background preloader

La culture contribue sept fois plus au PIB que l'industrie automobile

La culture contribue sept fois plus au PIB que l'industrie automobile
Une dépense à perte la culture en France ? Ce n'est pas ce que montre le dernier rapport conjoint des ministères de l'Economie et de la Culture. Selon ce rapport, la culture contribue à hauteur de 57,8 milliards d'euros au PIB (valeur ajoutée). Il s'agit de la valeur ajoutée directe, c'est à dire du seul fait des activités culturelles. Ce qui équivaut à 3,2% du PIB, soit sept fois la valeur ajoutée de l'industrie automobile. Ces chiffres sont basés sur les calculs de l'Insee. Le chiffre ne paraît pas exagéré puisqu'une autre étude du cabinet privé Ernst & Young parue en novembre avait évalué le chiffre d'affaires direct des industries culturelles et créatives à 61,4 milliards d'euros. 670.000 emplois directs Les choses sont dites : la culture rapporte au pays. A cela s'ajoutent les 870.000 professionnels de la culture qu'emploient les entreprises non culturelles. Une étude inédite qui lie économie et culture L'intervention de l'Etat compte pour 13,9 milliards sur les 57,8 milliards

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140103trib000807739/la-culture-contribue-sept-fois-plus-au-pib-que-l-industrie-automobile.html

Related:  BILAN QUINQUENNAL HOLLANDEUne autre rubrique "Divers" est possiblePoids culture en France  référence 1% /2% France travail cultur

Nucléaire, gaz de schiste, taxe carbone… les positions de Ségolène Royal Voici les principales prises de position de Ségolène Royal, nouvelle ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, sur les grands dossiers qu'elle a désormais en main. Lire son portrait La revanche de Ségolène Royal Sa vision de l'écologie Elle promeut la « social-écologie » : « une croissance verte », qu'elle juge être « un levier de sortie de crise très efficace », qu'il faut combiner à un « nouveau modèle social », lequel « remet du bien-être et de l'humain dans l'économie ». En 2011, elle estimait que la France devait « devenir la première puissance écologique d'Europe dans le domaine des énergies renouvelables ». Ministre de l'écologie entre avril 1992 et mars 1993, Mme Royal a représenté la France en 1992 lors du fondateur Sommet de la Terre, à Rio.

La planète vue à travers des cartes bizarroïdes Geographica.net, auquel participent les auteurs de Géographies en mouvement, a déniché des cartes insolites, saugrenues, passionnantes, bizarroïdes sur le site asheepnomore. Libre à vous de les interpréter comme bon vous semble! La liberté géographique s’incarne aussi (surtout?) Quand l'Insee voit la nouvelle France à treize régions Emploi, population, logement… Comme à l’accoutumée, l’Insee publie des chiffres détaillés brossant le portrait de la France. Mais cette année, pour la première fois, l’Institut tient compte du nouveau découpage des territoires, avec les treize régions qui entreront officiellement en vigueur en 2016. Un élément saute aux yeux : les différences d’un territoire à l’autre sont nettement moins marquées qu’avant.

Manuel Valls attaque les retraites et la Sécu Les prévisions annoncées par Manuel Valls dans son intervention à l’issue du Conseil des ministres, le 16 avril, coûteront cher au système de protection sociale, amortisseur de la crise et garant d’une meilleure répartition des richesses. Sur les 50 milliards d’euros d’économies prévues sur les dépenses publiques entre 2015 et 2017, 21 milliards doivent provenir de l’ensemble de la protection sociale, a annoncé le Premier ministre. Celui-ci a dans un premier temps inclus la « nouvelle stratégie nationale de santé », engagée par Marisol Touraine, dans le plan d’économies, soit 10 milliards d’euros d’ici 2017 sur les dépenses d’assurance maladie, qui s’élevaient à 243 milliards d’euros, soit 12 % du PIB (produit intérieur brut) en 2013. Et a détaillé ainsi les efforts à réaliser : Ils « seront réalisés sans réduire la prise en charge des soins ni leur qualité.

