Toile. Les spécialistes appellent ça le "big data", littéralement "grosse donnée"... Tous les jours, ce sont 118 milliards de mails qui sont envoyés à travers le monde, 2,45 milliards de contenus différents qui sont postés sur Facebook. Les humains ne sont pas les seuls responsables de ce déluge d'informations. "Cela fait quelque temps déjà que le nombre de données produites et stockées est important, note Patrice Poiraud, directeur business et analyse chez IBM.

Aaron Swartz, cofondateur de Reddit et coinventeur du RSS, se suicide à 26 ans 01net. le 14/01/13 à 11h05 Aaron Swartz, co-fondateur du réseau social Reddit, qui a joué un rôle moteur lors de la lutte contre SOPA et PIPA notamment, très en vogue aux Etats-Unis et militant pour l'accès libre à internet, s'est suicidé, samedi 12 janvier dernier, à l'âge de 26 ans, a-t-on appris de source médicale. Ce génie de l'informatique, qui avait participé à l'élaboration du format RSS à l'âge de 14 ans, s'est pendu à son domicile à Brooklyn vendredi soir, a indiqué une porte-parole des services médicaux de New York, Ellen Borakove. Poursuites en justice Aaron Swartz devait comparaître dans quelques semaines devant la justice, accusé d'avoir volé des millions d'articles scientifiques et littéraires à JSTOR, un service d'archivage en ligne de publications universitaires et scientifiques, accessible uniquement par abonnement. © Roy Singham and Thoughtworks 13 Jan 2013 Aaron Swartz Responsabilités

Comment le Big Data va révolutionner 2013 "2012 a été l'année de l'évangélisation, 2013 sera l'année de la mise en place." Chez Atos, géant international du service informatique, pas de doute : cette année verra la multiplication des systèmes d'analyse dits de "Big Data". Plus qu'un concept, cette "grosse quantité de données" (littéralement) renvoie à de nouveaux systèmes informatiques qui promettent de "révolutionner la vie quotidienne". Le Big Data a émergé face à un constat. "Internet a changé le monde des années 1990, le Big Data va changer celui des années 2010", anticipe Chuck Hollis, directeur technique du leader mondial du stockage EMC et gourou du Big Data. Prédire les crises cardiaques Mais dans la pratique, comment s'illustre ce Big Data ? Les applications du Big Data sont nombreuses. "L'analyse des sentiments est très recherchée puisqu'avec des outils de sémantique, nous sommes capables de dégager les différents sentiments manifestés en temps réel sur les réseaux sociaux, même le second degré !" Big Data et politique

De la statistique aux big data : ce qui change dans notre compréhension du monde Par Hubert Guillaud le 19/12/12 | 9 commentaires | 4,776 lectures | Impression Lors de la dernière édition des Entretiens du Nouveau Monde industriel qui avaient lieu les 17 et 18 décembre 2012 au Centre Pompidou, le sociologue Dominique Cardon a proposé une intéressante matrice pour comprendre à la fois les limites de la réutilisation des données ouvertes et celle des “Big Data“. Nous sommes désormais confrontés à un incroyable déluge de données produit par le numérique, reconnaît Dominique Cardon. C’est ce qu’on appelle le Big Data. Les données semblent innombrables, proliférantes… Et vont demain nous en apprendre toujours plus sur nous-mêmes… Mais sont-elles nécessaires ? Depuis quelques années, un ensemble de discours (relayé à la fois par des militants, des citoyens, des entreprises, des pouvoirs publics) se met en place autour “du nécessaire partage des données”. Le modèle statistique des données ouvertes consiste, lui, à porter sur la place publique de la donnée “brute”.

Charte de confidentialité : des icônes pour informer Personne - ou presque - ne lit les politiques de confidentialité. Pour simplifier les choses et rendre compréhensible ce que fait chaque site avec vos données, designers, citoyens et experts soutenus par la fondation Mozilla ont mis en place une liste d'icônes. Tour d'horizon de l'initiative. Lorsque vous téléchargez un logiciel sur votre ordinateur, une image, une typographie, de la musique, etc. vous vous retrouvez souvent nez à nez avec les fameux textes de “politique de confidentialité”. Je ne sais pas qui prend le temps de lire tout ceci mais les clauses de confidentialité sont en général bien complexes et écrites en corps 9 et en gris sur fond blanc. Nous avons donc tendance à cliquer sur “oui j’accepte” sans avoir lu. Des icônes Parmi ces idées, voici les icônes du projet réalisé avec Mozilla, Ocupop et “Disconnect”. Ces icônes ont été développées en partenariat avec un groupe de travail dirigé par Mozilla. Informer / rassurer / partager Signification Pour en savoir plus

Qu'est-ce que le Big Data ? Les 3 V du Big Data Pour bien délimiter le Big Data, le concept a été caractérisé par « Les 3 V » : Volume, Vitesse et Variété. Volume Lorsqu'on parle de volume pour le Big Data, on évoque souvent les 7 téraoctets (7.000 milliards d'octets) générés quotidiennement par Twitter ou les 10 téraoctets de contenus échangés tous les jours sur Facebook. On cite également YouTube qui prend en charge chaque minute l'équivalent de 48 heures de vidéos. De même Google, Amazon et les autres grands acteurs de l'économie numérique sont par nature des gestionnaires de flux de données et manipulent donc des volumes impressionnants. C'est au début des années 2000 que les grands intervenants du Web ont ressenti, bien avant les autres secteurs d'activité, la nécessité de gérer une masse exponentielle d'informations. Variété Le corollaire du volume croissant est une diversification importante des formats et des sources de données. Vitesse La vitesse correspond à la fréquence de remontée des informations.

Patrimoine immatériel Big Data : pourquoi nos métadonnées sont-elles plus personnelles que nos empreintes digitales A l’occasion du colloque « la politique des données personnelles : Big Data ou contrôle individuel « organisé par l’Institut des systèmes complexes et l’Ecole normale supérieure de Lyon qui se tenait le 21 novembre dernier, Yves-Alexandre de Montjoye (@yvesalexandre) était venu présenter ses travaux, et à travers lui, ceux du MediaLab sur ce sujet (Cf. « D’autres outils et règles pour mieux contrôler les données » ). Yves-Alexandre de Montjoye est doctorant au MIT. Il travaille au laboratoire de dynamique humaine du Media Lab, aux côtés de Sandy Pentland, dont nous avons plusieurs fois fait part des travaux. Nos données de déplacements sont encore plus personnelles que nos empreintes digitales Faire correspondre des empreintes digitales n’est pas si simple, rappelle Yves-Alexandre de Montjoye. Image : illustration de l’unicité de nos parcours repérés via des antennes mobiles. Et Yves-Alexandre de nous inviter à retrouver un de ses collègues du Media Lab. Hubert Guillaud

Big data, l’enjeu du pouvoir Le Big Data, Le Cloud … Internet évolue maintenant si vite que ses nouveaux développements deviennent des enjeux majeurs avant même que le grand public ait eu le temps de les comprendre. Nous nous retrouvons donc à employer, lire, entendre mentionner des terminologies désignant des concepts ou des technologies dont nous savons qu’elles sont cruciales, sans pour autant avoir la moindre idée de leur nature. Un nom qui fait peur, pour un concept bien simple Au même titre que la mystérieuse appellation “Cloud” désigne tout simplement le stockage de données sur des serveurs distants mais bien réels, le concept de “Big Data” recouvre une réalité somme toute assez simple. Depuis une décennie, le volume et la variété des données informatiques que nous produisons ainsi que la rapidité avec laquelle nous les stockons et traitons ont littéralement explosés. Le Big Data - traduit officiellement par “mégadonnées” en français - désigne cette abondance de données et son exploitation.

Qu'est-ce qu'un CRM? Associées aux techniques de marketing modernes, les entreprises ne peuvent plus échapper aux technologies et outils du moment à savoir dans notre cas les Gestionnaires de Relation Client (GRC) dont le terme le plus couramment utilisé est CRM pour Customer Relationship Management. Dans un premier temps, nous allons définir ce qu'est un CRM. Puis, nous verrons en détail les principales fonctionnalités de cet outil. Enfin, nous observerons les différents acteurs du marché des CRM à travers les fonctionnalités principales retenues. Un CRM, soit Customer Relationship Management ou encore GRC pour Gestion de la Relation Client, est un outil révolutionnaire dans le domaine du marketing. Cette étape est en fait une étude comparative de certains logiciels de CRM. (*): La suite des éditeurs étudiés est la suivante: Microsoft, Aspaway, Cegid, Eudoweb, Hyperion (anciennement Brio Software), Neolane, Nextapplication, Oracle, Sage CRM solutions, Salesforce, SAP, Selligent, Siebel et Terrasoft. II-A.

Pourquoi nous aimons les données ! Publié le 21 juillet 2014 Aujourd’hui, grâce à la science et l’informatique, les données sont partout et permettent tant de modéliser le climat, que d’anticiper les comportements des consommateurs. C’est sûrement formidable pour certains, mais pas forcément toujours très rassurant… Pourquoi les données ne seraient-elles pas véritablement accessibles, inscrites dans nos usages quotidiens ? Certes, les gouvernements et entreprises, producteurs et exploitants de données ont fait quelques efforts. Des données aux informations Les données n’ont aucun intérêt. « Culture is Data », qui est un rapport non-officiel et foncièrement visuel de la Culture en France en 2012 est un bon exemple. De la « Data Viz » à la « Data Use » L’objet du projet Refact est de permettre à chacun de voir une activité quotidienne sous un autre jour : passer des coups de téléphone, envoyer des SMS. Toucher du doigt Le clavier et la souris sont l'héritage d’un âge informatique quasiment révolu. userstudio.fr / @UserStudio

[Recrutement] Qui veut rejoindre FreshPlanet (SongPop) à New York ? FreshPlanet, la start-up spécialisée dans le gaming et fondée par Mathieu et Romain Nouzareth, profite d’une belle croissance grâce à son jeu SongPop qui fait fureur sur Facebook et sur mobile : avec plus de 60M de joueurs dans le monde, l’équipe veut s’agrandir, et annonce une campagne de recrutement. Ce sont principalement des développeurs français qui sont recherchés pour rejoindre la start-up basée à New York. Profils de postes recherchés et conditions de vie sur place détaillés par la « team » de FreshPlanet. FreshPlanet en 3 dates : 2009 : Lancement de FreshPlanetMars 2010 : Lancement du jeu d’apprentissage pour les 3-5 ans Red Fish sur iPad.2012 : Lancement du jeu musical SongPop, plus de 62 millions de joueurs dans le monde. Les locaux de FreshPlanet à New York Quels sont les profils recherchés ? Comment préparer son voyage ? Toutes les fiches de postes de FrehsPlanet : D’autres opportunités à retrouver sur le jobboard FrenchWeb :

Vie privée: même quand vous êtes déconnecté, Facebook peut vous traquer Ils n'utilisent pas Facebook et pourtant ils sont épiés. Un rapport publié fin mars révèle que le réseau social traque les utilisateurs déconnectés mais aussi ceux qui ne sont pas inscrits. Il a été commandé par la Commission de la protection de la vie privée de Belgique, l'équivalent de la CNIL, et réalisé par des chercheurs de deux universités belges. Plusieurs médias français s'en sont fait l'écho parmi lesquels Le Monde et Le Figaro. Comment Facebook s'y prend pour pister les internautes, usagers ou non? Contraire à la vie privée Dans le cas de Facebook, ces cookies continuent à agir lorsque l'utilisateur est déconnecté. Plus gênant encore, le rapport révèle que même si un individu n'a jamais été inscrit sur le réseau social, il peut également être concerné. Un problème en passe d'être résolu Comme si cela ne suffisait pas, le rapport pointe également les difficultés pour les internautes de supprimer lesdits cookies.

Data centers: la donnée écolo Il y en a des milliers dans le monde. Plus d’une centaine en France. Les data centers sont la face cachée d’Internet ; on y a recours tous les jours. En 2011, Google possédait à lui seul 900 000 serveurs. Il y a un an, l’ONG a tiré la sonnette d’alarme, rappelant que les data centers étaient responsables de 2% des émissions de CO2. Eau de mer. Mais comment y parvenir ? OVH a par exemple inventé son propre système de water cooling, ou «refroidissement à eau». Et quid de la chaleur émise en continu par les data centers ? Energies vertes, réduction de la consommation, recyclage de la chaleur… Ces initiatives suffiront-elles à limiter l’impact environnemental des data centers ? L’évolution des composants électroniques devrait aider. «Ondulateurs».

Related:  Digital