Les épuisettes culturelles : un nouveau modèle économique au service des artistes et des citoyens curieux C’est une étrange partie de pêche qui débute en cette fin d’hiver toulousain. Au bout d’un petit vestibule tout en longueur, c’est le sourire éclatant de Pauline et de Jessica qui hameçonne les nouveaux arrivants. Car ce soir est un grand soir pour leur association « Comme un poisson dans l’art » : c’est la grande distribution des premières épuisettes culturelles de Toulouse. On connaissait les paniers de fruits et légumes bio distribués par les Amap (Association pour le maintien de l’agriculture paysanne) regroupant des producteurs de la région et des consommateurs voulant promouvoir les filières courtes.

La France de 2014 vue par SPOT 6 sur le Géoportail publiée le 06/01/2015 Grâce au satellite SPOT 6, IGN, Airbus Defence and Space et leurs partenaires ont réalisé en moins d’un an la couverture complète du territoire métropolitain à une résolution de 1,50 m. Une performance inédite qui ouvre la voie à un suivi systématique de l’évolution des territoires au service des politiques publiques. CICE : François Hollande vient de me faire cadeau de 50 000 euros François Hollande est sympa, il vient de me donner 49 017 euros ou plutôt il m’a permis de déduire cette coquette somme de mes impôts. Je ne comptais pas dessus. Mes affaires marchent très bien, merci.

Statistiques. Les corrélations de l'absurde Ce n’est pas parce que deux courbes se ressemblent qu’il y a un lien entre elles. Le coefficient de corrélation est un indice qui mesure la relation linéaire entre deux courbes statistiques. Ce coefficient de corrélation varie de -1 à +1. Un coefficient de corrélation de -1 indique une relation inversement proportionnelle entre deux courbes (quand l’une est au plus bas, l’autre est au plus haut). Pôles de compétitivité : big bang en vue avec la fusion des régions - Les Echos Social Le déficit des retraites encore proche de 10 milliards en 2019 EXCLUSIF - Selon l’avant-projet de rapport du Conseil d’orientation des retraites, il faut une croissance des revenus d’activité supérieure à 1,5 % pour... Budget fiscalité Après 30 milliards d'euros de cadeaux aux patrons, 25 milliards de cadeaux aux banques En 2013, le gouvernement avait glissé dans le projet de loi de finances pour 2014 un article 60 (devenu article 92) particulièrement scandaleux qui prévoyait, en contrepartie de la mise en place d’un modeste fonds de soutien aux collectivités, une mesure de validation législative rétroactive de l’irrégularité des contrats de prêts tirée du défaut de stipulation du taux effectif global. Par cette disposition, l’État, porteur du risque des 8,5 milliards d’euros d’encours toxiques qu’il avait repris à DEXIA, essayait de se prémunir de façon déloyale et malhonnête contre la jurisprudence des tribunaux civils défavorable aux banques, quitte à en faire payer le prix aux contribuables. Nous avions déjà à l’époque exposé et dénoncé les vices de ce dispositif[2].

Des dessins qui s'activent sous la pluie La ville de Seattle est notoirement pluvieuse, Peregrine Church a décidé de jouer sur ce stéréotype avec ses oeuvres de street art qui sont peintes sur les trottoirs de la ville avec un un produit transparent qui repousse l’eau, les dessins qui représentent des jeux, des illustrations et des messages sont donc invisibles quand il fait beau et ne s’activent que quand il pleut.

Rio Tinto solde ses derniers actifs en France - Les Echos Politique Loi Macron : le recours au 49-3 se confirme Le gouvernement, qui « veut aller vite », compte de nouveau utiliser l’article 49-3, pour le vote, en seconde lecture, de la loi Macron. Une DOSSIER Loi Macron : un texte fourre-tout pour doper l’économie Professions réglementées, travail le dimanche, justice prud’homale, épargne salariale, transport par autocar... avec son projet de loi pour l'activité et la...

Article offert : Emmanuel Macron: la gauche classique est une «étoile morte» Emmanuel Macron à Bercy, c’est la consécration de la ligne économique choisie par François Hollande depuis son arrivée à l’Élysée. Il est un des inspirateurs du « pacte de responsabilité » annoncé en janvier dernier. Son parcours est en lui-même symbolique : énarque brillant, ardent défenseur de la « gauche moderne » à mille lieues de celle qui serait, dixit l’ancien secrétaire général adjoint de l’Élysée, arc-boutée sur ses « repères classiques » et les « statuts », il est aussi passé par la banque d’affaires chez Rothschild. Deux ans et demi après le discours du Bourget où l’adversaire de François Hollande était la finance, cette nomination sonne comme une ultime clarification de la politique menée par l’exécutif.

Related: